[Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  Aku Uka le Ven 21 Jan - 19:26

Alala, je vais devoir encore répondre par des commentaires commes tu les aimes! ^^
Que dire de ce nouveau chapitre? Hé bien...
Déjà, un grand bravo pour tes immenses progrès en orthographe, tu t'améliores à une vitesse impressionnante! cheers

Ensuite, aaah... enfin te voilà... Arka! Tu n'apparaîs pas longtemps mais te voilà enfin même si j'ai encore du mal à te donner un visage. En plus, je ne sais pas si tu fais partie du Bien ou du Mal mais je penche plutôt pour le bon camp... à première vue... ^^

Après, tu ne l'aurais pas précisé à la fin, je t'aurai fait parvenir ma plus grande surprise en ce qui concerne la demande en mariage de Uka Uka! Shocked Epouser sa soeur, mais il est vraiment... bizarre! ^^ A en voir le titre du chapitre suivant, ça promet en ce qui concerne le sort de cette pauvre Oni Oni.
Je ne te cache pas que j'ai ressenti de la pitié pour ce pauvre Aku Aku: il n'a rien fait et il se prend tout dans la tronche, une victoire de plus pour le jumeau maléfique. De fil en aiguille, on voit bien quand même en l'espace d'uniquement trois chapitres la façon dont Uka Uka attire dangeureusement Oni Oni du côté du Mal alors que dans le chapitre 1, ils en étaient encore à se quereller. J'ai bien aimé la façon dont Uka Uka "l'emporte" sur son frère, il est vraiment très manipulateur, sadique et fin stratège et voilà qu'en plus, Oni Oni en vient à en vouloir à Aku Aku. Uka Uka a vraiment joué fort sur ce coup-là!
Un très bon chapitre que voici! Smile Je me permets de te féliciter, ô puissante déésse de la fanfic. ^^ Et dois-je te rappeler mon immense envie de lire le chapitre suivant? Non, bien sûr, c'est une question qui ne se pose pas! Very Happy
Peut-être que ce commentaire était plus court que les autres mais je ne suis pas déçu pour autant! C'est juste que j'avais moins de choses à dire sur le chapitre 3. ^^ Moi, je dis: vivement le week-end prochain! Wink Et encore félicitations!!

avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  Sanephar le Sam 22 Jan - 11:02

Effectivement, si tu ne me fais plus de jolis commentaires, plus de chapitres. "Echange de bons procédés" comme dirait Hannibal Lecter ^^

Vraiment ?! Oh ça fait plaisir !! Mes bêta-lectrices vont être ravie de ce progrès ^^' Et c'est grâce à toi et ta petite précision sur les terminaisons en plus. J'y fais plus attention.

Euh... ce n'est pas faux, je n'ai pas fait de descriptions, et je ne sais même pas si j'en fais d'Arka... Faut que je vérifie ça !

Uka Uka est psychopathe, et comme tout psychopathe, il n'a aucun respect des conventions. Incestes, meurtres, tortures... Rien ne lui fait peur. C'est vrai que c'est choquant, mais je trouve normal d'écrire des coups tordus comme ça. Je me suis peut-être un peu trop imprégnée d'Uka Uka Laughing
Oui, Oni Oni va un peu morfler... mais pas qu'elle. En dehors d'Uka Uka, ils vont tous avoir plus ou moins leurs doses et sur des sujets plus ou moins variés. Le complot est loin d'être fini, Uka Uka a plus d'un tour dans son sac !

La nature d'Uka Uka est plus écrasante que celles d'Aku AKu et Oni Oni unifiés. Séparés, ils sont plus pliés par les volontés d'Uka Uka qui prend tous les moyens à sa portés. Tu verras s'ils pourront réparer toutes les blessures infligés par le jumeau maléfique.

Ce commentaire est court mais... qu'est-ce qu'il m'a inspiré !! J'envisage peut-être même de faire une troisième annexe grâce à toi, mais il faut que je mette bout à bout avant d'en arriver à une éventuelle écriture.
Tu me mets d'excellente humeur !! Espérons que ça continue comme ça.
Au final, je ne sais même plus comment te remercier ! Very Happy

Bref, merci encore pour ce délicieux commentaire et ce qui en découle !
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  bobipineman le Sam 22 Jan - 22:43

Saphenar j'ai lu ta fic et j'ai bien aimer au faite bonne continuation Smile
avatar
bobipineman
Titan
Titan

Messages : 653
Date d'inscription : 09/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  Sanephar le Mer 26 Jan - 17:08

Merci, Bobi !

Alors... je ne pensais pas les poster, parce que mon bêta-lecteur m'avait dit "ça gâche le sérieux de ta fanfic. Et en plus c'est pas terrible".
Du coup... je les avais même effacé de mon ordi.
(diudiu ! Ce bêta avait une monstrueuse influence sur moi ><)

Voici donc le blabla des personnages de ma fanfic. Ca vous permettra de patienter en attendant la suite !


Bla Bla des personnages n°1:
Uka : Quelqu’un peu m’expliquer à quoi ça sert Bla machin truc ?
Aku : Bla Bla des personnages.
Uka : Chouette correction mais ça m’avance pas.
Oni : « C’est un petit moment donné aux personnages pour s’exprimer ».
Aku/Uka : Comment tu le sais ?
Oni (agitant un bout de papier) : L’auteur a laissé une note.
Uka : C’est sans doute l’idée la plus ingénieuse qu’elle ait eue !
Sanephar : -_-'
Aku : Tu sais qu’elle peut te faire tuer au prochain chapitre ?
Oni : Exactement ! Et je vais même lui suggérer quelques idées !!
Uka : Pas si je te tue avant ! Parce qu’ici je suis libre de faire tout ce que je veux !! Enfin libre !! Hahahahaha !!!
Oni (en s’enfuyant) : AAAAAAAH !
Uka (la pourchassant) : MOUAHAHAHA !!!
Aku : Pourquoi est-ce que je me retrouve toujours tout seul ?
Sanephar : Je suis là.
Aku (s'en va) : ...
Sanephar : -_-'
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  Aku Uka le Mer 26 Jan - 17:22

Un blabla très amusant: petit mais tellement comique notamment la course-poursuite des frère et soeur (j'imagine bien surtout Uka Uka courir après Oni-Oni en lui criant MOUHAHAHAHAHA)! Je sais, d'habitude, on en rigole deux minutes mais là, j'ai eu tellement l'impression de me reconnaître dans le style d'écriture que ça m'a fait rire pendant un bon moment. Laughing

Euh... c'est moi ou Aku Aku ne s'est pas montré très... "poli" envers toi? Aaaah, je comprends, il préfère Paro, c'est pour ça!! Wink
Très bonne idée ces petits divertissements, ça permet de pas s'ennuyer en attendant le nouveau chapitre et en plus, tu pourras dire à ton bêta-lecteur que beaucoup de fics que j'ai lu présentent à la fin ces petits dialogues entre personnages et je trouve ça très original.
Si jamais je démarrais une fanfic sur Crash Bandicoot... est-ce que je pourrais t'emprunter cette petite idée? Rolling Eyes

Au fait, t'es devenu un Grand Bandicoot!! Je m'incline devant toi, chère supérieure, déesse de la... Ca va pas ou quoi? (*se redresse précipitamment), qu'est-ce que je raconte? J'ai pas que ça à faire moi! (*la laisse en plan comme Aku Aku l'a si bien fait!) XD
avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  Sanephar le Mer 26 Jan - 17:35

Oui, j'ai vu pas mal de fanficteurs faire aussi ce genre de chose, mais le problème avec ce procédé, ou alors je suis tombée sur de "mauvais fanficteurs", c'est que je ne trouve pas les blabla très drôles en règle générale.

Tu t'es reconnu dans le style d'écriture ou l'humour ?
Parce que... si tu te reconnais dans le langage théâtral, je ne te parle plus !

En fait... je crois qu'Aku m'a ignoré parce que je lui en faire voir des belles dans l'histoire. A charge de revanche, j'imagine ^^' Et oui, j'imagine aussi qu'il aurait préféré que ça soit Paro que moi ^^'
Bien sûr que tu pourras prendre cette idée. Car ce n'est pas moi qui a inventé ce procédé, vu que j'ai "piqué" l'idée à d'autres.
Malheureusement, je n'ai plus de contacts avec mon bêta-lecteur, mais si je venais à le recroiser, je lui en toucherais deux mots ^^

Hum... Je sens que tu ne vas plus recevoir de commentaires pour ta fanfic, Aku-Uka !
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  Aku Uka le Mer 26 Jan - 18:00

Mais pourquoi? Sad
Bon d'accord, je retire ce que j'ai dit (ce qu'elle est susceptible ^^). Pourtant, ne paraissait-tu pas de bonne humeur aujourd'hui?
Non, c'est Uka Uka qui t'a retourné contre moi!! Pourquoi tu fais ça Uka, je suis ton plus proche confident! Ton serviteur!

Bien joué Aku, t'es aussi rancunier que moi, continue comme ça et toi Sanephar, continue à lui en faire voir de toutes les couleurs! ^^ Non je plaisante. Je pense d'ailleurs que je vais arrêter de plaisanter parce que sinon, je sens qu'il va y avoir des représailles par la suite. Rolling Eyes (*en voyant Sanephar m'exhiber un regard noir)
avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  Sanephar le Mer 26 Jan - 18:13

Tout de suite les grands mots !!
Mais non, je ne suis pas susceptible ou rancunière... mais je dois avouer que j'aime bien avoir le dernier mot et avoir raison. Sans pour autant avoir du mal à reconnaître mes torts !

Ah je le savais !! Je l'ai toujours su que tu étais le digne serviteur d'Uka Uka !! Qu'importe que tu sers ses desseins, je triompherai
*sors un bic*
Avec ma plume !!

Bon, au moins, je suis "rassurée", tu reçois bien mes commentaires. J'ai eu peur que je l'envoyais à la mauvaise adresse, et dans ce cas là... je me sentais déjà rougir de honte Embarassed
Mais c'est bon, c'est la bonne personne qui les reçois ! Smile
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  Aku Uka le Mer 26 Jan - 19:53

Par contre, je sais pas si t'as fait une mauvaise manoeuvre ou quoi mais tu ne m'as pas envoyé les commentaires des chapitres 5, 6 et 7. Je crois qu'en fait tu as tout simplement oublié de les inclure dans ton message.
Pourrais me renvoyer le message avec les commentaires maintenant s'il te plaît? Rolling Eyes
avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  Sanephar le Mer 26 Jan - 21:19

Oui, j'ai oublié de mettre les pièces jointes Embarassed

Mais bon, tu as deux commentaires en plus pour "l'oubli", alors ça valait le coup d'attendre.
(Comment essayer de faire passer la pilule Very Happy ).
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le berceau du Bien et du Mal - Chapitre 4 : La destinée des femmes

Message  Sanephar le Ven 28 Jan - 21:26

Avant qu’ils deviennent les acteurs de la lutte ancestrale du Bien et du Mal, avant que le destin choisisse de les mettre au devant de la scène, ils étaient humains. Ils menaient une existence banale, baignée d’amour et de haine. Les liens qui les unissent ne se rompront jamais parce qu’ils s’aiment et se haïssent trop pour ça. La vie de deux jumeaux Aku Aku et Uka Uka ainsi que leur petite sœur dans son plus simple appareil.

Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Éternels)

Chapitre 4 : La destinée des femmes



Uka Uka repoussa son bol de nourriture et croisa les bras contre sa poitrine en dévisageant son père avec un sourire narquois.

- J’ai une annonce à vous faire, père.
- Je t’écoute, mon fils, répondit ce dernier en levant le nez de son bol de terre cuite et en regardant le jeune homme.
- Il y a une fille que je veux épouser.

Aku Aku avait arrêté de s’alimenter depuis quelques secondes et regardait alternativement les deux hommes de sa famille avec méfiance. Il craignait le pire avec le sourire de son jumeau. Il jeta un œil à Oni Oni qui détourna le regard en croisant le sien et reprit sa tâche qui consistait à nourrir sa mère. Il fronça les sourcils en se demandant si elle savait ce qu’Uka Uka allait annoncer et sa crainte redoubla face à la gêne qu’elle présenta.

- Je vous demande la main d’Oni Oni.
- Quoi ?! s’exclama Aku Aku en se levant.

Le chef de la famille laissa tomber sa cuillère en bois et dévisagea, les yeux écarquillés, son fils qui sourit encore plus devant leurs réactions. Aku Aku se tourna pour observer sa sœur et celle-ci semblait davantage gênée. Elle faisait comme si elle n’était pas concernée, mais il n’en était rien et le jeune homme était abasourdi. Comment pouvait-elle accepter une telle chose ? Après la surprise vint l’amer sentiment de trahison. Aku Aku ne comprenait vraiment pas les réactions de sa sœur : comment ne pouvait-elle pas voir qu’Uka Uka la manipulait, qu’elle acceptait de se lier à cet être abject ?

- Cette blague est de très mauvais goût, Uka Uka.
- Mais ce n’est pas une plaisanterie. Je veux épouser Oni Oni.
- Mais tu es complètement fou ! laissa échapper Aku Aku.
- Je sais très bien ce que je fais. Cette conversation ne te regarde pas alors restes à ta place ! persifla Uka Uka, doublé d’un regard des plus mauvais.
- Non ! Il est hors de question que je laisse ta folie perdre Oni ! Père ! Ne donnez pas votre consentement pour cette infâme union !
- Attention Aku, un mot de plus et je vais te le faire regretter !
- Tes menaces ne m’effraient pas ! Je ne me tairais pas !! Jamais, tu m’en-
- Silence vous deux ! s’écria le patriarche de la famille.

Aku Aku referma la bouche et se rassis aussi calmement qu’il le put bien que ses gestes démontraient la colère qui animait son être. Uka Uka toisait ouvertement son jumeau et tremblait légèrement de rage. Il porta son regard sombre sur son père qui se massait le front. Ce dernier releva la tête et planta son regard d’encre dans les yeux du fils qui avait déclenché tant d’émotions.

- Quels démons ont pu te contaminer que tu me demandes une telle chose, mon fils ?
- Aucun, père. C’est une proposition des plus sérieuses !
- Te rends-tu compte de ce que tu fais ? Il s’agit de ta sœur, Uka.
- Croyez-vous que je n’ai pas réfléchi ?
- Alors ça serait bien la première fois ! se moqua son jumeau, bien décidé à ne plus faire de cadeaux à son frère.
- S’il te plait, Aku. N’intervient pas, réclama le père.
- Oubliez que je suis votre fils. Accepteriez-vous de me donner la main d’Oni Oni ?

Le patriarche de la famille ferma les yeux pour méditer sur la question. Devant son hésitation, Uka Uka sourit davantage et Aku Aku grinça des dents. Il était à deux doigts de se jeter sur son frère pour lui faire ravaler sa langue. Il serra ses poings à en faire blanchir ses jointures quand Uka Uka continua sur sa lancée :

- Je peux tout lui offrir : une vie et un foyer convenable.
- Tu oublies qu’elle est ta sœur.
- Est-ce un si grand problème ? Nous conserverons la pureté du sang ainsi.
- Oni Oni, interpella le père. Viens ici.

La demoiselle délaissa sa tâche à son plus grand regret. Elle aurait préféré ne pas participer à cette querelle. Elle se plaça devant la table, les mains jointes le long de son corps, aux côtés de son père et d’Uka Uka.

- Oui, père ?
- Qu’en penses-tu ? Veux-tu t’unir à Uka Uka ?

Elle tourna la tête vers Uka Uka qui hocha la tête pour l’inciter à dire qu’elle avait acceptée sa proposition la nuit passée. Elle regarda son autre frère qui la suppliait du regard de ne pas accepter. Le doute l’envahit et elle ne sut que répondre. Les arguments d’Uka Uka étaient très convaincants et elle ne voyait pas de piège à l’intérieur d’eux. Mais une petite voix en elle lui chuchota la prudence et l’obstination ardente d’Aku Aku amplifiait son hésitation.

- Je ne sais pas, avoua-t-elle piteusement.
- Je vois. Je vais réfléchir sérieusement à ta proposition mon fils. Je te tiendrais au courant de ma décision.

Uka Uka plissa ses yeux et lança un regard haineux à sa cadette. Cela n’échappa pas à Aku Aku dont la fureur intérieure s’accrue davantage. Comment la plus jeune fille de la maisonnée ne pouvait-elle pas voir la malveillance de son jumeau avec tous ces signes évidents ?! Et pourquoi donc son Uka Uka persistait tant à perdre leur jeune sœur ? Il tourna ensuite son regard vers Oni Oni qui retournait à son travail. Tout n’était pas perdu, elle avait hésitée, après tout. Il pouvait encore la convaincre de la médisance de son jumeau.

***

Aku Aku ruminait sa colère dans un coin isolé de l’île de Sanidraï[1]. Il était adossé à un arbre et fermait les yeux pour calmer sa colère en écoutant les bruits apaisants de la forêt. Il ouvrit brusquement les yeux quand il entendit le frottement d’un tissu et se retourna. Paro avançait vers lui en souriant, sa longue jupe orangée ondulant sous sa démarche. Il se détendit et esquissa un sourire forcé à son approche. Elle lui tendit un fruit jaune/orangé qu’elle sortit d’un petit panier en bandoulière.

- Qu’est-ce que c’est ?
- Une pomme Wumpa !! s’exclama-t-elle, ravie de la question.
- Oh. Il n’y en a pas beaucoup sur notre île. Merci, Paro.
- De rien ! Moi, je trouve ça bien dommage parce que je les adore ! J’ai l’espoir qu’un jour il y en aura partout !!

Aku Aku accepta le fruit et mordit à pleine dent, savourant rapidement le jus délicieux de la pomme. Paro vint s’assoir devant lui avec un petit sourire joyeux. Le jeune homme détourna les yeux et chercha un sujet de conversation pour camoufler sa gêne, qui montait à chaque fois qu’il était en présence de la princesse.

- Ces fruits viennent de l’île Wumpa, non ?
- Oui, c’est pour cela qu’elle porte le nom de l’île. Parce qu’on en trouve que là-bas, répondit-elle sur un ton plaisantin.
- Oui… logique, bougonna Aku, agacé par la perte subite de ses capacités cognitives. Mais comment ça se fait que tu en as une ?
- Le prince du village de l’île Wumpa est venu rendre visite à mon père.
- Pourquoi vient-il sur l’île de Sanidraï ?
- Il voulait s’entretenir d’une affaire importante avec mon père.
- Et il a amené des pommes Wumpa ?
- Deux corbeilles ! Cadeau pour moi.
- Quelle délicate attention.
- Echange de courtoisies entre enfants de chef… souffla Paro.
- Sans doute. Ta gourmandise doit être ravie.
- Au point d’en avoir mal au ventre ! rit-elle.
- Et tu viens partager ton péché avec moi ? s’enquit Aku Aku sur un ton taquin.
- Je crois que partager tes tourments est sans doute plus approprié, fit Paro d’un ton soudainement plus grave. Tu essayes de me le cacher, mais tes yeux me disent que quelque chose te tracasse, ajouta-t-elle devant le regard interrogateur de son interlocuteur.
- Je ne veux pas t’embêter avec ça.
- Tu ne m’importunes jamais, Aku.
- C’est compliqué…
- Ca concerne Oni Oni ?
- Comment le sais-tu ?!
- Parce que quand tu as des soucis, tu lui en parles. Si tu ne le fais pas là, c’est que ça la concerne.
- Oui. Elle et Uka Uka.
- Que s’est-il passé, Aku Aku ?
- Mon frère veut épouser Oni.

Les yeux de Paro s’écarquillèrent en une expression horrifiée. Elle baissa la tête devant le regard triste d’Aku Aku afin de mieux digérer la nouvelle puis releva son visage raffiné vers lui. Ils se dévisagèrent quelques secondes, partageant le même sentiment d’incompréhension et de dégoût.

- J’ai du mal à croire une telle chose.
- Moi aussi, et pourtant j’étais présent quand il a demandé la main d’Oni à notre père.
- Rajan a accepté ?
- Non. Il n’a pas fait part de sa décision.
- Par Mangali ! Qu’est-ce qui est passé par la tête d’Uka Uka ? Cette union est tellement…
- Répugnante !
- Contre nature… Un frère et une sœur ne peuvent pas partager ce genre d’union. C’est inconcevable !
- Il faut que je trouve un moyen de l’en empêcher.
- Tu as une idée ?
- Aucune.
- Je pense que pour empêcher cette union il faut que tu arrives à convaincre ton père d’y renoncer.
- Uka Uka lui a donné de bons arguments.
- Alors trouves un autre parti qui en a de meilleurs.
- Qui ?
- Je vais tâcher de me renseigner. En attendant, je parlerai à Oni Oni. Il faut la faire renoncer.
- Elle m’évite.
- Elle ne le fera pas avec moi.
- Merci, Paro. Tu fais beaucoup pour moi ces temps-ci.
- Ne me remercie pas. J’apprécie te venir en aide parce que je ne supporte pas quand tu es en proie à des maux. Et puis, je serais indigne de mon rang si je ne venais pas en aide aux villageois !

Le jeune homme se perdit dans les yeux chocolats de la jeune fille n’arrivant pas à se détacher de leur beauté. Il sentit son cœur battre plus vite quand Paro se rapprocha de lui. Elle s’agenouilla entre ses jambes écartées et il retint son souffle. Elle posa ses lèvres sur les siennes et Aku Aku savoura la douceur enivrante de ce baiser interdit. Il perdit toutes les résolutions qu’il s’était faites pour éviter un tel contact. Ca n’avait plus d’importance en ce moment précis. Maladroitement, il passa ses bras autour de la taille gracieuse de celle qu’il aimait pour la rapprocher encore plus de lui. Elle passa ses bras autour de son cou et leur embrassade devint plus passionnelle. Ils en oublièrent leur rang social, et s’abandonnèrent à leur sentiment. Ils se séparèrent et se regardèrent avec amour. Aku Aku caressa la chevelure tressée de Paro avec un sourire timide. La jeune fille colla son front contre celui de son partenaire et ils refermèrent leurs yeux pour apprécier cette tendre sérénité qui apaisait leurs tourments. Ils finirent par s’allonger sur l’herbe. Paro posa sa tête contre le torse d’Aku Aku qui l’enlaçait d’une main et lui caressait son épaule découverte. De son autre main, il jouait avec celle de la demoiselle. Aucune parole ne fut échangée, le silence était une meilleure compagne dans ce moment de quiétude.

Par la suite, cela devint comme une habitude. Les deux jeunes gens se retrouvaient chaque après-midi dans ce lieu isolé. Leurs gestes d’affection n’allaient pas bien loin car ils restaient conscients de la réalité. Mais également parce qu’ils n’en ressentaient pas pareil besoin. Leur amour commun trouvait son compte dans leurs étreintes et leurs embrassades.

***

Ce matin là, Paro se dirigeait vers la hutte d’Oni Oni dans la ferme intention d’avoir une conversation sérieuse avec son amie d’enfance. Elle n’avait pas pu le faire plus tôt car elle avait été retenue par ses obligations. A l’évocation de son devoir, elle sentit la tristesse et le désespoir l’envahir mais elle les chassa rapidement pour se concentrer sur le moment présent.

Elle passa doucement sa main dans le rideau en perles qui faisait office de porte, et Oni Oni l’écarta quelques secondes plus tard pour voir qui venait lui rendre visite. Son hôtesse la fit entrer sans plus attendre avec un grand sourire qui déstabilisa quelque peu les résolutions de Paro. Elle ne s’attendait pas vraiment à un accueil aussi chaleureux.

- Paro ! Ma mère va mieux !!
- Vraiment ? Mais c’est une bonne nouvelle !
- Oh oui !! S’il te plait, je tiens l’annoncer à mon père et mes frère de ce pas. Peux-tu veiller sur ma mère ?
- Naturellement, mon amie. Vas vite annoncer cette merveilleuse nouvelle à ta famille, répondit Paro ne voulant pas gâcher la bonne humeur d’Oni Oni.
- Merci infiniment.

La brune aux yeux verts l’enlaça et lui colla une bise sur la joue avant de sortir en courant. Paro poussa un soupir. Dire qu’elle s’était entrainée pour se montrer ferme et ne laisser aucun imprévu empêcher cette discussion. Elle se sentait vraiment ridicule. Mais elle n’avait pas le cœur à brider la joie de son amie d’enfance. Surtout avec une nouvelle comme celle-ci.

Elle s’avança vers la couche de la mère d’Oni Oni et s’y agenouilla devant. Elle remonta la couverture sur la femme alitée qui tourna la tête et ouvrit ses paupières, dévoilant de magnifiques yeux verts que la maladie n’avait rien défaits de leurs éclats.

- Bonjour Isaha. Vous souvenez-vous de moi ?
- Oui, ma petite Paro. J’ai l’impression que cela fait longtemps que je ne t’ai pas vu.
- J’en suis responsable. Je n’ai pas eu la décence de venir vous rendre visite.
- Cela ne change pas grand-chose. Je passe mon temps à dormir !
- Vous semblez aller mieux. Je suis ravie de pouvoir converser avec vous.
- Moi aussi, Paro. Il me tarde de voir mes deux fils et mon mari, afin de pouvoir discuter également avec eux comme je l’ai fait avec ma fille et toi.
- Oni Oni est partie à leur rencontre.
- Et toi, Paro, comment vas-tu ? J’ai entendu dire que tu étais atteinte du même mal que ta défunte mère.
- Hélas, et il me tue chaque jour…
- Tu ne l’as pas dit à Oni Oni.
- Je n’ai pas le courage de lui annoncer que mon temps est compté. Seuls mon père et le sorcier guérisseur le savent. Mais, comment le saviez-vous ?
- Oni Oni se confie à moi. Elle croit que je dors profondément, mais il m’arrive de l’entendre de temps à autre.
- Elle vous a parlé du mal qui m’empoissonne ?
- Pas exactement… elle me faisait part de son inquiétude vis-à-vis de ta santé.
- Je vois…
- Cela te délivres-tu de ton destin ma petite Paro ?
- Non, avoua la jeune fille avec amertume. Mon père s’arrange déjà pour mon mariage.
- Douce enfant…

Paro plaqua une main sur son visage pour cacher les larmes qui dévalaient lentement sur ses joues d’albâtre. Cela faisait quelques jours qu’on s’organisait dans son dos pour la marier. Parce qu’elle était la fille du chef et qu’elle devait faire honneur à son village avant de s’éteindre. Pourquoi est-ce qu’ils ne la laissaient pas vivre tranquillement, elle qui aura une vie plus éphémère que les autres ? Pourquoi ne lui accordait-on pas le droit de vivre comme elle l’entendait auprès de ses proches, de ceux qu’elle aime et mourir sur ses terres ? Pourquoi n’avait-elle pas le droit de rendre son âme dans les bras réconfortant d’Aku Aku, celui que son cœur avait choisi ?
A grande peine, elle retint ses sanglots pour qu’ils ne franchissent pas ses lèvres. Elle ne savait pas à qui parler pour se défaire du poids de son fardeau. Elle n’avait aucune famille à part son père qui ne pouvait pas comprendre l’importance de ses sentiments. Elle ne voulait pas en parler à Aku Aku et Oni Oni pour ne pas les blesser, les effrayer.
Elle releva la tête quand elle sentit une main se poser sur la sienne. Elle croisa le regard compatissant d’Isaha. Dans ses souvenirs lointains, elle se souvint de cette femme énergique au grand cœur qu’elle avait appelé « mère » quand elle jouait avec Oni Oni avant que la maladie ne l’accapare, elle aussi.

- Ma petite Paro, parles-moi de ta peine, murmura la femme en lui caressant sa joue.
- Oh Isaha ! J’ai si peur de mourir, avoua Paro en éclatant en larme.
- Je ne peux que comprendre ton ressentiment. Toi et moi vivons des destins similaires à quelques détails près. Nous allons partir plus tôt que les autres…
- Oui… Je ne veux pas mourir si loin de ma terre, de mes proches…
- Il est possible que tu puisses revenir pour rendre ton dernier souffle sur notre île.
- Vous croyez que c’est réalisable ?
- Je ne sais pas… Cela peut être ton dernier souhait.
- Et s’ils refusent ?
- Alors peut-être est-ce tes proches qui pourront venir à toi.
- J’aimerais tellement que ça soit possible…
- Parles-en à ton père. C’est un homme bon qui saura écouter ta requête.
- Oui… vous avez sans doute raison…
- Mon enfant… la mort est ton seul tourment ?
- Non… mon cœur est épris d’un autre que mon promis.
- T’aime-t-il ?
- Oui…
- Alors c’est sans doute ce que tu pouvais espérer de mieux, Paro. Même si vous ne pouvez pas vivre ensemble, vous partagez le même amour.
- Vous avez sans doute raison… je ne suis pas des plus malchanceuses. Mais c’est tellement douloureux…
- Qui est-il ?
- Votre fils, Aku Aku, répondit Paro en ravalant un sanglot.
- Par Mangali… J’aimerais tant faire pour vous deux… mes enfants…
- Vous avez tant fait pour nous… Vous avez mis au monde l’homme qui m’a rendu la plus heureuse… Vous avez été la mère que je n’ai pas eu le temps de connaitre…
- Sois courageuse ma petite Paro… Comme l’a été ta mère.
- Je vous en fais la promesse !

Paro posa sa tête sur la paillasse et laissa Isaha lui caresser ses cheveux. La jeune fille ferma les yeux et laissa son chagrin s’exorciser. Elle avait oublié combien le contact et l’affection maternelle était un réconfort inouï à elle qui l’avait à peine connue avant qu’on ne lui enlève une seconde fois…

***

Après avoir annoncé l’excellente nouvelle à son père et à Aku Aku, Oni Oni devait maintenant le faire à son deuxième frère. Cette perspective ne la réjouissait guère. Elle avait tâché d’éviter de se retrouver seule avec Uka Uka car elle savait qu’il allait lui reprocher de ne pas avoir défendu sa proposition qu’il avait émise, il y a quelques jours. Proposition qui n’avait plus lieu d’être puisque sa mère allait mieux ! Et c’est avec cet argument en tête qu’elle partit voir son frère, certaine que ça apaiserait ses craintes. Après tout, c’était pour cela qu’ils voulaient se marier. Pour lui éviter un autre mariage.

Elle trouva Uka Uka, comme elle le pensait, asssis sur son rocher habituel. Elle resta perplexe devant l’expression concentrée que son frère arborait. Elle haussa les épaules et s’avança vers lui avec un sourire.

- Tu fais quoi ? l’accosta-t-elle.
- J’apprends à manier la sorcellerie.
- Quelle drôle d’idée ! Et pourquoi donc ?
- Ca ne te regarde pas.
- Tu as toujours trouvé que la magie était une science peu intéressante. Qui t’a fait changer d’avis ?
- Un sorcier élémentaire.
- Hein ? Mais-
- Ca tombe bien que tu sois là. Toi et moi avons un différent à régler, coupa-t-il en rouvrant ses yeux pour la foudroyer du regard.
- A ce propos…
- J’espère pour toi que tu as pris ta décision et qu’elle est favorable pour nous deux, la menaça-t-il d’une voix froide.
- On n’a plus besoin de se marier !
- Mauvaise réponse… répliqua Uka Uka en se levant pour lui faire face.
- Mais si ! s’exclama Oni Oni en reculant de quelques pas. Mère va mieux !! Mais elle reste encore faible. Je dois donc continuer de m’occuper d’elle.
- Quoi ?!
- Tu devrais être content… tenta piteusement Oni Oni, soudainement plus inquiète de la réaction de son ainé.
- Oui… excuse-moi tu as raison.

Oni Oni regarda tristement son frère. Il avait les traits tendus et elle pouvait voir la fureur noyer ses yeux sombres. Non… il n’était pas ravi de cette perspective et elle le savait. Elle ne comprenait pas pourquoi mais ça lui faisait peur. Parce que cela signifiait qu’Aku Aku avait raison. Il ne faisait pas ça pour elle, il le faisait parce que ça avait un intérêt pour lui. Et cela ne voulait pas forcément dire que c’était pour son bien. S’il ne se souciait même pas du bonheur du rétablissement de sa mère, comment pouvait-il penser à son bien-être à elle ? Aku Aku avait raison depuis le début : Uka Uka voulait la perdre. Et alors seulement, elle eut réellement peur de son frère. Elle avait été tellement naïve d’espérer qu’Aku Aku se trompait, même si une infime partie d’elle ne cessait de lui dire le contraire. Au fond, elle avait tout de même sincèrement cru qu’Uka Uka l’avait sauvé du Seigneur Elémentaire, mais là encore tout était à remettre en cause. Elle se sentait trahie, blessée et horriblement effrayée. Jusqu’où Uka Uka était prêt à aller pour accomplir ses vils désirs égoïstes ?

***

Paro s’avança avec détermination vers les portes en bois de son village. Là, elle scruta les remparts gardés par plusieurs hommes. Elle mordilla sa lèvre inférieure en ne trouvant pas l’objet de sa venue quand une voix bienveillante l’interpella :

- Que faites-vous ici ma princesse ?
- Ah Arka ! Je te cherchais !
- Et que puis-je faire pour vous, princesse ?
- J’ai à m’entretenir avec toi d’une affaire importante.
- Je vous écoute, dit l’homme en lui souriant gentiment.

Elle lui prit le bras et l’obligea à avancer à ses côtés en direction de la plage. Arka ne broncha pas et la suivit. Il resta silencieux et baissa sa tête quand Paro ralentit le pas. Là, il lui demanda avec douceur :

- Je ne veux pas vous presser ma princesse, mais je suis chargé d’assurer la sécurité de l’entrée de notre village.
- Je ne serais pas longue…

Elle s’arrêta et se tourna pour être face à son interlocuteur. Là, elle plongea son regard dans les yeux noirs de l’homme. Pour elle, Arka était un homme d’exception. Physiquement il était assez typique : grand, musclé, la peau brune et les cheveux noirs lui donnaient l’air d’être une personne banale. Mais il était un valeureux guerrier, l’un des meilleurs. De temps en temps, c’est lui qui assurait sa sécurité, et Paro n’était pas quelqu’un de timide, alors elle avait essayé de connaitre cet homme. Il se trouve qu’Arka était un peu du même genre qu’Aku Aku, il avait quelques traits de caractères et des philosophies en communs. Bien que cet homme n’avait pas ce petit quelque chose qui avait rendu Paro amoureuse d’Aku Aku. Elle s’était quelque peu liée d’amitié avec Arka sans pour autant être des vrais proches. Leur relation restait cordiale sur les bords mais ils savaient qu’ils pouvaient se faire confiance mutuellement.

- J’ai entendu dire que tu cherchais une épouse, commença Paro.
- En effet, ma princesse.
- As-tu… une idée sur la promise dont tu désires obtenir les faveurs ?
- A vrai dire, cette décision a été prise très récemment et je n’ai pas eu le temps de m’attarder sur la question.
- Puis-je te suggérer une damoiselle ?
- Evidemment, ma princesse.
- Oni Oni, fille de Ranjan et d’Isaha.
- N’est-ce pas la sœur des jumeaux Aku Aku et Uka Uka ?
- Celle-là même.
- Pardonnez mon impolitesse, ma princesse, mais pourquoi une telle suggestion ?
- Oni est mon amie d’enfance et j’aimerais la savoir avec un homme digne de confiance.
- Je suis honoré que vous ayez pensé à moi… mais je ne suis pas le meilleur parti pour assurer une vie de confort à votre amie.
- Je pense sincèrement que vous l’êtes.
- Ecoutez… je ne sais quoi vous répondre… il me faut un temps de réflexion…
- Oh ! Je n’attendais pas de réponse dans l’immédiat !
- Puisque nous parlions de mariage… votre père m’a tenu au courant de vos fiançailles avec le prince de l’île Wumpa.
- Oui, c’est juste…
- Quand nous quittez-vous ?
- Très prochainement…
- J’ai du mal à croire que vous allez bientôt partir… avoua le guerrier avec une mimique mélancolique.
- Moi aussi, Arka.
- Le destin d’Oni Oni vous tient-il à cœur ?
- Oui, car un autre parti voudrait l’épouser et on ne me le dit pas très recommandable.
- Qui est-ce ?
- Son frère, Uka Uka.
- Par Mangali ! Mais quels démons lui ont suggéré pareilles idées ?
- Je l’ignore.
- Aku Aku ne défend-t-il pas la vertu de sa sœur ?
- Il essaye. Mais les démons d’Uka Uka lui ont soufflé de bons conseils. Aku Aku n’a pas d’arguments autres que leur lien sanguin commun pour empêcher cette union.
- Je peux le comprendre. Je suis fils unique mais cette union ne doit pas se faire. Soit ma princesse, j’irais voir Ranjan pour demander la main d’Oni Oni.
- Oh merci infiniment Arka !

Arka esquissa un léger sourire. Pour sa part, il n’aimait pas vraiment manipuler le destin d’une personne dans son dos. A écouter la conversation qu’ils menaient, il avait l’impression qu’Oni Oni était juste une valeur marchande. Néanmoins, il faisait confiance à Paro. Si elle lui proposait d’épouser une jeune fille, c’est que cette dernière était digne de sa personne, peut-être même une épouse d’exception. L’union contre-nature avait fini par achever sa décision. Il ne pouvait pas laisser une telle chose se produire. Puis cela rendait service à Aku Aku, ce jeune homme dont Arka s’était pris d’affection. Il ne le connaissait pas tant que ça, mais il appréciait beaucoup la façon d’être de l’apprenti sorcier.
Il s’excusa auprès de Paro et lui annonça qu’il devait retourner devant l’entrée du village.

***

Uka Uka avait tout programmé. Commençant par prévoir le prochain tour de garde nocturne de son père. Chance inestimable pour lui, c’était ce soir même. Cela se poursuivit de sorte que sa sœur dorme avec lui la nuit de l’absence de son père. La chance n’eut besoin d’intervenir, tellement Uka Uka était passé maître dans l’art de la manipulation et où sa victime n’était qu’une pauvre fille naïve à souhait. Il ne lui restait plus qu’à attendre que son jumeau et sa cadette dorment profondément pour mettre son horrible plan à exécution.

Il se leva aussi furtivement qu’il était capable et s’avança vers la paillasse de sa génitrice. Là, il se retourna pour vérifier que sa sœur et son frère dormaient toujours à poings fermés et se glissa doucement près de sa mère. D’un geste précis et sans aucune hésitation, il lui boucha les deux voies respiratoires d’une seule main. Elle se réveilla en sursaut et essaya de se débattre vainement. La maladie l’avait trop affaiblie pour qu’elle ait la moindre chance de résister à la force brute de son fils. Uka Uka n’eut qu’à maîtriser ses débattements pour ne pas faire trop de bruit et à attendre que la mort fasse son œuvre.

L’adrénaline, le stress et la satisfaction tordaient le ventre du jeune homme en une danse cruellement exquise. La soif de médisance et de sadisme faisaient luire les yeux sombres d’Uka Uka en une lueur incroyablement malsaine et inquiétante. C’est sans dégoût qu’il contempla la vie quitter le corps chétif de sa génitrice et la peur dans ses yeux émeraudes qui trahissaient autrefois une farouche beauté. Uka Uka sentit la pression que sa mère exerçait sur son poignet diminuer doucement, puis ses mains tomber mollement sur elle. Il ferma ses paupières sur ses yeux sans vie et se leva prestement. Là, il observa minutieusement qu’il n’avait réveillé personne. Aku Aku et Oni Oni n’avaient pas changé de position et leurs respirations étaient aussi régulières qu’une personne endormie.

Il sortit vivement de la hutte et s’éloigna discrètement du village. Il se rinça son visage couvert de sueur avec l’eau de la rivière et but de longues gorgées d’eau froide pour abreuver la soif qui noyait ses entrailles. Il finit par s’allonger sur l’herbe fraiche et contempla quelques minutes les étoiles. Il ferma les yeux et laissa naître un sourire sardonique sur ses lèvres. Son instinct meurtrier était comblé.

***

Ce fut un hurlement de détresse qui sortit Aku Aku de son sommeil dès les premières lueurs de l’aube. Uka Uka fut plus rapide que lui et prit sa sœur dans ses bras en lui demandant ce qu’elle avait. La jeune fille complètement angoissée ne put que montrer sa mère du doigt. Craignant le pire, Aku Aku s’empressa de se lever et de s’agenouiller près de sa génitrice. Quand il ne sentit ni son cœur battre, ni sa respiration, le teint de son visage devint cadavérique et il sortit prestement dehors pour régurgiter.
Uka Uka le suivit avec Oni Oni qui sanglotait toujours dans ses bras et attendit que son frère se ressaisisse dans le calme, bien que son émoi intérieur bouillonnait de plaisir.

- Prends Oni Oni avec toi et va avertir père et le chef du village.
- Et toi ?
- Je m’occupe des préparatifs mortuaires. Elle ne doit pas rester là.
- Tu digères bien la nouvelle, accusa Aku Aku d’une voix éteinte.
- Je ne suis pas aussi faible que toi, persifla Uka Uka avant de retourner dans la hutte.

L’esprit embrouillé, Aku Aku prit la main de sa sœur et l’entraina avec lui. Elle s’agrippa à son bras et le suivit en continuant de pleurer plus ou moins silencieusement pour ne pas déranger. Son frère aurait voulu trouver quelque chose de réconfortant à dire, mais aucun mot ne lui vint en tête. Son esprit sembla s’être déconnecté du reste du monde et il avait l’impression d’avancer machinalement sans vraiment se rendre compte de ce qu’il faisait.

Il parla d’une voix à peine audible pour annoncer la nouvelle à son père. Ce dernier pâlit et partit sans rien dire en direction de chez lui au pas de course. Aku Aku refoula un sanglot quand sa cadette pleura de plus belle. Il la serra dans ses bras en la berçant doucement. Cette action apaisa un peu Oni Oni et ils reprirent leur marche vers la demeure de leur chef. En chemin il croisa un villageois qui fut étonné de voir leurs visages aussi défaits. Aku Aku lui expliqua brièvement la situation et se retrouva bête quand il apprit que le chef était parti sur l’île Wumpa. Il remercia son interlocuteur et reprit sa route.

- On va aller voir le Seigneur Rok-ko. Il nous dira quoi faire, parce que je ne sais pas ce qu’il faut…
- Non ! s’écria Oni Oni soudainement apeurée.
- Qu’est-ce qu’il y a ?
- Il sait tout ! Il ne faut pas aller le voir.
- Mais de quoi tu parles ?
- Il sait toute l’histoire avec Py-Ro.
- Seigneur Py-Ro, corrigea doucement Aku Aku en se souvenant que c’était pour une histoire d’insolence que sa sœur avait vécu de terribles tourments.
- Il était là, il sait tout, répéta-t-elle.
- D’accord, on n’ira pas le voir. Père le fera à notre place, d’accord ?

Elle hocha la tête, plus rassurée, et serra un peu plus le bras de son frère contre elle. Aku Aku caressa sa joue de son autre main et lui proposa d’aller près de la rivière. Là, il savait que poussaient des baies qu’ils pourraient manger. Peut-être que ça les aiderait un peu à retrouver contenance.

Aku Aku aida sa sœur à s’assoir, bien qu’il savait qu’elle n’avait pas vraiment besoin de lui pour ça et alla cueillir quelques fruits qu’il ramena. Il en donna à Oni Oni et en mangea quelques uns sans grande envie. Il fallait manger et c’est tout. Sa cadette ne bougea pas et fixa un point invisible sur l’eau d’un air absent. Le jeune homme posa sa main sur son épaule et dit le plus doucement possible :

- Mange un peu, Oni Oni.
- Hier, commença-t-elle. Quand j’ai dit à Uka Uka que mère allait mieux, il n’était pas content. Il était même très en colère, avoua-t-elle, la voix enrouée de sanglots contenus.
- Tu crois qu’il l’a tuée ? demanda Aku Aku avec empressement.
- Je ne sais pas, dit-elle en éclatant en larme.

Il ne voulut pas la questionner davantage. Lui-même n’avait pas le cœur à ça. Il passa sa main dans ses cheveux dans un maladroit geste de réconfort et elle tourna la tête vers lui.

- Pardon, murmura-t-elle.
- De quoi, Oni ?
- De t’avoir fait du mal la dernière fois. Je suis qu’une idiote.
- Et moi je serais vraiment un imbécile de t’en vouloir.
- Je t’aime, Aku.
- Moi aussi, allez viens, ordonna-t-il gentiment en ouvrant ses bras.

Elle se blottit contre lui et sanglota doucement sur son épaule. Le frère et la soeur restèrent un moment enlacés l’un contre l’autre, en se consolant mutuellement d’un chagrin commun sans savoir ce qui se tramait vraiment…

***

Aku Aku lança sa lance dans l’eau claire de la rivière et manqua une fois de plus le poisson qu’il avait pris pour cible. Il se retint de soupirer. Décidément, aujourd’hui, il était bien mauvais. Il en connaissait les raisons. Le décès de sa mère l’affectait pour commencer. Il s’était beaucoup préparé au départ prochain de sa génitrice, à cause de sa longue maladie, et ne pensait pas qu’il serait autant troublé. Le rétablissement puis la mort soudaine qui avait frappé Isaha l’avait pris au dépourvu. Puis, dans une mesure plus moindre, il y avait l’absence de Paro à leurs rendez-vous habituels. Elle devait sûrement être prise par cette affaire importante avec l’île Wumpa dont elle lui avait vaguement parlé.

- Quelque chose te tracasse Aku Aku ?
- Non, rien Arka. Un peu fatigué.
- Tu peux te reposer quelques minutes si tu veux.
- A vrai dire… commença le jeune homme en reprenant sa lance. Ma mère a quitté ce monde hier.
- Ah... Mes sincères condoléances, compatit Arka.
- Merci.
- Si je peux me permettre, j’ai entendu dire qu’elle souffrait beaucoup. Peut-être est-ce mieux ainsi que ses souffrances ont pris fins.
- Sans doute…

Puis un frisson glacé parcouru Aku Aku devant la révélation qu’il venait d’avoir. Maintenant que sa mère n’était plus, son frère allait se faire plus insistant auprès de leur père pour épouser Oni Oni, dont ce dernier était accablé par le chagrin. Il lâcha un profond soupir agacé. D’une part parce que son frère ne montrait aucun respect pour leurs géniteurs, et d’autre part parce qu’il avait lui-même d’autres problèmes de son côté. En voici un autre qui s’ajoutait à la liste.

- Un autre souci ? s’enquit Arka.

Aku Aku ne sembla pas l’entendre et continua sa réflexion. Etait-il possible que son frère ait une part de responsabilité dans la mort brutale de sa mère ? Sa sœur avait montré son inquiétude hier quand ils avaient pu parler. Il ne serait pas allé jusque là tout de même…

- Aku Aku ? Es-tu sûr que ça va ? Tu n’as pas l’air d’aller bien…
- J’ai un autre problème… avoua le jeune homme, troublé par ses méditations intérieures.
- Viens, l’invita gentiment son ainé.

Ils s’assirent sur la berge et déposèrent leurs armes à côté d’eux. Arka dévisagea Aku Aku qui fixait les mouvements de la rivière. L’homme laissa le temps à son interlocuteur de trouver ses mots. Quand Arka avait vu qu’il allait pêcher avec Aku Aku, il avait trouvé l’occasion idéale de parler au jeune homme de son ambition nouvelle d’épouser Oni Oni. Manifestement, il ne s’était pas attendu à l’annonce de la mort d’Isaha et ne voulait pas déranger son ami dans un moment pareil. Il était sincèrement touché par la détresse de son compagnon et il espérait pouvoir apaiser ses tourments.

- Ca va vous paraitre étrange, mais mon jumeau s’est mis en tête d’épouser ma sœur.
- A ce sujet, Paro est venue me parler de cette histoire.
- Vraiment ?
- Oui. Elle sait que je recherche une promise et m’a suggéré Oni Oni. Je voulais te parler de mon intention d’aller voir ton père pour demander la main de ta sœur. Mais je ne voulais pas t’importuner dans un moment comme celui que tu es en train de vivre.
- Pourquoi vouloir épouser Oni Oni ? demanda Aku Aku d’un ton suspicieux.
- Je suis le seul descendant de ma famille. Mon père souhaite me voir marier et assurer la survivance de mon sang. Je dois t’avouer que je cherche une promise par devoir, et que le foyer que j’offrirais à mon épousée n’est pas aussi confortable que d’autres familles, mais je traiterais ta sœur du mieux que je pourrais si là est ta réelle question.
- Pardonnez mon insolence… Je ne veux pas qu’Oni Oni soit malheureuse.
- Et je ne le veux pas non plus. Même si je n’ai aucun sentiment pour ta sœur, je ferais de mon mieux pour qu’elle soit la plus heureuse possible.
- Je vous crois. Merci beaucoup, Arka.
- Je ne suis pas sûr que ce que je fais mérite un remerciement. Cela dit, je pense que ta sœur sera plus heureuse avec un autre homme que ton frère. On ne me dit pas que des bonnes choses à son sujet.
- Là aussi, je vous crois.
- AKU AKU !

Les deux hommes se retournèrent quand ils entendirent une voix crier. Aku Aku se releva juste avant que sa sœur ne se jette dans ses bras en pleure. Le jeune homme tenta vainement de la calmer sous l’œil inquiet et intrigué d’Arka qui repartit à la pêche pour laisser un peu d’intimité aux deux jeunes gens.

- Elle est partie Aku ! Elle est partie !!
- Tu parles de mère ?
- De Paro ! Elle va se marier sur l’île Wumpa avec le fils du chef de ce village.

Aku Aku écarquilla les yeux alors que sa sœur sanglota encore plus contre son torse. Le jeune homme se fit violence pour ne pas sombrer dans la tristesse et consola du mieux qu’il le put sa petite sœur. Non loin, Arka les dévisagea avec une sincère compassion.

A suivre dans le chapitre 5 : Ce qui a été arraché...

Correction effectuée par Lénie

Pas de notes

________________________________________
[1] Ile d’N Sanity


Dernière édition par Sanephar le Ven 29 Juil - 22:49, édité 1 fois
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  Aku Uka le Ven 28 Jan - 22:35

Woaah! Alors là, que de choses à dire (un nouveau roman est à l'oeuvre ^^). Déjà:

Enfin ils se sont embrassés! Bien joué Aku, tu connais maintenant les véritables sentiments de Paro envers toi mais... c'est pour mieux te quitter mon enfant. Décidément, tu n'as vraiment pas de chance mon pauvre Aku: mais qu'est-ce que t'as bien pu faire à Sanephar pour qu'elle te réserve un sort comme celui-là? Rolling Eyes

UKA UKA!!! Tu n'as été qu'un véritable monstre!!! Je t'admire pour tes actes maléfiques mais là, tu vas vraiment trop loin! Sois maudit, même si c'est déjà fait!! Et dire qu'elle commençait juste à se rétablir de sa maladie, tu es descendu très bas dans mon estime! Même un personnage froid et démoniaque ne ferait jamais ça à ses proches, et encore moins à ses parents (bien que dans le chapitre, il est dit que Uka Uka n'accorde pas d'importance à ses géniteurs).
Paix à votre âme, Isaha. Vous n'êtes pas beaucoup apparu dans les premiers chapitres. Maintenant, je ne pense pas que vous ayez prévu de mourir aussi tôt bien que vous vous y attendiez un peu.
En parlant de ça, c'est quoi cette maladie dont parles Paro? Elle va mourir elle aussi? Ca reste flou dans ma petite tête de fan! ^^

Ahaaa! Enfin une description physique de Arka. On le voit aussi plus souvent mais par contre, je pensais qu'il avait le même âge que Aku Aku et que ce dernier ne le vouvoirait pas. Mais c'est pas mal non plus comme idée de personnage discret, sage et attentionné envers les autres.
Par contre, si je peux me permettre, ça sent le gros bordel dans les liaisons amoureuses:
-Oni-Oni qui ne veut plus épouser son frère vu que sa mère s'est rétablie puis au final, elle meurt
-Arka qui veut épouser Oni-Oni
-Aku Aku qui a embrassé Paro mais celle-ci s'en va sans rien dire pour épouser un chef de village
'Fin bref, j'attends de voir comment ça va se terminer. Smile

En passant, la scène avec la pomme Wumpa m'a trop fait penser au fruit Paopou des Iles du Destin dans Kingdom Hearts. En fait, dès que quelqu'un partage un Paopou avec une autre personne, ils sont liés pour l'éternité. A en voir la façon dont ça s'est terminé entre Aku Aku et Paro, on dirait vraiment qu'ils ont mangé un fruit Paopou ensemble. ^^
Oui, je sais, mes références ne sont pas très variées mais ça m'a vraiment tapé dans l'oeil à l'instant où j'ai commencé à lire les premières lignes de cette scène. Wink

En résumé, encore un chapitre très intéressant qui a réclamé toute mon attention. Qu'est-ce que j'ai bien fait de privilégier le chapitre 4 à mes commentaires! ^^
Tu sais que tu me donnes encore plus envie de démarrer une nouvelle fanfic? Faudra que j'y réfléchisse on ne peut plus sérieusement quand j'aurai plus de temps libre. Smile

avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  bobipineman le Ven 28 Jan - 23:32

Non mais quel monstre ce Uka-Uka d'avoir assasiné sa propre mère pour assouvrir ses plans maléfiques Evil or Very Mad !
avatar
bobipineman
Titan
Titan

Messages : 653
Date d'inscription : 09/01/2011

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  Sanephar le Sam 29 Jan - 12:47

Aku-Uka Arrow Et pourtant, il n'a rien fait ce bon Aku. Pas plus que les autres personnages, mais je leur en fais tous un peu voir des belles. A des doses variées suivant l'importance du personnage.
Ce n'est pas de ma faute, c'est le récit qui veut ça. Ben oui, on s'ennuie quand "tout le monde, il est beau et gentil".
C'est vrai qu'ils ont mis du temps à s'embrasser Paru/Aku, mais... le contexte de l'époque oblige ! Plus de pudeur, le rang social, les mariages arrangés...

Non, justement, Uka Uka doit remonter dans ton estime ! C'est le Mal incarné après tout !!
A mes yeux, c'est le seul personnage qui n'a trop peu de sentiments, si on le compare à Cortex, qui lui, ferait tout pour sa nièce !

Hum... si je te parle de la maladie de Paro, tu peux prévoir la suite du scénario. En revanche, je peux t'en dire plus sur Isaha, car les symptômes qu'elle avait, pouvait indiquer la maladie qui la tuait.
Il s'agit du cancer des os. Autrement dit, Uka Uka a été charitable, car elle était condamnée de toute manière. Il lui a même évité d'abominables souffrances.

Non, Arka a... peut-être cinq ans de plus qu'Aku/Uka. Je voulais vraiment marquer l'écart d'âge que l'on peut trouver dans les mariages arrangés, sans trop choquer non plus. Je ne voulais pas non plus qu'un vieux bouc se propose pour épouser Oni Oni ^^'

Grave... cette histoire n'est pas très friande d'actions, mais au niveau du relationnel et de la psychologie, tu retrouves ton compte. Faut dire aussi que c'est les domaines que je maîtrise le mieux dans mes scénarios, avec, parfois, les complots.

J'aime ta référence. Elle colle parfaitement à ma scène romantique du Paro/Aku.
Et... qui essayent ce fruit Paopou dans "Kingdom Hearts" ?

Ça me fait drôle... C'est moi-même un fanficteur qui m'a donné envie de me lancer dans "Crash Bandicoot". Du coup, c'est drôle que je poursuive le cycle à mon tour.
En tout cas, je t'encourage à te lancer ! Mais avec un bon scénario, donc oui, réfléchis-y sérieusement quand le temps te le permettra !

Bobipineman Arrow C'est Uka Uka, le Mal à l'état pur. Je ne peux pas lui concevoir un degré de compassion, ou de gentillesse. Même les démons doivent le craindre !!
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  Aku Uka le Sam 29 Jan - 14:01

C'est vrai, tu as raison, Uka Uka s'est comporté comme un monstre mais sans se rendre compte qu'il avait fait une... "bonne action"? C'est un peu exagéré comme mot. Quoiqu'il en soit, ça reste le Mal incarné et j'avoue que je ne peux pas lui en vouloir pour ce qu'il a fait (un petit peu quand même Rolling Eyes )

Pour cette histoire de fruit Paopou dans Kingdom Hearts, en fait... personne n'en mange mais on en parle. Par exemple, le héros Sora et son meilleur ami Riku en parlent vu que leur île possède des arbres Paopou. Ce dernier propose à Sora d'en partager un avec sa meilleure amie Kairi. Il ne le fait pas mais il en rêve plus que tout (on peut dire que Sora est aussi timide que Aku Aku sur ce coup-là). Je sais, c'est dommage mais c'est dans le jeu, je n'y peux rien. ^^ Entre parenthèses, c'est ce fruit qui est souvent à l'origine de relations... amoureuses, c'est peut-être pour ça aussi qu'on ne voit pas les personnages en partager un.
Dernière chose, le fruit Paopou est en forme d'étoile. Wink La raison? Je n'en sais rien, je sais juste qu'il lie le destin des deux personnes qui en partagent un.

avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  Sanephar le Dim 30 Jan - 11:51

Non, je ne crois pas qu'Uka Uka se rend compte que c'était une "bonne action". Du moment que ça sert ses desseins, que ce qu'il fait soit bon ou pas, il s'en moque. Il serait même prêt à faire le gentil, comme il le fait avec Oni Oni, si ça lui permet d'obtenir ce qu'il veut.

Je ne sais pas pourquoi, mais quand tu m'as parlé de fruits Paopou dans "Kingdom Hearts", j'ai tout de suite pensé à Sora et Kairi. Je n'étais pas très loin, sauf que ça ne se fait pas !
Comme Aku Aku ? Ah, je sens qu'il va me plaire ce Sora ! Déjà que je trouvais qu'il avait une "bonne bouille".

Hum... une étoile me fait penser à l'astrologie... donc, oui, mon hypothèse rejoint la tienne, ça doit être parce qu'elle unie deux destins.

Oh ! T'imagine si Oni Oni partageait ce genre de fruits avec Uka Uka pale
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  Aku Uka le Dim 30 Jan - 12:22

J'imagine très bien oui. Rolling Eyes

Tu connaissais déjà Kairi? Woah, alors c'est même plus la peine que je te guide, tu connais tout. XD En fait, on ne les voit pas partager un Paopou mais on peut deviner qu'ils en ont partagé un ou qu'ils ont envie d'en partager un ensemble. Dans le premier jeu, on peut voir dans la grotte de l'Ile du Destin les visages de Sora et de Kairi gravés (en fait, ce sont eux qui les ont gravé étant enfants). Dans Kingdom Hearts 1, on peut voir Kairi graver à côté du visage de Sora une main qui tend dans sa direction un fruit Paopou (la main vient évidemment du visage de Kairi). Et à la fin de Kingdom Hearts 2, quand Sora revient enfin sur son île après avoir terminé son périple, on peut le voir graver dans la direction de Kairi une main tendant un Paopou. Conclusion: l'un tend un fruit Paopou dans la direction de l'autre: le message paraît on ne peut plus clair. ^^

avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  Sanephar le Dim 30 Jan - 14:08

Roh mais arrête de me raconter tout !! ><
Promis, quand j'y aurais jouer, on pourra parler des heures de ce qu'il se passe dans le jeu !
Cela dit, Kairi et Sora sont choupi comme tout ! Et Riku m'a l'air de tenir un peu la chandelle le pauvre.

Par contre... c'est comment le gameplay ? A la FF ?
On peut jouer Kairi ? *.*
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Bla Bla des personnages n°2

Message  Sanephar le Mar 1 Fév - 20:07

Pour ce cher Aku-Uka, et son délicieux chapitre 14 :

Bla Bla des personnages n°2 :
Aku : En faite, on est sensé faire quoi dans cette partie là ?
Uka : Ouais il est où le script ?
Oni : Il y’en pas ! C’est notre moment. On fait ce que l’on veut.
Aku : Ce n’est pas aussi facile que ça d’improviser…
Uka : Non, ça c’est parce que tu es nul.
Oni : Tu te crois mieux ? Tu n’arrête pas de critiquer. Si personne ne parlait, tu ne dirais rien non plus !
Uka : Je n’ai pas besoin des autres pour improviser.
Aku : Montre-nous.
Uka : Hey, vous avez vu comment j’ai la classe ?
Aku : -_-
Oni : Je crois qu’il vaut mieux clôturer le Bla Bla là…
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  Aku Uka le Mar 1 Fév - 20:08

Le gameplay? Ben, tu joues avec Sora et rien qu'avec Sora. Navré de te décevoir. Rolling Eyes
Mais au cours de l'aventure, Donald et Dingo vont te rejoindre à tes côtés (c'est cool ça même si tu ne pourras pas jouer à leur place Smile ) mais dès que tu visiteras un monde de Disney (Agrabah par exemple), tu pourras remplacer soit Donald soit Dingo par Aladdin. Dans Kingdom Hearts 2, ça permet de faire des coopérations diverses, efficaces et amusantes.

Kairi en fait est très mise en arrière dans les jeux. En réalité, elle ne fiche pratiquement rien et se contente juste d'encourager Sora et d'attendre impatiemment son retour sur l'Ile du Destin.

Riku en revanche... (dois-je te raconter ce qui lui arrive dans le premier Kingdom Hearts? Je préfère t'avertir d'avance. Wink )
Mais rassures-toi, il ne tient pas du tout la chandelle, je l'aime bien en fait par son côté neutre, froid, un peu associal et jaloux. Ca devrait déjà te donner une idée sur ce que je voulais te dire plus haut. Smile
avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  Sanephar le Mar 1 Fév - 20:15

Effectivement, j'aurais aimé un p'tit game-play à la FF, mais vu que Sora a pas mal de Charisme, je ne vais pas me plaindre.

Non, ne me dit rien pour Riku, je le découvrirais tôt ou tard.

Quoi, on ne voit pas beaucoup Kairi ?! Elle nous accompagne même pas Sad
Si je comprends bien, on la voit à la première et à la dernière cinématiques en gros -_-
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Le berceau du Bien et du Mal - Chapitre 5 : Ce qui a été arraché

Message  Sanephar le Ven 4 Fév - 17:57

Avant qu’ils deviennent les acteurs de la lutte ancestrale du Bien et du Mal, avant que le destin choisisse de les mettre au devant de la scène, ils étaient humains. Ils menaient une existence banale, baignée d’amour et de haine. Les liens qui les unissent ne se rompront jamais parce qu’ils s’aiment et se haïssent trop pour ça. La vie de deux jumeaux Aku Aku et Uka Uka ainsi que leur petite sœur dans son plus simple appareil.

Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Éternels)

Chapitre 5 : Ce qui a été arraché


Aku Aku s’était réfugié dans un coin isolé de l’île, ce même endroit qui avait vu son amour naissant pour Paro. Il était loin des festivités données sur la plage pour la princesse, revenue une dernière fois avant de partir vivre à tout jamais sur l’île Wumpa. L’île de Sanidraï fêtait, comme il se le doit, son mariage. Union qui avait déjà eue lieu sur l’île de son promis. Mais il était de coutume que la nouvelle mariée revienne sur son île natale pour fêter sa nouvelle vie avec les siens. Aku Aku n’avait pas voulu y participer. Pour lui ce n’était pas une fête. Il n’avait pas le cœur à faire semblant de sourire pour un bonheur qu’il ne partageait pas. Il ne voulait pas non plus revoir Paro. C’était au-dessus de ses forces.

Il rouvrit ses paupières quand il entendit quelqu’un s’assoir à côté de lui. Arka lui sourit avec bienveillance et détourna le regard pour fixer un point droit devant lui.

- Vous ne festoyez pas ?
- Comme toi, je n’ai pas le cœur à la fête.
- Pourquoi donc ?
- Vois-tu, j’ai servi la princesse à plusieurs reprises. Je ne suis pas un grand ami à elle, mais je sais ce qu’elle ressent. Elle ne veut pas de ce mariage et qu’elle aurait préféré rester sur l’île de Sanidraï. Je suis juste venu la voir pour la saluer. Elle est très courageuse. Elle continue de sourire alors que son cœur souffre.
- Bien plus courageuse que moi…
- Paro a de plus grandes responsabilités que toi. Elle est la princesse et représente en quelque sorte notre île. Elle doit faire bonne impression. Elle a appris à taire ce qui se cachait au fond d’elle pour ne laisser qu’une bonne image à l’extérieur.
- C’est de l’hypocrisie. Je ne comprends pas pourquoi elle n’a pas le droit de montrer sa souffrance.
- Peu de personnes pensent que la vie de princesse est dure. Pour tous, une princesse est forcément plus heureuse. Elle a tellement plus de privilèges que les autres femmes.
- Je le reconnais. Elle peut apprendre la magie et elle est tellement plus douée que moi…
- Aku Aku, va retrouver Paro. C’est la dernière fois que tu pourras la voir. Ne gâche pas cette chance.
- Je ne vois pas ça comme de la chance.
- Je comprends ton amertume. Mais tu ne peux rien changer. Profites seulement de ce que le destin peut t’accorder. Même si c’est peu.
- Vous êtes venu pour m’encourager à aller la voir ?
- Pas uniquement. Je voulais t’annoncer une bonne nouvelle : Rajan m’a accordé la main de ta sœur.
- C’est une bonne nouvelle… souffla Aku Aku qui sentait un poids en moins se relâcher. Uka Uka ne pourra pas lui faire du mal.
- En effet, ton père le lui a annoncé et m’a présenté comme le promis de ta sœur. Son futur frère.
- Il a dû être furieux.
- Oui. Mais c’est sûrement normal.
- Détrompez-vous. Uka Uka n’est pas normal…

Des bruits de pas dans l’herbe fraiche se firent entendre et les deux hommes se tournèrent vers une personne qui arrivait vers eux. Celle-ci était dissimulée dans une cape légère. Elle abaissa son capuchon et Aku Aku sentit sa gorge s’assécher.

- Bonsoir ma princesse, salua doucement Arka.
- Bonsoir… je vous dérange peut-être ?
- Non, j’allais partir. Bonne nuit à vous deux.

Arka se leva et partit sans se retourner. Paro et Aku Aku se dévisagèrent quelques secondes sans savoir quoi se dire puis détournèrent les yeux en même temps, gênés. Elle s’assit devant lui et commença :

- Tu ne m’en veux pas de trop de t’avoir caché la vérité ?
- Si, beaucoup.
- Je suis désolée…
- Pourquoi ne m’avoir rien dit ?
- Je ne voulais pas te voir triste. Je voulais profiter de nos moments en toute allégresse. Si je te l’avais dit je savais que tu …

Elle ne put terminer sa phrase qu’Aku Aku s’approcha doucement d’elle. Il lui caressa le visage en plongeant ses yeux ambres dans son regard chocolat. Elle approcha ses lèvres de celles d’Aku Aku et les embrassa doucement. Il répondit à son embrassade avec un peu plus d’ardeur et les deux amants finirent par s’étreindre avec chaleur.

- J’ai deux faveurs à te demander, Aku.
- Quoi donc ?
- J’aimerais que ça soit toi qui me coupe mes cheveux.

Il hocha la tête en sortant de son fourreau, le couteau accroché à sa taille. Elle se tourna et présenta sa longue tresse qui lui arrivait aux mollets.

La tradition voulait que les femmes ne coupent jamais leurs cheveux avant le mariage. Aussi, arrivées à la vingtaine d’années, les cheveux des femmes atteignaient facilement les chevilles. Une coutume qu’Aku Aku trouvait absurde, et se demandait si elle n’avait été mise en place que pour priver une fois encore les femmes d’une liberté ou pour les inciter à se marier. Possible que cette coutume n’est pas de raison d’être. Cela ne l’étonnerait pas le moins du monde.

- Où veux-tu que je te les coupe ?
- Là, dit-elle en lui montrant ses reins.
- Tu es bien sûre ?
- Oui.

Il trancha avec netteté et précision la tresse de Paro à l’endroit qu’elle lui avait montré. Elle se retourna de nouveau vers lui alors qu’il rangeait son arme dans son fourreau. Il demanda en serrant le reste de sa tresse dans sa main :

- A moi de te demander une faveur. Est-ce que je peux la garder ?
- Oui.
- Que voulais-tu me demander d’autre ?
- J’aimerais que tu restes avec moi cette nuit.
- Ce n’est pas une bonne idée. Si on nous trouve…
- Ne t’inquiète pas. J’ai pris mes précautions.
- D’accord…
- Je t’aime Aku Aku.
- Je t’aime aussi Paro.

Les deux amants s’enlacèrent avec ferveur en retenant tant bien que mal leur tristesse. Quand le soleil se lèverait, ça serait pour crier leur séparation.

***

Oni Oni avait également fuit les festivités sur la plage. Certes, elle était loin d’avoir l’humeur à festoyer, mais elle était partie avant tout pour Paro. La jeune fille avait tenu à passer sa dernière nuit en compagnie d’Aku Aku. En humaine qu’elle était, Oni Oni avait d’abord était déçue de ne pas avoir ce privilège, et avait été quelque peu jalouse que son amie d’enfance fasse passer son amour avant leur amitié. Mais Oni Oni s’était ressaisie et avait compris le besoin de la demoiselle. Aussi, elle avait quitté la fête en compagnie de Paro, et elles s’étaient séparées quand elles étaient sûres de s’être retrouvées seules. Ainsi tout le monde penserait que les deux jeunes filles avaient décidé de passer un moment entre amies. De ce fait, Oni Oni ne pouvait pas retourner chez elle. Les risques qu’on la découvre seule étaient trop grands et les villageois se poseraient des questions sur l’absence de Paro. Elle avait donc pris la direction de la grotte où elle s’entrainait à la magie avec Aku Aku. Là, elle était sûre d’être tranquille et de ne pas se faire surprendre par quiconque. Bien qu’il fasse un peu froid, elle pourrait toujours dormir là-bas.

Elle écarta le feuillage qui tombait à l’entrée et avança en fronçant les sourcils. Une faible lumière luisait au fond de la caverne. Elle se cacha derrière un rocher et plissa les yeux. Elle retint de justesse une exclamation de surprise en voyant Uka Uka donner des coups de marteau dans un pieu. Quand il eut fini, il tira brusquement sur la chaine qui était reliée au morceau de bois afin de s’assurer de sa solidité. Il sourit, satisfait de son travail, et sortit de la grotte. Oni Oni ne bougea pas et attendit quelques minutes avant de sortir également de cet endroit avec des questions plein la tête. Qu’est-ce que son ainé mijotait encore ? En tout cas, une chose est sûre, il était préférable qu’elle reste loin de lui, par pure précaution. Mais pouvait-elle déranger Aku Aku maintenant ? Elle haussa les épaules et se dit qu’elle le ferait demain matin quand Paro repartirait pour l’île Wumpa. Uka Uka n’allait sûrement pas faire des dégâts en aussi peu de temps. Quand une main lui agrippa fermement le bras, elle se retourna et écarquilla les yeux en voyant l’objet de ses pensées juste en face d’elle.

- Je te cherchais justement.
- Uka Uka…
- Je suis étonné que tu ne sois pas à la petite fête donnée pour ton amie.
- Je… je ne me sentais pas très bien. J’ai préféré m’isoler un peu.
- Oui, c’est préférable, affirma le jeune homme en esquissant un sourire carnassier.
- J’allais rentrer parce que je me sens de plus en plus mal, mentit Oni Oni en espérant vraiment que son frère allait avaler son mensonge.
- Dans ce cas, allons-nous réfugier dans la grotte. Je m’en voudrais s’il t’arrivait quelque chose sur le chemin du retour…
- Non, il fait trop froid là-bas. J’ai peur que ça aggrave mon mal.
- Je ferais un feu pour te réchauffer. Allez suis-moi, ordonna-t-il plus durement.

Oni Oni se pinça la lèvre inférieure et suivit Uka Uka qui lui lâcha le bras. Si elle résistait maintenant, il pourrait très bien la forcer à venir et elle n’aurait aucune chance de lutter contre la force physique de son frère. Mais l’image de la chaine lui donnait l’impression qu’elle lui été destinée. Elle ne pouvait pas se jeter dans son piège alors qu’elle le voyait ! Mais que pouvait-elle faire ? Elle pouvait toujours essayer de courir, de fuir mais face à Uka Uka s’était perdu d’avance. Même si elle arrivait à le semer, il était un chasseur hors pair et un très bon guerrier. Tant pis ! Elle n’allait quand même pas se laisser prendre facilement. Elle retroussa sa robe fuchsia et détala dans la direction opposée à la grotte. Comme elle s’y attendait, elle entendit la course de son frère sur sa trace. Il la rattrapa sans mal et immobilisa ses mains d’une prise, avant de plaquer son autre main libre contre la bouche de sa cadette pour l’empêcher d’hurler.

- Je te fais peur à ce point Oni ? Allons, ne t’inquiète pas, je ne te ferais jamais de mal, tu le sais bien, susurra-t-il près de son oreille.
- Hn !
- Détends-toi petite sœur, je vais te traiter avec le plus grand égard que tu mérites.

Il délivra sa bouche pour appuyer un point précis de son cou. Oni Oni ne vit pas le danger que ce geste représentait et hurla pour qu’on vienne à son secours. Elle n’eut même pas le temps de finir sa phrase qu’elle plongea dans une léthargie provoquée par Uka Uka. Il la prit dans ses bras et se dirigea d’un pas décidé vers la grotte.

***

Aku Aku fixait l’horizon devant lui sans le voir vraiment. Ses yeux embués de larmes ne lui donnaient qu’une image floue de la mer, avec au loin, un point noir. Sûrement la barque qui emmenait celle qu’il aimait à tout jamais sur l’île Wumpa. Dire qu’ils seraient voisins, dire qu’ils ne seraient qu’à quelques kilomètres l’un de l’autre mais qu’ils ne se reverraient jamais. Le cœur du jeune homme explosa de douleur alors que sa gorge se remplissait de sanglots qu’il ne voulait pas laisser sortir. Il ferma les yeux, laissant les larmes couler doucement le long de ses joues. Il les avait trop longtemps retenues.

Il essuya rapidement la trace de son chagrin quand on l’interpella. Il se retourna lentement et dévisagea Arka qui avançait vers lui avec inquiétude. Aku Aku sentit venir un mauvais pressentiment mais il n’avait plus ni l’envie ni la force de s’interroger dessus.

- Aurais-tu vu ta sœur, mon ami ?
- Pas depuis la veille, pourquoi ?
- Ton père a voulu me la présenter mais elle reste introuvable.
- Est-elle au courant qu’un promis lui a été choisi ?
- Non.
- Alors il est possible qu’elle ait simplement voulu s’isoler. Son amie d’enfance est partie, répondit Aku Aku avec difficulté.
- J’y ai songé, mais je me suis souvenu d’une de nos conversations. Uka Uka n’a pas été vu non plus. Il n’a pas été effectuer son tour de garde ce matin comme prévu.
- Elle est en danger !

Et sans perdre de temps il s’activa, Arka à sa suite. La peur et l’adrénaline redonnant le dynamisme à son corps que le chagrin lui avait pris. Par delà la douleur et le chaos, certains instincts s’éveillent. L’instinct de survie en est un, celui de la fratrie en est un autre…


***

Oni Oni se réveilla et porta directement sa main sur son cou qui lui faisait un peu mal. Quelques secondes après, les évènements passés lui revinrent en tête et elle se redressa brusquement. Un feu à côté d’elle dispensait une douce lumière et une chaleur réconfortante. Elle regarda alors le pieu et suivit la chaine du regard jusqu’à terminer sa course à sa cheville.
Elle était prisonnière !

- Oh non…

Un éclat de rire sadique se répercuta dans la grotte. Elle leva la tête et vit son frère se décoller de la paroi rocheuse pour venir vers elle. Il s’accroupit en face d’elle et la dévisagea avec un plaisir évident. Oni Oni n’aimait pas sa façon de la regarder et elle observa la grotte pour échapper à ses yeux cruels dans l’espoir de tomber sur un élément qui pourrait l’aider à sortir de ce pétrin.

- Tu m’as beaucoup déçu, Oni.
- Je te déçois tout le temps de toute façon, rétorqua-t-elle amèrement.
- Mais là tu aurais pu éviter. Il te suffisait juste de dire à père que tu acceptais notre union. Etait-ce trop demandé ?
- Mais Aku trouvait…
- Ah Aku Aku ! Je lui apprendrais à tenir sa langue un de ces jours ! C’est donc à cause de lui... Je croyais que je valais mieux qu’un autre homme ?
- Je sais que tu ne m’aimes pas et que tu ne veux pas mon bonheur !
- Qu’est-ce qui te fait dire ça ?
- Aku Aku, et je pense qu’il a raison.
- Presque. En effet, je ne veux pas ton bonheur.
- Mais tu m’aimes ?

Il la fixa quelques secondes avant de se relever et faire quelques pas dans la grotte. Oni Oni le regarda et se sentit revigorée d’espoir. Son frère semblait hésiter. Elle pouvait peut-être réussir à le faire renoncer à ce plan dont elle ignorait tout, mais elle savait qu’il était loin d’être pour son bien-être.

- Pourquoi est-ce que je suis là ? Pourquoi me retiens-tu par la force ?
- Tu vas te marier avec Arka, le savais-tu ? demanda-t-il en se tournant vers elle sans plus aucun signe d’hésitation évidente.
- Non…
- Si tu avais simplement donné ton avis comme il le faut, tu serais déjà à moi ! cria-t-il.

Oni Oni sentit la peur l’envahir quand son frère vint vers elle avec une fureur visiblement terrifiante. Il la gifla avec conviction et la jeune fille se rallongea en tenant sa joue en feu contre sa main. Uka Uka s’assit sur elle et planta son regard sombre dans les yeux apeurés de sa sœur.

- Qu’est-ce que tu attends de moi ? sanglota-t-elle.
- Je vais te faire mienne. Après qui voudrait d’un fruit dans lequel on a déjà mordu ?
- Ne fais pas ça…
- Et pourquoi ?
- Si tu m’aimes vraiment, tu ne ferais pas ça !
- Parce qu’il n’y qu’une façon unique d’aimer ? Pourquoi n’ai-je pas le droit de t’aimer à MA façon, hein ?
- Parce qu’elle est mauvaise…
- Evidemment, et ça serait donc à moi de brider mes désirs pour ton bonheur. Les femmes doivent servir les hommes ! Que je sois ton frère ne change rien. Tu dois ME servir !!
- Arrêtes, je t’en prie !

Elle se débattit avec hargne alors qu’Uka Uka essayait de l’immobiliser. Fatigué de ses gesticulations, le jeune homme la gifla avec une rare violence. La tête d’Oni Oni heurta une pierre. Sonnée, la jeune fille cessa ses débattements et supplia son frère à demi-voix alors qu’il retroussait sa robe. Elle n’eut pas le temps de vivre son malheur que les ténèbres l’engloutirent dans un sommeil cauchemardesque.

***

Uka Uka, ayant finit sa besogne, se rhabilla et entreprit d’examiner la plaie à la tête de sa sœur inconsciente. Il l’observait attentivement quand Aku Aku et Arka firent irruption dans la caverne. Dès la vue du sang, Aku Aku se précipita vers sa cadette. Il poussa son jumeau pour prendre sa place afin d’étudier la plaie et commença sans tarder à user de sa magie pour la guérir. Arka s’avança plus doucement et s’agenouilla à son tour près de sa promise. Il fronça les sourcils, intrigué, en voyant sa jupe relevée. Sans gêne, il plongea sa main dans l’entre-jambe de la jeune fille sous le regard quelques peu surpris d’Uka Uka. Aku Aku ne vit pas l’acte, trop concentré sur sa tâche. Arka examina entre ses doigts le liquide blanc visqueux. Son regard se fit dur et il fixa sévèrement Uka Uka.

- Tu as mélangé ton essence à la sienne ?

Aku Aku releva la tête et regarda alternativement le vêtement retroussé de sa sœur et les doigts d’Arka. Il déglutit péniblement et, par pudeur, rabaissa la jupe d’Oni Oni d’une main tout en continuant ses soins de l’autre. Il posa ensuite ses yeux ambres sur son frère en espérant qu’Arka se trompait dans son hypothèse.

- Oh ! C’est vrai que je vous aie volé ce qui vous revient de droit, persifla Uka Uka.
- QUOI ?! Mais… comment as-tu pu faire une telle chose ! s’écria Aku Aku. C’est notre sœur !
- Tu es pitoyable ! Restes dans tes niaiseries et évites de te mêler de choses que tu ne peux pas comprendre.
- Aku Aku à raison d’être choqué par ton acte, répondit calmement Arka. Un frère ne peut avoir une relation de ce genre avec sa sœur, encore plus quand elle n’est pas consentie. Oni Oni ne t’était pas destinée. Tu n’avais pas à lui enlever sa pureté.
- Vous êtes jaloux ? répondit Uka Uka avec un sourire sardonique.
- Dégouté par ton manque de précaution. Tu es un frère indigne, Uka Uka.
- Et moi par votre philosophie. Il n’y a pas que votre façon d’aimer. J’aime ma sœur comme je le veux.
- Ta façon d’aimer te coutera le prix de ta vie. Ton acte incestueux ne restera pas sous silence. Tu seras jugé par les Elémentaires.

Uka Uka éclata de rire. Aku Aku voulut se jeter sur son frère pour le rouer de coups mais la guérison de sa sœur était une priorité. Cependant il se promit que dès ses soins achevés, il ne se priverait pas d’exprimer sa colère trop longtemps refoulée. Peut-être que si il l’avait fait plus tôt et sortit vainqueur de cette confrontation, sa sœur n’aurait pas été violée. Il tourna le visage vers Arka qui restait impassible face au rire dément de son jumeau. Il ne comprit pas l’absence de colère chez son compagnon mais regretta bien vite sa pensée. Très discrètement, il vit les poings de son ami se refermer. Arka était furieux, mais il avait la sagesse de le cacher et d’agir avec intelligence.

- Qu’y a-t-il de si hilarant ? demanda-t-il en fronçant les sourcils.
- Qui vous a dit que c’est moi qui suis responsable ?
- Tu viens d’avouer ton forfait !
- Ce ne sont que des paroles. M’avez-vous vu la violer ?
- Nous, non. Oni Oni peut-être.
- Elle était inconsciente.
- Tu voulais te marier avec elle. Ton désir ne joue pas en ta faveur.
- Le Seigneur Py-Ro qui en voulait au pucelage de ma sœur également. En apprenant cet élément, le chef du village refusera cette affaire aux Seigneurs Elémentaires et la taira. Le risque de condamner un innocent est trop grand.
- MONSTRE !

Aku Aku se jeta sur son frère et commença à lui donner des coups. Uka Uka repoussa violemment son jumeau et voulut riposter. Arka s’interposa rapidement entre les deux hommes en pointant son couteau vers Uka Uka. Ce dernier lui lança un regard acéré avant de tourner les talons en esquissant un sourire carnassier.

- Ce n’est que partie remise Aku Aku. Je te donnerais le sort que tu mérites ! annonça-t-il avant de sortir de la grotte.

Aku Aku contourna Arka et voulut se lancer sur les traces de son jumeau mais son compagnon lui attrapa le bras.

- On ne peut pas le laisser s’en sortir comme ça !
- Veux-tu donner toi-même ta sentence Aku Aku ? Veux-tu le tuer ?

La question coupa le souffle du jeune homme. Le tuer ? Haïssait-il suffisamment son frère pour aller jusque là ? Etait-il capable de donner la mort ? Ses yeux tremblèrent devant le regard droit et intact d’Arka.

- Il ne peut pas s’en sortir comme ça, répéta faiblement Aku.
- As-tu une autre alternative que de faire toi-même ton jugement ?
- Non…
- Alors ignore-le.
- Il a souillé ma sœur !
- Voudrait-elle que tu te salisses les mains pour elle ?
- Non, finit par céder Aku Aku, abattu.
- Je comprends ta colère et ton besoin de défendre l’honneur de ton sang, mais tu n’es pas de ceux qui ôtent la vie. Pas plus que moi.
- Je refuse de croire qu’il ne sera pas puni.
- Il le sera. Tôt ou tard son crime sera puni et ta patience récompensée.
- Par qui ?
- Le tourment est le châtiment qui attend l’âme de ton frère quand viendra son trépas. Notre Dieu Mangali le condamnera pour toi.
- Pourquoi n’a-il protégé ma sœur ? Pourquoi doit-elle être tourmentée ?! N’était-elle pas une âme innocente ? hurla Aku Aku, excédé.
- Je ne peux te le dire.

Aku Aku laissa rouler des larmes coupables sur ses joues hâlées. Il se retourna pour cacher sa faiblesse et renifla silencieusement. Tant de malheurs lui tombaient dessus au même moment. La main réconfortante d’Arka se posa sur son épaule.

- Je sais que c’est dur mon ami, mais tu ne peux pas changer ce qui est fait. Sois fort pour ta sœur. Elle aura besoin de toi pour ne pas sombrer.
- Je ne vaux pas mieux qu’Uka Uka, mais je vais m’unir à elle. Etant donné son état, père me l’accordera puisque plus aucun homme ne voudra d’elle, et je ne dis pas ça pour vous fai-
- Qui te dit que je répudie Oni Oni ? coupa Arka avec bienveillance.
- Malgré le fait qu’elle soit impure ?
- Ce n’est qu’un détail. Je ne te cache pas que je regrette de ne pas être le seul à gouter de la beauté de ta sœur, mais ce n’est pas pour cela que je l’épouse.
- Je vous remercie infiniment.
- Inutile d’être aussi gratifiant, mon frère.

La nomination arracha un faible sourire à Aku Aku. Il venait seulement de se rendre compte que grâce à l’union d’Oni Oni, Arka allait devenir son frère. Cette simple constation lui apporta un brin de chaleur. Il écouta les conseils du futur membre de sa famille et refoula sa peine pour aider au mieux la seule femme qui lui restait dans la vie.

***

Aku Aku resta à l’écart quand Arka proposa un fruit à Oni Oni. La jeune fille accepta la nourriture en esquissant un petit sourire mais ne le mangea pas. Voilà quelques semaines qu’elle s’alimentait peu et inquiétait son entourage. En plus de l’anorexie de la demoiselle venait s’ajouter le mutisme. Oni Oni était devenue amorphe. Elle réagissait à peine, ne s’intéressait à rien et plus aucune émotion que celle du vide ne se lisait sur son visage. Son père avait associé son état maladif à l’annonce du mariage entre elle et Arka, tout en ignorant l’innocence qui avait été volée à la jeune fille. Aku Aku surveillait de près sa cadette, veillant à ce qu’elle ne reste jamais seule avec Uka Uka qui les ignorait complètement. Son plan avait été réduit à néant puisqu’Arka maintenait le mariage.

- Accepterais-tu une promenade en ma compagnie, chère promise ? s’enquit Arka avec douceur.

Oni Oni tourna ses yeux verts vers son interlocuteur puis vers son ainé qui hocha la tête avec un sourire. Elle opina alors doucement de la tête et se leva en ignorant l’aide que lui proposa Arka. Ils se dirigèrent alors vers la plage, Aku Aku les talonnant à quelques mètres derrière eux. Outre son rôle de chaperon qu’il délaisserait une fois l’union proclamée, il restait avant tout parce qu’il savait qu’Oni Oni le désirait même si elle ne le montrait quasiment pas.

Arka monologuait de tout et de rien, arrachant par moment une réaction fugace à Oni Oni. Connaissant la situation dans laquelle elle se trouvait, il avait décidé de rendre régulièrement visite à celle qui, bientôt, partagerait sa vie afin de mieux la connaitre et de s’enquérir de son état. L’évolution de leur relation était à peine perceptible, mais pour Arka elle avançait. Lentement, certes, mais sûrement. Il sentait sa promise moins tendue au fur et à mesure de leurs rencontres. Il captait plus son attention. Il arrivait à avoir un peu plus d’échanges. Seul le contact physique n’avait pas changé, mais il s’en doutait et cela ne concernait pas seulement lui. Oni Oni avait peur du contact avec les hommes désormais. Même Aku Aku avait du mal à apprivoiser sa jeune sœur. Elle refusait tout geste affectif de sa part.

Ils marchèrent sur la plage quand un étrange chargement arriva de la mer. Quatre hommes portaient un brancard de bois et de paille sur lequel reposait un corps recouvert d’un drap. Leur chef ouvrait ce qui ressemblait à une marche funèbre.
Arka fit un signe de tête discret à Aku Aku qui s’approcha de sa sœur. Le fiancé sourit à Oni Oni et la délaissa quand leur chef passa à proximité d’eux pour lui demander ce qui se passait. Ce dernier les engloba d’un regard voilé de chagrin et articula difficilement :

- Paro nous a quittée la nuit dernière. Selon les traditions…
- La cérémonie mortuaire se déroule sur le lieu de naissance, acheva Arka, soulageant son supérieur d’un poids.
- Oni Oni ! s’exclama Aku Aku.

Arka et le chef regardèrent vers la jeune fille et la trouvèrent à genoux sur le sable, cachant son visage dans ses mains. Son corps était parcouru de spasmes violents causés certainement par le chagrin. Seul le mutisme empêchait les lamentations d’exploser en son. Silencieusement, le chef ordonna d’un signe de tête de continuer le trajet et dépassa les jeunes gens.

La nouvelle avait bien évidemment prit Aku Aku de court et tandis que la douleur dévalait dans ses veines comme le plus infernal des poisons, sa sœur s’écroulait de chagrin. Dans un effort incommensurable, il passa sa propre peine au second plan et étreignit sa sœur avec tout le réconfort qu’il pouvait lui donner. Elle se blottit contre lui et pleura à chaude larme.

Arka dévisagea tristement Aku Aku quand il croisa son regard. Il n’osa pas s’approcher d’eux, de crainte que la peur d’Oni Oni ne refasse surface. Celle-là même que la peine avait bridé à l’annonce tragique. Premier contact physique qu’Oni Oni échangeait avec autrui depuis des semaines. Maigre réconfort en ce malheureux moment.

***

Le crépitement des flammes qui dévoraient la chair sans vie du corps de Paro, l’odeur acre qui en résultait de sa combustion, les lamentations des villageois, la fraicheur mordante de la nuit malgré le feu. Tout cela ne semblait qu’être secondaire. Tout cela semblait d’une irréalité frappante. Et pourtant, c’était bien réel. Paro était morte, de maladie. Elle s’était éteinte sur l’île Wumpa, loin des siens. La seule chose que le chef avait bien voulu dire sur elle était qu’elle avait prononcé le nom d’Aku Aku avant de lâcher un dernier soupir. C’est à ce sujet que le