Mes tests de jeux.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mes tests de jeux.

Message  Orbulon le Dim 24 Avr - 17:38

Voici mes différents tests de jeux Crash Bandicoot. Ils sont pour certains déjà publiés sur d'autres sites, comme Emu Nova, par exemple, souvent sous le pseudo de Bandikong.

Pour commencer, voici ceux de Crash Twinsanity et de Génération Mutant.

Twinsanity:
Spoiler:
3 ans après la déception de « La Vengeance de Cortex », le studio anglais Traveller's Tales nous pond un nouveau jeu de plateformes 3D estanpillé Crash Bandicoot. Un épisode décalé et plutôt rafraîchissant après un volet manquant cruellement d'originalité.
Explications:

Nous retrouvons donc Crash Bandicoot et le Docteur Neo Cortex, qui sont cette fois-ci contraints de s'allier afin de luter contre une menace venue de la mystérieuse « Dixième dimension », deux volatiles maléfiques (qui se réveleront en fait être de vieilles connaisances de Cortex) voulant mettre la main sur l'île natale de notre héros, N.Sanity Island.
Le scénario prend plus de place dans le jeu que dans les opus précédents. Il est relativement bizarre, mais servi par des cinématiques assez jolies, elles-mêmes sources de dialogues déjantés et de références à la serie.

Premier constat quand on lance une nouvelle partie: le côté « couloir » des premiers jeux à enfin disparu, laissant place à un environnement libre et une caméra contrôlable manuellement ! Bon, le soft reste bien linéaire et la caméra se gère laborieusement,bien qu'on ait déjà vu pire.
On retrouve toujours les caisses, véritable marque de fabrique de la saga. Les caisses « TNT », qui explosent trois secondes après contact, celles qui libèrent le masque Aku-Aku, qui fait office de bouclier... Rien de neuf me direz-vous ? Et bien si. Casser toutes les caisses d'une zone ne rapporte plus de diamants, l'architecture de celles-ci ne s'y prètant pas vraiment. Désormais, celles-ci sont dispersées un peu partout dans les niveaux. Les récolter permet l'accès à divers bonus, comme des artworks ou des petites vidéos, par exemple. Un ajout sympa qui permet de constater que bien des idées que les développeurs voulaient implanter dans le jeu n'ont pas subsisté, faute de temps.

Autre nouveauté, les nouveaux personnages jouables.
En plus de Crash, que l'on contrôle durant la très grande majorité du jeu, certains niveaux nous imposent de jouer avec Cortex, dont les prncipales différences sont son arme et sa lenteur, et la nièce de celui-ci, Nina, nouvelle venue dans la série. Celle-ci peut utiliser ses bras métalliques comme grappin, ce qui diversifie un peu le jeu.

Mais ce n'est pas tout, car le pauvre Cortex fera également office d'arme ou de véhicule pour Crash, dans des phases particulièrement mémorables , comme lorsque des pingouins poursuivent le bandicoot qui utilise le savant comme snowboard !
Les boss, quant à eux, sont franchement réussis, en plus d'être assez variés. Ce sont soit de vielles conaisances ( Dingodile ou Uka-Uka, venus de Crash 3), soit des personnages inédits, comme les deux perroquets de la 10ème dimension. Dans la veine des opus PS1, il faudra trouver leur point faible pour triompher d'eux, même si la plupart du temps ce n'est pas un problème.


Les 3 "héros" parcourent des niveaux assez variés, divisés en 4 zones (cela va de l'île de Crash ). Lors de ces stages, souvent remplis de pièges et de gouffres sans fond, vous devrez, par exemple, échapper à du liquide toxique dans une bibliothèque ou dégager un chemin pour Cortex, poursuivi par des abeilles. Autant dire, des objectifs relativement inhabituels !

Malheureusement, en plus des problèmes de caméra, les héros sautent avec peu de précision et les collisions sont mal gérées... Il y a également de très nombreux bugs, et c'est vraiment dommage au vu du potentiel du titre !

Passons maintenant à la réalisation, et force est de constater qu'elle est plutôt réussie.

Gros point fort des premiers opus, qui comptaient parmi les plus beaux jeux de la ludothèque PSone, il faut bien avouer que ce Twinsanity ne transcende pas les capacités de la PS2, mais reste visuellement agréable. L'esthétique aux couleurs criardes du titre lui convient parfaitement. Par contre, le bestiaire est plutôt classique, même si certains arrivent à se démarquer ( les pingouins, toujours, mais aussi les indigènes sortis du tout premier Crash Bandicoot.
On peut déplorer la modélisation un peu trop cubique, mais les effets de lumière sont sympathiques.

Pour le son, c'est excellent. La musique est très réussie, totalement a-capella, c'est à dire que seules des voix humaines constituent la musique. Le doublage est de qualité, bien que l'on entende surtout Cortex. Les bruitages sont quant à eux tout à fait satisfaisants.

Par contre, le jeu est trop court ! En effet, quatre mondes, c'est peu, et la quête des gemmes peut très bien être terminée en même temps que la première traversée des mondes. On risque de mourir assez souvent car le jeu est assez difficile, mais la plupart du temps c'est à cause de la maniabilité perfectible que l'on perd.

Graphismes: 7/10
Jouabilité: 6-/10
Bande-son: 9/10
Durée de vie: 5,5/10

VERDICT : 14-

Une note assez généreuse au vu de snombreux défauts du titre, mais le titre est vraiment sympathique, surtout pour les fans. On pourrait être un peu déçu de la maniabilité ou des bugs au nombre conséquent.
Tout de même le meilleur Crash sur console de salon après les trois sur PS1, assurément.

Génération Mutant :
Spoiler:
Moins d'un an après la réussite de Crash of The Titans, Radical Entertainement nous gratifie d'une suite, toujours sur les mêmes supports. Cette dernière surpassera-t-elle Titans, ou enfoncera-t-elle encore plus la série ?

Ça commence bien...

Débutant, comme son prédécesseur, par une scène d'intro muette au style "encre de Chine" qui nous dévoile l'histoire du jeu, "MoM" (pour Mind Over Mutant, titre original du jeu) nous dévoile une de ses qualités. En effet l'histoire est assez réussie, surtout grâce aux différentes cinématiques, regorgeant d'humour et de références à d'autres jeux, et toutes réalisées dans un style différent ; que ce soit d'inspiration manga, comic book des années 50 ou même de South Park, toutes sont un véritable régal ! D'ailleurs, voici l'histoire du soft :

Néo Cortex, scientifique maléfique de son état, ne désespère pas de son énième échec et met en place un nouveau plan proclamé diabolique. Aidé de son acolyte Nitrus Brio, il a inventé le "NV", un appareil multi-tâches parodiant allègrement l'iPhone d'Apple. Il fait don d'un appareil à chaque mutant des îles Wumpa, dont Crash Bandicoot. C'est un piège évident ; une fois coiffé, le casque transforme son propriétaire en monstre assoiffé (quoique non) de sang. Prévenu par le masque Aku-Aku, notre héros évite le piège. Le voilà reparti pour une aventure où il pourra contrôler les créatures qu'il aura vaincues.

Cette fois-ci, Crash peut en effet "stocker" un mutant pour le "ressortir" plus tard, ce qui peut être utile pour venir à bout de certaines énigmes... et apporte ainsi un confort de jeu supplémentaire ! De plus les créatures peuvent maintenant sauter, ce qui rend la progression plus agréable et plus orientée plates-formes que dans Crash of the Titans. Comme dans ce dernier, on peut récolter du mojo pour "améliorer" le personnage contrôlé, que ce soit Crash ou un mutant. Ce principe est toutefois sous-exploité, car on ne peut augmenter que la force et la barre de vie.

Le Bandicoot peut toujours sauter, double sauter même, tourbillonner et donner des coups de poing, pied et plus si affinités, et tout ça se fait bien ; donc pas de souci majeur de maniabilité. Le système de combat, efficace et dynamique, est évidemment repris du précédent jeu de la série. Les mutants sont moins nombreux que dans Titans, mais plus variés. Certains sont repris de CotT comme le Frigirat, qui peut geler des plans d'eau, et d'autres sont inédits tels que le Grimly, qui peut arrêter le temps pendant un court moment (comme dans Prince Of Persia : Les Sables du Temps). Cette diversité est des plus appréciable. Quant aux boss, bien que très peu nombreux (trois exactement !) ils sont vraiment sympathiques, car ils se jouent comme ceux des premiers Crash sur PS1 ; c'est-à-dire que le plus dur consiste à trouver leur point faible !

Du côté réalisation, on a le droit à un travail solide de la part de Radical Entertainment. Déjà, les graphismes très "cartoon" de CotT ont été légèrement améliorés, surtout au niveau des personnages, globalement plus lisses. Par contre, les environnements sont un peu trop classiques (l'île Wumpa, la décharge ou encore une station spatiale).
Du côté sonore, c'est aussi de très bon niveau. Les différentes musiques, assez réussies, sont entraînantes et collent bien à l'action, et les bruitages remplissent leur travail de bonne manière. Le meilleur vient de la localisation française, d'une indéniable qualité. Les voix collent aux personnages (surtout pour Cortex) et l'humour est, dans l'ensemble, bien préservé depuis la V.O.

Vous l'aurez compris, la réalisation du jeu est réussie.

Bon en histoire, moins en géo

Venons-en maintenant aux points sombres du titre, à commencer par la caméra, que l'on ne peut pas contrôler. Ce choix, plutôt judicieux pour le précédent volet (où les niveaux sont linéaires), paraît ici ridicule. En effet, pour ce MoM les développeurs de Radical ont tenté d'introduire un monde totalement "ouvert", plus que pour Crash Twinsanity. Un choix dur à comprendre.

Mais ce monde ouvert apporte aussi d'autres problèmes, dont un particulièrement gênant : le "backtracking" (retour en arrière). Ainsi, il n'est pas rare de devoir effectuer de multiples allers-retours vers les mêmes destinations, ce qui s'avère rapidement lassant.

Continuons sur cette lancée pour déplorer la faible durée de vie de ce Génération Mutant. En effet l'aventure principale, en plus d'être relativement facile (même à la difficulté maximum), peut aisément être bouclée en cinq petites heures de rien du tout. Et ce ne sont pas les quelques défis annexes, comme la collecte de poupées vaudou débloquant des artworks, qui rallongeront la bien mince longévité du jeu.

Note : Il existe également un mode Co-Op permettant de jouer à l'aventure complète à deux, ce qui est relativement rare pour un jeu de ce type. Malheureusement, je n'ai pas eu l'occasion de le tester.

Tableau des scores

Graphismes : 7.5/10. C'est vraiment sympathique de ce côté-là. Les animations sont de très bonne facture, tout comme les cinématiques.

Jouabilité : 7/10. En progrès depuis l'opus précédent, ceci grâce à divers ajouts.

Bande sonore : 8,5/10. La grande réussite du jeu. Un régal en somme.

Durée de vie : 5/10. Aïe ! Là par contre, ça fait mal. Vite bouclé, on aura pas forcément envie d'y retourner, la faute à un level design mal conçu.

AU FINAL : 13/20, car on passe quand même un bon moment avec Crash.

C'est un bien honnête jeu de plates-formes / action à petit prix, malheureusement rabaissé par quelques défauts encombrants.
En fait, c'est la même chose depuis 2004 avec Twinsanity.
Dommage pour ce pauvre Crash, dont l'avenir semble plus que compromis...

Merci de commenter de manière constructive !
avatar
Orbulon
Savant
Savant

Messages : 81
Date d'inscription : 24/04/2011
Age : 20

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum