[Fanfiction] Crash Bandicoot et les Maîtres du Temps

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Fanfiction] Crash Bandicoot et les Maîtres du Temps

Message  Sanephar le Lun 21 Fév - 17:55

Fiche présentation


Crash Bandicoot : l'Equilibre

Première partie : Les Gardiens de l'Equilibres
- Tome 1 - Crash Bandicoot et les Maitres du Temps (Terminée/Réécriture achevée) ;
- Tome 2 - Crash Bandicoot : Beyond Good and Evil (Terminée/Réécriture en cours) ;
- Tome 3 - Next génération (En cours d'écriture/Titre provisoire) ;

Seconde partie : Les préquelles
- Tome 1 - Crash : Le berceau du Bien et du Mal (anciennement "Les Liens Éternels") (Terminée) ;
- Tome 2 - La Grande Guerre du Bien et du Mal (En cours d'écriture/Titre provisoire)
- Tome 3 - Les Veilleurs (En cours d'écriture/Titre provisoire)

Finalement, j'ai réussis à trouver la bonne organisation/chrologie à ma saga en envisageant de faire une autre fanfiction. Grâce à Aku Uka. Merchi à toi Smile

***

Voici donc le tome 1 de la première partie : Crash Bandicoot et les Maitres du Temps

Nombre de chapitres : 10
– Prologue
- Chapitre 1 : Le collier des « Temps Eternels »
- Chapitre 2 : Le Temps est-il un ennemi ?
- Chapitre 3 : Le Temps d’une contre-attaque
- Chapitre 4 : Le Temps d’une valse
- Chapitre 5 : Chaos au Temple du Temps
- Chapitre 6 : Le Sablier du Temps
- Chapitre 7 : Pressés par le Temps
- Chapitre 9 : Le Temps des hostilités
- Chapitre 10 : Le Temps des regrets
- Epilogue

Etat : Terminé/Réécriture achevée
Type : Général, Action/Aventure, Romance,
Rating : [+13]


Résumé : un Maitre du Temps ? Moui… Cela dit vaguement quelque chose à Crash Bandicoot, le marsupial qui ne cesse de sauver le monde que son cher créateur désire tant conquérir, mais pas plus que cela. La mémoire lui revint subitement quand il se retrouve contraint de protéger Nefria, la Maitresse du Temps des Lumières, traquée par le vieil ami d’Uka Uka : Nefarious Tropy, seul Maitre du Temps qu’il connaissait jusqu’à lors. Et puis tout s’enchaine… Un Temple du Temps, un artefact tant convoité, un Sablier du Temps sacré et l’univers qui est une fois de plus est en danger… Cela fait beaucoup de chose pour le marsupial qui va devoir renoncer une fois de plus à ses siestes pour la sauvegarde d’un équilibre universel !

Personnages principaux et personnages inventés :
Crash Bandicoot
Jeune mutant humain/Bandicoot développé par le docteur Neo Cortex, Crash est un mâle naïf, amitieux et aux capacités cognitives légèrement limitées. Paresseux, il n’hésite pas cependant à se salir les mains quand le monde est en danger, et prends même plaisir à partir à l’aventure. Courageux et sûr de lui, il se prendra d’affection pour la jeune Nefria qui a tendance à douter de tout. Il s’en fera une précieuse amie, apprendra plus sur lui et le fonctionnement de l’univers, notamment sur l’Instance des Maitres du Temps et combattra à ses côtés.

Aku Aku
Masque de sorcier et Gardien de l'Archipel sur lequel un scientifique mal attentionné s'est implanté. Ayant promis de faire taire l'existence de la magie, Aku Aku ne se montre pas tout de suite, et c'est par un heureux hasard qu'il fera la connaissance de Crash Bandicoot, un marsupial créé et rejeté par l'homme qui a osé s'emparer de son précieux archipel et perturber la vie de ses habitants, qu'il soit humain ou animal. Voyant à travers l'hydride le potentiel pour devenir à son tour Gardien de l'Archipel, il l'aidera dans sa quête, et par affection, refusera de lui faire porter un tel fardeau.

Nefria
Jeune fille de dix-sept ans, originaire de la huitième dimension dont les pouvoirs auraient été débusqués, comme pour la plupart des Maitres du Temps, par le Sablier du Temps. Consciencieuse et volontaire, son talent pour manier les pouvoirs spacio-temporels fera d’elle la nouvelle Maitresse du Temps des Lumières, et la principale rivale du docteur Nefarious Tropy, dont elle craint et admire en même temps.
Dévouée pour le Temple du Temps et son artefact les « Temps Eternels » dont elle est la gardienne, elle a très peu d’assurance et d’alliés. Les Bandicoots, et plus précisément Crash et Aku Aku, l’aideront à trouver des ressources dont elle ne soupçonnait pas, et à courageusement faire valoir ses idéaux.


Nefarious Tropy
Docteur et Maitre du Temps des Ténèbres, il est très connu du Temple du Temps, autant pour la prestigieuse famille dont il est issu, que par le talent rare dont il est doté en tant que Maitre du Temps et de son extraordinaire invention : la Chrono Tornade.
Cruel, froid et novateur, il déteste l’Instance des Maitres du Temps et est désireux de reformer le Temple dans le plus grand secret. Il prendra particulièrement plaisir à martyriser la jeune Nefria qui est une clé importante de ses projets fous et ambitieux.

Neo Cortex
Docteur en podologie, il est le créateur de nombreux mutants, dont son plus farouche ennemi : Crash Bandicoot.
Désireux de conquérir le monde, sans y parvenir, il souhaite dans un premier temps de se débarrasser du clan Bandicoot, et donc n’hésite pas à s’allier avec Tropy ou à être sous les ordres d’Uka Uka.
Il se fera, cependant, un nouvel ennemi qu'il classera numéro 2 juste après Crash.


Uka Uka
Masque de sorcier et jumeau maléfique d'Aku Aku. Ce dernier ne désire plus uniquement détruire son frère et régner sur l'archipel, mais s'emparer du monde ! Pour cela, il sera le chef d'un être humain, le docteur Neo Cortex, à l'intelligence surhumaine. Bien que déçu par les échecs répétés de ce dernier, il n'en reste pas moins convaincu qu'il pourrait l'aider à parvenir à ses fins. Mais dans ce but, il s'aidera aussi d'un vieil ami qui a besoin de son concours...

Asaki
Dirigeant du Temple du Temps et mentor de Nefria. Il est le fondateur du Temple du Temps, et bénéficie des faveurs du Sablier du Temps. Il s’entendra d’emblée avec Aku Aku qui lui ressemble beaucoup, autant de part leurs personnalités que leurs expériences et leurs idéologies.
Sa vie n’a de raison d’être que pour servir le Temple et son Sablier, et pour cela, il n’hésiterait pas à se sacrifier pour préserver l’édifice dont il est l’un des constructeurs.
Bienveillant mais neutre, il conseille autant Nefarious que Nefria, mais est plus attentionné pour la jeune fille dont il la considère plus que son élève.

Mayu
Jeune sœur de Nefria, cette petite fille est une apprentie Maitresse du Temps. D’apparence enfantine et naïve, elle est très éveillée et mature pour son âge, et n’hésite pas à mettre sa vie en danger, plus pour aider sa sœur que pour le Temple. Elle sera tout de suite adorée par Crash qui la trouve craquante dont elle affectionnera sa fourrure « toute douce ».
Comme tous les enfants qui adorent les histoires, Mayu est une fervente croyante du Sablier dont on dit réalisateur de souhaits.

Autres personnages : Coco et Crunch Bandicoot, Nina Cortex, N.Gin, Dingodile, Tiny et d’autres personnages inventés mais très secondaires…

Petites notes :
- Bon, ça y'est, j'ai trouvé mon petit planning. Je vais publier la fiche ce soir, le prologue mercredi, et le chapitre 1 vendredi.
- C'est normal que la majorité des personnages soit représentée par des "????". Si je vous mettez toutes leurs descriptions, vous aurez moins de surprises ^^


Dernière édition par Sanephar le Ven 29 Juil - 22:36, édité 6 fois (Raison : Modification de la fiche de présentation)
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot et les Maîtres du Temps

Message  Aku Uka le Mar 22 Fév - 13:00

Encore un petit aperçu qui nous met l'eau à la bouche, comme toujours. Smile

Si avec ça, on sait pas que tu fais une fanfic sur le temps: TOUS les titres de tes chapitres comportent le mot "temps" et je trouve ça vraiment original et simple: bravo pour cette idée. J'ai adoré! Very Happy

Hum, une grande majorité d'inconnus pour le moment. Encore une idée originale que je n'y'aurais jamais pensé le truc des ????. ^^
J'imagine que N.Tropy, Crash, Cortex et Nefria font partie de ces inconnus. En tout cas, j'ai vraiment hâte d'entamer cette fanfic d'ici Vendredi.

Quand à moi, j'avance par tous petits pas mais on va finir par y arriver, le temps que mes idées soient organisées et je continue mon chapitre 22.
(Content que le 21 t'ait plu d'ailleurs, tu m'as vraiment encouragé pour que je m'y remette. Espérons que mes révisions n'entâchent pas mon chapitre, je m'en voudrais de te décevoir au niveau de la rédaction surtout que là, je n'ai plus aucune excuse pour me relâcher dans l'écriture Rolling Eyes )
avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot et les Maîtres du Temps

Message  Sanephar le Mar 22 Fév - 16:53

Au fond, je suis sadique de faire des fiches. Mais je trouve cela normal. Du moins, sur les sites de fanfictions, on retrouve ce genre de présentations, en mieux, ou plus ou moins détallé !

C'était ma lubbie de l'époque : les pouvoirs spatio-temporels. Je me suis alors donné un mal fou pour créer un univers sur le temps, dans "Crash Bandicoot". Le fait que Tropy ait déjà posé sa patte m'a beaucoup aidé ^^ Mais je soupçonne fortement le Maître du Temps d'y être pour quelque chose dans ma "passion" Smile

Je dois avouer que je suis fière de mes titres de chapitres, même si je les trouve parfois un peu répétitifs. En tout cas, je suis ravie que ma trouvaille te plaise !

Bingo ! Les personnages que tu as cité font partie de la liste Wink Avec le prologue qui sera publié demain, un personnage sera "révélé". Pratiquement tous les autres aussi avec le chapitre 1. Tu n'auras donc pas à attendre longtemps.
L'idée de garder le mystère des personnages m'est venu au dernier moment par contre. Encore une fois, je suis contente que mon initiative te ravi !!

Comme je te l'ai dit, je serais patiente pour ton chapitre 22. Je sais que tu es pas mal occupé avec le bac blanc et que tu ne peux pas te mettre pleinement dans ton chapitre. C'est plus important de privilégier les études après tout. Allez courage pour affronter cette période !!
Me décevoir ? Oh, je ne pense pas. Le chapitre 21 était d'ailleurs bien écris, je l'ai trouvé plus équilibré dans la narration/dialogue. Tu ne peux donc que faire des progrès Wink

Bien, bien, je te dis à demain avec l'arrivée du prologue normalement.
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Crash Bandicoot et les Maitres du Temps - Prologue

Message  Sanephar le Mer 23 Fév - 9:15

Crash Bandicoot et les Maitres du Temps

Prologue


L’histoire des Maitres du Temps remonte à des millénaires.

Tout commença dans un petit village en une dimension éloignée où un vieil homme mettait au point avec l’aide de ses deux fils un sablier. Un immense sablier qui devait faire office de monument pour le village. Un monument qui devait protéger leur terre.

Une fois la construction achevée, on nomma Asaki et Sabrac¹, fils du créateur du Sablier, les gardiens de l’artefact.
La nuit qui vint après la fin de la construction et la nomination des gardiens, la Shaman du village organisa une cérémonie pour appeler un esprit bienveillant afin qu’il prenne possession de l’artefact, lui donnant ainsi la vie. Si la Shaman murmurait des incantations à genoux devant le Sablier, une jeune fille se nommant Yuki², sœur des gardiens et disciple de la vénérée Shaman, dansait pour inviter l’esprit à venir.
Le nom de l’esprit qui entra dans le Sablier ne fut pas mentionné par les deux invocatrices. Il était tabou à l’époque de donner l’identité de l'un de ces êtres immortels de peur qu’une malédiction s’abatte sur le village. Seules la Shaman et son apprentie rendaient hommage régulièrement pour remercier l’esprit de veiller sur eux.

Un soir de pleine lune alors que Yuki et sa maitresse chantaient et dansaient en l’honneur du Sablier, celui-ci parla à travers Asaki, l’un des gardiens. Il dit que certains humains avaient des dons qu’il ne pouvait ignorer et que ces humains feraient naitre une nouvelle ère, celle des Maitres du Temps.
C’est depuis cette nuit, et sous les instructions du Sablier, qu’un temple fut érigé à l’endroit même où se trouvait l’artefact.

La construction prit dix ans, pendant lesquels on commença à former des êtres capables de contrôler le temps et l’espace, que le Sablier trouvait aux quatre coins de l’univers. Asaki et Sabrac, bénéficiant désormais de l’immortalité, étaient les formateurs qui avaient appris les arcanes du temps à une vitesse effrayante. Ils étaient des maitres incontestés dans ce domaine.

Lorsque le Temple fut achevé, Asaki fut nommé pour le diriger. Quelques jours seulement après sa nomination, la Shaman mourut de vieillesse, et Yuki reprit le flambeau malgré la tristesse de la perte de sa maitresse.

Si pour l’ensemble des villageois tout allait bien, il n’en était rien pour une seule personne : Sabrac, qui enviait son frère ainé Asaki. Il avait donné autant d’ardeur pour le Sablier et n’appréciait pas de n'être nullement récompensé.

Au fur et à mesure du temps, son envie se transforma en jalousie puis en haine. Le désir de se venger du Temple et d’Asaki l’avait pris. A partir de ce jour, il perdit de vue la réelle raison de la création du Temple et se concentra sur ses besoins personnels. Sabrac sombra dans la noirceur. Il organisa secrètement un coup d’état pour la prise de l’édifice.

Quand il attaqua, Asaki fut prit au dépourvu par la trahison de son frère et par ses loyaux serviteurs qui étaient pour la plupart des très bons apprentis Maitres du Temps. Le Temple fut sauvé par une personne totalement inattendue : Yuki. La jeune femme invoqua, d'on ne sait quelle manière, l’esprit du Sablier. Ce dernier fit emprisonner Sabrac dans un lieu dont seul lui avait le secret. Néanmoins, avant de disparaitre, il blessa mortellement sa sœur, trop concentrée pour maintenir son invocation. Avant de mourir, elle murmura à l’oreille de son plus grand frère le nom de l’esprit, pour qu’il ne soit jamais oublié : Nephar.

Aujourd’hui encore on parle de son extraordinaire exploit. La seule chose que personne ne sut, c’est que Yuki avait secrètement mis au monde un enfant. Asaki prit soin de l’élever tout en gardant, à son plus grand regret, le secret sur l’identité de la mère car à l’époque, une Shaman devait rester pure jusqu’à la fin de sa vie. Le dirigeant du Temple ne sut qui était le père et s’en moqua éperdument. Il éleva l’enfant et bon nombre des descendants de cette lignée furent de très bons Maitres du Temps des Lumières mais qui moururent précocement. On supposa les Maitres du Temps des Ténèbres d’y être pour quelque chose mais aucune preuve venant étayer cette accusation ne put être trouvée. Asaki attendait patiemment de voir un jour un membre de cette lignée capable du même exploit que sa sœur, c’est-à-dire l’invocation de Nephar. Il pensa l’avoir trouvé quand une petite fille nommée Nefria commença son apprentissage. Elle se révéla être très douée et dégageait une aura que les autres n’avaient pas. Pire que tout, elle lui faisait penser à sa défunte sœur. Ce qui l’étonnait fort puisque Nefria était née bien des siècles après le premier enfant de Yuki.

Quoi qu’il en soit, Asaki devint le professeur personnel de Nefria sans qu’elle sache quoi que ce soit de leur réel lien parenté…

¹ Prénom d’un antagoniste dans « Shakugan no Shana second ».
² Prénom japonais qui signifie « neige ».

Correction effectuée par Neo_White

Notes d'auteur :
- Ca fait beaucoup de noms à retenir tout ça, je sais. Pour l'heure, retenez que celui d'Asaki et Nefria. Les autres personnages n'apparaissant que plus tardivement dans la saga.
- Ce prologue peut vous semblez très éloigné de l'univers de "Crash Bandicoot". Rassurez-vous, il ne fait que poser les bases le l'instance des Maîtres du Temps, autrement dit, le Temple du Temps. Le prochain chapitre sera moins ennuyeux.
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot et les Maîtres du Temps

Message  Sanephar le Ven 25 Fév - 10:34

Note d'intro : ceci était ma première fanfiction sur "Crash Bandicoot". Elle est donc beaucoup moins bien écrite que la précédente.


Crash Bandicoot et les Maitres du Temps

Chapitre 1 : Le collier des « Temps Eternels »


Nefarious Tropy, encapuchonné dans une longue cape qui ne laissait rien voir hormis sa taille, se frayait un chemin dans la foule d’une ville. Il devait atteindre la périphérie au plus vite. Une fois sorti de cette ville animée du XVIème siècle, il marcha sur les routes menant à la campagne. Le lieu était trop agréable et paisible, il ne s’attarda donc pas à l’admirer. Ce n’était pas ce genre d’endroit qu’il affectionnait loin de là. Il continua sa route pendant dix bonnes minutes, seulement bercé par le chant des oiseaux et la douce chaleur du printemps. Il bifurqua à droite du chemin de terre pour aller dans un champ de verdure. Il continua encore une vingtaine de minutes et vit au loin la silhouette d’un humain gracieusement assis sur un rocher. Plus il s’en approchait et moins il pouvait voir de détails, hormis le fait qu’il s’agissait d’une femme au vu des courbes de sa silhouette et de la position dans laquelle se trouvait l’inconnue. Il s’arrêta en face d’elle et essaya de percevoir son visage caché par la capuche de sa cape en coton marron. Les mains de l’étrangère sortirent du vêtement, dévoilant le bustier d’une robe de paysanne, et retira la capuche.
Il pouvait donc dévisager pleinement l’inconnue. Ses cheveux châtains et soyeux étaient retenus par deux baguettes en un petit chignon qui laissait une partie de sa chevelure descendre en cascade sur son dos. Son visage pâle était encadré par deux mèches faisant ressortir sa bouche rosée. Si son visage était impassible, ses yeux d’un magnifique émeraude démontraient une certaine appréhension.

- Docteur Nefarious Tropy ?

L’interpelé souleva d’un geste souple son capuchon, dévoilant sa peau bleu qui fit écarquiller les yeux de la demoiselle un court instant. Ses yeux démontraient un sentiment malsain et un sourire énigmatique prit forme sur ses lèvres :

- C’est moi.

C’est alors qu’un masque sortit de derrière le rocher. Il n’eut aucun mal à reconnaitre Aku Aku, le masque protecteur des Bandicoots, ses ennemis.

- Je suis le nouveau Maitre du Temps, dit la jeune fille.
- Celle du Bien, ajouta Tropy.

Il souleva sa cape de son torse et un masque de sorcier ressemblant à celui apparu un peu plus tôt fit son entrée. Il se décolla du Maitre du temps pour venir flotter dans les airs.

- Uka Uka, Docteur Tropy, fit le masque de sorcier aux plumes colorées en guise de salutation.

Les interpelés ne daignèrent pas répondre, démontrant une once de mépris dans cette indifférence gênante.

- Je ne m’attendais pas à ce que tu sois si jeune, commença le Maitre du Temps.
- L’âge n’influence pas le talent, je pensais que vous le savez.
- Etant donné que tu as réussi à réparer l’une des mes plus grosses perturbations du continuum espace-temps, je m’étais attendu à quelqu’un de plus âgé.

La jeune fille sauta doucement du rocher où elle s’était installée et retomba avec grâce sur ses pieds.

- Je suppose que c’est un compliment, dit-elle.
- En effet.

Nefarious Tropy haussa un sourcil quand il la vit s’incliner, il hocha la tête en guise de salutation. Puis elle se redressa et dit de sa voix douce :

- Les Maitres du Temps se doivent de se rencontrer une fois, telle est la loi.
- Je dirai plutôt « se présenter ». Quel est ton nom ?
- Mon maitre me nomme Nefria.

Puis, d’un geste souple, ladite Nefria extirpa son collier de son cou et en quelques instants celui-ci se transforma en un bâton. Ce dernier était blanc, l’un des extremas était arrondi et accueillait en son centre une petite horloge étrange.

- Je vous dit adieu, Serviteurs des Ténèbres¹. Nous n’avons plus besoin de nous revoir.
- Il se peut que le temps nous amène à nous rencontrer, répondit mystérieusement Tropy.

La jeune demoiselle fit tourner son bâton dans sa main et le plaça devant elle après avoir placé sa main derrière Aku Aku pour le toucher. Quelques secondes après, elle disparut avec lui.

- Ne la trouves-tu pas intéressante ?
- Beaucoup, Nefarious.

Le Maitre du Temps sourit avant de faire apparaitre son bâton gris qui avait la forme d’une fourche à deux pointes. Puis il disparut à son tour en se disant que son opposée promettait un bon amusement.

***
Dans un bruissement de vent, Nefria et Aku Aku apparurent au sommet d’une falaise qui surplombait une magnifique plage.

- Vous habitez ici ?
- Oui, répondit Aku Aku.
- C’est un endroit paisible.
- Tu es la bienvenue si un jour tu as le besoin de venir.
- Je vous remercie de votre invitation. J’ai été ravie de faire votre connaissance. Mais je dois partir maintenant.
- Je l’ai été aussi. Que le Bien guide ta route.

Elle hocha la tête en esquissant un léger sourire et disparut avec son pouvoir de voyage à travers le temps et l’espace. Aku Aku descendit alors de la falaise pour rejoindre la plage où se trouvaient les trois bandicoots qu’il considérait comme sa famille. Coco était allongée sur son ventre à même le sable devant son ordinateur, Crash dormait la tête posée sur le dos de sa cadette marsupiale, ronflant bruyamment, seul bruit perturbant le calme du lieu et Crunch faisait du sport.

- Bonjour mes enfants.
- Salut ! dit Crunch entre deux pompes.
- Bonjour Aku Aku. Alors vas-tu nous dire pourquoi tu t’es absenté ? dit la seule femelle du groupe.
- Moi et mon jumeau maléfique avons fait la connaissance d’une Maitresse du Temps.
- D’une Maitresse du Temps ? s'étonna la marsupiale qui consentit enfin à lâcher des yeux son moniteur.
- Celle du Bien. Elle ne combattra pas avec nous, mais elle réparera les erreurs du Docteur N. Tropy.
- Et elle est… douée ?
- Elle fait preuve d’un calme olympien devant les répliques de Tropy.
- Je vois. J’espère qu’elle est courageuse parce qu’elle va avoir du boulot. Crash, réveille-toi je dois retourner à la maison.
- zzzzZZZZ

Coco plissa ses yeux et se releva, faisant sursauter Crash. Ce dernier la regarda d’un air endormi tout en se grattant la tête. La jeune Bandicoot fit une courte morale à son ainé qui sans doute n’écoutait absolument rien au vu de son expression endormie. Puis elle partit en direction de la maisonnette. Crash la regarda s’en aller, puis jeta un œil dans la direction de son ami le masque qui lui sourit. A son tour il sourit et se leva pour aller un peu plus loin. Aku Aku ne savait pas si Crash dormait vraiment ou s’il faisait semblant pour taquiner sa sœur.

***
Nefria sortit d’une maison d’un pays oriental qui se situait à époque ancienne. Elle avait réussi à éviter une catastrophe. Un enfant qui avait des dons de voyance avait prédit un avenir désastreux pour sa famille et il avait voulu changer cela. L’ennui est qu’un tel changement entrainerait un autre beaucoup plus grand et ce dernier changerait l’histoire à jamais. Cela se produisait peu mais quand ça arrivait, la jeune fille faisait un bon en arrière pour empêcher ce genre de drame.

Elle sentit une autre perturbation dans le continuum espace-temps et décida de se téléporter vers l’époque en péril sur un des nombreux toits de la nouvelle ville. Avant de réparer les dégâts, elle chercha la cause de tout ceci et ne trouva aucun indice. Ce changement n’avait aucun sens sauf si…

- Le Maitre du Temps des Ténèbres, murmura-t-elle pour elle-même.

D’un geste souple du poignet, elle frappa le sol avec son sceptre, figeant le temps. Le paysage avait prit une sinistre couleur grise et plus rien ne bougeait. Puis, elle renversa son bâton de manière à ce que l’horloge encadrée dans le cercle soit en contrebas. Elle ferma les yeux et récita une incantation dans une langue très ancienne, dont peu de personnes avaient le secret. Une fois qu’elle eut fini, elle rouvrit les yeux et ne s’étonna pas de l’absence du changement qui régnait. Elle retira son kekkai² qui figeait le temps et là on put voir que le monde semblait en paix et que la panique qu’il y avait eu quelques instants plus tôt n’était plus qu’un simple rêve.

- Que me vaut l’honneur de votre visite ? demanda Nefria en se retournant calmement.
- Tu te débrouilles plutôt bien, dit Tropy qui venait d’apparaitre.
- Je ne vous croirais pas si vous me disiez que vous êtes venu dans l’intention de me regarder à l’œuvre.
- Non, en effet. Je suis venu pour récupérer ce que tu tiens entre tes mains.

La jeune fille ne daigna même pas tourner la tête pour regarder le sceptre qu’elle tenait de sa main droite et se contenta de dire avec calme :

- Vous vous doutez que je ne vous le laisserez pas me le prendre. Cet objet est pour le Bien.
- Il y a comme un déséquilibre.
- Absolument pas. Sachant que ce sceptre augmente mes pouvoirs, je ne peux l’utiliser autrement que pour équilibrer l’univers. C’est pour cela que je ne participe pas à la guerre du Bien et du Mal.
- Ca ne change rien au fait que j’ai besoin de cet artefact pour gagner contre le Bien. Si tu me le donnes gentiment, j’épargnerai ta vie.
- Vous qui avez l’habitude de combattre la Lumière³, vous devez déjà connaitre ma réponse.
- Dois-je comprendre que tu refuses ?
- Soyez honoré, c’est mon premier combat.
- Et le dernier.

Tropy disparut grâce à son pouvoir qui lui permettait de se déplacer dans l’espace, et son adversaire jugea bon d’en faire de même après avoir regardé autour d’elle. Si elle restait trop longtemps au même endroit, elle risquait d’être attaquée. Au moment où elle se téléporta, le Maitre du Temps apparut derrière elle et enfonça son sceptre du côté aiguisé en elle. Elle disparut tout de même et réapparut en face de lui. Malheureusement, elle aurait du se téléporter immédiatement après que son adversaire eut disparu de son champ de vision. Son opposant à la peau bleu sourit en voyant une égratignure sur la joue de la demoiselle. Il avait visé la tête et apparemment elle l’avait esquivé ; cependant, elle démontrait déjà une faiblesse.

- Les Maitres du Temps du Bien sont réputés pour leur rapidité, pourtant la tienne est médiocre.
- Ma rapidité n’est pas à blâmer. Mon manque d’expérience l’est. Je n’ai pas tous les réflexes d’un combattant.
- Malheureusement pour toi, tu n’auras pas le temps de les acquérir.

Pourtant, lors de ses entrainements avec son maitre, Nefria arrivait à éviter les attaques-surprises comme Tropy en avait utilisé, et son maitre était incontestablement plus rapide que lui. Elle ne l’avait fait qu’une fois, cette erreur de regarder autour d’elle, et ses côtes s’en souvenaient encore. Son maitre l’avait fortement frappé à cet endroit. Devait-elle mettre cette inattention sur le compte du stress ?

Elle n’eut pas le temps d’approfondir le sujet, que son ennemi lui envoya une boule rouge-orangée. Elle s’abaissa pour l’éviter et lui en envoya une qu’il para par une attaque symétrique. Non seulement cette dernière arrêta le projectile mais en plus elle passa au travers et Nefria dut faire un salto avant pour éviter d’être touchée. Le Mal s’oppose en de nombreuse manière, pour la jeune fille, leur caractéristique en était la preuve. Elle était certainement plus rapide et agile que lui. Mais à l’inverse, elle avait beaucoup moins de puissance et de résistance. Bien entendu, elle pouvait encaisser les coups sans trop de difficulté, mais elle n’avait pas autant de réserves d’énergie que lui. La situation deviendrait compliquée pour elle, si elle devait utiliser plus de puissance à long terme pour au moins espérer neutraliser sa boule et passer au travers. Cette solution n’était pas envisageable, ou alors, elle devait terminer ce combat au plus vite.
La fuite n’était pas envisageable. Elle devait gagner pour qu’à l’avenir, il réfléchisse à deux fois avant de s’opposer à elle.

- Pourquoi l’artefact des « Temps Eternels » vous intéresse-t-il ? Il y a longtemps que les Ténèbres n’en voulaient plus et ne combattaient plus les Maitres du Temps des Lumières pour cela.
- Ce collier possède des attributs dont j’aimerais jouir pour écraser le Bien.
- Je vous l’ai déjà dit, je ne participe pas à la guerre qui oppose depuis la nuit des temps le Bien et le Mal. Cela veut aussi dire que je ne donnerai pas mon collier pour qu’il serve cette cause, et encore moins celle du Mal.
- Alors tu vas mourir.
- Si le sacrifice de ma vie est nécessaire pour accomplir mon devoir, alors je n’ai pas peur de mourir.
- J’ai déjà entendu ça de tes prédécesseurs ! rit-il, amusé, tout en envoyant un rayon jaune dans sa direction.

Nefria disparut et réapparut au même endroit. Quand elle sentit une présence derrière elle, elle s’abaissa mais ne fut pas assez rapide pour éviter totalement le coup, qui lui entailla profondément l’épaule. Elle se téléporta pour réapparaitre plus loin en tenant son épaule droite de sa main gauche. Elle resserra l’étreinte de sa main droite sur son sceptre quand il prononça ces mots : « Tu es si pathétique. Ca me fait presque pitié. »

Ils s’affrontèrent quelques minutes du regard. Si Tropy semblait ne pas bouger pour une quelconque raison, Nefria profitait de ce moment de répit pour trouver une solution. Quand elle vit le cadran s’affoler sur le torse de Tropy, elle écarquilla les yeux et se retourna pour voir un autre Tropy derrière elle. Ce fut trop tard, l’arme de celui-ci s’enfonça dans son ventre. Il enleva son sceptre de sa chair et elle cracha une gerbe de sang avant de s’écrouler au sol.

- Tu n’es pas assez attentive. Moi qui pensais que tu verrais que je retournais dans le passé…

Elle étouffa un gémissement alors que l’autre Tropy plus loin avait disparu. L’effet de la ruse utilisée avait pris fin.

- C’est la fin. Adieu jeune Nefria, dit-il en levant son sceptre afin de lui porter le coup fatal.

Elle esquissa un léger sourire qu’il ne comprit pas. Cette fois, la fuite était une meilleure solution comparée à la mort. Son orgueil en prenait un coup, mais elle préférait cela à être la Maitresse du Temps qui aurait duré le moins de temps. De plus, elle devait protéger les « Temps Eternels ». Ils ne devaient tomber entre les mains de Tropy. Nefria disparut sous ses yeux au moment où il abaissa son arme qui se planta dans le vide : « - La garce ! éructa-t-il. »

***
Nefria réapparut sur la falaise où elle avait déposé Aku Aku quelques jours plus tôt. Elle grimaçait à chacun de ses mouvements mais essaya du mieux qu’elle pu de ne pas tenir compte de la souffrance que lui causaient ses blessures. Quand elle vit que la plage était déserte, elle se mordit la lèvre inférieure. Elle n’avait pas le temps de fouiller l’île pour retrouver le masque de sorcier. Où pouvait-il bien être ? Elle se rappela subitement que le mage du Bien vivait avec des hybrides, ces derniers devaient avoir une sorte d’habitat quelque part. C’était certes plus facile à trouver que des êtres vivants, mais ça ne résolvait pas totalement le problème. Elle n’avait pas le temps de chercher. Elle décida de se téléporter sur un endroit en hauteur et qui lui donnerait une vue globale de l’île. Utiliser son pouvoir pour se téléporter n’arrangeait absolument pas son état de santé, mais elle ne pouvait faire autrement. Elle devait juste l’utiliser le moins possible et seulement en cas de nécessité. Elle regarda le paysage pendant quelques minutes. Elle vit un village d’indigène, des lieux magnifiques, et tomba enfin sur une sorte de clairière avec une petite maison non loin. C’était peut-être là. Elle se téléporta de nouveau pour se trouver à quelques mètres de la bâtisse. Ses yeux cherchèrent une présence quelconque avant de tomber sur une bandicoot concentrée devant un appareil sur ses genoux. Elle voulut l’interpeller mais c’est un gémissement qui en sortit à la place d’un « s’il vous plait ». Le résultat fut le même puisqu’elle réussit à obtenir l’attention de la marsupiale qui haussa un sourcil en la voyant. Elle referma l’engin et se releva tout doucement, ses gestes et son air démontrant de la méfiance et de la prudence.

- S’il vous plait, où puis-je trouver… Arg !

Elle ne put terminer sa phrase qu’une vague de douleur l’envahit dès qu’elle avança de quelques pas vers l’inconnue, accompagnée d’un vertige. Sa vision s’obscurcit et elle resta quelques secondes consciente en maudissant sa fatigue avant de tomber inerte sur le sol.

- Crash, Aku Aku, Crunch ! appela Coco.

Crunch et Aku Aku sortirent de la remise en quelques secondes, et son frère sortit de la maisonnette seulement quelques minutes après, en se frottant les yeux. Quand il vit une jeune fille dans les bras de sa cadette, il s’éveilla brusquement et rejoignit rapidement sa famille.

- Je vois : c’est la fille dont tu nous parlais il n’y pas si longtemps. Ses blessures ont l’air sérieuses. Il faut la soigner au plus vite, dit la jeune Bandicoot à l’attention du masque.

Crash posa sa main sur l’épaule de Coco et montra la fille de son autre main. Comprenant ce qu’il voulait, elle expliqua :

- C’est la Maitresse du Temps. Elle est de notre côté. Crunch, tu peux m’aider à la porter ?

Ce dernier hocha la tête et emmena la fille dans la remise sous l’indication de Coco. Là Crash et Crunch passèrent plusieurs heures à regarder Aku Aku et Coco faire de leur mieux pour sauver la jeune fille en espérant qu’elle pouvait l’être.

¹ Nefria désigne par là les combattants du mal.
² Kekkai : Sorte de barrière protectrice.
³ Nefria veut dire par Lumière, le Bien en règle générale.

Correction effectuée par Neo_White.

Notes d'auteur :
- J'ai eu envie d'écrire sur "Crash Bandicoot" après avoir lu la fanfiction de Neo_White, trouvée tout à fait par hasard. Mais il me fallait une idée de scénario de base. Je me suis alors souvenue d'une remarque de mon enfance quand j'ai joué à Crash 3 : "pourquoi il n'y a pas de maître du temps chez les gentils ?". C'est peut-être bête, mais l'idée de départ vient de là ^^'
- Il me fallait donc un Maître du Temps pour le bien ! Mais qui ? Panne sèche d'inspiration... Je me suis alors tournée vers mon tout premier personnage inventé dans une autre fanfiction, et Nefria est née...


Dernière édition par Sanephar le Dim 27 Mai - 19:17, édité 1 fois (Raison : Correction de quelques fautes)
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot et les Maîtres du Temps

Message  Aku Uka le Ven 25 Fév - 12:34

Houlà, ça en fait de la lecture, va falloir que je rattrape tout ça! ^^

Oui, excuse moi si je n'ai pas encore commencé à lire mais vu que le grand moment approche, je ne cesse d'être scotché aux cahiers pour constamment vérifier quelque chose et crois-moi, c'est vraiment pesant et stessant!
Sans rancune? Rolling Eyes Le week-end prochain, j'aurais plus de devoirs et plus de révisions alors je pourrais avoir 3 jours de repos intense: ça, c'est le pied! Smile
Il va donc te falloir attendre quelques jours avant de recevoir mes commentaires. Ca me désole autant que toi mais en ce moment, je potasse comme un malade (non, je me fais pas des bourrages de crâne mais j'ai l'impression d'avoir rien retenu de mes cours, c'est normal docteur?).

Et puis, comme je dis dès fois pour me remonter le moral... c'est que le Bac Blanc! Rolling Eyes
avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot et les Maîtres du Temps

Message  Sanephar le Ven 25 Fév - 12:58

Je serais une vache si je t'en voulais de ne pas lire pour ton bac blanc quand même !
Ne te soucis pas de mes fanfics et continus de potasser tes cahiers pour avoir des bonnes notes !
Tu te rattraperas en commentaire quand tu auras fini de souffler après les examens blancs Wink

C'est normal que tu n'as l'impression de ne rien savoir. Mais tu verras que devant les examens, une bonne partie de tes connaissances reviendront d'eux-même ! Et si ça ne vient pas, c'est à cause du stress ! Alors là, pas de recette miracle. Il faut respirer calmement, se détendre et bien relire les consignes.
Si tu as appris tes cours depuis le début de l'année, et que tu viens de passer deux semaines à les réviser, tu en forcément retenus quelque chose.
Ne te soucis donc pas de ce que tu sais maintenant, tes connaissances vont te fuir pour mieux te revenir !

Bon courage pour les révisions de ce week-end !
N'hésite pas à décompresser si tu vois que tu satures !!
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot et les Maîtres du Temps

Message  Aku Uka le Dim 6 Mar - 12:26

Voilà enfin ton commentaire, que tu as bien mérité je dois dire, mais ça, ça n'est pas vraiment une surprise. Smile

Toutefois, il est vrai que le prologue, comparé au chapitre 1 est beaucoup plus lourd, question personnages. Au moment où je commençais à retenir le nom des personnages, la moitié avait déjà été zigouillée. Rolling Eyes Mais bon, je pense avoir retenu l'essentiel, surtout nos chers personnages de Crash Bandicoot. ^^

Tout comme tu l'as fait avec Aku Aku et Uka Uka, tu as réussi à me faire aimer N.Tropy. Smile Deux maîtres du Temps: tu pourras remercier ton enfance pour cette idée si originale. ^^

Tu dois également te douter que j'ai dévoré du regard le duel Tropy/Nefria, déjà de l'action dès le premier chapitre: j'adore!!
En plus, à chaque fois que je lis un passage où il y'a de l'action, je prends un stylo et en guise de bâton (comme je l'ai fait pour N.Tropy et Nefria) j'ai imité leurs gestes de combat en parlant à voix haute pour que ça me donne un idée du déroulement de l'histoire. Evidemment, je suis seul quand je fais ça, sinon on me prendrait un peu pour un taré. ^^
J'ai adoré aussi les techniques de chacun d'eux au combat où l'on retrouve les fameux rayons d'énergie et les sphères orangées de N.Tropy dans Crash Bandicoot 3 et bravo pour l'idée du double qui remonte le temps, c'était vraiment sadique mais j'ai adoré! Twisted Evil
J'ai également apprécié la fin du combat avec Nefria qui s'enfuit juste au moment où N.Tropy s'apprête à l'empaller avec son diapason et le petit juron de la fin qui montre que malgré tout, notre cher N.Tropy n'est pas aussi froid qu'il en a l'air. ^^

Néanmoins! Encore des fautes! Et parfois des révoltantes en oubliant une lettre par-ci par-là, ce qui change totalement le mot, je sais plus lesquelles mais je crois en avoir aperçu quelques unes.
Qu'à cela ne tienne, encore une fois, tu as réussi à me faire oublier ça. Wink

Aaah, nos chers bandicoots! Coco, toujours aussi accro à l'informatique, Crunch au sport et Crash... à la sieste! ^^ J'ai cru à un moment que dans ta fanfic, tu allais doter Crash de la parole vu que dans ta description, tu as décris Crash comme un bandicoot/humain alors je m'étais dis que...
Espérons que la vie de Nefria ne s'arrête pas déjà ici, ça serait dommage qu'un autre personnage nous quitte déjà si rapidement. Rolling Eyes

En bref, un magnifique chapitre et permet-moi de t'adresser mes plus sincères félicitations pour maîtriser avec autant d'agilité et de facilité le sujet du Temps, tu m'as impressionné. Autant d'idées pour un sujet aussi vaste et souvent difficile à organiser avec l'idée du Sablier, du Temple, des Maîtres du Temps de la Lumière et des Ténèbres. Ce thème à vraiment l'air de t'inspirer et ça se voit, je peux te l'assurer.

Est-ce alors indispensable que je te rappelle mon envie de lire au plus vite le chapitre 2? Non, bien sûr et en plus, vu que cette semaine, tu ne me l'as pas posté, tu pourrais le poster aujourd'hui, non? Rolling Eyes
avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Réponse aux commentaires

Message  Sanephar le Dim 6 Mar - 13:53

Arf ! J'ai écris le prologue après avoir écris l'entièreté de la fanfiction. C'est lors de la réécriture que j'ai décidé de l'insérer, et Neo_White, mon bêta-lecteur de l'époque, avait lui aussi lu la fanfiction avant. C'est sans doute pour cela que nous n'avons pas grillé que cela faisait beaucoup de personnages d'un coup. Malheureusement.... je n'ai pas pu faire autrement, mais les principaux réapparaitront plus tard, et pas en même temps, alors tu auras le temps de les assimiler.

Je suis contente d'avoir réussis à te faire aimer Tropy ! Je ne sais pas pourquoi, c'est mon méchant préféré, alors ça m'aurait ennuyé que tu ne l'aimes pas ^^'

Pourtant, je suis nulle en matière de combat. Ravie donc que mes maigres compétences dans le domaines te plaisent quand même. Au point de te faire faire du théâtre ! Mes chevilles gonflent de fierté xD

Des fautes ?! Pour le coup, je suis déçue ! Neo White me semblait être un bêta-lecteur très correct. Du moins... quand je voyais tout ce rouge sur mes chapitres... et les remontrances que je me prenais sur les fautes qui se répétaient... Va falloir que j'embauche un autre bêta pour repasser derrière lui. Il a saturé avec ce qu'il a eu à corriger avant le pauvre pale Malheureusement, Passionred est très occupée avec les deux fanfictions que je lui ai donné à corriger, alors elle ne pourra pas s'en occuper tout de suite, navrée...

Si Crash parle, ça ne sera pas d'un coup. Dans mon esprit, s'il se met à parler, ça sera d'abord des mots, des bouts de phrases mal faits, avant d'arriver à parler un poil mieux que Tiny.

Oui, ce thème me plait, mais il n'est que "secondaire" comparé au thème que je traite vraiment dans la fanfiction. Mais je ne pense pas que tu puisses le voir tout de suite... On verra avec... le temps si tu arrives à me griller ^^

Grand merci pour ce commentaire ! Il m'a vraiment fait plaisir ! Surtout que je satures avec mes cours et autres imprévus personnels qui tombent mal, ça fait du bien !! Il était long, détaillé, et y'avait absolument tout ce qu'il y'a à dire pour ce chapitre et prologue. Je suis au comble du bonheur !!
Alors forcément, je te mets le chapitre 2 tout de suite pour te récompenser Wink
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Crash Bandicoot et les Maitres du Temps - Chapitre 2

Message  Sanephar le Dim 6 Mar - 14:50

Crash Bandicoot et les Maitres du Temps

Chapitre 2 : Le Temps est-il un ennemi ?



Coco trempa un chiffon dans une bassine d’eau puis l’essora avant de le passer sur le visage de la jeune fille qui s’était évanouie devant elle il y’a quelques jours maintenant. Si à présent, les blessures de la malade ne mettaient plus sa vie en danger, la fièvre qu’elle présentait n’était pas dans le même cas. La Bandicoot avait beau user de médicaments et de médecines à base de plante, rien n’y faisait. Elle soupira puis retira vivement le chiffon mouillé quand Nefria bougea lentement la tête en prononçant le nom d’Aku Aku. La Maitresse du Temps ouvrit faiblement ses yeux et les referma presque aussitôt, accompagné d’une grimace douloureuse.

- Crash, tu peux… qu’est-ce que tu fais ? demanda-t-elle en voyant son ainé un livre dans une main et une pomme Wumpa dans l’autre.

Il lui montra le livre – certainement un roman - qu’il lisait à l’envers, ce que fit sourire sa cadette.

- Tu essayes de lire ou d’apprendre ?
Il montra deux doigts, signifiant que c’était la deuxième hypothèse.
- C’est trop compliqué ce livre là ! Attends, je vais t’en passer un autre.
Elle se dirigea vers une petite bibliothèque et attrapa un livre qu’elle tendit à Crash en lui disant que ca serait un peu mieux.
- Oh, est-ce que tu peux dire à Aku Aku de venir s’il te plait ?
Il hocha la tête et sortit. Il ne lui fallut pas longtemps avant de trouver le masque de sorcier en train de parler avec Crunch.
- Coco, Whaoudidou Hodide ! (Coco veut te voir)
- On en reparlera tout à l’heure, dit-il à Crunch. Merci de m’avertir, Crash.

Ce dernier lui répondit en levant son pouce en guise de réponse. Une fois qu’Aku Aku fut parti, le marsupial s’installa à côté de son compère qui commençait à soulever des poids. Quand il vit Crash un livre en main, il s’avança pour regarder.

- Qu’est-ce que tu fais ? Tu apprends à lire ? demanda-t-il en voyant que c’était un livre pour apprendre la lecture.
Crash hocha la tête pour répondre à la question du Bandicoot.
- Pourquoi ?
Le marsupial à la corpulence plus fragile montra sa tête et la leva un peu. Son compagnon prit une drôle d’expression et lui demanda :
- Tu veux avoir la tête comme Cortex ?
Crash agita vivement ses mains de droite à gauche en prenant un air affolé, et chercha une idée pour faire comprendre à son interlocuteur ce qu’il voulait.
- En gros tu veux savoir lire pour… être plus intelligent, essaya Crunch.

Crash hocha vivement la tête de haut en bas avant de retourner à sa lecture. Bien qu’il trouvait ça bizarre, Crunch décida de ne pas approfondir le sujet et l’aida même dans son apprentissage.
Pendant que le Bandicoot au bras mécanique apprenait la lecture à son compagnon, Aku Aku avait rejoint Coco qui s’occupait toujours de Nefria.

- Tu voulais me parler ?
- Oui, elle a murmuré ton nom tout à l’heure.
Aku Aku s’approcha et flotta au-dessus de la couche de la jeune fille. Il prit un ton très doux et dit :
- Nefria, c’est moi, Aku Aku. Tu voulais me parler ?

Le silence lui répondit et le masque de sorcier regarda Coco qui s’interrogeait également. Alors qu’elle allait lui annoncer que la brune avait dû s’endormir, la voix faible de cette dernière souffla dans un murmure à peine audible :

- Aku Aku…
- Je suis là, Nefria.
- J’ai échoué…
- De quoi parles-tu ?
- Pardonnez-moi…
- Tu n’as pas à dire ça, mon enfant. Dis-moi qui t’as mis dans cet état.
- Nefarious Tropy, avoua-t-elle dans une plainte aigüe.
- Dors, nous veillons sur toi. Tu n’as rien à craindre, nous te protégerons, dit Coco en lui caressant son front humide.

Les yeux émeraudes de la jeune fille, brillant d’une lueur fiévreuse, convergèrent vers la Bandicoot et souffla un merci avant de se refermer. Le soir même, Coco annonça à sa famille qu’elle voulait protéger Nefria de Tropy. Crash et Crunch ne la contredirent pas. Pour eux, ils n’y avaient pas besoin de demander, ils comptaient déjà la protéger. N’était-ce pas une des vertus du Bien après tout ?

***
Neo Cortex et son bras droit N. Gin étaient penchés au-dessus d’un plan quand Nefarious Tropy et Uka Uka entrèrent dans la pièce où ils se trouvaient.

- Vous l’avez ? s’enquit Cortex sans accorder un regard aux nouveaux venus.
- Non.

Cette fois, le scientifique daigna lever la tête pour regarder ses interlocuteurs. Il se demanda si Tropy était exaspéré par la conversation ou par l’absence de l’objet désiré.

- Comment ça, « non » ? Le plan n’a pas marché ? demanda Cortex.
- La fille s’est enfuie, répondit Uka Uka d’un ton neutre.
- Comment est-ce possible ? interrogea N. Gin.
- Oui, le plan était infaillible ! La présence d’Uka Uka était sensé perturber la fille, non ? continua Cortex.
- On n’avait pas prévu qu’elle préférerait fuir plutôt que de mourir dans la dignité, dit Tropy avec une pointe d'exaspération encore plus grande.
- Il faut la retrouver. Sans l’objet, on ne peut rien faire ! s’exclama Cortex.
- Je vois deux endroits où elle aurait pu se réfugier. Chez les Bandicoot et le Temple du Temps.

A cette dernière hypothèse N. Gin se mit en rire. Un simple regard noir de la part de Cortex suffit à le faire taire, et il baissa la tête. Neo leva son regard vers Tropy :
- Qu’est-ce que les Bandicoots viennent faire là dedans ?
- La fille a rencontré le jumeau d’Uka Uka. Si elle a besoin d’aide, elle se retournera vers lui, ou vers l’endroit où elle a vécut, c'est-à-dire le Temple du Temps, répondit Tropy.
- C’est un contretemps plutôt ennuyeux, dit le bras droit de Cortex.
- Non, contredis Cortex. Nina n’a pas encore détecté les cristaux que ces maudits Bandicoots cachent. Nous allons nous diviser en plusieurs groupes pour accomplir différentes tâches.
- Je vais au Temple du Temps voir si la fille y est, dit Tropy.
- Moi je vais sur l’île Wumpa pour voir si ce que l’on cherche est avec ces satanés marsupiaux, répliqua Cortex d’un ton égal.
- Je t’accompagne. Il y a quelque chose que je veux vérifier, ajouta Uka Uka, autoritaire.

Bien que tous se demandèrent ce que leur chef voulait vérifier, ils ne posèrent pas la question. Cortex et N. Gin par crainte, et Tropy parce que ça n’était pas ses affaires.

- Et moi je vais… assister Nina, proposa N. Gin.

Personnes ne lui répondit et partit sans même lui accorder de l’importance. Il se rendit donc vers le laboratoire où travaillait la nièce de son maitre, un peu déçu d’une telle indifférence. Il espérait juste que Nina ne l’ignorerait pas également.

***
Nefarious Tropy frappa trois coups avec son bâton et tourna le côté aiguisé vers le sol. Aussitôt une porte simple se matérialisa devant lui. Il la poussa avec son sceptre et franchit ce portail unique en son genre. Unique parce qu’il n’y avait que de cette manière qui permettait de se rendre au Temple. La simple téléportation ne fonctionnait pas, et seuls les anciens Fondateurs pouvaient se le permettre. Non pas parce qu’ils avaient tous les droits, mais parce qu’ils maitrisaient totalement l’art des Maitres du Temps. En effet, eux savaient comment se téléporter jusqu’à cet édifice et ce n’était pas chose simple. Le Temple du Temps était partout et nulle part à la fois. Il était hors du temps.

Tropy apparut dans une autre dimension où tout était désert autant de par son lieu que par ses habitants. C’était un paysage de désolation comme il les aimait. Dommage que pour lui, ça ne durerait pas. Il continua d’avancer sur les terres arides avec pour seul compagnon le sifflement du vent qui s’élevait. Après un temps interminable, un jeune garçon apparut devant lui par téléportation et se présenta comme étant un habitant et un fervent serviteur du Temple, le Gardien du Temple, celui qui accueillait les visiteurs et plus particulièrement…

- Maitre Asaki¹ attendait votre venue.
- Je n’en doute pas.

En effet, le dirigeant du Temple était l’un des tous premiers Maitres du Temps et gouvernait depuis des lustres la bâtisse ancestrale. Qu’il sache sa venue ne l’étonnait pas le moins du monde. Il était évident que Maitre Asaki avait des dons de voyance très avancés.

Le garçon fit remuer son sceptre et une petite cloche, accrochée sur ce dernier, teinta en un son presque mélodieux. Quelques instants après, une partie du paysage se changea, tel un mirage qui venait d’apparaitre, en un magnifique lieu. Une rivière s’écoula sur la falaise où ils étaient en une cascade qui se déversa en contrebas, provocant une voute de fumée. Au centre de ce paysage à la limite de la féérie, trônait un immense temple. Ce dernier abritait des apprentis Maitres des Temps, ceux qui avaient achevés leurs formations, et de simples habitants. Ces derniers, qui étaient généralement des apprentis ayant renoncés à devenir Maitre du Temps, par choix ou contrainte, s'occupaient de l'entretien du l'immense édifice. Mais, en plus d’être une sorte d’académie, le Temple était comme la bibliothèque universelle de l’espace et du temps. On trouvait automatiquement une réponse à ce que l’on cherchait sur l’histoire ou la géographie de l’univers. C’était également l’endroit où la plupart des Maitres du Temps logeaient et qui exerçaient toutes sortes de fonctions, allant de simple bibliothécaire à chercheur ou guerrier du Temps. Lui avait fini par être dégouté de ce lieu un peu trop fantaisiste pour sa part, mais surtout par un certains nombre de contraintes imposées, et avait préféré allait domicilier ailleurs.

Il descendit la falaise sur une pente un peu abrupte prévue pour gagner le Temple. Il n’y avait aucun autre moyen d’accès. Une fois arrivé devant les portes géantes de l’édifice, le garçon s’inclina encore en lui rappelant de nouveau que le Maitre Asaki l’attendait dans le hall du Temple, avant de disparaitre. Les portes de ce dernier s’ouvrirent et Tropy reporta son attention sur l’objet de sa venue. Il franchit l’entrée et se dirigea dans un couloir pour atteindre le hall où l’hôte des lieux l’accueillerait.
En entrant dans la pièce, le dirigeant du Temps l’attendait un sourire aux lèvres. Il était vieux, ses cheveux mi-long et sa barbe blancs en étaient les preuves.

- Bonjour, Nefarious. Quel bonheur de te revoir, dit Asaki de sa voix raillée.
- Bonjour, Maitre Asaki. Le bonheur n’est pas partagé.
Le vieil homme s’esclaffa avant de dire à son interlocuteur qu’il n’avait pas changé depuis les deux décennies où il n’était pas venu.

- Que me vaut ta visite, mon cher enfant ?
- Vous ne le savez pas ? dit Tropy d’un ton qui démontrait une exaspération contenue de part la question et de l’appellation qu’il avait reçu.
- Je veux l’entendre de ta voix.
- La Maitresse du Temps des Lumières, est-elle ici ?
- Je sais ce qu’il s’est passé. Nefria connait les règles autant que toi. Si ce lieu est son habitat, elle ne peut rester ici tant qu’elle est blessée afin que ce lieu ne soit témoin d’aucune bataille.
- Permettez-moi de vérifier.
- A ta guise Nefarious. Quand tu auras finis, rejoins-moi dans mon bureau.
- Entendu.

Ainsi, le Maitre du Temps maléfique parcouru chaque recoin du domaine pendant plusieurs heures sans trouver le moindre indice démontrant que Nefria s’était réfugié ici pendant sa convalescence, ou même un quelconque passage pour prendre quelques affaires.

Il revint sur ses pas en direction du bureau de Maitre Asaki, quelque peu sur les nerfs d’avoir perdu du temps inutilement. Mais il devait s’en douter. Le dirigeant du Temple était à cheval sur les règles, et quand bien même il aurait une petite préférence pour les Maitres du Temps des Lumières, l’application des lois était la même pour les deux camps, et plus particulièrement pour lui et Nefria, qui dirigeaient respectivement la lignée du Mal et du Bien des Maîtres du Temps.
Il frappa à la porte du bureau du vénéré Asaki, et attendit qu’on l’autorise à entrer. Une fois fait, il pénétra dans le bureau très grand et lumineux. Asaki releva la tête de son parchemin et indiqua à Tropy de s’asseoir en face de lui, ce qu’il fit sans broncher.

- Nefarious, pourquoi as-tu attaqué Nefria ?
- Cela aussi, vous voulez l’entendre de ma bouche ?
Son interlocuteur esquissa un sourire et ses yeux brillèrent d’une lueur malicieuse.
- Je veux le collier des « Temps éternels ».
- Abandonne, Nefarious. Tu ne l’auras jamais. Nefria sacrifierait sa vie si c’est pour protéger les « Temps éternels ».
- On verra. Je n’ai plus rien à dire. Je pars.
- J’espère que tu retourneras sur les routes de la sagesse et du raisonnable.
- N’espérez pas de trop.

Le Maitre du Temps maléfique quitta ce lieu qu’il détestait tant et repartit pour le repaire de Cortex, en espérant que les recherches de ce dernier étaient plus concluantes.

***
Par moments, Nefria avait l’impression d’être semi-consciente. Ses sens, notamment l’ouïe, lui indiquaient des signes de vie autour d’elle sans pour autant que ça ne la réveille complètement. C’était comme si son esprit était éveillé mais que son corps dormait et refusait de se réveiller à son tour. Ainsi, et bien qu’elle entendait des bruits comme quelqu’un qui mange, une force invisible empêchait ses yeux de s’ouvrir. Ces moments de semi-éveil ne duraient jamais très longtemps. Elle replongeait rapidement dans une léthargie où les souvenirs et les songes se mêlaient entre eux ; si bien que des fois elle ne savait pas si elle rêvait ou si elle se remémorait quelques souvenirs lointains…
Un bruit d’eau parvint à ses oreilles, puis s’atténua progressivement. Elle se sentit de nouveau basculer dans un profond sommeil. Elle ressentit juste quelque chose lui revenir en mémoire. Une rencontre qui datait et dont elle aurait préféré ne pas se souvenir…

Une petite fille, pas plus haute que trois pommes, aux longs cheveux châtains noués en une tresse parfaite, courrait dans les couloirs du Temple. Elle déboucha dans une salle où elle vit son Maitre. Impatiente de commencer les leçons personnelles avec lui, elle s’écria : « Maitre Asaki, Maitre Akaki ! »
Elle s’arrêta net quand son mentor se retourna et qu’elle vit qu’il n’était pas seul. Ses joues s’empourprèrent d’une timidité enfantine et bienveillante. Elle bredouilla des excuses à peine compréhensibles et son Maitre lui demanda de s’approcher pour qu’il la présente. Elle le fit tout doucement, à la fois ravie et gênée. Gênée parce qu’elle était timide, et ravie parce que c’était la première fois que le dirigeant du Temple allait annoncer qu’elle était son élève.

- Nefarious, je te présente la petite Nefria. Elle est mon élève et la meilleure de sa promotion pour devenir la Maitresse du Temps des Lumières.

Nefria rougit de bonheur devant cette annonce qu’elle attendait depuis longtemps. Elle sentait la fierté danser dans son cœur. Ainsi, elle leva les yeux vers cet homme en bleu qui portait un vêtement avec plusieurs indications de l’heure. Naïve, elle pensa que ce personnage était un grand homme pour avoir autant d’estime de son Maitre mais également pour porter autant de symboles du temps.

- Nefria, je te présente Nefarious Tropy, le Maitre du Temps des Ténèbres.

Elle sourit timidement, ne sachant pas à quelle réaction elle devait avoir devant une personne de la lignée obscure. En tout cas, sa réaction à lui la prit au dépourvu. Il éclata de rire. Un rire grossier et bruyant. Il dit que le Bien ne devrait pas s’obstiner à former des Maitres du Temps pour leur camp car ils avaient toujours un destin tragique. Elle aurait voulu lui dire que ce n’était pas vrai, qu’elle y arriverait, elle. Mais ces mots restèrent coincés dans sa gorge, et quand le regard malsain de Tropy se posa sur elle, elle frémit. Cet homme lui faisait peur. Elle pouvait sentir son aura maléfique l’oppresser. Elle aurait voulu fuir pour ne pas sentir cette pression qui semblait s’exercer sur son âme.

- Nefria s’en sortira très bien. Elle a un bon potentiel. Elle sera une rivale parfaite pour toi.
- On verra. Sur ce, je pars.
- A bientôt, Nefarious.

La petite s’inclina quand il tourna les talons et une fois qu’il fut partit, elle se tourna vers Asaki, le visage déconfit.

- Maitre, il me fait peur, cet homme. Vous pensez vraiment que je pourrais le battre ? Je pouvais sentir sa force dans son aura, et elle est mille fois plus forte que le mienne !
- La force ne fait pas tout, Nefria. Tâche de t’en souvenir. L’intelligence, la connaissance, l’agilité, et la ruse sont des qualités qu’il te faut également développer.
- Vous pensez vraiment ce que vous dites ? Que je suis suffisamment douée pour être une bonne rivale ?

Le dirigeant du Temple lui caressa ses cheveux en riant. Il lui répondit que oui et l’invita à le suivre dans une des salles pour étudier.


Une autre période de semi-conscience plus importante que les précédentes se profila devant elle. Une violente douleur au ventre et un mauvais pressentiment eurent raison de son sommeil. Elle se réveilla avec en mémoire ce souvenir qu’elle venait de rêver et cette sensation qu’une perturbation du continuum espace-temps était en train de naitre.

***
Crash mordait avec délice dans une pomme Wumpa, fruit qu’il affectionnait tant. Il était au côté de Nefria, paisiblement endormie, veillant sur elle en l’absence de Coco qui se reposait. Crash s’inquiétait un peu de l’état de sa cadette. Ce n’était pas son genre de dormir en pleine journée. Il se doutait qu’elle se surmenait un peu trop depuis une semaine à cause de l’état de santé précaire de Nefria. Au moins, Coco avait annoncé la bonne nouvelle la veille : la fièvre de la Maitresse du Temps avait commencé à chuter. Sa sœur, et même tout le monde, étaient soulagés de cette bonne nouvelle.

Crash sourit en se disant que s’il avait croisé Nefria, jamais il n’aurait pensé qu’elle était l’opposée de Tropy et qu’elle était la Maitresse du Temps du Bien. Pour la simple et bonne raison que déjà, il l’imaginait bleue. Tout en énumérant les raisons qui faisaient qu'il pensait que Nefria n'était pas ce qu'elle était, il trempa le chiffon dans l’eau, l’essora et s’apprêta à rafraichir la jeune fille quand cette dernière se redressa brusquement. Il se gratta la tête en voyant son regard horrifié. Après quelques minutes de réflexion, il constata qu’elle ne semblait même pas avoir remarqué sa présence. Etait-elle dans ses pensées ? Il posa doucement sa main sur son épaule et lui fit un grand sourire. Elle tourna la tête vers lui, un peu surprise puis sourit légèrement. Elle répondit à sa question muette qu’elle décela dans son regard inquiet.

- J’ai fait un cauchemar et en me réveillant j’ai été prise d’une violente douleur. J’ai cru qu’on m’attaquait.
- Tipoaoh Figoulae vitefei houpe anoti, dit-il de sa voix bafouillante en montrant les biceps de ses bras. (Je te protégerai avec ma force)
- Merci de ta gentillesse… euh… commença-t-elle en se demandant si elle avait bien compris ce qu’il voulait dire.
- Crash !
- Merci Crash.
- Atoue naritu Coco fatorou bitaro, dit-il en lui prenant les épaules un peu maladroitement pour l’inciter à se recoucher. (Dors, sinon Coco va me tuer).

Ce qu’elle fit non sans esquisser une mimique douloureuse quand il empoigna son épaule blessée.

Coco, qui s’apprêtait à entrer quand Nefria avait commencé à parler, avait stoppé tout mouvement et avait discrètement écouté la conversation. Ce n’était pas pour espionner, mais sans doute sa venue aurait créé comme une gêne et ce dialogue n’aurait certainement pas eu lieu ou alors de façon plus formelle, du moins de la part de la jeune fille
Elle entra dans la maisonnette, et sourit à son frère en lui disant qu’elle le libérait de sa charge. Il lui sourit et lui dit de ne pas trop se forcer. Elle le remercia et s’agenouilla aux côtés de la malade qui feintait un sommeil profond selon elle. Elle n’en tint pas compte et continua de veiller.

***
N. Gin arriva dans le laboratoire où Nina travaillait quand il vit cette dernière se tenir la tête entre ses mains bioniques. Il haussa un sourcil et demanda ce qui n’allait pas. Furieuse, elle répondit que cette machine ne détectait absolument aucune trace des cristaux et qu'elle se demandait si elle n’avait pas un problème.

- Tu as vérifié ? demanda-t-il.
- Ouais, trois fois, dit-elle avec un claquement de langue agacé.
- Et ça, tu as essayé ?

Il régla l’antenne et donna ensuite un petit coup sur l’appareil. Au bout de quelques minutes, pendant lesquels la nièce de Cortex expliquait avec acidité sa façon de voir la technique du cyborg, l’appareil émit un bruit et Nina se pencha sur l’écran. Elle entrouvrit la bouche et ses yeux s’agrandirent. Elle se tourna vers N. Gin qui s’approcha du moniteur en se demandant s’il l’avait cassé, et en imaginant tous les pires scénarios. Le plus atroce de tous serait que Cortex le bannisse. Mais quand il vit un point rouge clignoter sur la carte, son corps se détendit, sans passer inaperçu.

- On les a trouvés.
- Dis, tu répares toujours tes appareils de cette manière ?
- Non, pourquoi ?
- Ben parce que c’est à la fois cool et trop exaspérant.
- Exaspérant ?
- Ben oui, j’ai passé une heure à essayer de trouver un moyen de réparer cet engin et toi t’arrives et d’un coup de poing tu le fait marcher.
-…
- Bon j’ai plus qu’à l’imprimer sur du papier transparent et à le superposer à la carte pour voir le lieu.
Elle s’exécuta sans plus tarder et N. Gin regarda à sa droite, où le point se trouvait.

- Sous la cascade ? s’interrogea N. Gin à voix haute.
- Apparemment on peut accéder à l’arrière de la cascade. C’est ingénieux mais du déjà vu ce genre de cachette. Bon, mon oncle ne sera pas mécontent de mes recherches. On a fait du bon boulot, hein ?

Il hocha la tête en riant d’excitation. Il ne lui dirait pas qu’elle se contredisait dans sa phrase. Après tout, elle au moins lui donnait l’impression que son travail servait à quelque chose. Quand même si elle s’attribuait le mérite d’avoir trouvé tout, toute seule, au moins il avait l’impression d’avoir aidé. Restait plus qu’à attendre le retour de Cortex.

***
Cortex et Uka Uka débarquèrent sur l’île, le scientifique à l’aide d’un jet pack et le masque de sorcier grâce à sa capacité à flotter dans les airs. Neo Cortex ne dit rien quand Uka Uka lui annonça qu’il prenait les devants pour localiser les Bandicoots. Il se contenta de prendre la direction de l’habitat de ces maudits rongeurs par un chemin dans la forêt parallèle au sentier principal menant à la plage. Une dizaine de minutes plus tard, Uka Uka le rejoint en lui disant que les marsupiaux étaient au point d’eau. Il se dirigea vers l’endroit indiqué et se posta devant les buissons à une cinquantaine de mètres du point où la cascade déversait l’eau. Il sortit sa longue vue et observa ses ennemis. Crash était en train de dormir sur l’eau, Crunch nageait, Coco était devant son ordinateur sur le rebord, et Aku Aku parlait à une humaine qui observait tout ce petit monde. Il sourit en voyant le dernier protagoniste. Elle correspondait à la description donnée par Tropy. Si la repérer le réjouissait, la voir avec ces ignobles bandicoots atténuait grandement son contentement. Récupérer l’artefact ne s’annonçait pas comme une partie de plaisir.

- On peut y aller, dit Cortex en abaissant sa longue vue.
- Non, dit Uka Uka d’un ton rêche. Je n’ai pas vu ce que je voulais voir.

Cortex ne dit mot, il n’était pas assez fou pour contredire le masque de sorcier.

***
L’attention de Nefria, tout comme celles Coco et Aku Aku furent attirées quand Crunch coula le pauvre Crash qui était dans les bras de Morphée. Ce dernier cracha l’eau avalée et baragouina quelques mots qui firent rire Coco et Aku Aku. Nefria se contenta d’esquisser un sourire devant cette scène amusante. Cela faisait une journée que la jeune fille n’avait plus de fièvre et Aku Aku avait dit que faire une petite sortie lui procurerait le plus grand bien. Bien qu’elle le montrait peu, elle était contente de pouvoir enfin se dégourdir les jambes et sortir pour pouvoir sentir le soleil sur sa peau et respirer une grande rasade d’air. Elle regardait avec Aku Aku les deux Bandicoots se chamailler dans l’eau alors que Coco avait de nouveau le nez plongé sur son ordinateur.

- Coco attention ! s’exclama Aku Aku.

Cette dernière regarda le masque de sorcier puis vit une éclaboussure se diriger dangereusement vers elle. Elle n’eut pas le temps de faire le moindre geste, que celle-ci s’aplatit sur elle, et son PC portable. Il y eut un instant de silence puis la voix furieuse de Coco claqua dans l’air, faisant frissonner les deux mâles.

- Je vais vous tuer !!
- Je te passe mes affaires pour que tu essuies ton engin, dit Crunch en prenant son pantalon et en le ramenant aux pieds de Coco tout en faisant attention à ne pas le mouiller.

Elle le prit, hargneuse et essuya son PC le plus rapidement pour éviter que ce dernier ne soit abîmé par l’eau tout en prononçant des mots incompréhensibles qui semblaient effrayer sa famille. Aku Aku esquissa un sourire devant cette scène, trop habitué à des histoires de ce genre. Puis Coco sauta rageusement dans l’eau et coursa les deux marsupiaux qui prirent leurs jambes à leurs cous. Le masque de sorcier hocha la tête de droite à gauche en se demandant comment ceux là faisaient pour être effrayés par la Bandicoot et pas du tout par le Mal.
Une dizaine de minutes plus tard, Crash avait l’œil droit au beurre noir, sa tête gisant sur le rebord du point d’eau et le reste de son corps sous l’eau. Quant à Crunch son sort fut égal à celui de son compagnon. Sa tête montrait l’apparition d’une bosse et il était allongé sur le ventre à même l’eau. On aurait presque plus croire que les deux Bandicoots étaient morts.

- Tu y as été un peu fort, dit Aku Aku d’un air de reproche en retournant Crunch sur le dos avec sa télékinésie magique pour lui éviter une noyade cruelle.
- Peut-être un peu, concéda-t-elle en entendant sa petite famille émettre une plainte agonisante.

Coco attrapa une serviette dans un sac et entreprit de se sécher les cheveux. Elle tourna la tête vers Nefria, séchant énergiquement sa chevelure blonde et vit que cette dernière fixait un point imaginaire dans l’eau. Quand elle remarqua que la jeune fille tremblait, elle s’arrêta nette.

- Nefria, qui y’a-t-il ? Nefria, tu m’entends ? interrogea Aku Aku qui venait lui aussi de remarquer l’état de la Maitresse du Temps.
- Oui ? répondit-elle en se tournant vers lui quelques secondes après une troisième tentative du masque de sorcier.
- Tu tremblais, avoua Coco, résumant le pourquoi de l’appel.

La jeune demoiselle tourna le visage pour fixer le paysage devant elle, et se mit à parler quand Aku Aku lui demanda quel était son tourment :

- Nefarious Tropy a crée une perturbation du continuum espace-temps.
- …
- C’est la deuxième que je perçois et je ne peux rien faire.
- Il fait sûrement ça pour t’attirer, dit Aku Aku.
- Je sais que c’est de la provocation. Et ça marche. Mais je sais que si j'y vais, je …
- Tu n’iras pas. Nous ne le laisserons pas te tuer, affirma Coco d’un ton assuré.
- Oui parce que je suis trop lâche. J’ai bien trop peur de mourir.
- Azouaka rignatoe dasikuto linzera quetori xazura.
- Moi aussi j’ai peur de mourir et je ne suis pas lâche, traduisit Coco.

Nefria fixa Crash qui se tenait fièrement devant elle, les mains sur les hanches, et les yeux brillants d’une lueur qu’elle ne lui avait jamais vu depuis qu’elle le connaissait. Elle était impressionnée et se sentait honteuse de ne pas brûler du même courage et de la même détermination que lui.

- Pardonnez-moi…
- Je crois qu’un bon repos ne te fera pas de mal ! dit Coco en lui prenant le bras.

Les Bandicoots ainsi qu’Aku Aku et Nefria s’avancèrent vers la maison quand Nefria trébucha, dû à un vertige et un pas mal placé. Crash, rapide, se plaça devant elle pour la retenir et glissa à cause de l’eau qui dégoulinait de sa fourrure trempée. Il émit un baragouinement qui lui valut un regard plein de reproches de Coco et Aku Aku quand Nefria tomba sur lui. Crunch plaça ses deux mains sur la taille de la Maitresse du Temps, la souleva, et l’installa sur ses épaules. Les joues rouges, elle souffla un merci et un désolé à la fois. Puis Coco tendit la main à Crash en lui demandant comme il allait, auquel il répondit par un de ses éternels sourire. La petite troupe se dirigea vers la bâtisse.

Plus loin, les deux antagonistes n’avaient rien loupé de la petite scène un brin trop émouvante du point de vue de Cortex qui en avait limite la nausée. Uka Uka dit, un petit sourire figé sur ses lèvres : « On peut y aller. J’ai vu ce que je voulais voir. »
Cortex ne broncha pas, plia et rangea sa longue vue en marmonnant intérieurement qu’il en avait marre de tout ce mystère que lui faisait le masque de sorcier sur la chose qui l’intéressait. Qu'à cela ne tienne, il finirait bien par le savoir !

¹ Asaki est un prénom japonais qui signifie « Espoir du matin »

A suivre dans le chapitre 3 : Le Temps d'une contre-attaque.


Petite note :
- Normalement la nature du fruit Wumpa n’est pas dite. Mais comme je trouvais que ça ressemblait à une pomme, je me suis permis de préciser.


Correction effectuée par Neo_White.



Dernière édition par Sanephar le Dim 27 Mai - 19:50, édité 1 fois
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot et les Maîtres du Temps

Message  Aku Uka le Dim 6 Mar - 19:51

Les voilà!!! Mes idoles, TOUS mes idoles préférés!! Cortex, N.Gin, Nina!! Certes, ils n'apparaissent pas souvent mais ça a rendu ma lecture encore plus rapide et passionnante. I love you
Mais bon, j'ai bien aimé aussi les passages avec mes bandicoots favoris avec Crash qui émet quelques bribes de phrases très amusantes (que j'imagine très bien ^^) et qui sourit tout le temps, même après que Coco lui ai collé un pin deux minutes avant! XD
Mémorable cette scène de l'eau avec Crunch qui essaie de couler son frère et l'ordinateur de Coco qui manque de rendre l'âme.

Alala, le chapitre 3 promet!! J'espère vraiment qu'il va y avoir un moment d'action entre les bandicoots et Uka Uka et Cortex ou au pire, un conflit de paroles, si tu ne te sens pas capable de rédiger un passage rempli d'action, vu que maintenant, je sais que ce n'est pas l'un de tes points forts. ^^

Par contre, petite question, les personnages de Crash Bandicoot ont l'apparence de quel jeu? Parce qu'au début, je les imaginais comme dans Crash Bandicoot 3 mais vu que Nina vient de faire son apparition, on pourrait croire qu'on se situe dans l'univers de Twinsanity voire même celui de Mind Over Mutant mais je me doute que tu as conservé l'ancien look des masques Aku et Uka alors imaginons un look diversifié pour chacun.

En bref, encore un chapitre de plus en plus plaisant à lire quand je vois que N.Gin, Cortex et Nina sont de la partie! Very Happy
J'ai également bien aimé le dialogue entre Nina et N.Gin: associale comme elle est, j'aurais juré qu'elle allait ignorer complètement N.Gin et continuer à s'acharner sur sa machine... que N.Gin a ironiquement réussi à faire fonctionner en l'espace de 3 secondes! ^^ T'as fait fort sur ce coup-là N.Gin!

Euh... encore une dernière question... est-ce que dans ta fanfic, on aura la chance d'aperçevoir... N.Brio? Rolling Eyes Je ne te force pas à l'insérer dans ta fanfic, c'est juste que ça aurait été le clou du spectacle de l'avoir en tant qu'antagoniste... assistant de N.Tropy ou de Cortex?
Après tout, il a servi Tropy dans Twinsanity alors je pensais que... Rolling Eyes

Mais bon, pour l'instant, contente toi de continuer sur cette très bonne voie et surtout, j'ai hâte que l'on revois tous ces personnages de temps à autre, que ça ne soit pas toujours les mêmes qui reviennent. ^^
Raah, voilà que maintenant, j'essaie de t'inciter à mettre dans tous tes chapitres Cortex et compagnie, c'est plus fort que moi. J'adore les méchants de Crash Bandicoot alors les voir dans ce chapitre, ça m'a donné envie de... démarrer ma propre fanfic!!
C'est décidé, je mets de côté Kingdom Hearts pour débuter ma toute première fanfic sur Crash Bandicoot, sans l'aide de personne. Ca prendra du temps pour trouver une idée d'histoire mais j'ai décidé de revenir dans l'univers de Crash Bandicoot! A cause de toi! Razz
Merci. ^^

P.S: Dernière chose, la notion de continuum... tu l'as trouvé toute seule? Quand j'ai regardé la définition du continuum spacio-temporel sur Wikipédia, je me suis dit "Woooh oO, comment elle a pu comprendre ça pour s'en servir dans sa fanfiction?" ^^
Si tu as compris cette notion, je te tire mon chapeau!

avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Réponse aux commentaires

Message  Sanephar le Dim 6 Mar - 20:44

Ouch ! Un aussi grand fan pour les méchants ! J'ai intérêt à pas me louper ^^' Mais je te rassure, les méchants vont apparaître... assez souvent. Neo White m'a beaucoup poussé à ce niveau là, car il est également fan des méchants et ils trouvaient qu'ils n'apparaissaient pas assez. J'ai alors fait de gros efforts pour les mettre plus en avant. Je m'avance beaucoup, mais je pense que tu ne seras pas trop déçu.

C'est Crash ! Naïf à souhait, il se prend un pin dans le museau et il fait un câlin à celle qui lui a donné ^^ C'est beau l'amour fraternel !

Question action, le chapitre 3 a sa dose. Elle est même plus importante que celle du chapitre 1, et j'espère qu'elle te plaira tout autant. Tu m'en diras des nouvelles le week-end prochain !

L'apparence ? Ah question épineuse... Dans mon esprit, ce sont les anciennes versions. Mais normalement, cette histoire se situe soit après Cott ou CMOM. Donc, j'ai envie de te répondre : imagine les personnages comme tu les veux. Pas pour esquiver, mais parce que c'est ce que je fais, et ça me le rend bien. Et comme je précise pas, tout est permis xD

Je trouve que Nina est très schizo à sa manière... Non, en fait, très ado. Elle fait la grande et veut dominer, mais on sent bien qu'au fond d'elle, elle cherche l'affection, l'attention, mais elle s'y prend mal, et ne fait pas toujours bien les choses.
N. Gin, lui est un soumis à la famille Cortex et ceux qui sont plus forts qu'eux notamment Uka Uka et, dans une moindre mesure, Tropy. Il faut tout pour plaire à Cortex, et par extension à Nina. Vu que Nina cherche l'attention, et que N.Gin cherche à plaire... ils sont un peu fait pour "s'entendre", même si ça ne se passe pas toujours comme il le faut (ça ne serait pas drôle sinon !).

Démarrer une fanfiction sur "Crash Bandicoot" ?!
*Sors le pop corn*
Non, pour être sérieuse, je suis ravie de l'entendre ! Vu comment tu écris bien sur "Kingdom Hearts" ça promet d'être intéressant, mais je te conseille de ne pas t'enflammer et de trouver une bonne base de scénario avant de te lancer, pour que tu ne t'arrache pas les cheveux après trois chapitres car tu ne sais plus quoi dire ou parce qu'il y a trop d'incohérences.

Euh... tu veux rire ? C'est... tout a fait au hasard la notion de continuum... en fait... j'ai juste lu la description de Tropy et il parlait qu'il adorait faire des perturbations du continuum espace-temps. J'ai bien une idée de ce que c'est, mais je n'ai pas vérifié, et j'ai peur de le faire sous peine d'être perdue après. Du coup, je crois que je vais rester dans l'ignorance, même si c'est pas bien. Navrée de cette bévue !

Bref, merci pour ce long commentaire ! Ca me donne envie de te poster le 3 direct pour te remercier, mais faut que j'attende ! Déjà pour ne pas t'en mettre trop d'un coup, mais aussi pour... me laisser le temps nécessaire à la possible insertion de Brio. Car, normalement il n’apparaît qu'au tome 2 mais je viens de me rendre compte d'une incohérence que j'ai faite avec ce que tu m'as dit, alors je vais voir si je peux la rattraper avec le tome 1. Mais ne t'emballe pas tout de suite. Faut que je réfléchisse à cette idée, en parler à Passionred... ça va demander un certain boulot.
Sur ce, encore merci et à bientôt j'espère !
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot et les Maîtres du Temps

Message  Aku Uka le Jeu 10 Mar - 20:29

J'attends demain avec impatience pour le chapitre 3! Smile J'ai vraiment hâte de voir ce que tu m'as concocté comme chef d'oeuvre.

De mon côté, je réfléchis de plus en plus à un sujet de fanfic sur Crash Bandicoot et je pense avoir trouvé un bon sujet qui mériterait réflexion. Mais pour l'instant, je préfère ne pas t'en dire plus parce que tout est encore dans ma tête.

Sur ce, à demain pour le chapitre 3. Il me tarde. Wink
avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot et les Maîtres du Temps

Message  Sanephar le Sam 12 Mar - 13:56

Pour Aku Uka Arrow Une partie de ton souhait exaucé ! J'ai quelques heures de retard, mais j'ai eu un contre-temps hier soir...

Crash Bandicoot et les Maitres du Temps

Chapitre 3 : Le Temps d’une contre-attaque


Coco avait fini ses étirements et commencé à s’entrainer au Kung Fu comme elle avait l’habitude de le faire tous les matins. Ses pieds et ses mains battaient l’air, tels des armes redoutables. Elle s’immobilisa et ferma les yeux quelques secondes, visualisant Nina. Elle rouvrit les yeux, un petit sourire carnassier sur ses lèvres, et entama une série de coups en regardant droit devant elle. Elle imaginait la Cortex se prendre les coups et cela la réjouissait. Il lui en fallait peu pour se motiver. Puis elle se tourna vers la maison en se sentant observée et vit Nefria, assise sur le perron, qui la regardait, captivée. Elle s’avança vers elle et attrapa une bouteille d’eau, posée sur le rebord de la fenêtre non loin de la Maitresse du Temps. Quand elle eut finit de boire de bonnes gorgées d’eau, la voix de la brune la complimenta :

- Tu étais impressionnante.
- Merci.

Crash, qui passait par là et qui avait écouté la phrase, répliqua à son tour en bombant son torse et en montrant ses bras :

- Nota Coco tirupa hohity nani supeto. (Elle n’est pas plus forte que moi)
- Ca va ? Tu n’as pas les chevilles qui enflent ?

Crash enleva ses chaussures et regarda ses chevilles, intrigué ; puis il se tourna vers sa sœur.

- Nota y di pote ? (Non pourquoi ?)
- C’est une expression, bêta ! C’est pour montrer à quel point tu es prétentieux.

Crash marmonna deux-trois phrases avant de partir en souriant comme à son habitude.
- Que dit-il ? s’enquit Nefria.
- Qu’il est plus fort que moi et que de toute façon les filles sont faibles.
- Quel goujat !
- Il dit ça pour plaisanter. Quoique… il avait l’air sérieux quand il disait qu’il était plus fort que moi. Dis, tu veux rire ?
- Comment ça ?

Coco attrapa une pierre, visa et l’envoya sur Crash. Le caillou toucha les fesses de la cible qui émit un cri douloureux en se tenant le derrière. Il regarda les deux jeunes filles, Coco siffla en regardant les nuages et Nefria cligna des yeux avant de rire doucement. Ce fut au tour de la fratrie incomplète de cligner des yeux ne s’attendant pas à ce que cette plaisanterie soit aussi drôle. Une fois que le rire discret s’arrêta, Crash dit quelque chose avant de partir. Nefria demanda une traduction en voyant que Coco était un peu étonnée. Cette dernière esquissa un sourire énigmatique avant de dire :
- Il a dit que tu avais un joli rire.

Les joues de la Maitresse du Temps prirent une teinte rose et elle détourna le visage pour cacher sa gêne.

- Et toi, tu fais des arts martiaux ? demanda Coco.
- Hum… j’ai été initiée au kendo mais ce n’est pas mon point fort, je dois dire.
- Je m’y connais. Quand tes blessures seront guéries, je t’aiderai à t’améliorer.
- Il faut que je voie Aku Aku. Tu saurais où il est ?
- Non… Je ne l’ai pas vu ce matin… C’est important ?
- Non, ça peut attendre un peu.
- Pourquoi tu veux le voir ?
- Pour mes blessures. Je veux qu’il les guérisse par la magie.
- Mais… d’après Aku Aku, cette magie curative guérit les blessures mais elle raccourcit l’espérance de vie.
- Il y a longtemps que mes cellules ne vieillissent plus.
- Comment ça ?
- Je suis immortelle en âge.
- Ca veut dire que tu ne peux pas vieillir !? s’étonna Coco.
- Oui.
- Et tu as quel âge ?
- Soixante ans à peu près.
- Tu ne les fais pas !
- Mon corps s’est arrêté de vieillir depuis mes dix huit ans, je crois. Coco ? Tu as finis de t’entrainer ?
- Pourquoi ?
- Parce que j’aimerais te revoir.

Coco sourit et s’éloigna pour de nouveau s’entrainer sous le regard admiratif et envieux de Nefria. Peut-être que si elle savait être plus agile et qu’elle savait mieux combattre au corps à corps, elle pourrait battre Tropy.

***

Coco refusa l’aide de Nefria quand cette dernière lui proposa de l’aider à déplacer les rondins pour les mettre autour d’un feu de camp. Il avait été décidé que ce soir ils mangeraient dehors. Crash était parti à la cueillette dans l’optique de faire goûter à la Maitresse du Temps les meilleurs fruits du monde.

- Ce n’est pas vrai ! Ils en mettent du temps alors qu’ils sont partis à trois, dit Coco en se tournant vers l’endroit où les deux Bandicoots et le masque de sorcier étaient partis.
- Pourquoi Aku Aku est allé avec eux ?
- Il peut soulever des choses.
- Je vois.
- Ah bah vous voilà ! s’exclama Coco en apercevant les trois protagonistes. Mais que faisiez-vous ?
- On a pris notre temps ! répondit Crunch.
- Désolé de t’avoir causé du souci, s’excusa Aku Aku d’un ton diplomate.
- Pas grave, j’espère que la cueillette a été bonne.
- Très. On a de la nourriture pour plusieurs jours.
- Ce n’est pas mon intention de manger seulement des fruits.
- Merci pour les rondins et le feu, Coco.
- De rien, fallait bien que je fasse quelque chose aussi.

Crash s’assit en face de Nefria et lui tendit un des fameux fruits Wumpa. Elle dévisagea un moment la pomme, cherchant sa particularité dans la forme physique de l’aliment, puis mordit un bon coup dans le fruit. Un sourire se dessina sur ses lèvres et elle dit que c’était délicieux. Crash laissa apparaitre un sourire victorieux sans doute trop content d’avoir une nouvelle adepte de cette nourriture si spécifique de l’île Wumpa. Tout le monde se servit dans la corbeille et Crunch entama une discussion où Aku Aku et Coco participèrent, Crash étant trop occupé à manger et Nefria à penser.

- Nefria, est-ce que tes blessures sont totalement guéries ? s’enquit Aku Aku en se tournant vers la concernée.
- Oui et c’est grâce à vous. Je vous pouvoir partir dès demain.
- Non, ce n’est pas une bonne idée. Ta fièvre t’a laissée faible. Tu n’as pas tout récupéré.
- Je suis d’accord, renchérit Coco.
- Wata hio ! (Moi aussi).
- Soit, je reste jusqu’à ce que je sois apte à partir.
- J’aimerais te poser la question que tout le monde semble se poser mais que personne n’ose. Pourquoi Tropy a voulu te tuer ? Ce n’est pas qu’une histoire de rivalité, n’est-ce pas ? essaya Coco.
- Pour les « Temps éternels ». C’est un collier dont je suis la gardienne et qui décuple mes pouvoirs en échange d’une grande dose d’énergie vitale, expliqua-t-elle en serrant instinctivement l’artéfact qu'elle portait autour de son cou.
- Tu sais ce qu’il en ferait ? demanda Crunch.
- Sans doute pour nous battre, rétorqua Coco en soupirant.
- Vous battre ?! répéta Nefria en se demandant pourquoi Tropy en avait contre eux.
- Vois-tu Nefria, les Bandicoots et moi-même combattons ardemment le Mal et plus précisément Cortex, leur créateur, et Uka Uka.
- Ne me dites pas que c’est vous qui aviez détruite la Chrono-Tornade !?

Crash releva son museau du fruit et hocha la tête.

- C’était une invention si géniale ! Dommage que ce soit le Docteur Tropy qui l’ait construite.
- Si tu le dis… ajouta Crunch, peu convaincu, ses amis lui ayant raconté cette aventure qu’ils avaient vécu avant de le rencontrer.
- Dommage qu’on ne puisse pas anéantir les partisans de la lignée obscure. Ca nous faciliterait grandement les choses mais ça bouleverserait l’équilibre.

Coco se raidit. Tuer ? Elle n’y avait jamais songé, même si plusieurs fois elle rêvait de la tranquillité sans Cortex et compagnie à l’horizon. Non, elle n’avait jamais souhaité la mort de son créateur. Pourquoi d’ailleurs ? Après tout, il ne s’était pas gêné, lui. C’était quoi la raison ? Trop de pitié, de gentillesse ?
Elle jeta un œil à Crash qui avait cessé de mordre à pleines dents dans le dixième fruit qu’il engloutissait et le fixait à présent, un air sérieux peint sur ses traits. Ca sonnait faux. Elle regarda Nefria qui contemplait le feu émettre par moment des crépitements, puis Crunch qui se leva pour aller remettre quelques bûches dans ce dernier. Elle croisa le regard d’Aku Aku qui esquissa un sourire plein de chaleur à son intention. Elle décida de changer l’ambiance du camp par un sujet de conversation inattendu.

- Au fait, Nefria, j’ai lavé tes vêtements qui étaient tâchés de sang... Tu peux enfin les mettre si tu veux. Ca sera plus agréable pour toi que mes vêtements.
- Je veux bien.
- Ils sont dans la commode de la maison.
- Merci.

Elle se releva et partit. Les seuls bruits dérangeant le silence qui s’était installé étaient le vacarme que Crash faisait quand il mangeait et Crunch qui remit deux bûches dans le feu avant de se réinstaller. Coco n’aimait pas ce calme. Il y avait quelque chose de pesant.
Elle ne fit pas attention quand la Maitresse du Temps se rassit à côté d’elle mais sursauta quand la robe de paysanne qu’elle portait se transforma en des vêtements plus propres à cette époque-ci. Nefria regarda tour à tour les trois Bandicoots et le masque de sorciers qui lui lançait à la fois des regards surpris et interrogateurs.

- Oh, veuillez m’excusez ! Ce vêtement peut se changer comme je le veux. Disons que… c’est un cadeau du Temple du Temps pour commencer mon devoir.
- Le Temple du Temps ? répéta Coco en fronçant les sourcils.
- Je connais ce lieu de nom. C’est à la fois l’endroit où sont formés les Maitres du Temps et aussi la bibliothèque du Temps et de l’espace.
- Ca existe, un tel endroit ? s’étonna Crunch.
- C’est aussi le lieu où j’habite, ajouta Nefria.
- Alors pourquoi n’y es-tu pas retournée ? demanda Coco.
- Le Temple ne peut pas me soigner ; il est neutre en ce qui concerne mes conflits avec Tropy et le Mal en général. Et puis maitre Asaki, le dirigeant du temple, ne veut pas qu’il y ait d’affrontements au sein de l’édifice…
- Oh… fit Crash en essayant de trouver quelque chose de réconfortant à dire à la vue de la mine déconfite de Nefria.
- Et si tu nous parlais de ce lieu ? dit Coco d’une voix douce.

Pour la première fois depuis son arrivée, la voix de la jeune fille s’anima d’une joie non contenue. Ses yeux émeraudes brillaient d’admiration, et les Bandicoots furent pendus à ses lèvres tellement les propos de la Maitresse du Temps les captivaient. Chacun imagina le Temple tel que la conteuse le décrivait. Le seul sujet de conversation fut l’édifice, qui semblait magique, et ses anecdotes.

***

Un bateau s’arrêta au large de l’île Wumpa. A son bord, Tiny et Dingodile achevaient de préparer une barque. Quelques minutes après, ils embarquèrent avec Nina et Cortex. Tropy annonça son départ immédiat sur l’île pour repérer les lieux et voir si les Bandicoots étaient bien endormis comme prévu. N. Gin sortit de la cabine de pilotage et son maitre en profita pour lui répéter les instructions en lui conseillant fortement de ne pas échouer. Une fois ceci fait, les assistants de laboratoires du scientifique firent descendre la barque et N. Gin se dirigea vers un vaisseau.

***

Crash se réveilla dans la nuit avec une envie pressante. Il se leva, sortit de la maisonnette et se soulagea derrière un buisson. Quand il en sortit, il ébouriffa ses cheveux marron en se disant qu’il n’était plus fatigué et donc qu’il n’arriverait pas à se rendormir. Il fixa un moment la pleine lune qui éclairait le ciel de sa douce lumière argentée. Puis il entreprit de trouver un endroit adéquat d'où il pourrait observer le ciel parsemé de nombreuses étoiles. C’est en cherchant l’endroit idéal pour cette activité nocturne qu’il vit Nefria perchée sur le rocher, qui surplombait la rive du point d’eau où la cascade déversait son torrent de fureur. Il se dirigea vers la jeune fille dont le visage était tourné vers la voie lactée. En entendant sa venue, elle se tourna vers le Bandicoot et un mince sourire s’étira sur ses délicates lèvres rosées. Il posa alors ses deux mains sur sa joue, inclina la tête en baragouina quelques mots. La jeune fille tourna la tête vers lui et répondit :

- Moi non plus, je n’arrive pas à dormir ce soir. J’ai un mauvais pressentiment.

Il s’assit à côté d’elle. Il n’aimait pas vraiment ce qu’elle venait de dire, signifiant pour lui que si ce pressentiment se réalisait, c’était synonyme de gros soucis.

- C’est étrange… Il n’y a qu’au Temple que j’arrivais à bien dormir. Hormis ce soir, mes nuits ici ont été paisibles…

Crash ne dit rien. De toute façon elle ne pourrait pas le comprendre. En plus il ne s’attendait pas vraiment à ce qu’elle lui parle, ni qu’elle se confie à lui…

- Votre vie est assez agréable, il n’y a pas vraiment de danger sauf quand vous devez affronter le Mal. En y repensant, je crois que je préfère ma vie. J’ai un but, j’ai l’impression que vous n’en n’avez pas…

Il haussa un sourcil devant ses dires. Le ton n’était pas à la critique. En fait il avait l’impression qu’elle parlait pour elle-même, qu’elle faisait une comparaison et qu’elle donnait une conclusion. Il sentait dans sa voix qu’elle essayait de se convaincre de quelque chose.

« J’étais supposé prête pour ce voyage solitaire… J’ai toujours été seule alors pourquoi maintenant je me sens défaillir ? Pourquoi j’ai l’impression que mon univers bascule ? » se questionna intérieurement Nefria.

Soudainement, la Maîtresse du Temps attrapa Crash par le bras et l’entraina dans l’eau avec elle. Ils nagèrent jusqu’au pont de terre où là, la la demoiselle plaqua le Bandicoot contre le bord en se collant presque à lui. Elle détourna la tête comme si elle écoutait quelque chose. Le marsupial allait la repousser gentiment en lui disant quelques mots même si elle ne comprenait pas, mais elle couvrit sa bouche de sa main et d’un doigt de son autre main qu’elle posa sur la sienne, elle l’invita au silence. Il comprit alors l’attitude la jeune fille quand elle lui murmura à l’oreille que Tropy était sur l’île et plus précisément dans le coin. Il ne dit mot et ne chercha pas à savoir comment elle le savait exactement. C'était sûrement un truc entre Maîtres du Temps. Le temps s’éternisait quand Crash put enfin percevoir, de son ouïe plus développée que celui d’un être humain, le bruit de pas sur l’herbe verte. Il sentit à peine la morsure du vent sur sa fourrure, et regarda sa partenaire dont la peau blanche était secouée de frissons. Les nuits sur l’île n’étaient pas aussi glaciales que celles dans les déserts mais elles étaient fraiches ; et aller faire une petite baignade improvisée comme ils le faisaient n’était pas recommandé, particulièrement pour elle. Les lèvres de la demoiselle viraient doucement vers le bleu et le Bandicoot commença vraiment à s’en inquiéter. Il était presque persuadé qu’elle se retenait de claquer des dents pour ne pas qu’ils se fassent repérer. Il passa maladroitement ses bras autour de sa taille et l’attira contre lui, doucement afin que l’eau ne trahisse pas leur présence. Elle esquissa un sourire plein de reconnaissance tandis que ses joues prirent une teinte rouge, colorant joliment son visage pâle.

Il attendit encore dans cette eau froide avec Nefria dans ses bras. Mais sa patience s’effritait, il ne voulait pas attendre plus longtemps. Il ne s’était jamais caché devant un de ses ennemis. Au moment où il allait faire un mouvement, une voix rauque se fit entendre. Il écarquilla les yeux quand il reconnut la voix de son créateur. Mais que faisait-il ici ? La présence de Tropy s’expliquait avec Nefria mais pas lui. Puis une voix féminine retentit, il n’eut aucun mal à reconnaitre Nina qui parlait de cristaux sous la cascade. Il allait agir quand la Maitresse du Temps lui chuchota à l’oreille qu’elle allait l’emmener à la maisonnette pour qu’il réveille les autres et qu’elle les retarderait après. Sans attendre de réponse, elle l’emmena et il ressentit la sensation qu’il avait vécu quand il avait affronté Tropy la toute première fois, lorsqu'il changeait de lieu et d’époque. Et ce n’était pas pour plaire à son estomac.
Tropy se retourna vers le pont de terre où il avait senti la présence de son opposée quand elle utilisait ses capacités.

- Tiny, va voir sous le pont là, ordonna-t-il.

Le mastodonte s’exécuta et alla dans l’eau pour voir sous le pont. Il eut à peine le temps de faire un bond en arrière quand une boule arriva dans sa direction et termina sa course en explosant sur le malheureux pont.
Tropy regarda en direction de la provenance de l’attaque et vit la Maitresse du Temps se tenir à l’autre bout de la rive. Il étira un sourire mauvais et persifla :

- Tu te décides enfin à terminer ce que l’on a commencé, chère Nefria.
- Tiny écraser fillette !

La jeune fille ne tient pas compte du sarcasme de son pire ennemi ni de la menace du tigre féroce. Son but était de les retarder le plus longtemps possible pour que les Bandicoots arrivent. Elle ne pourrait pas les affronter tous en même temps. Pour tenir le plus longtemps, il n’y avait pas de recette miracle. Elle devait bouger. Ne jamais s’attarder au même endroit.

- Je vais la cramer !!! s’écria Dingodile en ouvrant son lance-flamme sur elle.
- Nina, allons chercher les cristaux, ordonna Cortex en se détournant du combat amorcé.

Après tout c’était pour cela qu’ils étaient venus et si les Bandicoots pointaient leurs museaux, ça compliquerait la situation.

- Nefarious, derrière-toi, prévient Uka Uka avant même que la Maitresse du Temps ne fasse son apparition.
« Il peut ressentir ma présence ?! Comment est-ce possible ? » pensa-t-elle en évitant une attaque de la fourche de Tropy.

Elle disparut et réapparut suffisamment loin afin d’avoir plus de temps pour réagir. C’était sans compter les instructions précises du masque de sorcier ennemi et la détermination d’en finir avec celle du Maitre du Temps.
Cependant, elle comprit vite. C’était la présence d’Uka Uka qu’elle avait ressentie lors de son précédent combat et qui l’avait menée à la défaite. Le masque de sorcier était là pour la perturber avec son aura magique et donner des instructions précises à son compère. C’était pour cela qu’il savait exactement comment elle se déplaçait. Son incompétence en matière de combat n’était pas en cause. Ils avaient bien monté leur stratégie !
Elle se mordilla la lèvre inférieure en parant une attaque de la fourche de Tropy avec son propre sceptre. Quelle idiote ! Elle aurait dû le sentir. C’était la même sensation qu’elle ressentait quand elle était en présence d’Aku Aku. Sauf que celle émanant d’Uka Uka était froide.
Elle s’était faite avoir comme une débutante. Mais il n’était pas question de refaire la même erreur…

- AAH !
- Tiny te tient.
- J’avais remarqué ! s’écria Nefria, irritée.
- Et Tiny t’écrabouiller !
- Non. Laisse-la-moi, ordonna Tropy.

Tiny avait attrapé la jeune fille et la tenait à présent par les chevilles. De sa vision renversée, elle regarda son ennemi s’approcher dangereusement vers elle.

- Nefria !!!! cria Coco au loin.
- On commence vraiment la contre-attaque maintenant ! dit la Maitresse du Temps avec un petit sourire.

Elle disparut et réapparut plus loin. Sans plus attendre, les nouveaux arrivants s’attribuèrent d’un signe de tête chacun des ennemis. Aku Aku se rua vers son jumeau, Crunch sur Tiny, Coco sur Dingodile et Crash resta bras ballants cherchant avec intrigue son créateur et sa peste de nièce, tous deux disparus.
«Derrière la cascade. » précisa Nefria qui faisait face à Tropy.
Ainsi Crash se rua vers la cascade quand Cortex et Nina en sortirent. D’une brève discussion, Nina s’attaqua à Crash, jugeant que contrairement à son oncle, elle avait des attributs physiques - en l’occurrence, ses mains bioniques - pour faire face à leur plus coriace adversaire. Cortex s’enfuit donc vers la plage en toute tranquillité, si on oubliait le paquetage un peu lourd pour lui.

Coco fut la première à se débarrasser de son adversaire – Dingodile – et partit donc à la poursuite du scientifique fuyard, ne s’attendant pas à ce que N. Gin lui barre la route avec un engin volant flambant neuf. S’il ne faisait que barrer la route, elle aurait été un peu plus ravie ; néanmoins le scientifique cyborg voulait en profiter pour se débarrasser de ce parasite qu’il ne supporte pas. Elle évita tant bien que mal les tirs de son adversaire, mais sans arme ou vaisseau à porter de main, elle ne pourrait pas le battre.

De son côté, Nefria avait trouvé un moyen pour arranger tout ça. Elle se téléporta vers Coco et l’emmena avec elle. De toute façon le vaisseau ne semblait pas être une menace. Il devait être là uniquement pour bloquer la sortie.
« Bouge pas, dit-elle »
Elle l’enlaça et colla sa main dans le dos de la marsupiale puis murmura une série de mots que la Bandicoot ne comprit pas.

- Tu peux t’occuper de Tropy ? J’ai un plan mais cela demande une préparation. S’il est dans mes pattes je ne pourrai rien faire.
- Tu ne me donnes pas l’ennemi le plus facile.
- Occupe-le un moment. Le temps que je mette mon plan à exécution.
- OK. Ne traine pas.

Nefria s’avança vers Tiny et Crunch qui se faisaient un duel de force. Les mains jointes, les deux adversaires se repoussaient mutuellement. Ils reculaient chacun leur tour, utilisant leurs forces brutes pour se défaire de l’autre. Vu comme ça, cela pourrait durer longtemps. Le premier s’épuisant serait bien évidement vaincu. Nefria se glissa doucement derrière Crunch en signalant sa présence pour ne pas le déranger dans son combat et provoquer une trop grosse inattention qui serait utile à ce mastodonte.

- Je peux savoir ce que tu fais ? demanda Crunch la voix saccadée par l’effort.
- Ce qui nous permettra de gagner, répondit-elle d’une voix encourageante.

Elle termina de poser son sceau sur le dos du Bandicoot sous l’œil intrigué du félin. Profitant du fait que son adversaire était incapable de faire deux choses à la fois, Crunch mit plus de force dans ses bras et repoussa davantage Tiny, au grand désarroi de Nefria. Malgré tout, elle termina sa tâche et laissa son allié à son combat. Un autre l’attendait.

Elle chercha ensuite Crash des yeux puisque Aku Aku était immunisé contre ce sort ; inutile de perdre du temps à pratiquer un sceau de protection. Elle le trouva, assis sur le dos de Nina partiellement sonnée, en train de lui caresser les cheveux. Comble de l’ironie, c’est l’hybride qui donnait des caresses « affectueuses » à une humaine. Elle hocha la tête de droite à gauche et se précipita vers lui.

- Tu manques cruellement de goût, ma pauvre. Vous êtes dégoutants ! grimaça Nina en leur jetant un regard écœuré quand ils s’enlacèrent.

Crash la regarda, choqué pour l’étreinte que la Maitresse du Temps lui offrait, et Nefria lui sourit en lui disant qu’il allait aimer ça une fois son sceau achevé de poser. Elle transforma son collier en bâton sous l’œil méfiant de Nina. Elle ferma les yeux ; puis l’objet, qui avait l’attention des deux jeunes gens, troqua son teint grisâtre pour une belle couleur or qui brillait d’une lueur très agréable. Elle rouvrit les yeux et sourit en entendant Tropy ordonner à ses compères de l’arrêter. C’était trop tard, ils étaient à sa merci. Son sceptre tomba sous sa directive, laissant une marque sur l’herbe qui semblait avoir perdu de sa superbe. Puis tout le paysage prit une couleur grise. Le temps était figé à des kilomètres à la ronde. Les seuls ayant échappés à cette emprise sont ceux dont le dos était gravé d’un sceau, ainsi que Tropy et les deux masques de sorciers. Les « scellés » et ceux qui ont pu être épargnés par le sort se regardaient intrigués puis, l’instant de surprise passé, reprirent le combat. Après une brève hésitation sur la loyauté d’un combat, Crunch donna un coup à Tiny qui tomba malgré le temps figé puis il le roua de coups. Après tout, le Mal était-il loyal, lui ? Il avait bien le droit de temps en temps à s’autoriser de s’écarter du droit chemin.

Crash regardant son compagnon faire, décida d’adopter la même attitude, et donna un simple coup sous la tête à Nina, persuadé que cela suffirait à l’assommer. Puis, sous l’ordre de Coco, il partit sous la trace de Cortex. Nefria rejoignit la Bandicoot qui l’avait appelée juste après le départ de Crash.

- Téléporte-moi sur le vaisseau là pour le neutraliser.
- D’accord.

Elle obtempéra et elles se téléportèrent sur le vaisseau d’N. Gin. Coco chercha une ouverture extérieure. Quand ce fut fait, elle l’ouvrit et bidouilla pendant plusieurs minutes quelques fils à l’intérieur avant d’en ressortir satisfaite. Elle fut surprise de voir Nefria un genou à terre, s’accrochant à son sceptre comme si ce dernier était nécessaire pour tenir debout.

- Qu’est-ce que tu as ?

D’un bref mouvement de tête, elle lui montra Tropy. Il s’accrochait lui aussi fermement à son bâton avec un visage crispé et quelques gouttes de sueur perlant à son front. Il semblait lutter pour repousser quelque chose d’invisible.

- Vous luttez pour le contrôle du Temps ?
- Oui, souffla son interlocutrice.

Coco se tourna vers la mer qui recouvrait peu à peu le fil du temps. Ce n’était qu’une question de minutes avant que le kekkai ne soit plus là.

- Tu utilises bien les « Temps Eternels », non ?
- Oui.
- Pourquoi n’es-tu pas plus forte que lui ? Ce collier est sensé décupler ta force, non ?

C’était vrai. Nefria lui expliqua qu’elle avait raison, mais qu’en échange l’artefact lui prenait en continu son énergie vitale. De plus, étant tout récemment guérie de blessures graves et d’une longue fièvre, elle n’avait pas retrouvé toute sa force. Ce qui devant Nefarious Tropy était un grand désavantage puisque ce dernier avait une réserve d’énergie double par rapport à la sienne.
La Maitresse du Temps finit par lâcher, à bout de force et s’apprêta à se téléporter avec Coco pour ne pas s’écraser avec le vaisseau qui chutait quand cette dernière l’arrêta :

- Attends, on ne peut pas le laisser mourir, dit-elle en voyant N. Gin sortir de la cabine de pilotage complètement affolé et nageant dans l’incompréhension totale.

Bien que la perspective ne les enchantaient guère, elles se téléportèrent avec le scientifique. Alors que les deux jeunes filles soufflaient un bref instant, le scientifique cyborg attrapa une arme qu’il avait sur lui, et la pointa sur Nefria qui avait les yeux clos et la respiration saccadée. Coco la poussa et une boule verte lui érafla le dos dans toute sa largeur. La seule chose qu’elle vit et entendit avant de s’évanouir furent les yeux injectés de sang et le rire maléfique d’N. Gin. Nefria la rattrapa et se téléporta avec elle. Le bras droit de Cortex n’eut pas le temps de s’enfuir avec Tropy puisqu’il reçut un coup sur la tête par Crunch, et s’effondra sur le sol. De son côté, Tiny se fit la malle avec Nina et Dingodile, tous deux inconscients, sous ses bras malgré qu’il fût un peu sonné lui-même. Uka Uka quitta à regret son frère, déçu de ne pas en finir, et Aku Aku rejoignit Coco inconsciente dans les bras de Nefria qui s’affaissa sous le poids de la Bandicoot. Crunch suivit son mentor.

Pendant ce retrait des ennemis plutôt imprévu, Crash se battait contre Cortex et avait l’avantage. Il avait récupéré une bonne partie des cristaux quand il fut interrompu par la horde de sbires de son créateur et préféra s’éloigna d’eux. Bien que l’envie fût alléchante, ils se retinrent de l’affronter. Après tout il avait un de leur objectif et Uka Uka leur rappela qu’il avait une excellente idée pour avoir l’artefact qui leur manquait.

Crash revint avec une bonne moitié des cristaux dans ses bras en espérant que ses compagnons n’avaient rien. Il lâcha sa charge quand il vit Coco sur le sol, Nefria et Aku Aku l’auscultant.

- C’est lui qui est responsable, dit Crunch en désignant N. Gin inconscient et solidement ficelé.

Crash renifla de colère et reporta son attention sur sa sœur et sur les dires du masque de sorcier et de la Maitresse du Temps. Ils finirent par s’isoler car il fallait en partie déshabiller Coco pour mieux la soigner. Les deux Bandicoots attendaient devant la maison close. Crash faisait les cents pas sous l’œil inquiet de Crunch qui était adossé au mur de la maisonnette. Il n’avait jamais vu Crash aussi nerveux. Bien qu’il pouvait le comprendre puisque si lui ne bougeait pas, cela ne l’empêcha pas de trembler de rage et d’impuissance. C’était la première fois qu’un d’entre eux était gravement touché.

- On va faire quoi d’N Gin ? demanda Crunch.

Le Bandicoot aux yeux verts darda un regard vers le responsable de son anxiété et la question resta suspendue dans l’air… sans réponse.

Note d’auteur :
- « J’étais supposé prête pour ce voyage solitaire… » est une citation de l’opening 1 de « Shakugan no Shana II »
- Un kekkai est un terme japonais qui veut un champ, une barrière, en générale utilisé pour se protéger. Ici, cela désigne le champ où le temps s'est arrêté.

Correction effectuée par Neo_White

A suivre dans le chapitre 4 : Le Temps d'une valse.

avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot et les Maîtres du Temps

Message  Aku Uka le Dim 13 Mar - 19:02

Hum, je vais avoir l'impression de me répéter à chaque commentaire alors inutile de te rappeler qu'il s'agit d'un chapitre encore très réussi et riche en action (pour le coup, j'ai manqué quasiment de rien ^^).

Tous les gentils contre tous les méchants!! I'm in love!! I love you
Coco contre Dingodile? Ca me paraît pas très équitable, surtout quand on se retrouve en face d'un lance-flammes: je me demande comment Coco s'en est sortie. Encore une de ses techniques de Kung Fu dont elle a le secret? ^^
Pas mal le combat Tiny/Crunch, un combat équitable qui oppose la force brute de l'un et de l'autre.
N.Gin, espèce de couard, tu as préféré te réfugier dans une de tes machines destructrices au lieu d'affronter Coco à mains nues, mais bon, si c'est pour barrer la route, je comprends mieux ton choix. XD
Nina!! Je te croyais plus forte que ça. Avec tes mains bioniques, tu aurais pu réduire Crash en bouillie en moins de deux. Mais bon, après tout, c'est de famille, quand on voit Cortex en face de Crash... Rolling Eyes

Aha, on retrouve quand même quelques souvenirs du passé notamment la fameuse Chrono Tornade de Crash Bandicoot 3, les assistants de laboratoire, et l'introduction du fruit Wumpa. Smile

Comment? Nefria a éprouvé de la pitié envers le Mal? Elle n'a pas voulu laisser N.Gin mourir? Ta générosité te perdra Nefria, la preuve, en guise de remerciement, N.Gin a failli tuer Coco.
En parlant de ça, j'ai hâte aussi de savoir ce qui va arriver à N.Gin: les Bandicoot vont-ils le garder et l'interroger sur les plans de Cortex et de Tropy ou est-ce que Cortex sera assez courageux pour venir récupérer son bras droit afin qu'il garde le silence? Que d'hypothèses qu'il me tarde d'éclaircir. Smile

Neo_White, tu vas te faire tirer les oreilles, je ne tolère pas les fautes de ce genre: "et préféra s'éloigna d'eux". Deux verbes conjugués au passé simple à la suite... c'est fort ça. ^^
Je ne citerai donc pas le reste des fautes au risque que Sanephar te renvoie et que ça tourne mal pour moi. Rolling Eyes

Dernière chose, Nefria n'aurait-elle pas un petit faible pour notre Crash? Bon, comme dis Nina, c'est vrai qu'il faut avoir un goût particulier pour tomber amoureux d'un Bandicoot comme Crash. ^^
Mais les joues qui rougissent à la moindre flaterie, on ne me la fait pas à moi, je vous connais les filles. Wink
Mais bon, il peut arriver à ce que certaines apparences soient parfois trompeuses...







avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Crash Bandicoot et les Maitres du Temps - Chapitre 4

Message  Sanephar le Ven 18 Mar - 20:46

Aku Uka Arrow Merci pour le com's Wink


Crash Bandicoot et les Maitres du Temps

Chapitre 4 : Le Temps d’une valse



Coco regarda avec horreur l’eau bouillante se déverser dans un petit bol et un chiffon se tremper dedans. Elle constata que Nefria ne perdait pas son temps car elle alla dans un coin de la pièce pour ramener un petit pot qui contenait un baume contre les brûlures. Puis elle s’agenouilla et attendit patiemment que l’eau soit moins chaude.

- Passe-moi un vêtement, s’il te plait. Histoire d’avoir un truc sous la dent, demanda Coco avec sarcasme.
- Courage, c’est pour ton bien, répondit son interlocutrice qui accéda à sa demande en prenant la première chose qui lui tomba sur la main.

Coco regarda avec répugnance le vêtement que lui tendait Nefria.

- Un caleçon de Crash ?! T’aurais pas pu trouver autre chose, par hasard ???

Nefria esquissa un petit sourire en coin à la fois gênée de ne pas avoir pris la peine de bien regarder et amusée de la réaction qu’avait eue la marsupiale. Elle lui tendit un de ses T-shirt.

- J’aimerais voir le bien dans cette histoire parce que depuis deux jours, je ne le vois pas !
- Il faut être patiente, tempéra la Maitresse du Temps.
- C’est facile à dire. Ce n’est pas toi qui souffre trois fois par jours en mettant ces trucs.
- Je suis désolée. Tu t’es sacrifiée pour moi.
- Tu as été plus utile que moi. Ca aurait été bête que ce soit toi qui mange le plus.
- Mais si je n’avais pas été là, tu n’aurais jamais subi ça.
- Oh crois-moi, Cortex aurait trouvé autre chose. Il est tellement obstiné.
- C’est prêt.

Coco se hâta d’enfourner son T-shirt dans sa bouche et attendit que le chiffon touche sa peau brûlée si sensible. Elle émit un gémissement étouffé par le vêtement quand le bout de tissu toucha sa chair. Des larmes naquirent au coin de ses yeux quand Nefria frotta légèrement et elle soupira de soulagement quand tout s’arrêta. Il ne restait que le baume.

- Où sont les autres ?
- Avec N. Gin.
- J’aimerais que ce soit lui qui subisse ça. Attend que je me rétablisse pour que je lui fasse payer.
- En attendant, tu ne bouges pas, dit Nefria en appliquant le baume.
- ARHG ! Tu pourrais prévenir !! la réprimanda Coco.
- Repose-toi, maintenant.
- Oui. Merci, Nefria.
- Je ne pense pas que j’aie droit à des remerciements. C’est une dette que j’ai envers toi et il est tout à fait normal que je te soigne.
- Oh, toi et ton sens du devoir ! bougonna-t-elle d’un ton faussement exaspéré avant de fermer les paupières.

Nefria quitta la maison pour retrouver les Bandicoots dans le hangar à côté de celle-ci. Elle trouva Crunch en train de menacer N. Gin : s’il ne répondait pas à ses questions, il allait le torturer, mais le captif ne daigna répondre, une fois de plus. Crash se retourna quand un couteau se planta dans le mur juste à côté de la tête du scientifique cyborg. Nefria se tenait devant l’entrée, bras croisés devant elle en fixant d’un calme froid leur prisonnier.

- Bien visé, complimenta Crunch.
- De quoi tu parles ? J’ai raté ma cible.

A cette phrase, Crunch et Aku Aku se regardèrent et N. Gin se raidit en sentant une goutte de sueur couler le long de son front. Crash perdit patience et donna une bonne gifle à N. Gin qui se décida à obtempérer.

- C’est bon je vais répondre à vos saletés de question !
- Que compte faire Cortex avec les cristaux ? commença Aku Aku.
- Alimenter une machine que Tropy contrôlera, répondit-il en détournant les yeux.
- Et qu’est-ce que les « Temps éternels » ont à voir là-dedans ? lança Nefria.
- La machine donnera l’énergie nécessaire pour utiliser l’objet.
- Il sera à pleine puissance… souffla-t-elle.
- Non, il sera illimité, rectifia N. Gin avec un sourire arrogant.
- Rien n’est perdu. Ils n’ont pas tous les cristaux et ils n’ont pas l’artefact, Nefria, calma le masque de sorcier.
- Qui a dit qu’on avait besoin de tous les cristaux ?
- Il faut détruire cette machine ! s’exclama Crunch.
- Oui mais comment ? demanda la jeune fille.

La question resta sans réponse sous le regard et sourire moqueur de l’ennemi. Crash lui donna un coup sur la tête et le missile s’activa quelques instants. Les quatre protagonistes se reculèrent et se fixèrent des yeux.

- Il vaudrait mieux éviter ça Crash, précisa Aku Aku.

Ils hochèrent tous la tête en regardant en biais leur étrange prisonnier.

***

- Je ne suis pas sûre qu’elle se rende comme ça. Je croyais qu’elle devait tout faire pour protéger l’artefact. Puis c’est bien joli mais si le Temple du Temps est un endroit si précieux pour elle, comment on le prend d’assaut ? demanda Nina, sceptique.
- Dans trois jours cela va faire trois millénaires que je suis Maitre du Temps…
- Félicitations ! En quoi ça répond à ma question ?
- Laisse-le finir, gronda Cortex à l’intention de sa nièce.
- Je vais organiser une sorte de cérémonie là-bas et les défenses seront moins importantes.
- Oh l’assaut aura lieu dans trois jours, conclu Nina.
- C’est mince comme préparation, rétorqua Uka Uka.
- Je n’ai jamais dit que nous le prendrons d’assaut à ce moment là. Non, nous en profiterons pour déposer quelques bombes dans des endroits stratégiques. Comme la salle des armes, des gardes.
- Il nous faudrait plus de mercenaires, précisa Uka Uka.
- Les mutants feront l’affaire, répondit Cortex.
- Exact. Si besoin je demanderai à N. Trance d’hypnotiser un peuple et il se battra pour nous.
- Qui est-ce qui posera les bombes ? questionna Nina.
- Mes assistants de laboratoires suffiront, dit Cortex.
- Eh bien, on a plus qu’à te souhaiter de passer une bonne fête.
- Tu n’as pas compris, morveuse. Vous êtes de la soirée, répliqua Tropy, montrant une exaspération non contenue.
- Quoi !? s’étrangla Nina.
***

Coco pouvait enfin sortir au bout du troisième jour, à son grand bonheur. Elle en avait plus que marre de rester cloitrée dans la maisonnette. Elle savait que sa rémission totale prendrait un bon mois. Du moins pour qu’il n’y ait plus aucune trace de brûlure dans son dos. Nefria restait près d’elle, certainement pour la surveiller, qu’elle ne se surmène pas et aussi pour qu’elle n'aille pas rouer de coups N. Gin.
Elles discutaient gaiement, histoire d’oublier un peu les soucis qui planaient sur eux comme une épée de Damoclès, quand une petite fille d'à peine une dizaine d'années apparut devant elles par téléportation. Coco haussa un sourcil et Nefria se leva pour aller vers elle. A son approche, la fille aux cheveux blonds comme le soleil baissa son regard noisette.

- Damoiselle Nefria ?
- Oui ?
- J’ai un message du Temple.

Elle lui tendit une lettre cachetée d’un sceau rouge. La brune la prit et l’ouvrit sans délicatesse, bien trop curieuse de découvrir ce qu’elle renfermait. Coco s’approcha et gratifia d’un sourire la petite fille qui baissa les yeux une fois de plus et rougit violemment. Apparemment cette petite était fort timide.

- Alors ? s’enquit Coco qui trouvait que l’air sérieux et le teint un peu plus pâle qu’à l’ordinaire n’annonçaient rien de bon.
- Je suis invitée pour fêter le centenaire de Tropy en tant que représentante du Bien qui vient le féliciter.
- Heureusement que ce n’est qu’une invitation.
- Maitre Asaki est sûrement au courant de la situation. Comment peut-il me demander de venir après tout ça ?
- Parce que vous êtes plus intelligente et polie que lui, répondit la petite fille qui ne cessait d’aborder un visage rouge de gêne.
- Pardon ? s’exclama Nefria ne s’attendant pas à cela.
- C’est maitre Asaki qui me l’a dit.
- Moi je trouve qu’il te met au pied du mur, contredit Coco. Et si c’était un piège ?
- Non, le Temple ne permettrait jamais une chose pareille. Annonce ma venue, dit-elle à l’intention de la fillette.
- Tu n’es pas obligée, Nefria.
- Maitre Asaki dit que vous pouvez venir avec quelques-uns de vos compagnons.
- Je vois.

La petite fille disparut dans un bruissement de vent après avoir fait teinter une petite clochette dorée aux inscriptions argentées, et Nefria expliqua à la marsupiale que c'était pour appeler Asaki, car la petite fille n'était qu'une apprentie et ne pouvait voyager jusqu'ici d'elle-même.
Mais Coco ne répondit pas, et fixa Nefria qui regardait toujours l’invitation d’un regard vide. Puis d’un mouvement brusque qui surprit la Bandicoot, elle se dirigea vers la plage à grandes enjambées. Coco la suivit un peu moins vite à cause de ses blessures. Quand elle arriva, elle vit Crash qui clignait des yeux, apparemment étonné. A vrai dire, elle aussi l’était. Elle ne s’attendait pas à ce qu’elle invite Crash.

***

- Alors ? questionna Nefria.
- Trop asiatique si tu veux mon avis, lui répondit Coco.
- Et maintenant ?
- Trop... vêtement des femmes du désert.
- J’abandonne !

Cela faisait un moment que la Maitresse du Temps cherchait une tenue présentable pour le bal de ce soir à l’aide de son vêtement qui prenait diverses apparences.

- En fait, je crois que tu ne fais pas dans la simplicité.
- Comment ça ? demanda la brune.
- Tu veux trop en faire. Et si tu restais toi-même ?
- Je comprends ce que tu dis mais je ne vois pas ce que je pourrais mettre de simple.
- Une robe tout simplement… de la couleur que tu veux.
- Comme ça ? s’enquit-elle en changeant de nouveau de tenue.
- Voilà. Là, je te trouve bien.

Pendant que Coco observait l’ensemble de la jeune fille et qu’elle lui faisait un compliment, elle décida de lui poser la question qu’elle avait depuis la veille :

- Pourquoi avoir invité Crash ?
- Parce que je me sens courageuse quand il est avec moi.
- Je vois ce que tu veux dire.
- Pourtant tu n’as pas l’air d’avoir peur…
- Je ne le montre pas vraiment, en fait…

Un silence de quelques secondes s’installa devant ces confidences. Nefria regarda par la fenêtre et annonça, après avoir vu le ciel commencer à se colorer d’un bleu nuit, qu’il était temps pour elle d’y aller.

- Ne t’inquiète pas, il ne t’arrivera rien.
- Le plus dur sera sans doute de ne pas répondre aux provocations de Tropy.
- Bonne chance alors ! s’exclama Coco en riant doucement.

Elles sortirent retrouver les deux Bandicoots mâles et le masque de sorcier qui ne manquèrent pas dévisager la nouvelle tenue de la jeune fille. Il faut dire que la robe blanche à fine bretelle moulait à la perfection le buste de Nefria, ainsi que ses courbes gracieuses, avant d'être évasée au niveau de ses hanches et de descendre sur ses jambes.
Crash siffla pour signifier son admiration et Crunch la gratifia d’un compliment.

- Allons-y, dit Nefria d’un ton solennel alors qu’Aku Aku et Crash se plaçaient de chaque côté d’elle.
- Dommage que Coco soit blessée et que je doive veiller sur elle, sinon on serait tous venus, continua Crunch.
- Merci à vous, répondit la Maitresse du Temps, visiblement émue par ces dires.

Ils se mirent en marche, et pendant ces quelques pas Nefria fit apparaitre son sceptre. La seconde d’après, ils avaient disparu.

- J’espère que tout se passera bien, soupira Coco, les yeux dans le vague.
- J’en suis certain, lui répondit Crunch en la prenant par les épaules.

Ils repartirent vers la maisonnette. Les deux hybrides allaient certainement passer leur soirée à trouver une quelconque occupation pour ne pas se demander comment cela allait pour leurs amis.

***

Quand Nefria, Aku Aku et Crash entrèrent dans la salle de réception, ils firent l’effet d’une bombe. Il y avait deux groupes de personnes : un, plus important, parmi lequel se trouvaient Tropy et ses plus proches alliés, et un autre, plus restreint et en retrait contrairement à l'autre. D’emblée, Aku Aku, qui observait tout ce petit monde, comprit qu'il y avait d'un côté les Maîtres du Temps maléfiques, et de l'autre ceux du bien. Il espérait bien que le nombre inférieur de ces derniers était dû au fait que tous n'avaient pas accepté l'invitation, ou n'en avaient pas reçu. Ce qu'il ne comprit cependant pas, ce fut les regards méprisants que lancèrent la majorité des Maîtres du Temps bienveillants à l'égard de Nefria, en plus de ceux plus carnassiers des Maîtres du Temps malveillants. Pourquoi semblaient-ils la détester ? Une question qui resta en suspend...
Crash, égal à lui-même, se contenta de sourire et de faire un petit coucou à son créateur qui lui lançait un regard interrogateur et profondément mauvais. Nefria ne voulut même pas regarder Tropy qui ne cessait de la contempler. D’une part parce qu’elle avait peur que ses yeux trahissent la crainte qui la rongeait et d’autre part parce que ce personnage la dégoûtait. Quand elle sentit de la chaleur sur ses reins, elle tourna la tête et vit la main de Crash qui lui caressait le dos. Il lui sourit, sourire qu’elle lui rendit et les trois protagonistes se jetèrent dans l’antre des lions. Maitre Asaki les accueillit avec douceur et ne réagit pas à la vue de ceux qui accompagnaient Nefria. Tropy se téléporta pour réapparaitre derrière Nefria qui se retint de frissonner de terreur en entendant sa voix :

- Je croyais qu’elle devait venir seule.

Aku Aku ferma les yeux pour ne pas montrer plus son agacement et Crash se tourna pour le toiser, regard que le Maitre du Temps lui rendit avec plus de férocité.

- Allons, Nefarious, tu ne vas pas chipoter pour si peu ! Et puis ce jeune homme et Aku Aku te font honneur en venant à ta cérémonie !

Crash fit une mimique de dégoût qui lui valut un regard désapprobateur de son mentor.

- Ma chère enfant, dit Asaki en se tournant vers Nefria, si tu faisais offrande à Nefarious en lui accordant une valse ?
- Pardon ? s’exclama-t-elle.

Sur un ton hautain, le Maitre du Temps lui demanda :

- Ne me dis pas que tu es une piètre danseuse ?
- Parfaitement. Je ne voudrais pas vous marcher sur les pieds !
- Savoir danser n’a pas d’importance quand on a un bon cavalier.
« Il le fait exprès !! » pensa-t-elle en se retournant pour lui lancer un regard méprisant.

Il lui tendit la main, qu’elle accepta malgré cette petite voix intérieure qui lui disait de ne pas la prendre, de l’humilier ainsi et de s’en sentir fière. Stupide courtoisie ! se dit-elle pour elle-même. On l’avait trop bien élevée pour qu’elle fasse cet acte d’impolitesse.
Ils marchèrent jusqu’au centre de la salle et se tournèrent l’un en face de l’autre. Nefria tendit son bras pour poser sa main sur son épaule, et joignit son autre main à celle de Tropy. Ce dernier cala sa dernière main libre sur sa taille.

- Un conseil : restez correct, prévint-elle d’un ton froid.

Il lui tendit un sourire sadique, et elle comprit qu’elle n’aurait dû rien dire. Elle l’avait tenté et il ne se gênerait pas pour en profiter. Ne serait-ce que pour la provoquer.
Ils entamèrent la danse au son des premières notes et la Maitresse du Temps dut admettre au plus profond d’elle-même que ce rustre se débrouillait pas mal pour la guider. Un peu trop bien, même. Elle étouffa un rire quand elle vit que bientôt Crash et Aku Aku dansèrent eux aussi. Crash tenait son protecteur de chaque côté du masque et ils dansaient n’importe comment. Le Bandicoot guidant son ami qui au passage lui décrocha un sourire encourageant. Puis Nina et son oncle dansèrent eux aussi avec une grâce qu’elle n’aurait jamais imaginé venant de ces deux antagonistes.

Elle arrêta son observation quand elle sentit la main de son cavalier descendre dangereusement de sa taille pour ne pas s’arrêter qu’aux reins. Malencontreusement, elle lui marcha sur le pied en s’excusant d’une voix faussement désolée. Il lui décrocha un regard mauvais et elle sourit timidement en bafouillant des excuses qu’elle ne pensait évidement pas. Ainsi si le dirigeant du temple avait vu le petit manège, il ne lui en voudrait pas d’avoir été provocante. Après tout, elle avait présenté ses excuses même si ses dernières étaient loin d’être sincères. Masquer les apparences pour ne pas déjouer à la règle. Quand bien même Asaki savait la vérité, il n’irait pas prendre la défense de Tropy pour ce petit accident. Quand la musique s’arrêta pour enchainer sur une autre, les deux Maitres du Temps se jaugèrent du regard, mais Tropy sentit quelqu’un lui tapoter le dos. Il se retourna vers Crash qui lui sourit en lui montrant derrière lui avec son pouce.

- M’inviterez-vous à danser, jeune Bandicoot ? demanda Nefria d’une voix mielleuse qui lui valut le regard surpris de son opposé.

Le marsupial hocha la tête et fit son possible pour se positionner avec Nefria, la délicatesse n’étant pas son fort. Nefarious partit quelque peu rageur et les deux jeunes gens commencèrent une danse un peu maladroite mais ô combien agréable pour eux. Ils se noyaient chacun dans le regard de l’autre tout en ayant l’impression de flotter et non danser. Aku Aku tournoya autour d’eux, les coupant un bref moment du monde et des regards interrogateurs braqués sur eux. Une poussière bleutée lâchée par le masque de sorcier sur les deux partenaires rendit leur valse enchanteresse. Quand les dernières notes s’évanouirent pour faire place à un silence pesant dont les deux amis ne se rendirent pas compte, encore trop plongés dans la magie qui les avait unis quelques instants plutôt. Quand ils revinrent à la réalité, Nefria rougit et Crash prit un air gêné. Si sa fourrure n’était pas orange, on aurait pu voir ses joues s’empourprer.

La soirée se passa sans mal. Crash et Nefria avait repris de la distance malgré leur danse quelque peu douteuse. Evidemment ils n’échappèrent pas aux regards suspicieux, sceptiques voire dégoûtés des invités. Seuls Aku Aku et Asaki semblaient le voir d’un œil plus bienveillant et joyeux que les autres.

***

Tropy conversait avec d’autres Maitres du Temps maléfiques tandis que Nina était partie aux toilettes de son côté. Cortex était donc resté seul avec son maitre, Uka Uka, et le silence qui les enveloppait était d’une pesanteur étouffante. A bien y regarder, le scientifique n’avait jamais été à l’aise avec le masque de sorcier. Etait-ce parce que, et malgré sa condition humaine dépourvue de pouvoir, il pouvait tout de même percevoir cette aura malveillante qui s’échappait en continu du sorcier ? Ou craignait-il de subir les foudres de ce dernier s’il venait à s’en prendre à lui ? Les deux étaient sûrement bien entremêlés.

- Quand tu en auras l’occasion, débarrasse-toi de cette Maitresse du Temps.

C’était un ordre, purement et simplement, qui n’autorisait aucune objection. Le ton d’Uka Uka était comme d’habitude sec et dur, mais Cortex avait pu remarquer toute la répugnance qu’il avait pour Nefria quand il l’avait évoquée. Cependant le masque de sorcier n’ordonnait jamais rien sans raison. Il aurait bien pensé que c’était parce qu’elle salissait l’Ordre des Maitres du Temps, mais il savait que son maitre n’avait cure de cette organisation qui veillait sur l’espace-temps. Le statut de la jeune fille n’était donc pas en cause.

Cortex avait depuis longtemps mis sa fierté à bas pour obéir aux ordres du masque de sorcier dont il était allié par besoin. En temps normal, il n’aimait pas recevoir d’ordre. Mais cette fois-ci, c’était différent. Il n’avait rien contre la nouvelle venue. Il ne l’aurait même pas remarquée si elle n’avait pas été avec les Bandicoots. Si Crash ne l’affectionnait pas. Son ennemi avait ce regard qu’ont les hommes quand une femme leur plait. Ce regard que le scientifique avait eu lui-même autrefois dans une vie qui lui semblait aujourd’hui si lointaine… Ainsi, Cortex voyait un moyen idéal de faire souffrir le marsupial : la perte d’un être cher. Petite consolation face à toutes ces années où il avait passé son temps à essayer de le détruire, en vain. Retourner contre lui ses sentiments, l’affaiblir pour mieux l’abattre. Cette idée le fit se réjouir et il avait hâte de voir arriver cette belle occasion.

***

« - Avant de partir, j’ai quelque chose à faire. Vous pouvez venir si vous voulez. » leur avait-elle dit.

Crash l’avait suivie, Aku Aku avait lui préféré rester avec Asaki, en se demandant pourquoi Nefria était si souriante. Lui qui pensait que cette soirée déstabiliserait la jeune fille et la rendrait triste, voire en colère lorsque Tropy s’était amusé à la provoquer une bonne partie de la soirée. Sa réaction avait été tout autre. Elle avait souri, répondu aux répliques du Maitre du Temps de manière calme avec une pointe de moquerie. Quelque chose avait changé chez elle. Comme si une soudaine confiance mêlée à un brin de courage l’avait gagnée.

Elle s’arrêta devant une porte, et se retourna vers Crash en posant un doigt sur ses lèvres pour l’inviter à ne faire aucun bruit. Bien qu’il fut intrigué par cette demande, il lui obéit. Puis elle ouvrit doucement la porte en bois, ce qui n’empêcha pas cette dernière d’émettre un grincement plutôt agaçant. Elle entra sur la pointe des pieds, il en fit de même, et se dirigea vers un coin de la pièce d’une démarche féline que Crash ne copia pas. Avec la faible lumière du couloir dans laquelle il se trouvait quelques instants plus tôt, le marsupial vit que Nefria était en train de mettre correctement une couverture sur un lit. Quand il jeta un œil par-dessus son épaule, il vit qu’elle ne faisait pas un lit mais qu’elle bordait quelqu’un. Une personne. Et plus précisément encore un enfant.
Elle s’agenouilla et prit de ses deux mains la menotte d’une petite fille qui dormait la bouche entrouverte et le visage paisible. Crash sourit devant cette bouille innocente. Puis quelques secondes après, Nefria se leva et invita le Bandicoot à la suivre. Mais à peine eut-elle fait un pas qu’une petite voix les interpela :

- Grande sœur ? C’est toi ?
- Oui Mayu c’est moi, dit Nefria en s’approchant de nouveau du lit.
- Je suis si heureuse de te revoir. On m’a dit que le Maitre du Temps des Ténèbres t’avait gravement blessée.

La Maitresse du Temps s’agenouilla de nouveau et alluma une allumette pour faire flamber une lampe à huile répandant une douce lumière dans la pièce modeste. Crash s’écarta dans un coin pour laisser un peu d’intimité aux deux sœurs.

- Oui, je l’ai été. Mais des personnes ont eu la générosité de me guérir et de me protéger.
- Remercie-les pour moi d’avoir eu la bonté de veiller sur toi.
- Tu veux que je te présente une de ces personnes ?
- Oui ! J’en serais ravie !

Nefria se tourna vers le Bandicoot et Crash s’avança vers le lit pour s’agenouiller à côté de l’enfant. Cette dernière se redressa du lit, en même temps qu'il s'approcha, et le col de sa chemise de nuit en côton blanc glissa un peu sur son épaule, permettant au Bandicoot de voir combien la peau de la petiote était pâle. Elle avait des cheveux courts qui tombaient sur ses frêles épaules. Ils étaient de la même couleur que ceux de son ainée. Ses yeux étaient plus clairs, ou peut-être était-ce à cause de la lampe à côté d’elle qui trahissait la véritable couleur des iris de la petite fille.
Elle l’observa un bref moment puis tendit sa main pour effleurer la joue de Crash qu’elle retira dans l’instant, comme si la fourrure lui avait lancé une petite décharge.

- Il est aussi doux qu’un nounours ! s’écria-t-elle d’une voix enfantine.

Il s’était attendu à voir de la peur dans ses yeux verts clairs mais à la place il vit de l’innocence tout simplement. D’ailleurs c’était la première fois qu’il en voyait dans ses prunelles. Cet enfant semblait si mature pour son jeune âge.
Elle tendit sa petite main pour lui caresser la joue et lui sourit timidement.

- Elle est belle ta fourrure !

En guise de remerciement il lui ébouriffa ses courts cheveux, et Mayu étouffa un petit rire amusé.

- On doit partir maintenant, annonça Nefria à regret.
- Tu reviendras, grande sœur ?
- Oui.
- Tu feras attention à toi, hein ? insista Mayu.
- Oui, je te le promets.

Elle borda sa cadette et lui embrassa le front en lui disant qu’elle l’aimait. Crash sourit et lui caressa affectueusement sa petite tignasse brune avant de refermer la porte sur une petite fille qui était de nouveau triste. Aku Aku les rejoignit après avoir fini sa conversation avec Asaki.

***

Quelques jours s’étaient écoulés depuis ce soir particulier et Tropy se trouvait sur la falaise surplombant le Temple du Temps, à genoux, respirant avec bien des difficultés.
Uka Uka lui jeta un regard interrogateur. Le Maitre du Temps croisa son regard jaune et lui expliqua :

- Epuisé. Cela demande beaucoup d’énergie de transporter autant de monde.

Sur ses mots, Cortex à côté de lui se retourna pour voir l’armée de mutants avec eux prêt à charger au moindre ordre de leur part. Alors le scientifique ordonna à Nina de commencer l’offensive. Cette dernière prit un talkie walkie et dit d’une voix froide :

- C’est bon, tu peux le faire.

Quelques secondes après, une explosion retentit et plusieurs autres s’enchainèrent. Personne n’eut de pensées pour le pauvre malheureux assistant qui avait sacrifié sa vie en se jetant sur une bombe, la déclenchant pour que celle-ci fasse une réaction en chaine avec les autres. Pour réussir ce que l’on veut, il faut bien des sacrifices. Et c’est dans cette optique qu’Uka Uka ordonna aux mutants de charger.

Correction effectuée par Neo_White

Notes d'auteur :
- J'ai rajouté quelques idées au dernier moment... sans savoir si je pourrais bien détaller certaines plus tard, et sans les avoir faites corriger mais tant pis !
- Dans une de ses fanfics, Neo White avait sacrifié un pauvre assistant sans pitié. Je lui avais fait remarqué et il m'a alors demandé si je lui faisais une sorte de clin d'oeil en écrivant le dernier paragraphe. Excellente question... je crois que j'ai fais ça inconsciemment, cher Neo White !


Dernière édition par Sanephar le Mar 29 Mai - 19:18, édité 1 fois
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot et les Maîtres du Temps

Message  Aku Uka le Dim 20 Mar - 19:53

Allez, c'est parti pour un nouveau commentaire tout frais:

Je le savais! C'était obligé qu'N.Gin subisse cet interrogatoire et ça m'a bien fait rire la façon dont ils ont obtenu les réponses à leurs questions. Bien joué le coup de la gifle Crash. ^^

Euh... ais-je rêvé ou... tu as évoqué à un moment les mutants de Cortex. Tu parles de ceux de Crash of the titans et de Crash Mind Over Mutant? Moi qui croyais que ces deux jeux ne t'avaient pas emballée, il faut croire que tu as tout de même gardé quelques idées prises ici et là pour ta fanfic, ce qui n'est pas un reproche, qu'on se comprenne bien.
Je dirais même que ça promet pour la suite. J'espère que l'on aura alors droit à un petit passage qui nous montre la férocité de l'assaut du Temple, même si je sais que l'action ne constitue pas l'un de tes points forts.

Je dois t'avouer qu'en lisant le titre, j'étais loin de me douter qu'il fallait en fait le prendre au sens propre: une valse entre N.Tropy et Nefria, les deux rivaux qui ont essayé de se détruire il y'a à peine trois chapitres?
Encore une idée originale et bien organisée. Tous les moyens sont vraiment bons pour faire diversion, de là à danser avec son pire rival, tu es terriblement intelligent N.Tropy! Twisted Evil (Ca fera plaisir à Sanephar si je te flatte ^^)
Crash et Aku Aku aussi s'y mettent! XD Je ne m'y attendais vraiment pas du tout à celle-là!
Cortex et Nina aussi?! Mais c'est une parodie que tu nous fais-là! XD Il ne manque plus que Uka Uka et Maître Asaki pour fermer le bal. ^^
Ce passage là m'a quand même bien fait rire, il faut l'avouer. Bravo pour ton imagination et ton humour qui sont vraiment placés là où il faut (parce qu'on s'ennuierait vite dans une simple valse, tu crois pas? Rolling Eyes )

Oh, tiens, comme le monde est petit. Il y'a un passage qui me rappelle notre petite conversation d'hier soir au sujet de la faiblesse des personnes dès qu'on touche à l'un de leurs proches. J'adooooore la philosophie de Cortex!!! I love you
Tu l'as décrite vraiment d'une façon... admirable, j'ai pas d'autre mot: "l'affaiblir pour mieux l'abattre"... cette phrase a beau être simple, mais je l'adore!!!!! Tu as vraiment tourné ce passage avec brio (ah bon, toi aussi tu es dans ce chapitre? Je m'en rappelais plus. ^^)

Holà, j'ai comme un mauvais pressentiment quant à l'avenir de cette pauvre Mayu. J'espère que même si les mutants envahissent le Temple du Temps, ils auront assez de pitié pour épargner la soeur de Nefria.

N.Trance est de la partie? Tiens tiens... ce n'est pas mon personnage préféré mais... est-ce qu'il jouera un rôle important par la suite si jamais il devait se joindre aux antagonistes? C'est un grand ami de N.Tropy après tout...

-Dans trois jours cela va faire un siècle que je suis Maitre du Temps…
-Félicitations ! En quoi ça répond à ma question ?

Inoubliable cette réplique. J'ai eu l'occasion de l'entendre plusieurs fois pour d'autres raisons et je me réjouis que ça soit Nina qui me la fasse ressurgir de ma mémoire. Décidément, je ne m'en lasse jamais des répliques de méchants, c'est mon péché mignon! I love you
Justement, vu qu'on parle de ça, je t'en supplie, n'écarte pas les méchants tels que Nina, Cortex ou encore N.Gin: tu les réussis tellement bien eux et leurs répliques que maintenant, je serai trop déçu de ne plus les voir par la suite. Ils ont chacun une personnalité si unique et un humour parfois spécial, mais tu as réussi à me rendre fou de mes méchants préférés!!

J'espère que Neo_White, qui t'avait déjà suggéré cette idée, sera du même avis que moi.
Sinon, encore un excellent chapitre qui m'a complètement satisfait: tous mes méchants, la confrontation Bien/Mal qui se finit en valse, la touche d'humour placée là où il faut... mais que veut-on de plus? Wink

avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Crash Bandicoot et les Maitres du Temps - Chapitre 5

Message  Sanephar le Ven 25 Mar - 20:17

Aku Uka Arrow Merci pour ton commentaire. Comme toujours, il m'inspire et me donne la motivation pour poursuivre. Pour te récompenser, la suite !


Crash Bandicoot et les Maitres du Temps

Chapitre 5 : Chaos au Temple du Temps



Nefarious Tropy évitait les divers cadavres sur son passage, que les sbires de Cortex ramassaient pour les entreposer à l’extérieur et ensuite les brûler. Il se dirigea d’un pas assuré vers le hall du Temple. Là il retrouva Uka Uka, les deux Cortex et Tiny qui tenait contre lui le corps inconscient d’Asaki.

- Assure-toi que cette dose suffira à le rendre inoffensif pendant plusieurs heures.
- C’est le but de mon intervention, Tropy, commença Cortex. Avec ça, il sera en partie paralysé pendant trois jours.
- Ca ira, alors.
- Pourquoi on ne le bute pas ? On sera tranquille, comme ça ! protesta Nina.
- Oh, mais on va le tuer. Cependant, je tiens à ce qu’une personne assiste à ça.
- C’est ridicule ! commenta la Cortex.
- A ce propos, il est temps de commencer à l’attirer, dit Uka Uka.
- Assurément. J’y vais de ce pas, annonça Tropy avant de se téléporter.

Après la téléportation du Maître du Temps, Nina partit d’un pas rageur sans réellement savoir où elle allait car cet endroit lui était inconnu. Partir seulement. S’éloigner pour ne pas montrer ses sentiments sur lesquels elle n’avait aucun contrôle. Sa faiblesse à elle. Trop émotive et impulsive.
Tiny s'éloigna à son tour pour mettre Asaki dans une prison temporelle, lieu où était enfermé les Maitres du Temps qui enfreignaient les lois, comme lui avait dit Tropy. Bien qu'il ne sache pas où se trouvaient les prisons, mais il ne s'en rendrait compte que plus tard.

Et une fois de plus, Cortex se retrouva seul avec le masque de sorcier. Une fois encore, cette sensation glaciale de malaise l’enveloppa si fortement que c’était difficile de le cacher. Avec toujours cette même question : comment le ressentait-il, lui, simple humain ? Sans compter la désagréable pensée que ce sorcier était plus fort que beaucoup d’êtres. Que d’un simple caprice de la part d'Uka Uka, il pourrait se faire supprimer. Cette peur, ce malaise. Le scientifique avait pensé qu’avec le temps il s’y habituerait mais ce n’était qu’un mensonge pour se bercer d’espoir. Il ne s’y accoutumait pas. C’était certes moins fort qu’aux premiers temps mais toujours là, toujours oppressant. Pourtant, il y résistait sans que ça l’étonne. L’instinct de survie aidait bien, sa puissance mentale aussi. Il s’étonna du calme qu’il laissa paraitre quand Uka Uka parla de sa voix rauque, et s’en félicita intérieurement. C’était une piètre consolation.

- N’oublie pas, Cortex, dès que tu en auras l’occasion, tue cette fille.
- Pourquoi ?

La question fusa toute seule et pendant une brève seconde, Cortex sentit une puissante vague d'adrénaline se déverser en lui. Trop nerveux. Il n’allait pas se faire tuer pour une futile curiosité.

- Tu as besoin de raisons pour tuer ? asséna Uka Uka froidement.
- Pas plus que vous.

Les yeux jaunes du masque dévisagèrent le scientifique pendant un temps qui lui parut interminable. Dieu qu’il détestait ce sorcier.

- Pour qu’elle ne pose pas de problème.
- Je ne la trouve pas dangereuse.

Alors Uka Uka rit. Fortement et froidement. Cortex sentit un frisson parcourir sa colonne vertébrale, il ne voyait pas ce qu’il y avait de drôle.

- Cette chose ne l’a jamais été, ricana le sorcier. Mais elle peut l’être. A cause de Nefarious.
- Ils pourraient s’allier contre nous ?
- Tu réfléchis trop, railla le masque de sorcier. Nefarious est un homme qui veut simplement dominer une femme qui lui plait. Mais cette fille est la protégée de mon frère et des Bandicoots, maintenant. Elle ne se pliera pas à lui et ses nouveaux petits amis voudront la sauver. Elle est dangereuse sans l’être et d’une certaine manière, Nefarious avec. Jusqu’où ira-t-il pour l’obtenir ? Il peut tout faire échouer.
- Personnellement, je ne vois pas le danger. Nos ennemis n’ont pas les moyens de venir dans cette dimension et quand nous aurons la fille elle ne pourra pas s’enfuir. Laissons Tropy s’amuser avec elle si ça lui chante.
- Par expérience, je peux te dire que c’est une mauvaise chose et tu exécuteras mon ordre… si tu tiens à ta vie.

Etrangement, Cortex n’était pas plus effrayé que ça. Assez contradictoire avec la tension permanente qui l’habitait quand il était en présence d’Uka Uka. Etait-ce parce que la curiosité le rongeait ? Uka Uka avait dit « par expérience » : avait-il échoué à cause de l’attachement qu’il avait eu pour une femme ? Cette idée totalement incongrue fit sourire Neo et il se permit un rire nerveux une fois que le sorcier fut parti. Non, c’était impossible. Uka Uka n’avait pas de cœur et plus rien d’humain.

***

Nefria interrogea encore une fois N. Gin. Tropy n’avait jamais fêté son « règne » en tant que Maitre du Temps maléfique, et les arguments d’Asaki ne l'avaient sûrement pas fait changer d’avis. Elle pressentait quelque chose de mauvais, et cela lui avait glacé le sang. Elle devait savoir ce qui se tramait vraiment, sans même prendre en compte qu’elle pouvait tout simplement avoir tort.
Coco derrière elle la regardait, inquiète. C’est elle qui lui avait proposé l’idée quand elle lui avait confié son mauvais pressentiment. Si Cortex complotait quelque chose, N. Gin le saurait, inévitablement. Elle n’entendit pas une présence derrière elle faire intrusion et l’assommer furtivement. L’agresseur retint le corps inerte de tomber par terre avec fracas, bien que cela fut inutile puisque Nefria se retourna, sur ses gardes.

- Nefarious Tropy !

Grâce à la téléportation, Tropy apparut devant elle, la choquant, et la plaqua contre le mur, sous le rire d’excitation de N. Gin. D’une main il lui bloqua les poignets et les mit au-dessus de sa tête, et plaça les pointes de sa fourche sous la gorge de son ennemie, pour l’intimer au silence. Elle le regarda, apeurée.

- Il me serait si facile de te trancher la gorge, dit Tropy en exerçant une pression de l’arme contre sa peau qui en fut entaillée. Néanmoins, je veux que tu restes en vie.

Elle aurait pu s’enfuir. Son bâton ne servait que de vecteur pour canaliser ses pouvoirs après tout, elle pouvait se téléporter de sa simple volonté, même si cela demandait plus de concentration, d'énergie et de temps. Mais les paroles intrigantes du Maitre du Temps lui donnèrent envie d’en savoir plus et elle ne bougea pas d’un pouce. Il se pencha vers son oreille, pour lui murmurer quelque chose qu’elle seule pouvait entendre :

- Rejoins-moi là où on s’est rencontré. J’ai des choses intéressantes à te dire.

Puis il la relâcha, et elle se laissa glisser contre le mur pendant que le Maitre du Temps libérait N. Gin et l’emmenait avec lui. Quelques secondes après, les deux Bandicoots mâles et Aku Aku entrèrent dans un timing qu’on aurait pu croire préparé à l’avance. Crash et Crunch se précipitèrent vers Coco, tandis qu’Aku Aku plus inquiet chercha Nefria de ses yeux jaunes avant de la trouver adossée au mur, les yeux dans le vague. Il se dirigea vers elle et lui demanda ce qu’il s’était passé :

- Nefarious Tropy est venu… avoua-t-elle dans un souffle.
- Tu as toujours ton artefact, pourtant, remarqua-t-il, intrigué.
- Pourquoi ne l’a-t-il pas pris ? se demanda-t-elle en tapotant son cou à la recherche de son collier et pour le prendre dans sa main.

Crash s’avança vers elle et lui souleva le menton brusquement pour regarder les égratignures dans son cou. Ce geste mal assuré la sortit de sa torpeur et elle alla vers Coco pour voir son état.

- Tu sais ce qu’il lui a fait ? demanda Crunch.
- Je crois qu’il l’a assommée… Elle était derrière moi et j’ai senti la présence de Tropy un peu après sa téléportation. Il est assez discret… je ne me rends pas compte de son arrivée tout de suite.
- Et toi, tu n’as rien ?
- Non, ça va.
- Pourquoi il est venu ?
- Je ne sais pas, mentit Nefria, peut-être pour prendre N. Gin mais cela n’a aucun sens. Il avait la possibilité de me voler les « Temps Eternels » et il n’a rien fait…

Les deux Bandicoots se regardèrent avec Aku Aku pour essayer de comprendre mais ils y renoncèrent et emmenèrent Coco dans la maisonnette.

***

Avant même que le soleil ne pointa son nez, Nefria se redressa. Elle n’avait pas dormi de la nuit, trop obnubilée par la demande étrange de son ennemi juré. Elle avait réfléchi à tout ce qu’il pouvait lui dire, et avait envisagé l’embuscade ; mais cela ne rimait à rien. Si Tropy la voulait vivante, il aurait pu l'enlever en même temps que délivrer N.Gin. Aussi elle avait prévu de se rendre à l’endroit qu’il avait indiqué pour savoir ce qu'il voulait réellement. Elle leva la tête pour croiser le regard d’Aku Aku qui ne dormait plus depuis que son esprit était figé dans ce masque. Apparemment il n’était pas très convaincu par son faux sommeil.
Elle repoussa la couverture et se leva sans faire de bruit pour ne pas réveiller les trois Bandicoots. Elle attrapa sa cape à l’entrée et le masque de sorcier la suivit à l’extérieur.

- Où vas-tu, mon enfant ?
- Tropy m’a donné rendez-vous. Je vais le rejoindre.
- Il est venu pour te dire cela ?
- Oui.
- Es-tu consciente du danger que cela représente ?
- Parfaitement, mais je veux savoir ce qu’il avait de si important à me dire.
- Nefria, tu te mets en danger et l’univers également. Tu es la gardienne des « Temps Eternels ».
- Et c’est vous qui serez le nouveau gardien.
- Pardon ?

Elle enleva son collier et l’enroula autour d’une des plumes du masque. Puis de sa poche, elle sortit un collier identique qu’elle mit autour de son cou.

- C’est une copie, expliqua-t-elle. S’il semble normal d’utilisation, il ne possède évidemment pas les attributs du véritable artefact. On ne peut pas faire la différence entre les deux, sauf si on veut utiliser ses pouvoirs spéciaux.
- C’est beaucoup trop dangereux ! Asaki ne voudrait pas que tu y ailles.
- Faites-moi confiance, dit Nefria en transformant le faux collier en sceptre.
- Je te fais confiance, mais…
- Et pardonnez-moi.
- De quoi ?
- De vous causer du souci.

La Maitresse du Temps disparut sans un mot de plus. Le masque de sorcier regarda autour de lui et soupira en soufflant le prénom de Nefria, puis lui recommanda d’être prudente, même si elle ne pouvait entendre ses paroles. Il se résigna alors à regagner l'antre des Bandicoots.

***

Nefarious Tropy apparut au Temple et lâcha N. Gin qui tituba avant de tomber sur les fesses, peu habitué à ces voyages. Le Maitre du Temps ne daigna même pas lui jeter un regard et se contenta de voir arriver les Cortex et Uka Uka.

- Alors, tu as voulu prendre quelques vacances chez ces boules de poils ? dit Nina d’un ton ironique.

Le scientifique cyborg préféra cela au regard méprisant que lui lança Cortex, avec un sous-entendu qui signifiait clairement que son retour n’avait pas d’importance.

- Pense-tu vraiment qu’elle viendra ? lui demanda Uka Uka.
- Oui.
- Comment en es-tu sûr ? interrogea Cortex.
- La curiosité est un vilain défaut.

Ils ne préfèrent pas en savoir plus, la réplique de Tropy étant une réponse évasive mais compréhensible. Pour le Maitre du Temps maléfique, dès l’instant où son opposée était restée pour l’écouter, son destin venait de se sceller.

***

Coco fut la première à se réveiller et ses gémissements éveillèrent également Crunch qui lui demanda comment elle allait.

- Oh ma tête ! se plaignit-elle. Mais que s’est-il passé ?
- Tropy t’a donné un coup.
- Et Nefria ? s’écria Coco.
- Quelques égratignures. Il ne lui a rien fait d’autre. Et il a emmené N. Gin avec lui.
- Oh ça ? Ce n’est pas grave.

Elle regarda autour d’elle et constata que la Maitresse du Temps était absente.

- Où est-elle ?

Crunch, intrigué, observa alors la pièce et sortit dehors crier le nom de la Maîtresse du Temps, ce qui réveilla Crash. Son regard endormi ne choqua personne et Aku Aku dit alors d’une voix coupable :

- Elle est partie rejoindre Tropy.
- Comment ça ?! s’exclama Crunch.
- Il lui a demandé de la retrouver quelque part... pour lui dire quelque chose.
- Il n’est pas venu pour rien alors, constata Crunch.
- Tu es certain de ne savoir que ça ? demanda Coco.
- Elle ne m’a pas donné plus d’indications.
- Et tu ne l’as pas empêchée de partir ? continua la marsupiale.
- J’ai tenté de la dissuader mais elle s’est téléportée avant que j’en ai eu le temps. Elle m’a laissé ceci.

Aku Aku fit flotter l’artefact de Nefria, qu’il avait posé sur un meuble de la pièce en rentrant de sa brève discussion avec la Maitresse du Temps, et l’avança lentement vers Coco. Crash tendit la main à sa place pour le prendre et regarda le collier d’un œil triste et inquiet. La Bandicoot le contempla un moment et prit le bijou qu’elle mit autour du cou de son frère.

- Ne vous inquiétez, elle reviendra !

Tous la regardèrent, ses paroles leur donnant du courage pour espérer. Seul Aku Aku, n’y croyant pas, décida d’aller dehors pour réfléchir. Il erra dans la forêt en repensant à la conversation qu’il avait eue avec Asaki après la cérémonie du centenaire de Tropy.

« - Avant de partir j’ai quelque chose à faire. Vous pouvez venir si vous le voulez » avait dit Nefria.

Le masque de sorcier s’apprêtait à suivre la jeune fille et Crash qui partaient déjà dans le couloir quand la voix éraillée d’Asaki l’interpela :

- Mon cher ami, voulez-vous que je vous fasse visiter les lieux ?
- Avec plaisir, répondit-il en sentant que cette invitation cachait bien plus qu’une simple visite, mais aussi parce que l’édifice des Maitres du Temps ne manquait pas d’émoustiller la curiosité du masque de sorcier.

Ils avancèrent une dizaine minutes dans un silence complet. Le mentor des Bandicoots attendit qu’Asaki daigne lui dire quelque chose, et profita de cette absence de conversation pour observer les lieux. La patience était une vertu qu’il avait acquise avec son immortalité et ce silence, bien qu’il le sentait pesant de secrets et de mots non-dits, ne le gênait pas. Jusqu'à ce qu'il se souvienne d'un détail qui l'avait intrigué lorsqu'il était arrivé au centenaire du docteur Tropy.

- Nefria n'est pas appréciée parmi ses congénères.
- Vous êtes un fin observateur. N'avez-vous pas une idée sur la question ?
- Je ne suis pas sûr de mes hypothèses. Sa jeunesse est-elle en cause ? Son être tout entier respire le manque d'assurance, et l'inexpérience. C'est d'autant plus palpable quand elle est proche des Maîtres du Temps du bien. Elle me rappelle un peu Crash quand je l'ai rencontré, termina Aku Aku, dont la comparaison ne manqua de faire sourire Asaki. Sa défaite contre Tropy a peut-être aussi ébranlé la confiance que plaçaient ses pairs en elle.
- Vous avez parfaitement raison. J'ajouterai seulement qu'ils n'avaient pas confiance en elle dès le départ. Aux yeux de tous, Nefria est devenue la Maitresse des Temps qui dirige la faction des Lumières uniquement parce qu'elle est ma protégée, mon élève. Elle doit leur prouver qu'elle mérite ce titre, et je n'ai aucun doute qu'elle y parvienne sous peu...

Ils allèrent dans le jardin presque enchanté et là le maitre du Temple s’arrêta et dirigea son regard vers le ciel, et plus précisément vers le sommet de l’édifice.

- Le Temple habite en son sein un gigantesque sablier. Ce dernier possède bien des secrets et il est considéré comme le cœur du Temple. Ne m’en voulez pas de ne pas pouvoir vous le montrer.
- Je comprends. Seuls les habitants du Temple peuvent l’approcher.
- Non. Seuls les élus, comme les Maitres du Temps peuvent s’y rendre.
- Je vois, c’est un endroit sacré.
- Disons que ce sablier est vivant et qu’un ingénu pourrait être en danger en sa présence.
- Est-ce lui qui dirige le Temple ?
- En quelque sorte. C’est lui qui trouve les personnes faites pour devenir Maitres du Temps. Lui seul a le pouvoir de choisir la destiné de certaines personnes sans créer de perturbation du temps.
- Est-ce lui qui vous donne… vos pouvoirs ?
- Il les amplifie, si je puis dire. Et nous en venons justement à ce dont je voulais vous parler. Vous avez l’art d’amener les gens à parler là où ils veulent en venir.
- Il était douteux qui vous m’invitiez simplement à visiter le Temple sans mon jumeau. Cela aurait créé comme un déséquilibre.
- Et c’est pour cette raison que notre conversation ne doit se savoir.
- Vous pouvez compter sur moi.
- Ce sablier m’offre quelques visions du futur comme du passé plus… poussées disons, contrairement aux visons plus floues qu’ont les Maitres du Temps. Les interpréter correctement requiert de la sagesse et de la logique extrême. En revanche, ces visions-là sont très claires.
- Qu’avez-vous vu ?
- Dans quelques temps, le Temple ne sera plus mien.
- Que voulez-vous dire ?
- Je vais être vaincu par un de mes élèves.
- Le Docteur Nefarious Tropy ?
- Oui.
- Mais vous pouvez donc empêcher cela !
- Mon cher, je vous l’ai déjà dit, seul le Sablier du Temps à ce pouvoir. Je ne peux aller à l’encontre de mon destin.
- Vous êtes en train de dire que vous n’allez pas vous battre ?
- Je vais combattre, mais je vais tout de même être vaincu.
- Je ne peux tolérer cela. Mon frère est sûrement dans le complot et je me dois de faire de même. Je ne peux pas laisser le Mal régner dans ce lieu neutre. Il en va du sort de l’univers !
- Ne faites rien, mon ami. Je m’octroie le droit de m’accorder un caprice et donc de faire une entorse à la loi du Sablier.
- C'est-à-dire ?
- Je ne peux vous en dire plus.
- Si je ne vous suis d’aucun secours, pourquoi me faire ces révélations ?
- Elles ont un but. Je vous demande de protéger Nefria.
- Je le ferai.
- Dans quelques temps, elle sera confrontée à un choix qui décidera de son destin. Vous devez l’aider à prendre la bonne décision.
- Comment saurai-je quand ce moment sera venu ?
- Je peux vous assurer que vous le saurez, avec une visite imprévue, dit Asaki est faisant un clin d’œil.
- J’espère vous être utile dans votre combat.
- Vous le serez, soyez sans crainte.


Avec la visite de Tropy dans le hangar, il savait que c’était « le moment ». Il avait donc gardé un œil aussi discret que possible sur Nefria. Elle avait beau paraitre normale, il y avait quelque chose qui la tracassait. Quand elle lui avait annoncé qu'elle partait rejoindre Tropy, il avait tout de suite compris que le Maitre du Temps allait la corrompre avec la prise qu’il exerçait sur le Temple. Mais il n’avait pas réussi à la retenir. Etait-ce ce qu’avait prévu Asaki ? Dans ce cas, quel était le but de cette conversation ? Ou avait-il échoué lamentablement et condamné l’univers ?

- Asaki... murmura-t-il.

Il ne connaissait pas cet homme aussi bien que Nefria. Mais il ressentait beaucoup de sympathie à son égard. Cela était certainement du au fait qu’ils étaient de vieux sages immortels, et même si l’un était neutre, il n’en restait pas moins bienveillant. C’était incroyable comme un simple trait de caractère pouvait donner autant d’affinité entre deux personnes et tendre un lien quasi-inexplicable entre eux.
Ainsi soit-il. Lui aussi désobéirait à quelques règles de l’archipel quand le temps viendrait.

***

Nefria apparut dans l’époque où elle avait rencontré le Maitre du Temps maléfique la toute première fois. Obstinée, elle emprunta le chemin de terre qui la conduirait à sa destination. Plongée dans ses pensées, elle ne fit pas attention aux deux hommes qui étaient sur la même route, allant dans la direction opposée à la sienne. Elle sentit une main boueuse la prendre par la taille pour plaquer son dos contre le torse d’un des hommes. Elle n’eut pas le temps de se dégager que le métal froid d’un poignard se posa sur la peau délicate de sa gorge. Le deuxième homme était en face d’elle et la regardait d’un air froid.

- Vas-y, fouille là ! ordonna l’homme qui la maintenait.

Ce dernier s’exécuta et commença à fouiller la robe de paysanne de la jeune fille malgré ses faibles débattements.

- Y’a rien ! On fait quoi ? On ne peut pas la laisser en vie !
- On la tuera, mais si on s’amusait un peu avant, susurra l’autre homme qui retenait Nefria en lui léchant la joue.

Elle réprima une mimique dégoutée. Elle n’aurait aucun mal à sortir de ce pétrin, l’ennui c’est que se sortir de là avec ses capacités engendrait une perturbation du continuum espace-temps. Si seulement ils s’en étaient tenus à la voler, tout aurait été plus simple. Il était en tout cas hors de question qu’elle laisse ces scélérats s’en prendre à sa vertu. Elle s’arrêta de réfléchir à des solutions adéquates quand l’homme en face d’elle qui s’apprêtait à déchirer ses vêtements fut désintégré. Elle écarquilla les yeux en même temps que l’autre rustre et ce dernier prit la poudre d’escampette. Il fut tellement brusque et empressé que Nefria chuta au moment où il la lâcha. Malheureusement pour lui, il n’alla pas bien loin puisque qu’un homme encapuchonné lui réserva le même destin funeste que son compagnon. La jeune fille resta figée au sol jusqu’au moment où son « sauveur » enleva sa capuche. Elle reconnut Tropy et cela lui permit de retrouver pied. Dans tous les sens du terme !

- Tu es pitoyable ! asséna-t-il en le regardant d’une manière plus hautaine qu’à l’accoutumée.
- Il faut que j’arrange cette perturbation… souffla-t-elle en se relevant, l’air ahuri.
- On n’a pas le temps ! déclara-t-il en lui prenant son bras et en se téléportant avec elle au point de rendez-vous.

Elle se dégagea de la prise du Maitre du Temps et s’écarta jusqu’à ce qu’elle adopte une distance qui lui sembla convenable.

- Tu les aurais laissé te violer ?
- Non. J’essayais de trouver une solution sans engendrer des conséquences néfastes.
- En aurais-tu trouvé une avant qu’ils aient fini, au moins ?

Nefria chassa de son esprit les images de ce qui aurait pu se produire sans l’intervention de Tropy puis elle demanda du même ton que le sien :

- Etes-vous venu dans l’optique de sauver ma virginité ou avez-vous des choses plus intéressantes à me dire ?
- Oui, et je crains que les nouvelles que j’ai à te dire ne te soient déplaisantes.
- Abrégez le suspense, lança-t-elle, acide, ayant perdu sa patience.
- Le Temple du Temps est à moi.
- Pardon ? Comment ça, à vous ?
- J’ai lancé un assaut sur le Temple et j’ai gagné.

Nefria porta sa main devant sa bouche ouverte, masquant faiblement sa surprise. Ses joues pâles et ses yeux tremblants dévoilèrent le trouble qui avait eu raison de son sang-froid.

- Pourquoi avoir fait une telle chose ? demanda-t-elle d’une voix éteinte.
- Pour régner sur le Temps.
- Seigneur… lâcha la jeune fille comprenant l’ampleur du problème. Pourquoi me dire cela ?
- Pour te voir anéantie. Et puis parce qu’il me manque quelque chose pour terminer mes projets, dit-il en regardant le collier autour du cou de la Maitresse du Temps.

Elle se recula de quelques pas et chercha une solution à tout ce qu’elle venait d’entendre, n’en trouvant qu’une. Une solution de désespoir, et une bien mince protection.

- Je vous donne les « Temps Eternels », à deux conditions !
- Lesquelles ? demanda Tropy, un sourire victorieux sur ses lèvres, satisfait de la voir venir d'elle-même là où il voulait en venir.
- Que vous épargniez le Temple et ses habitants…
- Il y a peu de survivants, la coupa-t-il. Du moins, dans la faction que tu… dirigeais, prit-il plaisir à expliquer les détails et à parler au passé.
- … Et les Bandicoots.

A cette dernière condition, le créateur de la Chrono Tornade éclata d’un rire moqueur en la traitant de pathétique.

- Acceptez-vous ?
- Oui. Et comme promis je te laisse la vie sauve, mais j’ai deux conditions à ajouter moi aussi, disons que c’est un intérêt à avoir refusé ma première offre plus avantageuse.
- Qu’est-ce que c’est ?
- Tu le sauras en temps voulu, termina-t-il en lui tendant la main.

Nefria retira de son cou, le collier qu’elle fixa quelques secondes. Elle s’avança vers lui d’une démarche mal assurée en levant son bras pour lui donner l’artefact quand un frisson glacé lui parcouru le corps.

« NON ! »

Le cri avait surgi de nulle part. Si distinctement et puissant qu’elle abaissa son bras et regarda autour d’elle. Quelque chose en elle refusait ce pacte. Une volonté qu’elle sentait différente de la sienne et en même temps si proche. Un malaise profond s’insinua en elle, que Tropy rompit de sa simple voix, la sortant d’une semi-torpeur.

- Qu’as-tu ?
- N’avez-vous pas entendu cette voix à l’instant ?

Tropy fronça les sourcils et elle se demanda qui avait bien pu parler. Elle ne connaissait pas cette voix. De plus, elle se rendit compte combien c’était différent de l’ordinaire. Comme si elle avait jailli dans sa tête, au plus profond d’elle-même. Non, c’était ridicule…

- Tenez votre parole, je vous en prie, supplia-t-elle en coupant court à la réflexion de Tropy par la même occasion.
- Bien entendu, répondit-il avec sceptisme par rapport à sa précédente remarque.

Elle plaça dans sa main l’artefact qu’il mit immédiatement autour de son cou. Puis d’un geste brusque il l’enlaça et ils se téléportèrent.


***

A des milliers de lieues de là, Crash s’était stoppé. Ses épais sourcils se froncèrent et il regarda autour de lui, intrigué. Ne venait-il pas d’entendre une voix inconnue à l’instant ? Et pourquoi avait-il une sensation indéfinissable au fond de lui-même ? Il haussa les épaules et reprit la marche.

Cette fois, la voix se fit plus claire et dure : « Sauve-la, Boule de poils dégénérée ! »

Le marsupial s’arrêta de nouveau, encore plus surpris. Il baissa son museau et attrapa de ses doigts orange l’artefact de Nefria qu’il portait autour du cou. Crash avait beau être naïf et rêveur, il n’avait pas inventé cette voix. Et il était assez lucide pour sonder la puissance de l’artefact. Plus de doute, cela venait du collier. Les « Temps Eternels » appelaient à l’aide pour sauver son possesseur. Et loin d’être rancunier face à l’insulte du bijoux, il répondit avec entrain :

- Oki, Tempy no !

Peu importe si ils ne savaient pas comment sauver Nefria, ils trouveraient. Les Bandicoots ne l’abandonneraient pas, aussi difficile ce sauvetage soit-il. Ils ne laisseraient pas une amie dans le malheur. Cela ne faisait pas partie de leurs principes. Lui, Crash Bandicoot, la sauverait !

***

Nefria regarda autour d’elle quand Tropy atterrit au Temple du Temps. D’un geste brusque, il la poussa pour la laisser à Tiny qui lui prit chaque bras dans ses grandes mains afin qu’elle ne bouge pas. Dingodile braqua son arme, prêt à faire feu sur elle dès le moindre geste un peu trop suspect.

- Ne me dites pas que c’est elle qui doit assister au meurtre du vieux ? demanda Nina.
- La tuer aurait été plus simple, ajouta Cortex.
- Peut-être mais je tiens à ce qu’elle soit mon esclave personnelle.

Devant le regard interloqué de Nefria, il ajouta :

- C’est ma première condition.
- Attendez ! Vous avez donné votre parole ! Vous ne deviez faire aucun mal aux survivants du Temple !
- Celui-là est une exception.
- Arrêtez ! Vous ne respectez pas notre accord !!
- Tais-toi ! Ou je tue les autres, ai-je été clair ?
- Je vous en prie… supplia Nefria.
- Silence gamine ! rugit Uka Uka.

Elle recula jusqu’à ne plus pouvoir à cause du torse imposant de celui qui la retenait. Le masque de sorcier était brusquement arrivé devant elle, lui causant un sursaut et une peur glaçante naquît au fond de son ventre.

- Cortex a raison, Nefarious. Tout aurait été plus simple et rapide si tu l’avais tuée.
- On à l’artefact, c’est le principal. Maintenant, passons à autre chose.

Tropy tourna son regard vers deux assistants de Cortex qui maintenaient debout le dirigeant du Temple à peine conscient. Ce dernier leva un peu la tête pour voir Nefria le regardant, terrifiée. Il entrouvrit les lèvres pour lui donner un dernier sourire avant que Tropy ne le poignarde en pleine poitrine de sa fourche. La seule chose qu’il entendit avant de mourir fut le cri de désespoir lâché par la jeune fille qui pleurait à présent sa perte.

La Maitresse du Temps se débattait contre la poigne du mastodonte. Elle donna un coup sur la cheville du tigre avec son talon. L’effet fut immédiat, Tiny lâcha sa prisonnière et cette dernière accourut vers son maitre qui tombait lourdement sur le sol. Tropy leva le bras pour stopper Dingodile qui s’apprêtait à enflammer la jeune fille effondrée sur le corps sans vie d’Asaki. La brune laissa libre cours à ses larmes longtemps retenues, la tête plongée dans la tunique ensanglantée de celui qui avait été plus qu’un simple professeur pour elle. Il avait été le père remplaçant son géniteur qu'elle avait dû quitter dans la huitième dimension quand des Maîtres du Temps étaient venus la chercher pour sa formation. Elle releva la tête vers le Maitre du Temps maléfique qui la regardait avec pitié. La colère déformant les traits de son visage baigné de larmes et de liquide carmin, elle cracha :

- Vous n’êtes que des monstres !
- Fais attention à ce que tu dis, insolente ! Je suis ton maitre, maintenant ! asséna-t-il.

Pour amplifier ses dires, il lui donna un coup avec le côté non tranchant de son bâton dans l’épaule. Elle tomba en arrière en poussant un gémissement puis en tenant son épaule comme ci cela pouvait alléger la douleur cuisante qui s’empara d’elle.

- Relève-toi et suis-moi, ordonna l’homme bleu.

Elle se redressa et ferma les paupières de son ancien maitre pour faire disparaitre les yeux sans vie d’Asaki en se retenant d’éclater en sanglot. Puis elle s’exécuta. Agacé par sa lenteur, Tropy lui prit le bras et l’entraina d’un pas rapide avec lui. Nefria se mordit la lèvre inférieure pour ne pas gémir sous la forte étreinte que le Maitre du Temps exerçait sur son bras. Arrivé à destination, il la poussa et elle se rattrapa de justesse pour ne pas tomber en avant. Elle tourna son visage emprunt d’incompréhension vers Tropy. Ce dernier avait le regard braqué devant lui, un petit sourire aux lèvres. Puis quand un bruit de flamme et la lumière du feu vint jusqu’à elle, elle se retourna de nouveau. Un instant son corps fut paralysé. La seconde d’après, elle ne put s’empêcher de flancher et par conséquent de se laisser tomber sur le sol à genou, les deux mains sur sa bouche. Le carnage des centaines de cadavres alliés et ennemis qui commençaient lentement à s’enflammer, déformait son visage si serein il y a quelques jours en une expression abasourdie et horrifiée. Tropy lui jeta un coup d’œil et son sourire s’élargit. A côté de lui, Uka Uka savourait ce moment de chaos également. Ne supportant plus ce spectacle orangé, contrastant avec la nuit qui s’était installée, Nefria utilisa les dernières réserves de son énergie pour se mettre debout et fuir le plus loin possible de cette scène de désastre. Elle s’arrêta peu après l’entrée du temple où les deux Cortex et N. Gin l’observèrent d’un air hautain avant de s’avancer vers elle pour jouir également du spectacle. Elle posa une main sur son ventre en espérant vainement stopper la nausée qui montait en elle. Elle ferma ses paupières dans un dernier sursaut de dignité pour dissimuler ses larmes quand le trio maléfique passa près d’elle. Neo Cortex la bouscula légèrement mais suffisamment pour la faire chanceler. Pourtant, c’est la phrase murmurée du scientifique qui la marqua, plus que l’acte brutal :

- Bientôt ça sera ton tour, catin.

Qu’insinuait-il ? Que Tropy allait l’éliminer ? Non, ce n’était pas logique par rapport à la première condition imposée. Voulait-il dire qu’elle allait finir dans le lit du Maitre du Temps ? La répugnance s’empara d’elle et la nausée augmenta avec intensité. C’était une possibilité. Elle n’était pas d’une beauté incroyable mais suffisamment pour combler de plaisir d'un homme tel que Tropy. Cependant, en quoi cela regardait-il Cortex et quel était le lien avec la combustion des cadavres à l’extérieur ? Nefria ne comprenait pas, et elle se sentait trop faible pour en voir davantage.

Soudain, une force l’obligea à se retourner et elle reconnut Tropy malgré le contre-jour que faisaient les flammes.

- Maintenant, la deuxième condition, annonça-t-il.

Elle avait espéré un bref instant un peu de répit avec tout ce qu’elle venait de vivre. La fatigue, les émotions intenses, l’odeur de chair brûlée qui menaçait à tout moment de la faire vomir, l’accaparaient et elle eut l’impression qu’elle allait s’évanouir dans la seconde qui suit. Tropy anéantit, d’une seule parole, les maigres résistances qu’il lui restait en prononçant ces mots :

- Tu vas renoncer à tes capacités.

Des larmes vinrent inonder ses yeux émeraude, suppliant silencieusement son bourreau de ne pas faire ça. Mais l’expression sombre de Tropy lui répondait que ses supplications étaient vaines.

- Pitié, pas ça…
- Ma chère, tu as accepté notre offre bien avant d’entendre les conditions.

Sans lui laisser le temps de rajouter un mot de plus, il l’entraina avec lui vers le lieu où se déroulerait ce qu’elle considérait comme l’un de ses plus grands cauchemars. Elle n’allait plus être Maitresse du Temps. Elle allait perdre tout ce savoir qu’elle avait acquis pendant ces longues décennies, il serait balayé en seulement quelques minutes. Elle avait perdu, tout simplement…

Correction effectuée par Neo_White

Petite Notes d'auteur :
- J'ai encore ajouté quelques élements sans le consentement de ma bêta-lectrice alors si vous voyez quatre fautes dans une phrase... Rah !! Pourquoi je ne suis pas Maitresse du Temps ? Je me téléporterai chez Passionred et elle répondrait à mes interrogations. Tout ça pour dire que je suis perdue sans ma bêta adorée... Sad


Dernière édition par Sanephar le Mer 30 Mai - 16:20, édité 1 fois (Raison : Quelques ajustements)
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot et les Maîtres du Temps

Message  Aku Uka le Sam 26 Mar - 22:05

Bon, je ne t'ai pas menti en te prévenant que ce message allait être posté tard dans la soirée: c'est juste que le Samedi, je finis le karaté à 20h30... bref, passons:

Le Temple est bel et bien en ruines, comme je m'y attendais. A en voir les dégâts, je devine la violence, la férocité du combat mais aussi l'atmosphère répugnante qui doit rester après l'assaut notamment cette fameuse odeur de cadavres brûlés... difficile de se retenir de tout régurgiter, je n'aurais certainement pas eu la même résistance que Nefria sur ce coup-là.
Dire que j'avais exigé une description du combat, tu as réussi à me faire renoncer à cette idée. Un être aussi sensible que moi n'aurais pas tenu deux minutes en lisant un tel massacre, déjà que le passage des cadavres brûlés a commencé à me donner un semblant de nausée... pale
Du coup, quand j'ai fini de lire ces lignes, je n'ai plus du tout eu la même opinion des mutants de Crash Mind Over Mutant !

J'en reviens toujours pas de l'audace qu'à montré Cortex envers Uka Uka, serait-il suicidaire? ^^
Je comprends parfaitement le malaise et l'angoisse qu'il endure, mais oser répondre de la sorte devant le masque de sorcier, ça ne m'aurais en aucun cas soulagé. Pire, je me serai déjà planqué sous un lit avant même d'avoir entendu sa réponse !
Néanmoins, je ne comprends toujours pas... Uka Uka veut que Cortex élimine Nefria mais pourquoi il ne laisse pas N.Tropy s'en charger? Pour le coup, Tropy est certainement plus malin et plus intelligent que Cortex pour parvenir à tuer Nefria.

Justement, en parlant de Nefria... je suis sûr qu'au début du chapitre 6, il va se produire un sauvetage à la sauce Crash Bandicoot, n'est-ce pas?
Et je suis même prêt à parier que cette intervention va se dérouler avant que Nefria ne perde ses pouvoirs, autrement, ça serait dommage que l'on ait plus qu'un seul Maître du Temps...

Hum... c'était à prévoir. Nefria n'aurait jamais rejoint N.Tropy sans avoir confié son artefact aux Bandicoots et quelque chose me dit qu'entre les mains, ou plutôt les plumes de Aku Aku, il ne risquera rien.
Même N.Tropy et Uka Uka se sont laissés berner aussi facilement? Nefria accepte de céder la copie de l'artefact à raison de deux conditions seulement... il y'a de quoi avoir de forts soupçons; jamais la Maitresse du Temps n'aurait donné le véritable artefact si rapidement: N.Tropy s'est fait avoir en beauté sur ce coup-là ! L'éternelle soif du pouvoir peut-être... c'est ce qui aveugle le plus les méchants en règle générale. ^^

J'ai bien aimé le retour dans le passé avec la conversation entre Asaki et Aku Aku, ça me plaît toujours ce genre de passage, où la plupart du temps, des secrets plus ou moins importants sont révélés.
Trop fort, Asaki avait déjà prévu la chute du Temple du Temps... et malgré ça, il n'a quand même rien fait: fichu Sablier ! XD

Cette fois, la voix se fit plus claire et dure : « Sauve-la, Boule de poils dégénérée ! »
Hum... tout porte à croire que ce message a été prononcé par nulle autre que Nina, je me trompe?
Je sais, ça peut paraître illogique mais ça m'a tout l'air d'être son langage, mais pourquoi aider Crash à retrouver Nefria? Je croyais que son destin ne lui était d'aucune importance mais de là à se retourner contre ses alliés, c'est un acte pour le moins... bizarre. Suspect

Nefria accepte de se soumettre à N.Tropy? Je sais, ce sont des conditions auxquelles on est censés respecter mais quand même... N.Tropy a zigouillé Asaki et pourtant, c'était la première condition imposée par Nefria. Pour moi, N.Tropy n'a pas respecté cette première condition (l'excuse de l'exception, c'est trop facile).
Pour la peine, j'espère qu'il sera puni pour sa monstruosité, na !

En bref, encore un bon chapitre dont je n'énumérerai pas les fautes et les oublis de mots. Ce que j'ai remarqué aussi, c'est que l'histoire se centre de plus en plus sur nos deux Maîtres du Temps et en particulier avec ce chapitre où l'on voit dans chaque paragraphe soit N.Tropy, soit Nefria, soit les deux.
Mais rassure toi, ce n'est pas du tout un reproche que je te fais là. Toujours pas convaincue? Bon... et si je te disais...
FELICITATIONS!!!!! Tu fais un travail extraordinaire!! Tu es dotée d'un talent absolument fantastique: tes chapitres m'envoûtent à chaque fois et c'est pour cela que je me permets de t'adresser mes plus sincères félicitations!! cheers
Si avec ça, tes chevilles ne gonflent pas...! ^^



avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot et les Maîtres du Temps

Message  Sanephar le Ven 1 Avr - 19:36

Encore une fois, Aku Uka, merci pour ton commentaire qui me ravi toujours autant, si ce n'est plus vu sa longueur *.* Je te répondrai par msn comme la dernière fois, car c'est plus interactif, mais grâce à ce chapitre, tu auras une partie de tes réponses ^^


Crash Bandicoot et les Maitres du Temps

Chapitre 6 : Le Sablier du Temps



Arrivée au sommet du Temple, Nefria regarda l'immense sablier, considéré comme le cœur de l’édifice. Il était majestueux, avec ces grains de sable qui s’écoulaient doucement au bois magnifiquement sculpté. Il se disait que le Sablier avait le pouvoir d’exaucer un souhait, dans la limite de sa capacité. Mais cela n’était qu’une légende. En revanche, c’était lui qui allait lui sceller ses pouvoirs, et ça, elle aurait bien aimé que ça soit aussi une fable. Son regard convergea alors vers le symbole en face du gigantesque artefact. Il mesurait sans doute dans les deux mètres. Ce signe complexe allait causer sa perte.

- Vous aviez tout prévu, dit-elle dans un murmure.
- Il s’est écoulé seize heures entre le moment où je suis venu te donner rendez-vous et celui où l’on s’est vu. Ca m’a laissé plus de temps que je n'en avais besoin pour tout mettre en place.
- J’aurais dû écouter Aku Aku et ne pas venir.
- Cela aurait été préférable. Allez, fini de palabrer inutilement, place-toi au centre !

Elle obéit, s’avançant vers le centre de l’emblème au sol et resta debout face à Tropy, ses mains triturant le cordon de sa cape dans un geste nerveux.

- Tu ne connais pas la procédure, n’est-ce pas ?
- Non.
- Allonge-toi.

Elle obtempéra de nouveau et Tropy vint à elle. Il s’agenouilla et lui prit un bras qu’il attacha à un pieu planté non loin de là. La Maitresse du Temps le regarda faire avec une angoisse qui ne finissait pas de monter. Elle n’avait pas vu ces bouts de bois plantés dans le symbole. Tropy fit de même avec son autre bras et la jeune fille attendit l’ordre suivant.

- Tu dois savoir qu’un sceau sera posé sur ton corps.
- Oui. Normalement, seul maitre Asaki et celui qui posera le sceau pourront le défaire … Oh mais c’est pour ça que vous avez tué maitre Asaki !
- Tu as compris ? Il n’y a que moi maintenant qui peut te délivrer du sceau. Dis-moi, sais-tu où on le place ?
- Non.
- N’importe où. Dis-moi l’endroit que tu préfères, suivant le choix que je vais te donner : La tête, le cœur ou le ventre, proposa-t-il en touchant ces endroits de son sceptre.
- Pourquoi ces endroits ?
- Ca n’a pas d’importance.
- Je ne sais pas…
- Alors, je choisis pour toi.

De sa fourche, il déchira le bustier de la jeune fille, dévoilant sa poitrine quelque peu généreuse. Elle rougit et s’apprêtait à dire quelque chose quand son bourreau entailla son bras. Puis il égratigna son propre doigt avant de prendre une goutte de sang s’échappant du bras de Nefria, qu’il mélangea au sien. De son doigt ensanglanté il dessina un symbole sur le sein gauche de la Maîtresse du Temps. Elle ferma les yeux en détournant la tête pour ne pas voir le regard vicieux de Tropy se poser sur ses attributs féminins. Quand il eut fini, il se releva, très satisfait.

- C’est à toi de poursuivre pour le reste, annonça Tropy.
- Que dois-je faire ?
- Dire au Sablier que tu renonces à tes pouvoirs.

Ca y était. Il avait finalement réussi. Elle ne le pensait pas capable d’une telle chose. Sa peur avait atteint son paroxysme, dépassant des limites qu’elle pensait avoir déjà franchies. Son cœur battait tellement fort qu’elle eut l’impression qu’il allait sortir de sa poitrine. Qu’allait-il se passer maintenant ? Souffrirait-elle ? Cette perspective la fit trembler. Elle ouvrit la bouche, essayant tant bien que mal d'en sortir un mot. Elle n’y parvint pas. Tropy la pressa. Et ce fut dans un murmure à peine audible qu’elle annonça :

- Je renonce à mes pouvoirs.

Il y eut un silence, un profond et pesant silence. Une atmosphère oppressante avant que le Sablier ne s’anime sous le regard effrayé de Nefria. Alors c’était vrai, il était vivant ! Il portait donc bien son surnom de « Cœur du Temple ». Puis l’emblème s’illumina d’une lumière rouge, inquiétante, annonciatrice de mauvaises choses. La seconde d’après, elle ressentit une vive douleur à l’endroit où Tropy avait tracé quelque chose avec leurs deux sangs réunis. La douleur s’intensifia, encore et encore, lui faisant pousser des cris aigus assourdissants. Elle ne se préoccupa pas de Tropy qui aboyait d’un rire sadique. Non, il n’y avait que la souffrance, toujours et inlassablement la souffrance, qui accaparait tout : ses pensées, ses forces, sa voix, ses larmes. Elle progressait toujours, balayant d’un revers de main les frontières du supportable. Elle avait mal, très mal, au point de supplier son bourreau de l’achever. Il n’en fit rien, appréciant le spectacle qu’elle lui offrait. Elle se tordait de douleur, ses poignets liés l’empêchant de trop bouger – l’utilité des liens était maintenant claire. Puis elle bougea moins, elle cria moins, ou alors son ouïe avait faibli. Sa vision se fit floue, avant de sombrer dans le noir. Elle ne sentit plus rien, et elle bénit le ciel de l’avoir coulée dans l’inconscience.

Quand la pseudo-cérémonie fut terminée, que les pouvoirs de Nefria furent bien scellés, Tropy s’avança vers elle. Il la regarda, inconsciente, la bouche entrouverte et le visage tordu par la douleur. Il détacha ses poignets et les plaça le long de son corps, puis prit une couverture et l’enroula à l’intérieur, masquant sa demi-nudité. Ensuite, il la porta jusqu’à sa chambre. Là, il la posa sur son lit et ferma la porte à clé. Il ordonna à Tiny et Dingodile de veiller au grain, bien qu’à présent, elle ne puisse plus s’enfuir.

***

Nefria se réveilla en gémissant à cause de son corps endolori. Elle avait l’impression qu’aucune partie de son corps n’avait été épargnée par la douleur. Elle se redressa brusquement, lui causant un violent vertige. Bien que l’action fût douloureuse, elle entreprit d’observer la pièce dans laquelle elle se trouvait. L’aurore lui facilita la tâche, baignant de sa douce lumière rose-orangée la pièce, qu’elle reconnut comme sa chambre. Quand elle prit conscience de sa nudité, elle rougit et ramena la couverture en coton marron contre son torse et se leva. Elle tituba jusqu’au miroir et enleva doucement la couverture, dévoilant le sceau sur son sein gauche et le sang sec qui s’était écoulé de la blessure jusqu'à son ventre. Elle se mordit la lèvre inférieure et cacha cet acte honteux. Le Sablier du Temps avait gravé sur sa chair le sceau que Tropy avait dessiné. Elle était marquée à vie et en était humiliée. Soudain la porte s’ouvrit sans douceur sur Nina qui la dévisagea un bref instant.

- Je viens pour ta toilette, annonça-t-elle.

Devant les sourcils froncés de son interlocutrice, elle ajouta :

- Je t’emmène à la douche !

Sans un mot, Nefria suivit Nina jusqu’aux douches. Enfin, c’était plutôt la plus âgée des jeunes filles qui montra le chemin à prendre, la Cortex n’étant pas une grande connaisseuse des lieux.

Arrivée dans les sanitaires communs, Nefria entra dans une cabine et la buée ne tarda pas à envahir la pièce quand elle s’aspergea d’eau chaude. Cette douche fut bénéfique, décontractant le corps de l’ex-Maitresse du Temps pour son plus grand soulagement. Mais on ne pouvait pas dire que ce fut le cas pour son esprit. Elle était démoralisée et guettait de loin la dépression qui ne tarderait pas à venir. Elle entendit Nina lui dire qu’elle avait posé des serviettes sur un tabouret à côté de la porte de sa cabine. Elle la pressa également mais la brune ne l’écouta pas. Elle avait besoin de prendre son temps, pour une fois. Sans vergogne, la Cortex entra dans sa cabine pour lui dire sa façon de penser mais resta muette quand elle vit le sceau rouge vif sur le sein de Nefria. Elle ressortit sans un mot. La scellée décida d’accélérer tout de même et entrebâilla la porte pour attraper une serviette. Elle se sécha rapidement et enroula autant son corps que ses cheveux dans les serviettes mises à sa disposition. La nièce de Cortex lui tendit des affaires qu’elle posa sur la chaise et se retourna pour laisser à l’ex-Maitresse du Temps le loisir de se changer en toute intimité.

- C’était quoi, ce signe bizarre ?
- Un cadeau de Tropy, avoua Nefria après une brève hésitation.
- En quel honneur ?
- Je ne suis plus Maitresse du Temps.
- Je vois.
- Fini.

Nina se retourna et Nefria s’approcha d’elle. Elle enleva sa petite barrette, attrapa une mèche et la remit en place.

- Une mèche rebelle, expliqua-t-elle.

Si le visage de Nina était resté neutre, ses yeux trahissaient le trouble qui venait de s’emparer d’elle. Elle suivit Nefria de manière automatique, la raccompagnant à sa chambre. Une fois arrivée, elle lui annonça qu’elle allait lui chercher son petit déjeuner. Elle descendit donc dans la cuisine où elle entendit Tropy et son oncle discuter. Elle allait entrer quand elle entendit parler d'elle :

- Et toi, Cortex, tu envisages un mariage pour ta nièce ?
- C’est ton affaire que tu te maries avec l’autre garce. Nina est sous ma responsabilité à moi seul.

La Cortex entra et les regards de son oncle, du bras droit de Neo et du Maitre du Temps se braquèrent sur elle. Elle attrapa le petit déjeuner déjà préparé par un des prisonniers de la bataille et se retourna en dévisageant les trois personnages :

- Quoi ? Vous voulez ma photo ?
- Non, répondit Cortex.

Elle sortit de la pièce et se dirigea vers la chambre de l’esclave de Tropy, le cœur lourd. Comment osaient-ils penser la marier ? Elle ! Elle n’était pas n’importe qui ! Elle était la seule fille Cortex, un membre de la famille des plus doués. Elle entra sans douceur dans la chambre et quand Nefria posa son regard émeraude sur elle, son cœur s’apaisa et elle se sentit plus légère.

- Merci, dit Nefria qui se séchait les cheveux avec une serviette.
- De rien. Vous n’avez pas de sèche-cheveux ici ?
- Si, mais il est dans les sanitaires.
- Je vais te le chercher, proposa Nina en sortant.
- … Merci.

Quand elle fut revenue, Nefria mordait avidement dans sa tartine.

- Quel voracité ! ne put s’empêcher d’exprimer Nina.
- Ca va faire une journée entière que je n’ai pas mangé ! La faim se fait sentir.
- Tu veux… que je te sèche les cheveux ?

Nouvelle interrogation dans les yeux de l’ex-Maitresse du Temps que Nina remarqua. Mais même la partisante du Mal ne comprenait pas vraiment ce qui lui arrivait. Nefria n’avait plus ses pouvoirs, donc ce n’était pas elle qui avait pu lui faire ressentir ce besoin d’aller vers elle. Et puis même, à quoi cela servirait-il, sinon à la questionner sur son comportement ?

- Oui, répondit Nefria.

Nina retira ses chaussures et monta sur le lit. Elle brancha l’appareil à la prise sous la table de nuit, attrapa la brosse sur les cuisses de Nefria et alluma l’engin. Ce dernier poussa un bruit un peu assourdissant, ce qui n’empêcha pas la plus âgée d’entendre la plus jeune dire :

- Tropy va se marier avec toi.
- QUOI ?!

Nefria se tourna vivement vers elle, le regard affolé.

- Pourquoi ?
- Aucune idée. Je l’ai seulement entendu parler de ton mariage et…
- Et quoi ?
- Et rien. « Si nous n’étions pas allié avec lui, j’lui ferais ravaler ses moustaches à cette tronche bleue ! pensa Nina en réentendant la question de Tropy dans la cuisine. »

Un profond silence s’installa entre les deux jeunes filles, seulement troublé par le bruit assourdissant du sèche-cheveux.

- J’y pense, tu es la seule fille-enfant, si je peux me permettre ?
- Et alors ?
- Tu dois te sentir seule
- « Des fois », pensa-t-elle. Non, jamais.
- Vraiment ?
- Enfin… commença Nina, un peu désemparée.
- Excuse-moi, je dois te gêner.
- Ils ont parlé aussi de mon mariage, lâcha-t-elle subitement en sentant un poids en moins sur son cœur.
- Ca n’arrivera pas, dit Nefria avec douceur. Parce que toi, tu es différente de moi, tu es une des leurs…
- Ca ne veut pas toujours dire quelque chose, coupa la Cortex.
- Si, parce que toi, tu as ton oncle.
- Je ne vois pas…
- Et il t’aime, ça change tout. Il ne te mariera pas parce qu’il sait ce que ça signifie pour les femmes de la lignée obscure et qu’il ne veut pas ça pour toi.
- Comment tu sais ça ?
- Je vois des choses que vous ne voyez pas toujours.
- Avec tes pouvoirs ?
- Non. Ou oui, celui du cœur.
- Très poétique, répondit Nina avec ironie, mais je ne comprends pas.
- C’est normal.
- Retourne-toi, que je te coiffe. Puis… pour Tropy, à mon avis, il viendra… t’expliquer.
- Je suppose.

Elle la coiffa et trouva cela plaisant. Elle aurait aimé que cela lui arrive aussi. Quand elle était petite et que son oncle ne lui accordait pas de son temps, que Tiny et Dingodile qui veillaient depuis son enfance sur elle ne la comprenait pas, elle avait eu envie d’une personne comme Nefria pour… elle dérivait, il fallait qu’elle parte maintenant. Et c’est ce qu’elle fit en évitant de croiser le regard soucieux de la brune.

Elle alla dans une chambre vide et ouvrit la fenêtre pour s’asperger de l’air frais. Mauvaise idée, l’odeur de chair brûlée était encore bien trop présente et elle referma brutalement la fenêtre.

- Bordel ! s’exclama-t-elle en prenant sa tête entre ses mains.

Elle avait mis tant d’années à enterrer ses rêves, son attitude bienveillante, puis cette fille surgissait et voilà que tout partait en fumée ! Elle s’adossa au mur et leva la tête pour fixer le plafond blanc.

Quand elle était petite et qu’elle n’avait personne, elle aurait voulu une mère, ou plutôt une sœur. Oui, une grande sœur pour lui donner l’exemple, pour être fière et jalouse d’elle, pour se donner envie de la surpasser, pour lui demander conseil, pour se… confier… Et le plus étrange dans tout ça, ce que Nefria n’était pas celle qu’elle avait imaginé, mais ses yeux étaient si… fascinants. Elle avait l’impression qu’elle pouvait tout lui donner, tout lui dire, qu’elle ne la rejetterait pas.

Elle chassa ces idées de son esprit et retourna dans la chambre de l’ex-Maitresse du Temps. Encore une fois, une force invisible l’avait poussé à s’y rendre. Etait-ce… son cœur ?

La brune avait fini de manger et de se sécher les cheveux, faisant réaliser à Nina combien de temps elle avait passé en tête à tête avec elle-même. La propriétaire de la pièce était allongée sur son lit et la fixait d’un regard bienveillant.

- Je peux… rester avec toi ?

Et merde. Elle craquait.

- Bien sûr.

Elle n’eut pas besoin d’enlever ses chaussures puisqu’elle les avait oubliées. Elle s’assit sur le rebord du lit pour commencer, puis s’approcha doucement, petit à petit. Elles ne dirent rien toutes les deux, le silence cueillant avec délicatesse leurs ressentiments.

***

Quand Tropy entra dans la chambre, Nefria sentit son cœur s’accélérer, et regretta que Nina fut partie quelques heures plus tôt. Allait-il lui annoncer qu’elle et lui… Puis une petite tête brune entra à sa suite et Nefria se leva pour la prendre dans ses bras.

- Grande sœur !
- Mayu ! Oh Seigneur, j’ai cru…
- Cinq minutes, leur dit Tropy avant de sortir.

Nefria avait eu peur que sa sœur ait été tuée, puis avec la vitesse à laquelle les évènements s'étaient enchainés, elle avait oublié. Ce n’était que quand elle avait passé du temps avec Nina, qu’elle y avait repensé. Elle avait eu toutes les peines du monde pour retenir ses larmes et n’avait pas réussi à oublier ne serait-ce qu’une fois le devenir de sa cadette depuis.

- Tu as survécu !
- Maitre Asaki… m’a protégée.
- Parce que tu es ma remplaçante, sans doute.
- Oui. Pourquoi es-tu là ? Je ne t’ai pas vu dans la bataille…
- Je… je me suis vendue.
- Grande sœur !
- Pour protéger le Temple.
- Et les « Temps Eternels » ?
- Il les a.
- Nous sommes perdus...
- Oui, mais je te promets qu’il ne t’arrivera rien.
- Et toi ?
- Tout se passera bien.
- Ce n’est pas vrai !
- Comment cela se fait-il que tu sois là ?
- Je lui ai demandé si je pouvais te voir.
- Je ne pensais pas qu’il accepterait une telle demande.
- Grande sœur, je sais qu’il veut te faire du mal... Je ne veux pas…

Nefria posa un doigt sur les lèvres de Mayu et l’attira contre elle pour l’étreindre avec force. Elles passèrent les quelques minutes qu’il leur restait ainsi, les mots étant bien trop lourds pour être dits. Cependant, quand le Maitre du Temps entra de nouveau sans dire un mot, elles se chuchotèrent un « Je t’aime » et se quittèrent à regret.

- Demain, à l’aube, je te parlerai, lui annonça Tropy.

Et elle savait de quoi il lui parlerait.

***

Crash n’arrêtait pas d’aller et venir entre la maison et la cascade. Cela faisait deux jours que Nefria s’était absentée et il s’inquiétait. Et s’il lui était arrivé quelque chose ? Bien entendu, les « Temps Eternels » s’étaient manifestés et il se doutait que quelque chose n’allait pas. Mais l’artefact n’avait pas eu d’autres réactions. Et quand bien même il demanderait de nouveau d’aller sauver son possesseur, où était Nefria ? Si elle était dans une autre dimension, comment s’y rendrait-il ?

Il rentra une fois de plus et Crunch l’invita à ne plus bouger. Tout le monde était un peu à cran, et voir une personne toujours en activité à cause de la nervosité n’arrangeait l’humeur de personne. A contrecœur, il obéit, tout en sachant que dans une dizaine de minutes, il recommencerait.

- Il n’y a rien qu’on puisse faire ? demanda Coco.
- Comment ça ? dit Aku Aku, en attente de précisions.
- Je veux dire, on ne peut pas… savoir ce qui arrive.
- Je n’ai pas de don de voyance, malheureusement.
- Et tu ne peux pas retourner au Temple ? Elle s’y est peut-être réfugiée.
- Je ne peux pas me téléporter aussi loin.
- Aku Aku, souffla Crash.
- Mes enfants, si Nefria est saine et sauve, elle reviendra.
- Et dans le cas contraire ? questionna Crunch.
- Je contacterai Asaki.

Ils auraient voulu lui demander comment il pouvait faire cela, mais ils ne le firent pas. Ils savaient qu’Aku Aku leur en parlerait s’il avait voulu en dire plus. Qui plus est, il n’était pas bien vu d’avoir des contacts avec le Temple du Temps et son dirigeant. Question d’équilibre, leur avait dit le masque de sorcier.

***

Mayu entrouvrit la porte de sa chambre, qui n’était pas gardée. Elle regarda à droite et à gauche pour vérifier que le long couloir était désert. Puis elle sortit discrètement de sa modeste chambre. Prudente et sur le qui-vive, elle resta attentive, prête à courir ou à se cacher dès le moindre bruit qui trahirait la présence d’un ennemi. Elle gravit les marches menant au sommet du Temple. Quand elle entra dans une espèce de clocher en pierre, elle inspecta la pièce pour voir s’il n’y avait personne, puis se dirigea vers le gigantesque Sablier, cœur de l’édifice. Elle s’étonna qu’il ne soit pas gardé, mais en même temps, qui penserait qu’une simple enfant allait devenir une nuisance ?

Musique - Hear our prayer (TRC) : http://www.youtube.com/watch?v=gtvLKVCcwB4

Elle s’avança à pas de velours vers le Sablier et se posta devant lui, l’observant dans ses moindres recoins. Elle sentit le vent lui caresser les cheveux derrière elle. L’endroit était ouvert, il n’y avait aucun mur, simplement des piliers qui tenaient le plafond de pierre. Elle posa le plat de sa petite main sur l’artefact et murmura ces mots que lui seul entendit :

- Je vous en prie, exaucez mon vœu.

On aurait dit que ce dernier avait compris les paroles de l’enfant et prenait vie en entendant ces mots.
Mayu sortit un poignard de sa poche et le posa contre son cœur en le tenant de ses deux mains.

- Pardonne-moi, Grande sœur… J’aurais tant voulu passer plus de temps avec toi, te voir devenir la meilleure Maitresse de Temps de l’Histoire…

Une larme coula, une seule, pleine de regrets et de tristesse, qui étaient si contradictoires avec le sourire serein sur ses lèvres.

Elle posa la pointe du poignard contre sa poitrine, là où battait son cœur à une vitesse démesurée. C’était le prix à payer pour demander au Sablier d’exaucer un souhait. Si sa vie pouvait sauver le Temple et peut-être l’Univers, alors elle ne regrettait rien. Absolument rien. C’était nécessaire et c’était tout ce qui comptait.

Avec ses deux mains elle éloigna le poignard et le ramena vite sur elle. Il transperça sa peau, son cœur, laissant le sang s’écouler doucement de part en part de l’arme. Elle sentit une atroce douleur l’assaillir, laissant sa bouche s’ouvrir sans qu’aucun son n'en sorte. Puis elle tomba sans rien sentir quand elle toucha le sol. L'obscurité envahit ses prunelles, qui bientôt deviendraient ternes. Elle se sentait coupable de la peine que son décès causerait à ses proches. C’étaient les dernières pensées innocentes de cette enfant qui avait fait don de sa vie pour sauver la neutralité de l'espace-temps. Elle regrettait de mourir en laissant derrière elle le vide, mais elle n’avait pas d’autres alternatives.

La douleur semblait ne plus exister, puis bientôt elle ne sentit plus rien du tout. Sa vie n’était plus. Ses yeux étaient ouverts, et le vide s’en empara. Ses iris verts montraient le regret, la tristesse. Les sentiments d’une enfant qui n’avait pas tout vu, qui était morte trop tôt. Et pourtant son visage était serein. La sérénité d’avoir fait le bon choix. Voir cette expression sur le visage d’une petite fille était effrayant.

Bien que la mort baigna l’atmosphère, le Sablier s’anima de la vie qu’il avait volée et accomplit le dernier souhait de la défunte, qu’il avait lu dans son âme. Les grains de sable qui s’écoulaient lentement s’arrêtèrent soudain. Puis ils revinrent dans le sens inverse en brillant comme s'ils étaient en incandescence. Le temps revint en arrière, mais pour une seule personne. La seule pour qui cette petite fille avait donné sa vie. Asaki, maitre du Temple, ressuscitait. Son corps oublia les atrocités récentes qu’il avait connues grâce au temps qui revenait en arrière. Sa plaie béante en pleine poitrine se referma comme si elle n’eut été qu’un mauvais rêve. La vie vint embraser ce corps inanimé et les yeux du vieil homme redevinrent vifs. Il se releva avec peine mais se téléporta immédiatement sur le clocher. Là, il vit Tropy regarder d’un air dégoûté et furieux le cadavre de Mayu. Qui aurait pu croire cela d’une enfant ? Il se tourna vers Asaki qui se rendit aussitôt auprès de la défunte fillette. Il la prit dans ses bras et disparut avant que le Maitre du Temps maléfique n’ait pu esquisser un geste.

***

Asaki se téléporta sur l’ile Wumpa, Mayu dans ses bras, et plus précisément devant la maison des Bandicoots. Aku Aku fut le premier à sortir car il avait sentit une aura puissante. Il écarquilla les yeux en apercevant le fondateur du Temple du Temps. Crash le suivit et fut le premier à courir vers Asaki en apercevant un corps inanimé dans ses bras. Il se figea en reconnaissant Mayu. L'espace d'un instant, il fut soulagé que ça ne soit pas Nefria, mais la seconde d’après, une profonde tristesse et une colère tout aussi profonde l’assaillirent. Malgré ces fortes émotions et son visage décomposé, il ne bougea pas d’un iota, regardant Asaki déposer avec douceur le corps sans vie de la petite fille. Il entendit vaguement sa sœur pousser une exclamation de stupeur et d’horreur mêlées. Il entendit des pleurs, ceux de Crunch et de Coco qui s’étaient enlacés. Il ne connaissait Mayu que depuis peu. Elle était la petite sœur de Nefria. Mais c’était suffisant.

Crash s’agenouilla et prit la petite dans ses bras. Il la colla contre son torse et pleura, le visage enfoui dans ses courts cheveux. Aku Aku regarda son protégé, ne sachant que dire. C’était la première fois qu’il le voyait si bouleversé. Il leva les yeux vers le Maitre du Temple en lui demandant une explication silencieuse – son regard parlait pour lui.

- Mayu a donné sa vie au Sablier du Temps afin qu’il me ressuscite.

Sa voix claqua dans l’air. Cette simple explication fit naitre un sentiment de tristesse et de dégoût. Comme toujours, ce fut Coco qui trouva les mots à dire :

- Comment… une enfant a pu… en arriver là ?
- J’avais tout prévu… Je savais ce qui allait se passer. Et j’ai pris mes précautions. Seulement, je pensais que Nefria aurait compris.
- Nefria ? chuchota Crunch, la voix quelque peu brisée.
- C’était elle qui devait mourir…

La voix éraillée de l’homme s’était teintée d’un bouleversement non dissimulé. Crash se sentit nauséeux. Il n’avait pas pu empêcher Nefria de partir d’ici, et Mayu en avait payé le prix. Si elle était restée ici, la petite fille ne serait pas morte. Pourtant, une partie de lui n’appréciait pas de savoir que Nefria aurait subi le sort de sa sœur. Au plus profond de lui, il en était soulagé, tout en se sentant coupable de penser cela.

- Alors pourquoi est-ce Mayu ?

Aku Aku n’était pas insensible. Il était aussi troublé. Mais l’incompréhension l’envahissait. Si c’était Nefria qu’Asaki avait vu mourir, alors pourquoi était-ce Mayu qui s’était sacrifiée ? Et quelles étaient ces précautions dont Asaki parlait ?

- Mayu est plus douée que sa sœur, elle a aussi des dons de voyance. Ma vision date de plusieurs mois. Si la sienne est plus récente, alors c’est Mayu qui a modifié le futur.
- Hapou poupindou typio !
- Tu as raison, Crash ! Allons sauver le Temple du Temps ! s’exclama Crunch.
- Attendez, mes enfants ! Il ne faut pas partir ainsi.
- Aku Aku a raison, il nous faut un plan, dit Coco.
- J’en ai un, annonça Asaki.

***

Tropy entra dans la chambre de Nefria comme il l’avait dit la veille. Il la trouva endormie sur le lit. Elle n’avait pas mis les couvertures sur elle, et s’était sans doute assoupie sans s'en rendre compte. Il s’approcha d’elle et s’assit sur le rebord du lit pour regarder quelques secondes la respiration régulière de la jeune fille. Il effleura sa joue d’un revers de main, ce qui fut suffisant pour la réveiller. Elle lâcha une exclamation surprise, ne s’attendant sans doute pas à autant de proximité. Il plaça sa main sur le bras de la brune pour l’obliger à rester allongée.

- Allons, ne me dis pas que tu as peur de moi, dit-il avec un sourire sadique.
- Veuillez gardez vos distances, je vous prie.
- Il n’y aura bientôt plus de frontière à ce niveau là.
- Comment ça ? demanda-t-elle, bien que se doutant de la réponse.

Il prit une mèche de ses cheveux châtains entre ses doigts et approcha son visage pour la sentir. Elle retint son souffle et sentit la peur la paralyser.

- Après-demain, tu seras ma femme.

Elle adopta une expression faussement surprise, mais malgré la préparation qu’elle s’était faite, elle se sentit tressaillir.

- Pourquoi ? souffla-t-elle dans un murmure à peine audible.
- Parce que tu es parfaite pour ce rôle, répondit-il en s’écartant d’elle.
- Je ne comprends pas.
- Oh, ne sais-tu pas à quoi servent les épouses ?
- Cela dépend. Vous voulez ma définition ou la vôtre ?
- La mienne.
- A… servir leur mari.
- Pas seulement.

C’est à cet instant que tout le mystère s’éclaircit et son cœur en rata un battement. Elle posa sa main devant sa bouche et Tropy sourit davantage.

- Non… lâcha-t-elle, anéantie.
- Qui mieux que toi pour porter mon héritier ?

Elle se leva brusquement pour prendre autant de distance que possible, la proximité entre eux générant encore plus d’émoi émotionnel chez elle. La révélation sur les raisons de ce mariage en était la cause. Le moindre contact physique devenait écœurant, sans oublier qu’ils devenaient dangereux…

- Non ! Il y en a d’autres ! affirma-t-elle dans un vain espoir de le faire changer d’avis.
- Non, à l’heure actuelle, il y a une seule personne, et c’est toi, Maitresse du Temps.
- Mes pouvoirs sont scellés.
- Mais pas ton patrimoine génétique. On ne choisit pas d’être Maitre du Temps, c’est le destin qui le fait.

Il se rapprocha d’elle et elle recula jusqu’à ne plus pouvoir le faire. Et quand bien même elle aurait pu le faire, elle serait toujours prisonnière de cette pièce. Sans compter qu’il avait toujours ses pouvoirs…

Il prit son menton pour soulever son visage, mais elle se déroba. Le regarder serait encore plus défaillir. Elle avait déjà suffisamment peur comme ça. Oubliant sa dignité, et la panique l’y aidant, elle le supplia de la laisser tranquille. Ce qu’il ne fit évidemment pas. Elle détourna la tête quand elle sentit son souffle chaud sur son visage qui descendait dans son cou à présent. Elle ferma les yeux en sentant ses lèvres l’embrasser et le dégoût monter en elle. Elle voulait qu’il arrête, qu’il s’en aille. Bon sang, n’avait-elle pas assez souffert comme ça ?! Voulait-il lui arracher jusqu'à la dernière goutte de douleur et l’achever quand il ne pourrait plus rien retirer d’elle ?

Brusquement, il l’obligea à tourner son visage vers lui à l’aide sa main afin d’emprisonner ses lèvres avec les siennes. Elle se débattit, bien vite maitrisée par la plus grande force de Tropy. Elle avait envie de vomir. Comment survivrait-elle quand il irait encore plus loin ? Quand il la souillerait et l’obligerait à porter en elle le fruit de leur infâme union ?
Il se retira et la fixa dans les yeux en lui caressant la joue.

- Je te ferais devenir femme Nefria. Et tu seras mon épouse.

Plus d’orgueil, plus de force. Juste un profond désespoir. Les larmes roulèrent doucement sur ses joues pâles quand il dit cette phrase à double sens. A cet instant, elle pensa à Crash et le pria de la protéger de cet homme. Elle avait besoin de lui, et pas seulement pour la sauver. C’est souvent dans ce genre de situation qu’on se rend compte de la préciosité des choses. Pourquoi fallait-il en arriver là pour qu’elle voie à quel point elle avait été heureuse avant ?

Correction effectuée par Neo_White.

Notes d'auteur :
- Mon chapitre préféré ! Sans doute parce que c'est celui qui m'a le plus inspiré, et dont j'ai pris un énorme plaisir à écrire.
- Pourquoi le sein gauche et pas le ventre ou la tête ? La réponse est de mon roman préféré "Le bal des louves", et de l'infâme marque que porte la belle Isabeau.
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot et les Maîtres du Temps

Message  Aku Uka le Ven 1 Avr - 22:01

Woah ! J'ai tellement de trucs à dire que je ne sais par où commencer. Ce qui est sûr, c'est que tu vas avoir un beau et long commentaire, et ce, pas plus tard que maintenant. ^^

Alors, déjà, on assiste à un chapitre centré principalement sur quatre personnages: nos deux incontournables Maîtres du Temps qui se "rapprochent" de plus en plus, dans tous les sens du terme, si je puis ainsi m'exprimer, Mayu, qui fait son grand retour (voir commentaire plus bas) et enfin... Nina, qui m'a vraiment scié !
Comment un sale petit diablotin tel que Nina peut-il soudainement ouvrir son coeur devant l'ennemi? Nefria doit vraiment dégager une aura envoûtante pour que Nina aille jusqu'à se proposer de lui brosser ses cheveux. Je me demande de quoi elles ont bien pu parler pendant ce petit tête-à-tête. Nina (re)commençerait-elle à manifester quelques signes de bienveillance?
La marier? Mais de quoi tu te mêles Tropy? Déjà, je ne pense pas qu'elle ait l'âge pour ça... c'est vrai ça, dans les jeux de Crash Bandicoot, je ne lui donne pas plus de 17 ans. Et puis, c'est pas parce que toi, tu comptes te marier Tropy que tu dois inciter les autres à faire de même, non mais ! Exclamation

Justement, en parlant de la relation Tropy/Nefria, j'ai remarqué et je retrouve petit à petit des éléments de ce qui s'est passé entre Uka Uka et Oni Oni dans ton tome précédent notamment le caractère vicieux des deux antagonistes qui savourent et abusent même des attributs féminins avec un dégoût proche de la nausée comme l'ont ressenti Nefria et Oni Oni, anéanties toutes les deux par leurs aventures éprouvantes.
Et ici aussi, Uka Uka est aussi pervers et sexiste que N.Tropy: ils rabaissent tous les deux le statut de la femme, qui, d'après eux, doivent les servir et devenir leurs choses; je fais notamment référence à leur désir commun de se reproduire (enfin, bon, tu m'as compris, je vais pas te faire un dessin ! ^^).
Cette comparaison est néanmoins intéressante. Oui, il faut que tu saches aussi que j'aime bien retrouver des impressions de déjà-vu dans les histoires. Smile

Revenons-en à Mayu. J'étais sûr qu'elle n'allait pas tarder à nous quitter, je ne sais pas pourquoi, mais dès fois, l'intuition masculine... Rolling Eyes
Non, sérieusement, pour une petite soeur, je ne pensais pas qu'elle commettrait un acte aussi courageux et noble que celui de se sacrifier pour ressuciter le grand Maître Asaki. Alors qu'au début, je pensais qu'elle allait le faire pour rendre ses pouvoirs à Nefria... mais quelque chose me dit qu'elle ne tardera pas à en reprendre possession grâce à Asaki...
Quoi qu'il en soit, repose en paix Mayu, tu as fais preuve d'une immense bravoure même si je sais que Nefria n'aurait en aucun cas voulu cela et ça se comprend... elle a déjà pleuré la mort d'Asaki, la pauvre.

En passant, je vois que tu as enfin adopté (mon?) idée d'insérer des morceaux de musique dans ta fanfic et franchement, le résultat est superbe. J'imagine que tu connaissais déjà ce morceau, moi non, et ça me fait toujours plaisir d'écouter de nouvelles mélodies, qu'elles soient tristes ou violentes.
Quand j'ai lu le fameux passage du sacrifice de Mayu suivi de la résurrection d'Asaki, la musique commençait à devenir de plus en plus intense, elle collait parfaitement à ce passage et j'ai vraiment adoré ! I love you

Et justement, maintenant que Asaki est de nouveau en vie, je sens que la rébellion va s'organiser et que très bientôt, on aura droit à une belle guerre entre Maîtres du Temps de la Lumière et des Ténèbres; le tout avec une mélodie en choeurs graves et puissants, ça déchirerait !!!!
Non, t'inquiètes, je divague. ^^

Sur ce, je clos ce énième commentaire qui j'espère, t'aura plu bien qu'il ne soit pas si long que je l'avais prévu: peut-être que j'ai oublié des remarques dans ma précipitation. Bah, si c'est le cas, je t'en ferai part rapidement.
Bravo encore pour ton incroyable imagination et tes progrès en ortographe (je n'en ai pas relevé beaucoup dans ce chapitre là ^^). Wink
avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Crash Bandicoot et les Maitres du Temps - Chapitre 7

Message  Sanephar le Ven 8 Avr - 14:54

Aku Uka Arrow Toujours un grand merci pour ton commentaire, cher lecteur ! Tu es un de mes plus grands soutiens avec ma bêta-lectrice !!


Crash Bandicoot et les Maitres du Temps

Chapitre 7 : Pressé par le Temps


- Ça risque de poser problème si le vieux est toujours en vie, affirma Nina.

Personne ne lui répondit, bien que tous lui jetèrent un regard voulant clairement dire qu'elle n'avait pas besoin de faire une telle remarque, car ils le savaient très bien. Uka Uka, Tropy, Cortex, son bras droit et sa nièce s'étaient réunis dans une pièce pour discuter de la résurrection d'Asaki et trouver une solution, qui au passage ne venait pas.

- Pas tant que ça. La machine est prête, nous avons l'artefact. Avec ça je serais plus puissant que cet imbécile, trancha Tropy
- Encore faut-il le trouver, rétorqua Cortex.
- Il est sûrement avec mon frère, je sais qu'ils ont établi une relation. Cela ne m'a pas échappé, constata Uka Uka.
- Je m'occuperai de lui une fois que j'en aurai terminé avec Nefria.
- C'est bien le moment de parler de mariage, protesta N. Gin
- Il a raison, le plus important est d'éliminer la menace, ajouta Neo.
- Non, une fois mariés, même Asaki ne pourra pas renier ce lien. C'est une des lois du Temple spécifiquement conçue pour éviter le mariage ou liaison entre Maitre du Temps.
- On se croirait revenu au Moyen-âge, bougonna Nina.
- Une gamine comme toi ne peut pas comprendre, riposta Tropy.

Elle lui lança un regard mauvais et il s'en amusa. Son oncle n'hésita pas à se racler la gorge pour attirer l'attention du Maitre du Temps afin de lui montrer qu'il n'apprécia pas la façon dont il venait de parler à sa nièce.

- Alors il faut faire avancer les choses, coupa Uka Uka. Nefarious, je n'aime pas la tournure des évènements récents. Tu aurais mieux fait de tuer la fille, mais puisque tu y tiens alors nous ferons en sorte qu'elle ne puisse pas se battre du côté du bien. Qui sait, elle pourrait même servir notre cause si on la force.

Tropy hocha la tête en signe d'approbation et ferma les yeux, ne remarquant pas le regard comploteur que le masque de sorcier échangea avec Neo Cortex.

- Si vous voulez mon avis, elle préféra crever, dit la seule fille d'un ton cynique.
- Alors nous devons trouver un moyen, à l'aide d'un chantage par exemple, répliqua N. Gin.
- On ne peut pas éliminer la sœur, elle est déjà morte, répondit Nina.
- C'est vrai, mais le système du chantage affectif reste une bonne initiative, continua Neo.
- Pourquoi ne pas capturer un de ses marsupiaux ? Elle s'est liée d'amitié avec eux, proposa Tropy.
- On s'en prendra à Coco, c'est la plus faible et la plus facile à capturer, conclu Uka Uka.
- Cette idée me plait bien, dit la fille Cortex avec un grand sourire.
- À moi aussi, ajouta N. Gin.

Les deux se regardèrent et éclatèrent de rire. Ils étaient sur la même longueur d'onde.

- Il faut que le mariage ait lieu au plus vite, annonça le masque de sorcier sans appel.
- Je suis d'accord, le mieux sera demain, répondit Tropy.
- On est parti pour une nuit blanche, poursuivit Neo.
- Tant mieux, je n'étais pas fatigué, rétorqua N. Gin, avec un rire inutile.
- Parce qu'en plus c'est nous qui devons tout préparer ! s'outra Nina.
- C'est une petite cérémonie. Quelques chaises et c'est bon, répondit son oncle.
- Bien, de mon côté, je vais voir ma promise, histoire de lui annoncer la bonne nouvelle.
- Parce qu'en plus tu ne nous aides pas ?
- Après-demain c'est moi qui détruirais Asaki et les Bandicoots pendant que tu te tourneras les pouces, alors un peu de respect, persifla Tropy en sortant de la pièce, laissant Nina folle de rage.

N. Gin lui tapota doucement la main en signe de compassion. Elle le regarda en haussant un sourcil puis se leva en soupirant bruyamment pour regagner sa chambre. Les autres discutèrent de ce qu'ils devaient mettre en place, puis le bras droit de Cortex partit chercher Nina pour commencer le travail.

***


Nefria était tranquillement installée sur le lit, puisqu'elle n'avait rien à faire, lorsqu'elle entendit la clé déverrouiller la porte de sa prison dorée. Elle ne releva les paupières seulement quand Tropy lui demanda comment se portait sa fiancée. Elle les referma aussitôt pour l'ignorer.

- J'ai une excellente nouvelle pour nous, commença-t-il.
- Depuis quand formons-nous un tandem ? lança-t-elle d'un ton acide.
- Demain, nous serons mariés.

Elle ouvrit brusquement ses yeux pour les poser sur son promis. Elle scruta son visage en espérant vainement voir qu'il plaisantait, mais ce ne fut pas le cas. Elle referma ses yeux en murmurant un « si vite ».

- Il me tarde que tu sois mienne.

Nouvelle phrase à double sens et nouvelle indifférence du côté de la jeune fille qui avait fini par s'adapter à ce genre de répliques. Ne dit-on pas que l'ignorance est le meilleur des mépris ? Nefria en faisait l'expérience et Tropy les frais. Bien que ce soit pour l'ex Maitresse du Temps qu'il en coûta le plus. Qu'est-ce qu'elle aurait bien aimé cracher son venin à sa figure ! Mais les représailles risqueraient de lui laisser des marques. Son esprit souffrait suffisamment, inutile de rajouter des douleurs physiques.

- Etant donné nos fiançailles, tu ne verras pas d'objection à ce qu'on dorme ensemble.
- Pardon ? s'exclama la brune en se redressant brusquement. Il en est hors de question !
- C'était pour la forme, il est bien évident que tu n'as pas ton mot à dire.

Elle soupira et se prépara psychologiquement. Soudain, Tropy se changea sans scrupule devant elle. Elle détourna la tête et ferma les yeux, ses joues se colorant doucement de rouge. Une fois qu'il eut fini de troquer son armure contre des vêtements de nuit tout à fait conventionnels, il s'approcha d'elle et lui prit le menton. Elle ouvrit les yeux et les plongea dans ceux de son interlocuteur.

- Je me demande si c'est de l'innocence ou de la pudeur.
- Je vais me changer, dit-elle d'un ton sans appel.

Ainsi Nefria prit ses vêtements de nuit, soigneusement pliés sur une chaise et se dirigea vers un paravent. Elle ignora la remarque de Tropy qui lui disait de se changer devant lui. Manquait plus que ça. Même si demain elle ne lui échapperait pas, elle préférait retarder l'échéance. Traitre réflexe humain. Elle revint vêtue d'un panta-court et d'un haut dont les manches s'arrêtaient aux coudes. Le tout était coloré d'un vert feuille qui mettait ses yeux en valeur.

- Je m'attendais à voir une de ses vieilles chemises de nuit des anciens temps.
- Pourquoi ?
- Tu portes souvent des vêtements d'époques anciennes. Viens ici.

Elle s'approcha et s'assit sur le lit tandis que lui adoptait une posture plus confortable. Puis il lui dit de venir plus près. Elle regarda tantôt la place entre ses jambes qu'il lui avait faite et tantôt lui en répondant un « non » catégorique. Il plissa ses yeux et lui ordonna une seconde fois. Elle réitéra sa réponse, quoique plus tremblante, et à son plus grand étonnement, le Maitre du Temps haussa les épaules. Pour se donner une contenance, elle attrapa un de ses oreillers et le serra contre elle en s'asseyant en tailleur, ce que Tropy interpréta comme une posture à la fois défensive et pudique. La jeune fille mettait en obstacle entre leurs deux corps, une seconde protection en plus de la distance entre eux. Sa promise avait beau jouer les rebelles, il n'avait qu'un geste à faire pour briser son courage. Demain cet esprit farouche le supplierait d'arrêter…

Au plus grand étonnement de Nefria, ils eurent une conversation presque banale. Ils parlèrent - enfin plus lui - de leur expérience en tant que Maitre du Temps. Elle finit même par se détendre, et oublierait même que demain il la violerait sans scrupule. À l'idée des noces, elle lui posa la question qui lui brûlait tant les lèvres depuis le début :

- Pourquoi êtes-vous si pressé qu'on se marie ? La conquête du monde n'était-elle pas plus importante ?
- Bien plus que toi, mais elle risque d'être un peu longue. Tu seras mon temps de distraction quand j'en aurais besoin si tu vois ce que je veux dire.
- A part prendre ma virginité, me violer et m'engrosser, il n'y a pas une autre raison pour laquelle j'ai été choisie ?

Il éclata de rire devant son sarcasme et elle ne dit mot. Ce type était un pervers fini - dans tous les sens du terme - et il était profondément méprisable.

- Tu as d'autres qualités en dehors de ton patrimoine génétique et de ta joliesse, évidemment.
- Lesquelles ?
- J'aime ta façon de parler. Cette manière courtoise que tu as de t'adresser à moi, même pour répondre à mes commentaires.
- Il faut que je me mette à parler comme Crash, histoire de vous dégoûter.
- Il est évident que je t'interdis de le faire. Tu vaux mieux que ce marsupial crépu.
- Diantre, me voilà condamné à ne pas changer de langage.

Il s'esclaffa de nouveau et elle roula des yeux, exaspérée.

- On pourrait dire que toi et moi sommes comme un frère et une sœur. Nous avons baigné dans le même monde, et nous avons nombre de points communs de part nos statuts et l'éducation en partie semblable que nous avons reçue. Nous sommes également très différents. Tu es le bien et je suis le mal, nos idéologies sont en tout point différentes.
- Des âmes compatibles. Fantastique, vous m'avez prise pour une question d'équilibre. C'est rassurant de savoir qu'il n'y a pas que la luxure qui parle chez vous, car j'ai cru défaillir lorsque vous avez commencé avec votre philosophie incestueuse.
- Allons, tu te dénigres à ce point ? Si j'étais ce que tu prétends dire, il y a nombre de femmes plus belles que toi. Tu es spéciale, ne l'oublie pas.
- Vu comment les choses se déroulent, j'aurais voulu être quelconque.
- Tu te feras à cette vie. Elle n'est pas si horrible que tu le penses.
- Êtes-vous en train de me dire que vous seriez gentil avec moi ?
- Si tu te tiens tranquille, oui. Dommage que tu sois si étroite d'esprit de croire que je ne suis qu'un bourreau. Mais je peux le comprendre, tu es jeune.
- Et si je ne reste pas sage ?
- À toi de choisir.
- Vous vous lasserez de moi, affirma-t-elle.
- C'est probable. C'est pour cela que j'espère que tu ne te soumettras pas tout de suite, histoire que la monotonie ne s'installe pas dans l'immédiat.

Merveilleux. Ce type aimait les sarcasmes et l'humour noir, il avait des propos aussi indécents qu'incestueux, et pour arranger le tout, il était sadique. C'était le cas de le dire, elle était tombée sur le gros lot. Ciel que ce type était répugnant !

- Il est temps de dormir. Demain risque d'être une importante journée.
- Puis-je vous demander une faveur ?
- Je t'écoute.
- Pouvez-vous m'accorder une dernière nuit de solitude ?
- Pourquoi ne pas te résigner tout de suite ? Ce soir ou demain, quelle importance cela fait-il ?

Elle inspira profondément pour gagner en courage et jeta son oreiller à l'autre bout du lit avant de se mettre en califourchon sur Tropy. Pour la première fois depuis qu'ils se connaissaient, le Maitre du Temps écarquilla les yeux de stupeur. Consciente qu'elle venait de marquer un point, elle sourit naturellement avant d'entamer d'un ton mielleux :

- Car j'ai besoin de temps pour me résigner, il me faut me préparer à ma future vie, non ? Et qu'est-ce qu'une nuit de solitude contre l'éternité que nous passerons ensemble ? Sans compter que ce lit n'est pas fait pour un couple, ca serait dommage que notre première nuit soit inconfortable, non ?

Il éclata de rire et Nefria perdit de son assurance en se demandant si elle avait remporté la bataille. Soudain, d'un coup de rein, le Maitre du Temps inversa les positions et s'empressa d'attraper les poignets de la jeune fille pour l'immobiliser. Elle cessa de respirer quand il passa sa main sous son sweet-shirt pour lui caresser le ventre et sentit la panique l'envahir. Avant même qu'elle ne songe à se débattre, il dégagea sa main pour lui caresser presque tendrement la joue.

- Je ne me lasserai pas de toi, Nefria, surtout si tu te montres aussi imprévisible. Et puis… J'aime beaucoup trop te faire peur.

Le regard mousse de la jeune fille s'embrasa de colère, mais avant qu'elle puisse répliquer, il l'embrassa avec volupté. La seconde suivante, il se téléporta, et Nefria resta de longue minute, hébétée. Finalement, c'était elle qui avait perdu la manche… Et cela était ainsi d’aussi loin que ses souvenirs remontaient…

***


Nefria ne dormit pas beaucoup cette nuit-là. Elle s'endormit seulement au petit matin d'un sommeil agité, et fut réveillée sans aucune douceur quelques heures plus tard. Quand elle daigna ouvrir ses yeux gonflés de fatigue, elle vit une immense tête. Sans aucune difficulté, elle reconnut le Docteur Neo Cortex, le créateur des Bandicoots, si sa mémoire était bonne.

- Ton petit-déjeuner, feignante.

L'ex-Maitresse du Temps eut juste le temps de se redresser quand un plateau atterrit brutalement sur ses genoux, renversant au passage ce qui semblait être du café. Pendant que le scientifique ouvrit les rideaux qui masquaient les rayons de soleil, Nefria remarqua le couteau sur le plateau.

« Une imprudence ? On me donnait toujours un couteau en plastique depuis ma captivité… Je pourrais toujours l'utiliser comme arme, réfléchit-elle dans sa tête en le prenant. »
- Il est très aiguisé, l'informa Cortex. Parfait pour s'entailler les veines.
« Il veut que je me suicide ?! s'étrangla la jeune fille. »
- C'est un sort plus enviable que celui qui t'attends. À moins que je ne me sois trompé et que tu es bien une catin qui jouit d'avance du plaisir de se faire engrosser par son pire ennemi !

Neo Cortex étira un sourire plein de sadisme quand son interlocutrice rougit de colère et de pudeur mêlées. Satisfait, il prit la direction de la sortie avant de s'immobiliser devant la porte.

- Je te laisse. Tâche d'avoir fini bien avant…
- Attendez ! Pourquoi faites-vous ça ?

Cortex suspendit son geste d'appuyer sur la clenche et resta inerte durant des secondes qui parurent interminables, alourdissant l'atmosphère. Finalement, le scientifique répondit d'une voix méditative, lointaine :

- Tu me fais pitié. Tu ne mérites pas cette vie, aucune femme ne la mérite.
- Vous pensez à Nina ?

Il ne répondit pas et sortit sans autre forme de procès, laissant la jeune fille désemparée. Dans le couloir, Neo Cortex se retint d'exprimer la moindre émotion, alors qu'un rire effroyable chatouillait le fond de sa gorge. Cette fille était d'une naïveté hilarante. Qu'elle le croit capable de pitié envers sa ridicule personne, pire même, qu'elle croit qu'il voit l'avenir de Nina à travers le sien était si… pathétique, minable, et encore les mots restaient faibles.

Quoi qu'il en soit, il voulait juste qu'elle se suicide, ainsi, la volonté d'Uka Uka serait exaucée. Il aurait ensuite à remplacer le couteau par une dague pour ne pas être accusé et le tour était joué. Nefria ne serait plus une nuisance pour leur projet.

***


Coco s'entraînait sans enthousiasme. Asaki avait bel et bien un plan mais avant d'en parler, il avait demandé s'il pouvait se reposer. Si elle était impatiente de vouloir sauter les étapes, elle n'avait cependant rien dit, laissant ses deux frères protester à sa place. Aku Aku avait d'emblé calmé le jeu en leur expliquant qu'Asaki avait combattu, avait été tué et que par conséquent, son corps et même son esprit était très affaibli. À cette explication, personne n'avait plus rien ajouté, laissant le dirigeant du Temple dormir à sa guise. Et cela faisait bientôt une journée entière qu'il dormait, Aku Aku veillant à ses côtés. Elle leur faisait confiance, sachant qu'ils prenaient tous les deux la bonne décision.

Ayant perdu totalement la motivation de poursuivre ses exercices, elle entra dans le hangar, histoire de se reposer elle aussi, et pour ne pas déranger Asaki qui était dans leur maisonnette. Avant de partir, elle jeta un œil au congélateur où était entreposé le corps de Mayu afin d'éviter qu'il ne commence à se décomposer. Elle soupira de tristesse et décida de partir à la recherche d'un de ses frères, tout sommeil l'ayant abandonné. Elle ne trouva pas Crunch dans sa recherche, sûrement en train de se balader, mais trouva l'ainé au bord du point d'eau. Il regardait fixement la cascade avec un air mélancolique que la marsupiale n'aimait pas. Elle s'approcha de lui, s'assit et posa sa main sur son bras. Il sortit de ses pensées en tournant la tête vers elle pour la regarder.

- Tu es triste ?
Il hocha la tête.
- Parle-moi un peu de Mayu, comment l'as-tu rencontré ?
- Jiboue zasoubo vippore ni quote, dit-il en se retournant pour regarder la cascade. (J'ai pas envie d'en parler maintenant).
- Frangin, j'ai mal de te voir comme ça. Je… j'aimerai tellement prendre ta souffrance pour te voir de nouveau sourire.

Il tourna de nouveau la tête vers elle et descendit de son perchoir pour enlacer sa sœur. Elle se laissa faire et entoura sa taille de ses bras. Bientôt, elle sentit des larmes salées mouiller son t-shirt et elle se mordit la lèvre inférieure pour ne pas craquer aussi. Chose vaine, elle pleura silencieusement pour ne pas infliger plus de peine à son ainé.

***


Devant sa fenêtre, Nefria regardait le couteau qui luisait sous les rayons du soleil. En se tuant, anéantirait-elle réellement les plans de Nefarious Tropy ? Une partie seulement… Il aurait toujours le Temple du Temps et quand il découvrirait qu'il ne possède pas le vrai artefact qui est le sien, il s'en prendra aux Bandicoots… Sans compter qu'il pourrait toujours lui trouver une remplaçante pour forger sa descendance. L'image de sa sœur naquit dans sa tête, et elle comprit que le suicide serait une grave erreur. Ayant le même patrimoine génétique, il lui suffirait d'attendre que Mayu grandisse pour lui infliger le même sort. La vision d'horreur qui s'imposa à elle fut si violente qu'une nausée psychologique s'empara de ses entrailles. Finalement, elle resterait sur sa première initiative.

Elle s'empressa de décaler sa table de nuit avant de s'entailler la main. Elle l'apposa sur le mur, puis un sceau s'illumina. Une sorte de petite porte noire se matérialisa et elle l'ouvrit. Elle attrapa plusieurs flacons et un chiffon. Après en avoir ouvert un qu'elle vida sur le bout de tissu, elle enduit le couteau du liquide transparent. Elle prit une autre fiole et vida son contenu sur le lit et sur le sol. Des tâches rougeâtres nappèrent le tissu, mais la jeune fille ne s'attarda pas à les contempler, car elle forma, à l'aide d'oreillers et de vêtements des bosses, sous les couvertures. Enfin, elle rassembla le reste des flacons dans une pochette prévue à cet effet qu'elle accrocha autour de sa taille avant de se poster derrière la porte de sa chambre.

Comme prévu, cette dernière s'ouvrit quand le temps imparti fut écoulé. Cortex entra et abandonna toute vigilance quand il vit une bosse sous les draps du lit et ce qui ressembla à du sang sur ces derniers. Nefria se glissa derrière lui et abattit la tranche de sa main sur la nuque du scientifique. Il tomba à moitié sur le lit, évitant d'ameuter les deux brutes qui gardaient sa chambre de l’autre côté de la porte refermée par Cortex.

L'ex-Maitresse du Temps sortit une fiole de sa pochette et s'avança vers la porte. Elle inspira une bonne goulée d'air et ouvrit la porte avant de jeter la fiole au sol. Un nuage opaque emplit le couloir et Nefria retint sa respiration, ouvrant grand ses oreilles pour débusquer la position de ses geôliers. Loin d'être le plus intelligent, Tiny interpella Dingodile et Nefria planta son couteau sur la forme orangée qu'elle distinguait en s'avançant vers la grosse voix du tigre. Ce dernier poussa un grognement qui s'étrangla avant de finir sur le sol.

La jeune fille sentit l'assurance couler à flot dans ses veines quand deux bras l'enlacèrent avec une force telle qu'elle commença à suffoquer.

- C'est pas parce que j'y vois que dalle que j'peux pas te flairer, femelle.

Nefria se tortilla non pas pour s'échapper, car elle savait qu'elle ne le pourrait pas, mais pour attraper une de ses fioles dans la pochette. Un frisson d'horreur lui parcourut le corps quand la langue râpeuse de Dingodile lui lécha l'épaule.

- Tu es si délicieuse… Tant pis, je dirais à Tropy que je n'ai pas eu d'autres choix que te bouffer.
- Je t'en supplie, tue-moi avant ! supplia la jeune fille alors qu'il allait planter ses dents dans sa chair.
- Avec plaisir, fit-il en desserrant l'étreinte pour porter une de ses griffes sous sa jugulaire.

Profitant d'une plus grande mobilité, l'ex-Maitresse du temps, se décala légèrement pour répandre le contenu de son flacon sur le ventre du crocodile qui hurla de douleur, sa chair se calcinant à son contact. Nefria ignora les quelques gouttes d'acides que sa main avait reçu et profita de la surprise du carnivore pour lui infliger le même traitement qu'à Cortex.

La demoiselle détala alors dans le couloir à la recherche de la salle des portails. De là, elle prendrait celui qui la mènerait au sanctuaire des Gardiens de l'Equilibre. Combien même, ils ne voudraient pas l'aider, à juste titre puisqu'ils étaient neutres dans le conflit, ils pourraient l'envoyer ailleurs, comme chez les Bandicoots. Peut-être qu’Aku Aku pourrait débrider ses pouvoirs, ensuite, elle ramènerait Asaki à la vie.

Le cœur de Nefria bondit de joie quand elle aperçut au bout du énième couloir la salle des portails. Son organe rata un battement quand la grille au-dessus de l'ouverture descendit. Le désespoir de la jeune fille atteint son paroxysme quand Tropy apparut au centre de la grille fermée. Elle s'arrêta nette et voulu faire demi-tour pour fuir son bourreau, mais ce dernier fut plus rapide qu'elle et l'emporta avec lui par téléportation.

***


Asaki ouvrit ses paupières et se redressa du sol où il avait dormi. Aku Aku s'avança vers lui et lui demanda s'il allait mieux.

- Il me faudrait plus de temps pour retrouver toute ma force, mais malheureusement je ne l'ai pas.
- Nefria ?
- Oui, mon cher ami. Tropy veut l'épouser.
- Vraiment ?! s'exclama le masque de sorcier qui ne s'attendait pas du tout à cette révélation.
- Cela vous parait absurde ? Mais si ma protégée venait à être mariée avec lui je ne pourrais rien faire pour elle. Le Temple ne peut renier une union, et Nefria serait condamnée à avoir des devoirs envers Nefarious.
- Je vois. Pardonnez mon indiscrétion, mais pourquoi Nefria compte tellement à vos yeux ? Je veux dire, vous êtes un être intermédiaire, qui est neutre en ce qui concerne le conflit entre le bien et le mal, pourquoi préférez-vous cette enfant ?
- Elle est différente des autres Maitres du Temps.
- En quoi ?
- C'est mon enfant.
- Vous voulez dire que…
- Oui, c'est ma descendante directe.
- Je comprends mieux. Soyez assuré que votre secret ne sera pas trahi.
- Je l'ai toujours su, Aku Aku. Je vous connais bien…
- Qu’entendez-vous par là ?
- C’est une très longue histoire, et malheureusement, il n’appartient pas qu’à moi de vous la conter. Comme le destin de Nefria, car si je le faisais mes dires pourraient grandement bouleverser les choses.

Le regard du Maitre du Temps se porta sur les photos des Bandicoots au-dessus de la cheminé et Aku Aku comprit que ses protégés étaient liés au destin de Nefria. Le vieil homme se leva et disant :

- Hey bien, je n'ai plus toute ma jeunesse et dormir à même le sol fait revenir mes rhumatismes. Peut-être devrais-je songer à prendre ma retraite ?
- Je suis certain qu'il vous reste de longues années à diriger le Temple.
- Assurément, j'aime bien trop mon rôle pour le délaisser, mais les temps viendront où je n'aurais plus le choix.
- Je pense que vous avez encore du temps devant vous.
- Je le pense également. Allons voir vos protégés mon ami, je les ai suffisamment fait attendre pour abuser davantage de leur patience.

Aku Aku hocha la tête et ils sortirent ensemble. Crunch qui était en train de couper du bois pour la cheminée siffla afin d'appeler ses compagnons. Ces derniers se mirent à courir pour arriver en quelques secondes à peine devant les deux êtres immortels. Aku Aku leur fit une très légère remontrance indiquant qu'ils ne devaient pas se presser. Crash répliqua qu'au contraire l'avenir de Nefria en dépendait. Un sourire énigmatique prit alors forme sur les lèvres du dirigeant du Temple que seule Coco et Aku Aku semblaient avoir remarqué. Si la jeune Bandicoot ne comprit pas, Aku Aku avait une petite idée…

***


Nefria ne savait pas ce qu'elle devait maudire : son manque de rapidité ou les pouvoirs de son ennemi ? Il pouvait téléporter autrui sans besoin de toucher, simplement en ayant besoin de ses yeux. Elle avait été juste dans son champ de vision et cela avait suffi.

Réfléchir permettait à la brune d'éviter de songer à son devenir. Se retrouver dans la salle des tortures, de nos jours inutilisée, n'augurait rien de bon, mais que voulait signifier l'absence de son tortionnaire ? Etait-ce pour l'inquiéter, la laisser s'angoisser dans cet endroit sinistre, annonciateur d'un avenir obscur ? Sûrement, Tropy ne lui avait jamais caché son esprit sadique après tout.

Une douleur vrilla entre ses omoplates, faisant taire sa réflexion intérieure, accompagné d'un claquement sourd. Nefria lâcha un gémissement et se retourna pour voir le Maitre du Temps, tenant un fouet dans ses mains.

- Je t'ai peut-être sous-estimée : tu n'es pas si faible que ça. Malheureusement, si ton esprit combatif m'amuse beaucoup, tu es beaucoup trop désobéissante. Je vais donc t'apprendre la docilité que tu dois à ton futur époux, ma belle, l'informa-t-il avec un sourire carnassier.

Il la tortura sans relâche. Si la victime, par souci de dignité, retint ses cris dans un premier temps, elle ne put s'empêcher d'exprimer sa douleur quand le fouet lacéra de plus en plus sa pauvre chair. Elle en vint même à supplier son bourreau, mais il n'en fit rien, et les couloirs résonnaient des hurlements de la jeune fille que personne d'autre n'entendit…

Correction effectuée par Passionred

Notes :
- Attention, changement de bêta-lecteur ! Maintenant, c'est la Miss Passionred qui corrige mes fanfictions sur "Crash Bandicoot", tant sur le scénario que sur les règles de notre langue française.
- Je ne fais pas beaucoup de scènes mettant en avant Dingodile et Tiny, mais j'ai particulièrement pris du plaisir à écrire le moment où Dingodile s'apprête à tuer et dévorer Nefria... Non, non, je ne suis pas cannibale, rassurez-vous ^^
- J'adore d'autant plus les relations ambiguës entre gentil et méchant. Vous le voyez avec Nefria/Tropy, mais vous en recroiserez d'autres.
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot et les Maîtres du Temps

Message  Aku Uka le Ven 8 Avr - 20:30

Avant de débuter une nouvelle liste interminable de commentaires, sache que je suis flatté de savoir que je figure parmi tes plus grands soutiens ; ça me fait plaisir mais en même temps, ça me désole de constater que peu de gens ont eu la chance (comme moi) de croiser ton chemin et celui de tes talents plus qu'impressionnants en matière d'écriture.
Je me dis que beaucoup de fans de Crash Bandicoot sont en train de passer à côté d'un chef-d'oeuvre qui nous fait renaître, en quelque sorte, notre bon vieux marsupial et ses acolytes.
Etant un grand fan de Crash et un passionné de lecture, il est évidemment logique que je t'adresse mes plus sincères félicitations et par conséquent, c'est tout à fait normal que je t'écrive des commentaires parfois longs mais qui prouvent que je me suis intéressé (et même devenu accro) à tes fanfics.
En résumé, je continuerai à t'écrire des commentaires tout simplement parce que tu les mérite ! Wink

Bien, maintenant, passons aux véritables remarques pour éviter que tes chevilles explosent... ^^
Pour une fois, l'histoire débute avec les méchants: c'est déjà un très bon point (la raison, tu dois bien t'en douter ^^).
Et je constate que les "tensions" froides qui règnent parmi les antagonistes ne se sont pas apaisées: les chamailleries entre Tropy, Nina et Cortex, Uka Uka qui n'a pas abandonné l'idée d'éliminer Nefria, Nina et N.Gin qui se tapent toujours les basses besognes...

A mesure que j'avance dans ma lecture, la comparaison entre les relations Tropy/Nefria et Uka Uka/Oni-Oni devient de plus en plus frappante de chapitre en chapitre:
-N.Tropy, à l'instar de Uka Uka, a toujours réponse à tout
-Le même caractère démoniaque, vicieux, pervers, sadique et abusif que l'on retrouve chez les deux antagonistes qui prennent toujours un malin plaisir à rigoler uniquement pour imposer la peur et c'est là qu'on se demande ce qu'il y'a de si drôle. Les méchants sont tellement imprévisibles Twisted Evil
-Le même désir de passer une nuit en compagnie de la future promise qui se retrouve prise au piège
-Le même traitement que subissent les femmes: un jour, l'amour ("viol" serait quand même plus approprié), l'autre, la punition. Comme Uka Uka l'a dit à Oni-Oni, Nefria doit être la chose de Tropy, rien de plus qu'un simple objet.
A chaque fois que je lis un passage comme celui-ci, je ne peux m'empêcher de trouver une comparaison faisant référence à la relation forcée qu'à connu Oni-Oni avec son frère, Uka Uka.

Le suicide comme unique moyen de masquer les véritables intentions de Neo et de Uka Uka ?
C'est une idée absolument diabolique. Je suis sûr que même Tropy croirait à un accident: Uka Uka en jubilerait.
Mais à la place, Nefria a décidé d'organiser sa propre fuite qui n'en est pas moins ingénieuse et audacieuse: assommer Cortex rien qu'avec la tranche de la main (même moi, je ne sais pas le faire), utiliser une fiole pour répandre un brouillard épais dans le couloir, poignarder Tiny (d'ailleurs, ça m'a un peu choqué de la part de Nefria) et réussir à échapper aux griffes et aux crocs de Dingodile (CANNIBAAAAAAAAALE !!!! ^^ Désolé j'ai pas pu m'en empêcher), je trouve cela extrêmement périlleux de sa part surtout quand on voit comment ça se finit.
C'est un coup à te foutre la rage ça: si proche du but et se faire re-capturer si vite, si facilement...

Enfin, je clos ce commentaire par les gentils (oui, il faut bien parfois en parler Rolling Eyes ):
Crash qui pleure? J'ai du mal à me l'imaginer, peut-être parce que dans tous les jeux, il ne faisait que sourire...
Je sens que la résistance s'organise. Quelque chose me dit que bientôt, on assistera à la revanche d'Asaki sur Tropy et la paix et la sérénité régneront à nouveau sur le monde, et gnagnagna et gnagnagna... ^^
Je plaisante, je parodiais juste les fins monotones que les histoires ont l'habitude de nous sortir à chaque fois...
avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot et les Maîtres du Temps

Message  Sanephar le Ven 15 Avr - 19:28

Aku Uka Arrow Encore merci pour le commentaire et désolée de ne pas t'avoir répondu encore pour les deux derniers mais avec les partiels... c'était compliqué.
Enfin, pour me faire pardonner, voilà un chapitre pleins d'actions ^^



Crash Bandicoot et les Maîtres du Temps

Chapitre 8 : Le Temps des hostilités



Des gémissements imprégnaient la chambre de Nefria. Nina n’en eut cure, et continuait à nettoyer le dos couvert de sang de la jeune fille et de désinfecter les plaies.

- Si tu étais restée tranquille, tu n’aurais pas à souffrir comme ça, assena la nièce de Cortex.
- Comme si c’était facile ! Mets-toi à ma place : tu serais restée sagement là, à attendre que Tropy t’épouse ?
- Fallait y réfléchir avant de te laisser capturer.

Nefria voulut répondre, mais ses mots se terminèrent par une nouvelle slave de plaintes quand le désinfectant nimba ses blessures. Elle enfonça sa tête dans l’oreiller pour les assourdir et dissimuler les larmes de douleurs qui roulaient sur ses joues.

- Bon, je fais une pause et je vais boire la tasse de Tropy, annonça Nina.

Sur ces mots, la demoiselle enleva la soucoupe au-dessus de la tasse prévue pour le Maître du Temps et but une gorgée. Nefria releva la tête et la regarda avec des yeux ronds.

- Quoi ? Je ne peux pas le pifer, ça sera bien fait pour lui !
- Et dire qu’à l’instant, tu me disais d’être sage !
- Sauf que moi je ne crains rien.
- J’en suis moins sûre.
- Qu’il essaye et c’est ma main bionique qu’il va se prendre dans la tronche.
- Bon, écoute, je vais m’y mettre aussi, j’ai grand besoin de théine. Euh… tu as bien pris le thé vert ?
- Pourquoi ?
- Parce que l’autre était pour moi.
- Et le tiens c’est quoi ?
- Au jasmin.

Nefria souleva la soucoupe à son tour et porta la tasse à son nez pour en humer l’odeur du thé. Elle poussa soudainement un cri horrifié au moment où Tropy entra.

- J’arrive au bon moment, dit-il en voyant le vêtement que Nefria tenait pour camoufler ses formes généreuses. Laisse-nous un moment gamine, acheva-t-il en se tournant vers Nina avec un sourire entendu.
- Je ne vous comprends pas, hurla Nefria, excédée en se levant d’un bond, ce qui surprit les deux partisans du Mal. Vous n’êtes qu’un pauvre malade ! Un coup vous me torturez, l’instant d’après vous émettez une once de délicatesse et maintenant vous tentez de me tuer ? Mais qu’est-ce que vous voulez à la fin ?!
- Je ne vois pas de quoi tu parles, répliqua Tropy, peu ravi du ton qu’employait la jeune fille à son égard.
- Vous avez mis du poison dans ma tasse !
- Quoi ?!

Nefria ne sut quoi penser en voyant l’expression étonnée de son promis. Il avait l’air sincèrement surpris, et la jeune fille sentit sa colère descendre aussi rapidement qu’elle était montée. Elle ne put même pas lui en vouloir quand il la bouscula brutalement pour renifler sa tasse. Il ordonna de suite à Nina de sortir et se tourna vers sa fiancée quand la porte se referma sur la nièce de Cortex.

- Je n’ai jamais commandité cela. Quel serait mon intérêt de te garder en vie plusieurs jours pour te tuer maintenant ?
- Aucune idée, vous et moi n’avons pas la même façon de penser, répliqua la jeune fille d’un ton acide. En plus, je suis épuisée et je n’ai pas la tête à m’interroger sur votre esprit tordu.
- Je n’attends pas à ce que tu me comprennes de toute façon. Seulement, qui a bien pu faire ça ?
- Là, je m’attendais à une de vos répliques perverses du genre : « et ce n’est pas cette nuit que tu pourras te reposer ».
- C’est bien le moment pour penser à ce genre de chose. Es-tu sotte au point de ne pas comprendre la menace qui pèse sur toi ?
- C’est vous qui êtes à côté de la plaque, car si ma théorie est bonne, ce n’est pas seulement moi que l’on vise, mais vous aussi.
- Qui ?
- Le docteur Neo Cortex. Il m’a passé un couteau pour que je me suicide. Comment croyez-vous que j’ai pu blesser Tiny ?
- J’ignorais qu’il avait été poignardé, tu n’as pas du le blesser sérieusement… L’enflure !! Je n’ai pas le temps de régler son compte à cet imbécile de scientifique !
- Vous feriez ça juste parce qu’il a essayé de me tuer ?

Tropy enlaça sa promise et porta son visage à quelques centimètres de celui de Nefria. La jeune fille n’eut pas le temps de reculer, trop occupée à contenir ses gémissements lorsque le Maître du Temps appuya sur ses blessures dans son dos.

- Je me réserve le seul droit de porter atteinte à ta personne. C’est à moi de décider quand tu dois mourir.
- Serait-ce une preuve d’amour ?

Il eut un sourire amusé, et s’approcha doucement des lèvres de Nefria. La jeune fille ne se déroba pas, car ce seul geste accentuerait la pression que son bourreau exerçait sur ses blessures. Néanmoins, elle mima une grimace dégoûtée qui se changea en étonnement quand Tropy se contenta de lui embrasser presque tendrement le front. L’ex Maîtresse du Temps chassa sa surprise pour revenir au plus urgent :

- Que va-t-il advenir de moi ? Il ne s’arrêtera sûrement pas à un second échec…
- Justement. Si tu as un problème, appelle-moi.

Il lui tendit une petite cloche dorée où des inscriptions rougeâtres y étaient incrustées. Elle la tourna dans sa main, la bouche légèrement entrouverte, et plongea son regard émeraude dans les yeux noirs de son interlocuteur.

- C’est…
- La cloche du Temps, conçue pour le Maître du Temps des Ténèbres afin qu’il appelle ses sbires. Mais celle-ci est différente. Je l’ai conçue à partir de la mienne, afin que seul moi puisse l’entendre. Maintenant prépare-toi, le mariage a lieu bientôt.

Et sans un autre mot, il sortit, laissant la demoiselle dans le doute.

***


Les Bandicoots étaient tous rassemblés, assis à même le sol, autour d’Asaki et d’Aku Aku, attendant que le dirigeant du Temple parle.

- Je vais commencer par quelques explications. Vous souvenez-vous lorsque je vous ai dit avoir vu l’assaut sur le Temple ?

Ils hochèrent la tête d’un mouvement parfaitement synchronisé ne détachant pas leur regard du Maître du Temps.

- J’ai enfreint la règle de la neutralité et j’ai décidé d’agir. J’ai informé tous les habitants du Temple. Beaucoup sont restés, mais un certain nombre d’entre eux sont partis.
- J’imagine que ceux qui sont des Maîtres du Temps maléfiques se sont joints à Tropy, demanda Coco.
- Une partie, oui, mais la majorité d’entre eux ont pris la fuite, une autre partie est restée pour triompher de Tropy, et espérer qu’il soit banni et que le vainqueur devienne le prochain Maître du Temps des Ténèbres.
- Il n’y a qu’un Maître du Temps des Ténèbres ? Que font les autres ?
- Il n’y a qu’une seule personne qui porte ce titre et il dirige la faction maléfique.
- Pas vous ?
- Je dirige l’ensemble, disons.
- Donc, Tropy et Nefria sont comme des sous-directeurs.
- À peu près, oui.
- C’est compliqué votre truc, commenta Crunch, les sourcils plissés par l’effort.
- Yupi Mayu doyo tipao copaz ?
- Pourquoi ne pas avoir emmené Mayu ? traduisit Coco en se tournant vers son frère, ne s’attendant pas à ce qu’il pose de question.
- Elle n’a pas voulu partir et elle s’est cachée pour rester introuvable...
- Vous nous avez parlé d’un plan, qu’est-ce que c’est ? demanda Crunch, pressé de passer à l’action.
- Tout d’abord, laissez-moi vous annoncer que Nefarious va se marier avec Nefria, nous profiterons de l’occasion pour...
- HEIN !? s’écrièrent les Bandicoots.
- Nefarious a pris la décision de se marier avec Nefria pour la mettre de son côté. Il est évident qu’une fois l’union proclamée, Nefria ne pourra plus combattre son opposé. De plus, et je le déplore, elle est la personne idéale pour porter la descendance de Nefarious.

Coco poussa une exclamation dégoûtée tandis que Crash serra les poings, et Crunch émit un grognement réprobateur. Seul Aku Aku ne réagissait pas, déjà au courant de la nouvelle. Bien que cette révélation le répugnait, il n’était pas surpris et avait de loin l’habitude de ce genre d’initiative venant du côté opposé au sien. Une personne chère à son cœur en avait même fait la douloureuse expérience… Mais le temps n’était pas à la nostalgie !

- Nous commencerons par trouver les habitants du Temple. Je sais comment les convaincre. Puis, nous ferons des groupes pour chercher la machine que Tropy et votre créateur ont mise au point. Pendant que les autres feront sortir les survivants captifs.
- Quelle machine ? s’enquit Coco, brûlant de curiosité.
- Un instrument qui n’est pas loin d’égaler les pouvoirs du Sablier.
- Et après que faisons-nous ? interrogea Aku Aku.
- Nous irons nous inviter au mariage de nos deux amis.
- Nacadama, bougonna Crash visiblement pas ravi du mot. (Amis)
- Et après on leur donne une bonne raclée ? demanda Crunch, un petit sourire au coin des lèvres, qui comprenait au moins la fin du plan.
- Oui.
- Seul, ça risque d’être un peu juste, ajouta Coco.
- Quand je donnerai le signal, les habitants du Temple viendront nous prêter main forte.

Asaki sortit un parchemin de sa manche et l’étala devant les Bandicoots.

- Je vais vous montrer l’endroit où l’un de vous devra aller pour la machine et l’endroit où se déroulera la cérémonie. Une fois fait, j’irais chercher un des habitants et nous organiserons les équipes.
- Ok.

***

Nefria portait une robe noire simple et elle regardait par la fenêtre, attendant aussi calmement qu’elle le put, qu’on vienne la chercher. Elle avait vraiment l’impression qu’on célébrait plus un enterrement qu’un mariage. Bon après tout, elle n’en avait rien à faire de ce mariage arrangé…

Elle soupira bruyamment, et soudain une image se transposa dans sa tête. Une image d’une rencontre qui remontait très loin dans le passé et qui réveillait le monstre de la peur qu’elle avait déjà au creux de son ventre. Elle se sentit perdre pied, face à ce souvenir douloureux...

Nefria avait la main et les yeux plongés dans son sac pour vérifier si elle avait tout son matériel pour son prochain cours.

« Plume, c’est bon, encrier aussi, parchemin vierge, parchemin sur l’histoire du Moyen-âge, de la cinquième dimension, sur les horloges… j’ai tout, mais j’ai l’impression qu’il me manque quelque… AAH ! récita-t-elle. »

La petite fille venait de buter dans quelque chose qui la propulsa en arrière, et lui fit perdre l’équilibre. Elle se massa à la fois la tête qui avait subi un léger choc et les fesses qui en avaient fait le reste des frais. Elle leva les yeux pour présenter ses excuses de ne pas avoir regardé devant elle lorsqu’elle se figea en reconnaissant Nefarious Tropy. Il se tenait devant elle, bras croisés contre sa poitrine, la dévisageant d’un air hautain.

- Désolée, j-j-je n’ai pas r-r-r-regardé où j’allais.
- Une apprentie du Bien, hein ?

Elle ne savait pas quoi répondre à sa question qui ne semblait pas en être une. Elle se contenta de se relever et s’apprêta à s’incliner puis partir, mais Tropy lui souleva le menton, avant de lui attraper la gorge et la soulever. Horrifiée, elle lui ordonna de la lâcher et il lui éclata de rire à la figure. Désespérée, elle battit des pieds qui lui donnèrent des légers coups au thorax. Le rire du Maître du Temps redoubla.

- Une rivale ? Tu n’es qu’une moins que rien !
« Ce n’est pas vrai ! pensa la petite en laissant libre court à ses larmes de douleur et de peur. »
- Tu es pathétique. Je vais faire une fleur à Asaki en t’éliminant, dit-il un sourire satisfait aux lèvres.
- Argh ! fit Nefria en essayant vainement de desserrer l’étreinte que sa main exerçait sur son cou.
- Nefarious, cesse cela immédiatement !

L’interpellé jeta un dernier regard mauvais à Nefria avant de lâcher prise. Elle tomba lourdement sur le sol en toussotant bruyamment. Elle entendit vaguement les remontrances que son Maître Asaki faisait, étant bien trop occupée à retrouver une respiration normale. Soudainement, elle se sentit plus légère, et elle sombrât dans l’inconscience.


L’avait-il reconnu quand ils se sont revus, la toute première fois depuis des lustres, dans ce coin de verdure du XVIème siècle ? Il lui semblait que non. Du moins, il n’en avait jamais fait référence. D’autant plus qu’il en avait la possibilité. La plus importante était leur discussion de la veille.

Elle soupira une seconde fois. Elle se posait trop de questions. De plus ce souvenir n’était pas le bienvenu en ce moment. Non seulement il lui rappelait une mauvaise rencontre, sans doute la plus mauvaise qu’elle ait eue, mais il lui rappelait également Asaki. Ce maître qu’elle chérissait bien plus qu’un simple professeur et qu’elle avait vu mourir sans rien faire.

Soudain la porte s’ouvrit brusquement, et N. Gin apparut à l’encadrement, elle le regarda et attendit qu’il dise quelque chose : «Dépêche-toi de venir. »
Elle obéit et le suivit. Il la regarda souvent du coin de l’œil, certainement pour s’assurer qu’elle ne se fera pas la malle. Bien que l’envie ne lui manquait pas, elle savait que cela serait vain, et elle se dirigea à pas lent vers son destin.

***

Crash se releva pour se dégourdir les jambes après qu’Asaki ait répété les instructions. Coco en fit de même avec plus de souplesse, seul Crunch fixait un point invisible. Il devait certainement se remémorer ce qu’il devait faire pour ne rien oublier.
Brusquement, dans une rafale de vent, un jeune garçon apparut devant eux. Il s’inclina devant le maître du Temple.

- Pardonnez mon intrusion Maître Asaki. L’attente était trop longue, et quand nous avons retrouvé votre trace, il nous était encore plus pénible de patienter.
- Ce n’est rien. Je vais avoir justement besoin de tes services, Gardien du Temple.
- Ce qu’il vous plaira.
- Quand je te donnerai le signal, je veux que tous les survivants se téléportent au Temple. Il va de soi que tu devras prévenir nos compagnons que la guerre est inévitable, mais nous la gagnerons.
- Combattre pour le Temple est un honneur pour nous tous, la mort ne nous effraie pas. Comment reconnaîtrais-je ce signal ?
- J’utiliserai ma cloche du Temps.
- Bien Maître, nous attendrons votre appel.
- Demande à un membre le plus discret possible, pour ne pas révéler notre venue, de téléporter Kanae sur la falaise. Je vais avoir besoin d'elle.
- Entendu.

Il disparut et Asaki se releva à son tour. Aku Aku lui jeta un regard interrogateur à son regard teinté de mélancolie. Il lui répondit en souriant. Le masque de sorcier devait se douter que le dirigeant du Temple aurait préféré éviter le conflit direct. Lui-même l’évitait au maximum ; des combats inutiles ne menant à rien.

- Comment on procède pour aller au Temple ? demanda Coco.
- Je vais nous téléporter.

Avant qu’ils n’aient pu réagir, ils étaient déjà partis pour leur destination.

***

N. Gin revint avec Nefria. Dès lors, Cortex joua une mélodie au piano sur des notes mélancoliques. Nefria engagea sa marche en se retenant d’avoir un air blasé à cause de la musique. Ce n’était décidément pas un mariage !
Elle fit face à Tropy qui la regardait un sourire aux lèvres. Uka Uka entama un monologue très monocorde. En fait, il ne disait rien de ce qu’elle connaissait. Il énumérait le devoir des époux, dont il était inutile de préciser que la femme en avait dix fois plus que le mari. Son discours dura beaucoup moins de ce que Nefria avait pensé et espéré, et bientôt l’échange des alliances arriva pour son plus grand malheur. Malgré elle, et complètement anéantie, elle tendit sa main pour que Tropy lui mette la bague.

- Mince on arrive trop tard ! Vous l’avez entendu vous, le couplet où on s’oppose à une union ?

Tous se tournèrent vers la voix familière au fond de la salle. Coco avait la tête tournée vers Aku Aku et Crash. Elle se tourna vers leurs ennemis et sourit à Nefria qui s’exclama :

- Il n’y en a pas eu ! Mais que faites-vous là ? Vous devriez vous occuper de libérer les prisonniers !
- A ton avis pourquoi on est en retard ! s’écria la marsupiale, ses deux mains sur les hanches.

Soudain, Nefria disparut, téléportée par le pouvoir d’Asaki, et réapparut en face de lui, près des Bandicoots.

- Vous êtes vivants ! s’écria Nefria.
- On en reparlera plus tard mon enfant, intervint Aku Aku.
- Il n’a pas senti votre présence !
- Je suis bien trop discret pour être remarquérépondit Asaki avec un sourire malicieux.

Elle sourit, vraiment très ravie de ce revirement de situation dont elle n’avait cessé de rêver chaque nuit et d’y penser chaque jour. Soudain, elle sentit quelque chose dans la main. Elle baissa les yeux pour voir Crash retirer sa main orangée avant de reconnaître les « Temps éternels » dans ses doigts. Cela lui rappela évidemment que sa participation était nulle :

- Maître Asaki je n’ai plus mes pouvoirs.
- Nous y remédierons. En attendant, tu devras t’en contenter.
- Comment vais-je combattre ?
- Avec ça, dit Coco en lui tendant un bâton en bois de chêne. J’ai cru bon de l’emmener quand euh… monsieur Asaki nous a dit pour tes pouvoirs.
- Je vois… je ferais de mon mieux.

Cortex, fou de rage, ordonna l’attaque. Après un regard complice jeté à Neo, Tropy se téléporta pour commencer à combattre Asaki. Nina et Coco se sourirent avant de se jeter l’une sur l’autre, tandis que Crash s’avança tranquillement vers Cortex en lui faisant un coucou. Aku Aku et Uka Uka se rapprochèrent mutuellement, et Nefria recouvra ses vêtements habituels puis se rua sur N. Gin, qui prit son arme de sa ceinture en la voyant foncer sur lui.

Tropy lança un deuxième regard vers Cortex qui bombardait son ennemi juré de tirs plasma. En interceptant le message du Maitre du Temps, il esquissa un sourire sadique et prit une autre arme qu’il avait derrière lui. Alors qu’il tirait toujours sur Crash pour le maintenir à distance, il visa soudainement Asaki qui lui tournait le dos. L’attaque le toucha de plan fouet et il tomba à terre foudroyé par le tir électrifié. A ce moment là, Crash, Nefria et Aku Aku regardèrent dans sa direction, Coco étant trop concentrée sur les attaques rapides de son adversaire qui ne lui laissait aucun répit.

Nefria se dirigea vers Asaki, qui se tordait de douleur au sol. Elle empêcha Tropy de lui porter le coup de grâce et enchaîna une série d’attaque que le Maître du Temps contra facilement. Agacé, il se téléporta derrière elle et stoppa l’attaque qu’elle lui lança. Il lui sourit et ils disparurent tous les deux. Ils atterrirent devant le Sablier du Temps : Nefria l’interrogea du regard, mais il ne répondit avant que les coups reprennent. Irrité par cet échange, il lui lança une boule d’énergie et se téléporta après. Elle l’esquiva sur le côté et l’attaque s’écrasa sur l’un des piliers, faisant trembler le toit. Elle regarda de droite à gauche, se déplaçant lentement, la vue et l’ouïe aux aguets du moindre signe qui trahirait la réapparition de son adversaire. Il réapparut devant elle, la surprenant, et avant qu’elle ait pu faire le moindre geste il entoura sa gorge de sa main et la souleva sans peine. Elle fit tomber son bâton et agrippa l’avant-bras de Tropy pour le desserrer en vain.

- Ca me rappelle des souvenirs, pas toi ?
- Vous souvenez… moi… articula-t-elle avec difficulté.
- Ton visage me disait quelque chose, mais c’est seulement quand je t’ai donné rendez-vous que je m’en suis souvenu, de ce regard terrifié que tu avais comme l’autre fois.
- Argh !
- Crois-tu vraiment que je ne me douterais de rien ? J’ai bien vu que ce marsupial crépu t’a rendu les « Temps Éternels », le véritable collier. Petite sotte ! Le contrat est rompu. Je vais te tuer et cette fois, Asaki ne m’en empêchera pas !

Elle toussota, et dans un élan de rage donna des coups de pieds à Tropy qui se contenta simplement de sourire en resserrant l’étreinte sur la gorge de la jeune fille.

- Tu es tellement pathétique et pourtant tellement importante... C’est du gâchis de t’éliminer ainsi, mais il est préférable que tu meures plutôt que de servir le Bien !

L’image de Crash se posa dans l’esprit de l’ex-Maîtresse du Temps. Celle où il se tenait fièrement devant elle, main sur les hanches, en lui disant qu’il avait peur de mourir mais que ce n’était pas pour ça que c’était un lâche.

« Taisez-vous ! pensa-t-elle. »
- Alors tu ne me supplies pas comme tu le fais tout le temps ?
- La ferme ! réussit-elle à articuler.

Il la toisa. Elle donna un coup de talon au niveau de l’articulation de son bras. L’effet fut immédiat. Tropy la lâcha et elle retomba aussi souplement qu’elle le pouvait sur ses pieds. Elle ne prit même pas le temps de reprendre son souffle et essaya tant bien que mal de retenir ses toussotements. Elle se jeta sur Tropy qui tomba à la renverse sous son poids. Elle lui arracha son sceptre et le plaça sous sa gorge. A son tour, il la regarda avec surprise. Puis voyant son hésitation, il sourit. C’est alors qu’elle leva le sceptre et le planta. Il ferma les yeux et il les rouvrit quand il ne sentit rien. Son arme était plantée de chaque côté de son cou. Il jeta un œil à Nefria qui toussa. Elle le regarda une fois finie.

- Je ne suis pas comme vous !
- Non, tu es comme ta sœur !
- Qu’est-ce que Mayu à avoir là-dedans ?
- Vous avez le même destin.
- Qu’est-ce que vous voulez dire ?
- Tu vas mourir comme elle !
- Mayu n’est pas morte !
- A ton avis, le Sablier du Temps a ressuscité Asaki par pur générosité ?
- Non… souffla-t-elle.

Puis, aussi rapidement que ses poumons et ses forces le lui permettaient, elle emprunta l’escalier qui la mènerait en partie vers Asaki.
« C’est faux ! Elle n’est pas morte ! Non, elle n’est pas morte ! pensa-t-elle les larmes aux yeux. »

***

Les bruits lointains des combats leurs permettaient de savoir que les hostilités avaient commencées. Crunch et une fillette d’une dizaine d’années, celle qui avait apporté l’invitation au centenaire de Tropy, courraient côte à côte.

- A droite, renseigna-t-elle, à une intersection de couloir.
- C’est encore loin ? demanda le Bandicoot.
- Plus trop.

Ils coururent encore quelques minutes, la petite fille indiquant quand il le fallait le chemin à suivre.

- On est arrivé !

Ils débouchèrent dans une salle et se stoppèrent nets devant la machine qui était au centre. Elle était impressionnante. L’engin était surélevé de plusieurs mètres de haut par deux pattes en forme d’oiseau qui maintenaient ce qui semblait être le cockpit ovale. Le haut de ce dernier avait une sorte d’antenne ressemblant au symbole que Tropy arborait sur son chapeau.

- C’est grand ! murmura la petite blonde impressionnée par la taille de la machine.
- Il faut la détruire, dit Crunch.
- Comme si que j’allais vous laissez faire !

Ils se retournèrent, observant Tropy venir vers eux. Les deux compagnons d’armes se regardèrent. Si la fillette semblait perdre son sang froid, Crunch se demandait pourquoi ses amis ne l’avaient pas retenu. Surtout Asaki qui avait établi tout le plan. Y’aurait-il eu un imprévu ?

- Occupe-toi de détruire cette machine, je me charge de le retenir.
- Comment ?
- Tu n’as que la détruire avec… ton bâton là !

Puis il la planta là et la demoiselle regarda partout en espérant trouver mieux. C’est là qu’elle tomba sur une caisse à outil. Elle sourit en se disant que cela allait lui être vraiment utile. Elle prit la caisse difficilement, vu sa lourdeur, et se téléporta avec jusqu’au cockpit. Là, elle examina attentivement l’appareil et sourit en regardant devant elle. Elle attrapa une clé et commença à bidouiller les dessous des commandes. Une chance qu’elle s’y connaisse en mécanique. Ce n’était pas une coïncidence qu’Asaki l’ait choisie. Il avait sûrement pensé que ses connaissances en la matière seraient utiles.

Du côté de Crunch, la bataille s’annonçait plutôt rude, car Tropy disparut. Le Bandicoot était sur ses gardes, se déplaçant lentement, tournant sur lui-même. Soudain le Maitre du Temps réapparut, mais pas seul. Tiny et Dingodile étaient là, le regardant avec un petit sourire. Tiny écrasait sa main contre la paume de son autre main, et Dingodile se léchait les babines. Le Bandicoot se dit qu’il était dans un pétrin pas possible et quand il vit que Tropy se téléportait dans le cockpit, il se dit que son problème ne venait que de commencer.

- HEY… euh… PETITE ! REVIENS ICI !! ordonna-t-il.

L’interpellée n’entendit pas l’ordre, et continua ses petites manigances quand elle entendit quelque chose bouger. Elle retira sa tête des dessous des commandes et laissa échapper une exclamation de stupeur quand elle vit Tropy à côté d’elle. Le Maître du Temps pointa son sceptre vers elle et frappa. Elle s’abaissa, et les pointes de l’arme se plantèrent juste au-dessus de sa tête dans la ferraille. Jugeant que le terrain la désavantageait et surtout qu’elle ne pouvait rien faire contre lui, elle se téléporta. Ne maîtrisant pas tout à fait les arcanes de cet art, elle se retrouva dans les bras de Tiny qui la regardait en haussant un sourcil. Elle sourit, gênée, et se téléporta de nouveau pour atterrir à côté de Crunch.

- Désolée, j’ai…
- C’est rien, la coupa Crunch. Est-ce que tu saurais nous téléporter ?
- Non.
- Alors j’espère que tu cours vite.
- On prend la fuite ?
- Sauf si tu te sens capable de battre un de ces hydrides, la réponse est oui.
- J’aimerai être plus utile…
- On fait avec, maintenant, cours !

Ainsi les deux compagnons prirent la poudre d’escampette, bien vite pris en chasse par les deux antagonistes.

***

Nefria déambula dans la salle où les combats faisaient rage. Asaki était de nouveau debout et avait terrassé Nina. Il aidait à présent Aku Aku dont les attaques avec son frère jumeau étaient nulles. Coco combattait N. Gin et Crash faisait toujours face à Cortex. Ce dernier essayait de temps à autre de viser Asaki avec son arme électrifiée sans résultat. Le dirigeant du Temple prenant garde à ne pas subir de seconde attaque. Et pour compliquer les choses quelques mutants s’étaient incrustés dans les combats. Nefria courra vers son maître quand un mutant lui barra le passage. Ce fut à ce moment qu’elle se rendit compte qu’elle n’avait pas d’arme sur elle. Elle retourna en arrière et le mutant rattrapa bien vite la distance. Il fit un bond en l’air, prêt à écraser la jeune fille, mais Crash se rua sur la Maîtresse du Temps, et dans un élan l’attrapa par la taille. Ils roulèrent tous les deux sur le côté.
Sans plus attendre, la jeune fille qui était sur Crash se mit en califourchon sur lui et l’attrapa par les épaules.

- Jure-moi que Mayu n’est pas morte ! JURE-LE-MOI !!

Crash la regarda ne sachant que répondre. Quel était l’imbécile qui avait vendu la mèche ? Brusquement, il lui attrapa les épaules et la força à se baisser évitant ainsi une boule de Cortex qui profitait bien de leur position de faiblesse. Bien entendu, la situation n’était pas suffisamment embrouillée, le mutant qui avait poursuivi Nefria s’apprêta à les charger tous les deux. Heureusement, Aku Aku apparut devant eux, utilisant son bouclier pour les protéger.

- Mayu ? Où est-elle ?
- Ce n’est pas le moment de penser à elle, Nefria. Concentre-toi sur les combats !
- Est-elle morte ?

Alors que le masque de sorcier allait répondre, la bête chargea de nouveau lui faisant pousser une grimace. Crash se mit à côté de lui et lui lança un regard complice, qu’Aku Aku comprit tout de suite. Il laissa tomber le bouclier et Crash donna des coups afin de sonner le mutant. Avec son protecteur, ils prirent possession de ce dernier et allèrent flanquer une raclée aux autres de ses compères présents.

Nefria ne fit pas attention à Cortex, encore sous le choc, et ce dernier en profita pour lui envoyer une boule électrifiée. Elle se tordit de douleur alors qu’il s’avança lentement vers elle :

- J’avais dit à Tropy de te tuer quand il en avait l’occasion. Sans toi on aurait pu se débarrasser d’Asaki une deuxième fois et tout aurait été plus simple.

Grâce à la douleur, elle sortit de la torpeur et se souvint qu’Asaki avait été immobilisé par cette attaque.

- Pourquoi… l’électricité ?
- C’est votre faiblesse à vous les Maîtres du Temps. Avec cette décharge, vous ne pouvez plus rien. Plus de téléportation, de techniques pour stopper le temps ou je ne sais quoi d’autre.
- C-c-comment ? réussit-elle à dire entre deux valves de douleur.
- C’est très simple, le cerveau envoie des pulsations électriques dans les nerfs, à ton avis qu’est-ce qu’une décharge extérieure provoque ? Oui, elle dérègle son fonctionnement, et ton cerveau ne peut plus donner correctement l’ordre de te téléporter par exemple. Et bien, au moins tu mourras en sachant ça, termina-t-il en pointant une autre arme plus mortelle que la précédente sur elle.

Elle ferma les yeux, et les rouvrit en entendant un bruit sourd. Crash était de nouveau venu la secourir. Elle se rendit compte que le Bandicoot avait mis hors d’état de nuire tous les mutants, Aku Aku étant retourné combattre avec Asaki. Kanae accompagnée de Crunch entrèrent dans la salle lorsque ses paupières se refermèrent. Ce fut sa dernière vision.

***

Nefria sentit des doigts froids se poser sur sa poitrine, plus précisément sur son sein gauche. Elle ouvrit brusquement les yeux en sentant une montée d’adrénaline s’écouler en elle, et vit Asaki penché au-dessus d’elle, ce qui la rassura.

- J’enlève le sceau, expliqua-t-il en lui jetant un bref regard.

Elle détourna la tête en rougissant et entreprit de regarder où ils étaient. Malgré l’obscurité qui régnait, elle se rendit vite compte qu’elle était devant le Sablier du Temps.

- Vais-je souffrir ?
- Moins.
- Combien de temps suis-je restée inconsciente ?
- Cela va faire un bon quart d’heure.

Elle grimaça en sentant une pointe de douleur et laissa échapper un gémissement. Nefria décida de faire un bilan de ce qui s’était passé durant son évanouissement pour comprendre la situation actuelle, et pour penser à autre chose que la souffrance.

- Comment vont les autres ?
- Nefarious a emporté le créateur des Bandicoots. Crash combat un hydride de crocodile humain, Crunch un tigre, Aku Aku son jumeau, Coco et Kanae un autre scientifique.
- Kanae, c’est la petite qui m’a portée le message ?
- Oui, c’est elle.
- Pourquoi Nefarious Tropy a pris Cortex avec lui ?
- La machine sans doute. Mes forces restreintes et l’électricité envoyée par Cortex m’empêchent d’avoir toutes les visions du devenir de cette guerre.
- Maître Asaki, qu’en est-il de Mayu ?
- Elle est… morte. Je sais que c’est dur ma chère fille, mais tu ne dois pas penser à elle maintenant.
- Alors… c’est vrai…
- Elle n’aimerait pas te porter préjudice dans la bataille, Nefria.
- Je sais… j-j-je vais faire de mon mieux, commença à sangloter Nefria.

Elle pleura silencieusement, la douleur du descellement était remplacée par son cœur qui se mourrait de chagrin. Puis une explosion retentit, faisant vibrer le sol. Asaki termina aussi vite qu’il le put.

Musique : Naruto Shippuuden - Stalemate :
http://www.youtube.com/watch?v=2fZmg-aJiHo

Nefria ressentit une étrange impression. Elle sentit une force l’envahir, celle qu’elle avait toujours connue, et qui était sans doute ses pouvoirs, mais, paradoxalement, elle se sentit faiblir par la même occasion. Il y avait aussi quelque chose de différent, qu’elle n’avait jamais connu jusque là : l’impression de ne pas être seule dans son propre corps, c’était effrayant. Une fois le processus achevé, Nefria cessa d’y penser pour se redresser et enfiler la tunique qu’Asaki lui rendit, puis ils se téléportèrent. A l’étage inférieur, ils remarquèrent qu’il n’y avait plus la trace d’un partisan du Mal. Asaki demanda une explication.

- Après l’explosion, Uka Uka a emmené tout le monde avec lui. Aku les a suivis et nous a dit d’attendre ici, expliqua Crunch.

Coco était en train de panser le bras de Kanae quand Crash montra une direction devant lui. Ils virent alors Aku Aku revenir.

- Alors, que se passe-t-il ? s’enquit Coco.
- Regardez dehors.

Par cette simple explication, ils se dirigèrent tous vers la sortie du Temple avec une téléportation d’Asaki pour aller plus vite. Bien rapidement, une scène de désastre s’établit sous leurs yeux. La machine de Tropy était bien là et semblait aspirer quelque chose.

- Qu’est-ce qu’il fait ? demanda Coco.
- Le Sablier du Temps ! s’exclama Nefria.
- Oui, il est en train de prendre les pouvoirs du Sablier, continua Asaki.
- Comment est-ce possible ? paniqua Kanae.
- Je l’ignore, répondit Asaki.
- C’est horrible… fit Coco.

Soudain un robot apparut devant eux avec au commande N. Gin et à ses côtés, Nina toujours inconsciente. Il les mitrailla de rayons, et Asaki les téléportèrent de justesse sur la falaise. En contrebas, les combattants du Temple achevèrent les derniers mutants. Le robot de N. Gin ne trouvant pas ses cibles décida donc de s’en prendre à eux. Quelques-uns uns s’opposèrent, pour laisser le temps aux retardataires de terminer avec leurs ennemis, puis ils se téléportèrent tous sur la falaise.

- Comment fait-on pour l’engin ? interrogea Coco.

La question resta suspendue en l’air. Ils regardaient tous Tropy et Cortex absorber l’énergie et les pouvoirs du Sablier.
Ils le savaient mais ils ne disaient rien : c’était mal parti. La machine de Tropy était trop résistante pour qu’ils arrivent à la détruire, sans compter qu’il les anéantirait sans difficulté. Debout, les partisans du Bien contemplaient avec inquiétude leur défaite.

- Il y a qu’un moyen de gagner.

Tout le monde se tourna vers Nefria qui avait dit cela d’un ton solennel. Ses yeux tremblaient et Crash se demanda pourquoi.

- Lequel ? demanda avidement Coco. S’il commence à arrêter le temps, on …
- Je vais invoquer les « Temps Éternels ».
- N’y pense pas Nefria. Tu n’as pas encore l’énergie nécessaire ! intervint Asaki.
- Ce n’est pas un problème. Regardez ! Les cristaux de la Terre dans la machine de Tropy aspirent l’énergie du Sablier, mais ils n’arrivent pas à tout canaliser. Ils libèrent suffisamment d’énergie pour que je l’utilise.
- Alors elle peut le faire ! s’exclama Crunch. On est sauvé !!
- Asaki, pourquoi n’es-tu toujours pas d’accord ? s’enquit Aku Aku devant la mine déconfite de son ami.
- Parce que… commença-t-il.
- Parce que je vais mourir en l’invoquant, termina Nefria d’une voix grave. Même en ayant l’énergie qu’il me faut, si je n’ai pas l’état spirituel nécessaire, c’est tout aussi mortel.
- Non… murmura Coco.
- Personne n’a réussi à invoquer l’esprit de l’artefact sans y laisser la vie, acheva Asaki.
- Nous trouverons un autre moyen que celui-là, dit Coco.
- Il n’y en a pas d’autre et vous le savez.
- Nous ne pouvons pas te laisser faire cela, insista Aku Aku.

Elle s’avança de quelques pas vers la falaise et se retourna pour regarder les Bandicoots et le masque de sorcier.

- Vous m’avez beaucoup donné. Avec vous j’ai connu… la liberté. J’ai appris à aimer autrement qu’une sœur. Maintenant laissez-moi faire mon devoir de Maitresse du Temps. Laissez-moi vous sauver comme vous l’avez fait pour moi.
- Nefria… murmura Aku Aku.
- Je ne veux pas ! s’écria Coco.
- Hipou tabyo tirafu onegai, dit Crash en lui tendant la main. (Laisse-moi t’accompagner)
- Frangin ! s’étonna Crunch.
- Crash Bandicoot, merci pour tout ce que tu as fait pour moi, dit Nefria, les larmes aux yeux.

Elle accepta sa main et ils descendirent ensemble la pente menant au Temple. Personne ne les arrêta. Aku Aku s’était placé devant Coco quand elle avait fait un pas, lui répétant que c’était le choix de la Maîtresse du Temps. Nefria se concentra et l'énergie, dégagée par les cristaux qui servaient à alimenter la machine de Tropy, migra doucement vers elle. Quand elle en eut suffisamment, Nefria attrapa son collier dans sa main et murmura ses mots :

- J’en appelle aux Temps Eternels. Répondez à mes prières.

Le collier se mit à scintiller, puis à briller de plus en plus fort. N.Gin qui les avait repérés ne pouvait plus les atteindre à cause de la luminosité devenue aveuglante.

- Crash… je tenais à te dire que… !?

Le Bandicoot sourit pour l’encourager à dire la suite mais un son mélodieux l’interrompit et ils prêtèrent leur attention à ce dernier. La lumière s’intensifia et bientôt plus aucune visibilité ne fut possible. Ce fut alors qu’une ombre vint à eux. Quand elle se posta à quelques millimètres d’eux ils retinrent leur souffle qui s’était coupé du à la surprise. La lumière régressa alors lentement, permettant aux deux protagonistes d’observer le nouveau venu.

- Maeo ? demanda Crash en voyant sa copie conforme.
- Et puis quoi encore ? Je suis les « Temps Éternels » ! Je prends la forme que mon hôte imagine. D’ailleurs, tu ne pouvais pas faire mieux, princesse ?
- Mais… commença Nefria.
- Cette chose était ta dernière pensée, hein ?
- Oui.
- J’ai entendu ton appel, et comme je suis d’humeur généreuse, je vais t’offrir mes magnifiques pouvoirs !

Il y eut une explosion et le temps se figea. Plus rien ne bougeait hormis le trio insolite. Quelques secondes après La Maîtresse du Temps tituba et la matérialisation des « Temps Eternels » l’a rattrapa :
« Contente-toi de maintenir ma précieuse personne en action, ma beauté. Je m’occupe de botter les fesses aux autres ! lui murmura-t-il au creux de son oreille avec un sourire ravi. »
D’un accord tacite, les « Temps Eternels » déposa Nefria, à demi-consciente, dans les bras de Crash. Ce dernier était encore sous le choc de voir une copie de lui, mais sourit face au regard méprisant de son double. Pourtant, bien au-delà du masque dédaigneux des Temps Eternels, il avait discerné une lueur d’amusement.
Alors que Crash s’accroupit sous le poids de la Maitresse du Temps, il resta ahuri en voyant son double utiliser son énergie pour créer des boules énergiques, bien plus puissantes que celles que Tropy usait contre lui, afin de bombarder l’engin. Mais l’énergie gagnée par les cristaux finit par s’épuiser, et la jeune fille montra des signes de faiblesse. Quand elle s’agrippa à lui, Crash la serra plus fort dans ses bras en lui demandant de prendre son énergie. Elle s’exécuta et la machine finit par tomber sous leurs attaques.
Quand ils eurent fini, Nefria s’évanouie dans les bras du marsupial et l’énergie spirituelle des « Temps Éternels » retourna dans le collier en murmurant une phrase qu’ils ne comprirent pas :

- Tu as cette capacité, ma princesse. Je l’ai sentie quand nous avons passé ce contrat. Tu es unique !

Crash s’affaissa en se sentant soudainement très fatigué à son tour. Le temps avait reprit sa normalité et il n’avait même pas vu venir ses amis. Ils étaient rassemblés autour d’eux, mais il ne les entendit pas discuter, car il s’évanouit lui aussi.

Correction effectuée par Passionred
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Crash Bandicoot et les Maitres du Temps - Chapitre 9

Message  Sanephar le Sam 23 Avr - 19:00

Navrée pour l'attente, j'ai été pas mal occupée... Je viens seulement de me rendre compte... la semaine prochaine, vous aurez l'épilogue et le tome 1.1 sera terminé. Incroyable comment ça passe vite ! J'en connais une qui va avoir beaucoup de boulot pour la correction du tome 2.1 qui est en cours de réécriture xD
Mais en attendant, bonne lecture à vous qui arrivez à la fin de ce tome ! Dernier acte la semaine prochaine !!


Crash Bandicoot et les Maitres du Temps
Chapitre 9 : Le Temps des regrets

Crash se réveilla doucement. Il entendit vaguement son nom prononcé par une voix familière. Sa sœur, supposait-il en vue de l’intonation inquiète et aiguë. Il tourna lentement le visage vers elle et lui sourit timidement.

- Oh mon Dieu qu’est-ce que je me suis fait du souci !

Cela ne l’étonnait pas. Elle était toujours soucieuse de sa santé quand il partait combattre le Mal, plus que pour elle-même. Il laissa son esprit s’éveiller en même temps que ses souvenirs, se remémorant l’hologramme du visage de sa sœur dans la chambre temporelle où Cortex l’avait envoyé pour ramener les cristaux, un an après sa création. Toujours inquiète, mais utile, même angoissée, elle avait démasqué les véritables projets de leur créateur. Parfois il se disait que c’était elle la grande sœur.

- Ça fait deux jours que tu ne lâches pas sa main.

Il mit un moment à comprendre. Puis en une illumination, il tourna la tête pour voir Nefria qui dormait à côté de lui. Il remarqua alors la chaleur qui émanait de sa main droite et regarda dans sa direction ; il tenait fermement la main de la Maitresse du Temps dans la sienne. C’était donc ça. Il assimila qu’il dormait depuis deux jours s’il comprenait bien ce que lui expliquait Coco. C’était bien la première fois qu’il était dans les bras de Morphée aussi longtemps !

Il resta auprès d’elle, attendant son réveil. Coco ne comprit son obstination, mais lui ne le comprenait que trop bien. Cela faisait très longtemps que ça ne lui était pas arrivé. Il accepta tout de même de manger. Ce fut sa cadette qui lui donna la nourriture. Il se contentait d’ouvrir la bouche, de mâcher, avaler et digérer. Ce qui était beaucoup : ouvrir la bouche et mâcher étaient fatigant. C’était d’ailleurs inhabituel. Il était paresseux mais pas à ce point. Il mit donc cela au fait qu’il avait donné beaucoup d’énergie vitale. Enfin, c’était la seule explication qu’il avait.

Il demeura allongé toute la journée, guettant le réveil de la jeune fille, et se reposant par la même occasion. Il n’avait ni la force ni l’envie de faire quoi que ce soit d’autre. Nefria se réveilla dans la soirée à son plus grand soulagement. Coco la fit également manger, et il sourit de la voir aussi gênée. Puis elle se rendormit, en lui adressant un sourire et un merci.

***

Le lendemain en fin de matinée, Nefria tourna son visage vers Coco : elle l’interrogea du regard. Elle était la seule dans la pièce à ne pas comprendre le langage de Crash et la cadette Bandicoot lui faisait le plus souvent la traduction.

- Crash t’a demandé ce que tu lui voulais lui dire avant que les « Temps éternels » apparaissent.
- Oh… fit-elle pour commencer, les joues un peu rosies. Je ne m’en souviens pas.
- Hein ? s’exclama Crash.
- Peut-être une amnésie temporaire, ça arrive souvent après un choc, Crash, expliqua Coco.

Évidemment, Nefria se souvenait parfaitement qu’elle avait voulu déclarer sa flamme au Bandicoot, croyant en sa mort sacrificielle, mais maintenant qu'elle ne craignait plus rien, elle n’en avait plus le courage. Encore moins devant Coco et les deux autres. Et puis, c’était mieux ainsi. Ils ne devaient pas être ensemble.

- Que s’est-il passé pendant que j’étais évanouie ? Comment la bataille a été gagnée ? demanda la Maitresse du Temps.
- Et bien après que la machine a été détruite, Tropy, Cortex et les autres ont été obligé d’évacuer car nous étions trop nombreux, lui répondit Coco.
- Ça me donne l’impression que ça été facile.
- Ça l’a été, affirma Aku Aku.
- Tu les aurais vus fuir, je suis sûr que ça t’aurait plu ! s’exclama Crunch.
- Sûrement… répondit évasivement Nefria.

Un silence s’installa pendant ce qui semblait être une éternité. Puis Nefria le brisa de nouveau pour demander :

- Où est maitre Asaki ?
- Reparti au Temple du Temps, il t’y attend, répondit Aku Aku.
- Et Mayu ?

Cette question laissa un froid. Personne n’osait vraiment parler du décès de la petite fille depuis que Tropy avait lâchement dit la nouvelle.

- Ici… dans le … congélateur, dit finalement Coco, hésitant sur chacun des mots.
- Peut-être qu’il faudrait la ramener au Temple, ce n’est pas sa place ici, poursuivit Crunch, ne prenant pas exemple sur la diplomatie de sa « sœur » .
- Oui. Je demanderai à des personnes du Temple de l’emmener. Je ne sens pas la force de le faire moi-même.
- Asaki a laissé une Cloche du Temps. Ils nous a dit de l'utiliser si nous avions besoin d'aide. Veux-tu que je le fasse ?
- Oui, je veux bien si cela ne vous dérange pas, répondit Nefria les yeux dans le vague.

Aku Aku acquiesça d’un signe de tête et sorti pour appeler des Maitres du Temps avec l'artefact. Nefria partit s’isoler ailleurs. Crash voulut la suivre mais sa sœur lui conseilla de la laisser seule.

Plus tard dans la journée, quelques personnes du Temple vinrent prendre la défunte en annonçant qu’une cérémonie mortuaire serait donnée en son honneur dans deux jours. Ils étaient tous invités à rendre hommage à Mayu, et aux nombreux autres Maîtres du Temps tombés durant la bataille...

***

Malgré les débris matériaux qui régnaient en masse autour et dans le Temple, la cérémonie mortuaire pour Mayu avait lieu comme prévu. On ne rendait pas seulement hommage à la petite, mais aussi à toutes les personnes qui avaient donné leurs vies pour le Temple du Temps. Cependant tout le monde savait que, sans Mayu, cette victoire n’aurait pas vu le jour.

L’hommage avait lieu à l’extérieur, où un pâle soleil faisait son apparition, dévoilant au grand jour le désastre régissant autour des habitants du Temple. Asaki entamait depuis une bonne dizaine de minutes un discours sur la bravoure, l’héroïsme et le sacrifice qu’avaient fait preuve ceux qui étaient tués. L’âge de la petite sœur de Nefria fut cité et cela n’échappa pas à Coco :

- Trente-six ans ! Mais elle n’en faisait que dix !
- En fait, comme notre apprentissage est très long, on nous ralentit notre croissance, expliqua Kanae à côté d’elle.
- Et toi tu as quel âge ? lui demanda Crunch.
- Vingt-quatre !
- Nom d’un bandicoot ! s’exclama-t-il le plus silencieusement qu’il put pour ne pas déranger les obsèques.

Crash était devant eux, et avait discrètement écouté. Il resta sans voix et réagit seulement quand il vit Nefria frissonner à côté de lui. Il passa son bras autour de sa taille et elle posa sa tête sur son épaule. Il voyait qu’elle faisait de son mieux pour ne pas pleurer et il la trouva très courageuse, même s’il pensa qu’elle n’était pas obligée de se retenir.

Après la cérémonie, un banquet était prévu pour fêter la victoire. Nefria s’excusa auprès des convives qu’elle ne resterait pas. Les Bandicoots en firent de même et personne ne reprocha leur absence. On les acclama, car sans eux aussi, la victoire n’aurait pas été possible.

***

Un homme d’âge mûr, vêtu d’un uniforme de barman, entra dans une modeste maison au bord d’une falaise, donnant une vue imprenable sur la mer australienne. Il referma soigneusement la porte à clé derrière lui, mais aussi deux verrous : l’un au dessus de la clenche et l’autre en dessous. Il alluma la lumière car son salon/cuisine était plongé dans les ténèbres, les volets étant clos. Il inspecta chacune des fenêtres fermées elles aussi à clé dans la pièce, y compris dans la chambre à coucher, attenante à la pièce principale de la petite maison. Quand son inspection fut terminée, il se détendit et enleva la veste de son smoking avant de la poser sur le lit. Après un bref coup d’œil autour de lui, il souleva un tapis qui dissimulait une trappe également fermée à clé. Après avoir déverrouillé l’accès, il la souleva, et posa ses pieds sur la première marche d’un escalier le menant jusqu’aux profondeurs de la terre.

La pièce cachée avait la taille d’une cave, mais la comparaison s’arrêtait là, car elle était aménagée comme un laboratoire. Les murs étaient insonorisés et recouverts de plaques métalliques, et le sol était un simple parquet où des nombreuses tâches suspectes faisaient offices de coloration. La salle de taille moyenne ne comprenait en mobilier qu’un établi pour la mécanique, une palliasse pour les expériences de chimie et un bureau où était méticuleusement rangés de nombreux documents, livres et cahiers.

L’homme chauve se déshabilla prestement en posant ses vêtements sur la chaise de son bureau avant d’enfiler un pantalon noir, une chemise de la même couleur et de mettre une blouse verte par-dessus qu’il ceintura par une ceinture également noire. Il se mordilla la lèvre supérieure avec l’unique dent sortant de sa bouche lorsqu’il alluma un réchaud qui ajouta son grain de sel aux multiples bruits faits par des machines placées à divers endroits de la pièce. Un cahier à la main, il s’apprêta à s’asseoir devant son bureau quand les lumières de la pièce secrète s’éteignirent, tout comme celles de la maison et furent remplacées par plusieurs voyants rouges accrochés au mur, et qui clignotaient. Aussitôt, une alarme retentit, émettant un son continu assourdissant. Le laborantin ouvrit rapidement un tiroir pour en sortir un pisto-laser et se cacha sur le côté de son bureau et du mur. Si l’intrus venait dans cette pièce, il ne pourrait pas être vu, et lui, pourrait l’éliminer.

A sa grande surprise, l’importun n’entra par la trappe dissimulée mais apparut comme par magie au centre du laboratoire secret. Il le reconnu tout de suite à sa peau bleue, son armure dorée et dotée d’indications temporelles en tous genres et sa fourche. Il tira, sans se soucier de la mort de cet individu, mais ce dernier se téléporta à temps pour réapparaitre en face du scientifique. Alors que ce dernier leva son arme vers l’homme bleu, celui-ci abattit sa fourche sur lui. Quelques secondes plus tard, le cou de l’homme chauve était encerclé par la fourche de son assaillant, ce qui ne l’empêcha pas de garder en joue l’intrus.

- Alors Brio, c’est comme ça qu’on accueille ses alliés ? ricana-t-il.
- Nous avons rompue notre alliance, Tropy.
- Justement, je viens te proposer d’en reformer une nouvelle.
- Je ne suis pas intéressé. Dégage, Maitre du Temps.
- Tu ne devrais pas donner de réponse si hâtive sinon… menaça Tropy.

Contre toute attente, le dénommé Brio tira et son adversaire fut propulsé à l’autre bout de la pièce avec sa fourche qu’il tenait fermement. Le scientifique rechargea son arme ; maintenant qu’il avait transpercé l’armure, il ne lui restait plus qu’à le tuer avec un nouveau tir. Mais Tropy se téléporta au moment il tira une nouvelle fois pour réapparaitre plus loin.

- Tu le regretteras, assena-t-il avant de disparaître.

Après le départ du Maitre du Temps, Brio renifla avec colère, et monta nerveusement les marches qui le menaient à la partie habitable de sa maison. Là, il sortit une valise rangée sous son lit, et redescendit pour prendre le nécessaire dont il avait le plus besoin. Le temps était venu pour lui de plier bagage…

***

Crash se plaça devant Nefria et lui tendit la main. Elle leva ses yeux de l’herbe qu’elle fixait, puis attrapa la main du Bandicoot et quitta l’arbre contre lequel elle s’était adossée. Ils firent une longue balade, pendant laquelle Crash espérait chasser la tristesse qui s’était emparée de la Maitresse du Temps. Il lui fit visiter les meilleurs coins de l’île et ils terminèrent leur promenade en regardant le coucher du soleil. Agenouillée sur ses jambes, la jeune fille regardait le spectacle orangé du soleil qui se mourrait à l’horizon pour laisser place à la lune.

- J’aurais aimé qu’elle vous connaisse tous. Je suis sûre qu’elle vous aurait tous aimés.
- Mayu ?
- Oui.

Crash tourna la tête vers elle, et vit avec tristesse que son amie pleurait silencieusement. Il se mit à genoux devant elle, et la prit dans ses bras. Elle l’enlaça à son tour et laissa libre court à ses larmes qui se déposèrent sur la fourrure du marsupial. Il n’était pas doué pour consoler les gens. Aussi, il se contenta de lui caresser le dos et de se retenir de pleurer également. Il avait mal, autant qu’elle, car il était très émotif, et mais il était aussi sensible à la souffrance d’autrui. Il avait mal de la voir si malheureuse.

« Dès l’instant où j’ai croisé ton regard, j’ai senti que ma vie serait différente. Mais je ne savais à quel point je pourrais pas me passer de toi. Si seulement tu savais combien je tiens à toi, Nefria. »

***

Nina regardait son oncle faire les cent pas dans la salle des commandes du labo iceberg. Cela faisait une bonne heure qu’il était dans cet état de … colère ?

- Nous étions si près, et tout a été bouleversé par ce sale rongeur et cette… gamine !!
- Elle est plus vieille que toi, mon oncle.
- Comment tu peux le savoir ?
- Ben si Tropy a cent ans, à ton avis tu crois vraiment qu’elle en a vingt ?
- Peu importe, ça reste une sale gamine prétentieuse !
- Si tu le dis, au fait il est où Tropy ?
- Retourné chez lui.
- Je le comprends. Avec la défaite qu’il s’est ramassé…
- Que NOUS nous sommes ramassés ! la coupa t-il. Comment peux-tu le prendre aussi bien ?
- Parce que je suis habituée à ce que l’on perde maintenant.
- Tu plaisantes ? Tu as à peine vécu quelques défaites !
- C’est déjà assez. Et en plus, c’est bien fait pour ce pauvre type en bleu. Il n’avait qu’à pas faire son malin.
- Tu as raison sur ce dernier point, mais tu ne devrais pas prendre avec autant de légèreté notre défaite.
- Et bien la prochaine sera la bonne. Je vous fais confiance mon oncle !

Elle se rendit dans ses appartements sous l’œil interrogateur de son parent. Cortex recommença à faire les cent pas, puis il s’arrêta soudainement. Une idée vint illuminer son esprit, et il se précipita sur son ordinateur.

***

Un jeune homme était perché sur le toit du labo iceberg. Grand et mince, ses cheveux flamboyants bougeaient frénétiquement lorsqu’une brise glacée s’engouffrait dedans. Vêtu d’un pantalon noir, d’une longue tunique de la même couleur arrivant aux mollets et qui se séparait en quatre pans au niveau de son bas ventre, il portait ses yeux améthyste sur l’archipel australien. Une imposante ceinture rouge ornait la taille de l’inconnu et un symbole était gravé dans le dos de la tunique. Bras croisé sur sa poitrine, il détourna son regard implacable derrière lui, où l’air se fit soudainement plus flou. Quelque seconde après, une silhouette indiscernable échappant de la fumée noirâtre se précisa. Seuls deux yeux rubis pouvaient nettement être observables, le reste semblait abstrait.

- Maitre Célestar, dit l’homme d’une voix calme et posée.
- Ne t’expose pas ainsi aux humains.
- Personne ne me verra.
- Je l’espère.
- Nous n’avons pas eu besoin d’intervenir. Le Bien a rééquilibré l’univers de lui-même.
- Comme toujours sur cet archipel. C’est la raison pour laquelle notre confrérie intervient peu pour l’équilibre dans cet endroit.
- L’Équilibre, le but de la Confrérie des Veilleurs, n’est-ce pas ?
- Ta mission d’observation est terminée, Cythar. Disparais aux yeux de ce monde.
- Il en sera fait selon vos ordres.

L’hologramme disparut, et le jeune homme resta encore quelques minutes à observer, puis il disparut à son tour.

***

Crash se réveilla en sursaut. Il était lucide et pour lui c’était mauvais signe. Il regarda à côté de lui et vit une place vide : celle de Nefria. Plus loin, Coco dormait encore, et de l’autre côté Crunch aussi. Aku Aku était absent. Il se gratta la tête, ébouriffant au passage sa tignasse brune. Puis il posa sa main pour s’appuyer et ainsi se relever quand il sentit quelque chose lui rentrer dedans. C’était une petite cloche dorée aux inscriptions bleues accompagnée d’une lettre. Il la regarda attentivement puis prit le papier plié en quatre.

« Mes chers amis,

Le temps des « au revoir » est arrivé. Je me suis trop attardée et je ne peux rester indéfiniment.
Vous m’avez été d’une grande aide, et pas seulement pour me sauver de Tropy. Vous m’avez apporté quelque chose de précieux et je vous dois beaucoup.
Merci à toi Crunch, je te connais le moins, mais tu es celui que je crains plus pour ta force.
Merci à toi Coco, tu es une grande amie à mes yeux et la seule que j’ai.
Merci à vous maitre Aku Aku, votre sagesse m’a beaucoup aidé et je me rends compte que j’aurais du l’écouter plus souvent.
Enfin, merci à toi Crash. Tu es celui qui m’a le plus apporté. Je garderai ce bien le plus précieux que tu m’as donné, enfoui en moi.
Pour vous montrer ma gratitude, je vous offre ce présent. Si jamais vous êtes en difficulté, sachez que cette cloche m’appellera où que je sois. J’ai une dette importante envers vous, et je n’ais pas peur de défier les lois de l’Équilibre pour vous remercier.

Bien à vous,
Nefria.
»

Crash sentit une lame transpercer son cœur. Elle était partie, sans même lui parler. Il aurait tant aimé discuter avec elle une dernière fois. Toutefois, il trouvait cela égoïste de sa part, car il l’avait eue toute une semaine pour lui. Il savait qu’elle partirait, mais il avait repoussé cette idée encore et encore, sans vouloir l’admettre. Il aurait voulu qu’elle reste à ses côtés pour toujours.

Coco se réveilla et le sortit de ses pensées par sa voix chaleureuse en lui disant un bonjour des plus matinaux, et en lui demandant s’il avait bien dormi. Sans plus attendre, il lui tendit la lettre, et elle la lut. Son visage resta sérieux de la première à la dernière ligne, et elle déposa doucement le papier sur sa couverture en fixant un point invisible devant elle.

- Ça y’est, elle est partie.

Crash se leva et ébouriffa les cheveux de sa sœur en souriant avant de sortir. Elle le gronda et Crunch s’éveilla à son tour. Coco lui tendit la lettre derechef et il la lut aussi. Quand il eut finit, il entendit Crunch dire :

- Ça doit être ça, non ?
- Attention à ne pas le faire teinter !
- C’est bon je ne suis pas assez bête pour faire ça !
- Un peu oui !! Tu ne te rends même pas compte de la force que tu as !
- Bien sûr que si !
- Bien sûr que non !

Dos à l’entrée de la maisonnette, Crash sourit devant cette dispute quotidienne et se tourna pour voir Aku Aku qui arrivait vers lui. Dans son regard, il lut qu’il était au courant, peut-être même avait-il eu la chance de voir Nefria une dernière fois. Il tourna son regard vers le ciel, et le masque de sorcier en fit de même.

- Nous avons vécu une grande aventure mon ami.
Le Bandicoot hocha la tête.
- Elle me manquera aussi.

Si Nefria pensait qu’ils avaient changé sa vie, elle ne se rendait pas compte qu’elle avait également bouleversé la leur. C’est ce que se disait Aku Aku. Mais elle avait davantage chamboulé la vie d’une personne en particulier. Il tourna son regard jaune vers Crash qui fixait le ciel avec un sourire.

***

Nefarious Tropy envoya valser la dizaine d’instruments à mesurer le temps sur le sol. Son établi ne comprenait dorénavant plus qu’un imposant collier qui supportait la charge d’une montre ouvragée de manière étrange. Elle était en forme de triangle, et les motifs qui la composaient faisaient froids dans le dos.

Le Maître du Temps tourna la tête quand il sentit une aura malsaine imprégner la pièce. La fumée rouge qui annonça l’arrivée d’Uka Uka ne mit en rien un terme à la colère de l’homme bleu. Pire même, il la dirigea vers lui. Le masque de sorcier resta de marbre face au regard meurtrier que lui adressa son vieil ami :

- Tes recherches ?
- Nulles. L’artefact n’est pas opérationnel, et il est trop gourmand en énergie.
- Ce n’est pas un problème. J’ai à ma disposition une importante source de mojo. Et puis, tu as également à ta dispositions des centaines de sous-fifres qui sert la faction maléfique des Maitres du…
- Effectivement, mais je connais la personne idéale à utiliser…
- Oublie cette péronnelle, Nefarious ! Tu commences sérieusement à m’agacer avec cette garce. Je vais finir par croire qui tu éprouves des sentiments envers…
- Jamais ! hurla Tropy.

La fureur crispa davantage les traits bleus du Maître du Temps. Amoureux, lui ?! Il ne se le permettrait pas ! Ce genre de sentiments lui était bien trop inutile !! Et pourtant, le Maître du Temps des Ténèbres s’interrogeait beaucoup à ce sujet… il lui était impossible d’aimer une femme, mais il éprouvait une attirance envers Nefria comme nulle autre pareille. Jamais encore il n’avait autant désiré une femelle. Mais était-ce uniquement pour les raisons qu’il ne cessait de se répéter ?

Oui, Nefria était directement issue de la lignée de Yuki, la grande Prêtresse du Temps, celle qui jadis avait invoqué le puissant esprit du Sablier. Oui, elle dépassait ses espérances, puisqu’elle avait même réussi à invoquer les « Temps Eternels », exploit qui n’avait encore jamais été réalisé. Ou du moins, pas aussi bien qu’elle ne l’avait fait, et en restant en vie derrière. Sans compter qu’elle n’avait même pas utilisé un quart des capacités enfouies en elle. Cette Maîtresse du Temps des Lumières allait devenir une légende, mais cela expliquait-il seulement pourquoi Nefarious pensait à elle si souvent ?

Tropy se raisonna : il n’éprouvait que le désir de s’approprier la puissance de Nefria, de la voir se soumettre à sa volonté. Il ne pouvait l’aimer, il ne l’avait jamais fait, et il ne commencerait pas avec elle. Son désir ne s’était décuplé qu’avec l’échec qu’il venait d’endurer, et à la résistance que lui offrait la jouvencelle. Et puis il y avait le Bandicoot. A son simple souvenir, Tropy repensa à la célébration de son centenaire, et la danse qui avait uni Crash et Nefria. Il les voyait encore se dresser devant lui, enlacés l’un contre l’autre en usant des pouvoirs des « Temps Eternels » . Il ne supportait pas qu’un autre puisse obtenir ce qui lui n’avait pas eu. Surtout ce marsupial stupide ! Le Maître du Temps n’était pas jaloux, il était possessif. Nefria lui appartenait, et elle deviendrait sienne.

- Je ne pensais pas à elle, avoua sincèrement le Maître du Temps, mais à un être qui servira mes desseins. Il mènera la secte pour moi, et je les sacrifierai tous pour m’emparer une nouvelle fois du Temple. Seulement, j’aurais besoin de tes services.
- Quoi donc ?
- J’ai besoin que tu concentres l'énergie des futurs sacrifiés dans mon artefact.
- C’est dans mes cordes. Cela réussira-t-il au moins ?
- Oh oui… Je possède désormais un artefact capable de rivaliser avec les « Temps Eternels ». Moins pratique, mais c’est déjà un début.
- Parfait, ce sont des bonnes nouvelles !
- Des ?
- Oui, Cortex a également un plan pour s’emparer de la Terre. Appliqué en même temps que ton projet, le Bien sera à notre merci !

***

Nefria se trouvait dans la salle où on entreposait les défunts. Elle se tenait devant la stèle qui portait le nom de sa sœur. Elle la regardait fixement en méditant sur diverses pensées, comme ce qu’elle allait devenir. Elle était devenue Maitresse du Temps des Lumières pour veiller sur sa cadette, et elle conserverait ce rôle sans doute encore, mais elle se sentait bien vide sans cette motivation fraternelle.

- Tu aurais pu rester avec eux.

Elle se tourna pour voir Asaki à l’entrée de la salle mortuaire. Elle savait de qui il parlait. Des Bandicoots assurément, mais sa place n’était pas parmi eux.

- Je dirige la faction bienveillante du Temple du Temps, j’ai un devoir à respecter.
- Mais tu l’aimes.
- Oui, éperdument.
- Alors pourquoi t’accrocher à ton devoir ?
- Parce que c’était le rêve de Mayu et que… je n’imagine pas ma vie autrement. Sacrifier mon statut pour mon amour reviendrait au même. Une partie de moi serait détruite et je ne peux vivre ainsi. Maitre Asaki, je savais cela bien avant de m’engager. Telle est la vie de Maitre du Temps.
- Tu penses que c’est encore le destin qui te dirige ?
- En partie. Il choisit pour moi quelques fois tandis que d’autre, c’est moi qui choisis à sa place.
- Tu as beaucoup changé Nefria.
- Vraiment ? Oh ! Je dois y aller. On m’appelle, dit-elle en souriant.
- Une perturbation apparemment, affirma Asaki en la sentant également.
- On dirait que je manque à Tropy !
- Sois prudente.
- Je le serais.

Elle sortit de la pièce et emprunta bien des couloirs pour trouver la sortie du Temple. Là elle posa un premier pas vers le soleil qui l’éblouit. Elle resta quelques secondes en sentant une légère brise s’engouffrer dans ses cheveux châtains lâchés. Elle avait l’impression de sentir sa sœur dans le vent. Elle leva alors les yeux vers le ciel.

- Crash Bandicoot… je ne te serais jamais assez reconnaissante de ce que tu as fais pour moi. Et je suis sûre que tu ne te rends pas compte de l’impact que tu as eu sur ma vie. Tu m’as rendu plus forte et plus courageuse. Tu m’as aussi apporté un sentiment que je n’oublierais jamais et qui nous liera jusqu’à la fin des temps. Si tu savais combien je te dois tant.

Elle disparut de l’époque un sourire aux lèvres. Maintenant elle n’avait plus peur d’affronter les ténèbres et ça, c’était grâce à lui.

FIN

Correction effectuée par Passionred

Notes d'auteur :
- Je réécrirai certainement la scène avec le cérémonie d'hommage au Temple du Temps car je la trouve un peu courte, et j'ai une petite idée à ajouter. Je vous informerai lorsqu'elle sera publiée ;
- La scène avec Nitrus Brio est l'ajout le plus important fait pour cette nouvelle publication ;
- Je l'avais jamais remarqué mais... la première phrase de Cortex me fait pensé à celle de Hadès dans le Walt Disney "Hercule" !
- La Confrérie des Veilleurs I love you
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot et les Maîtres du Temps

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum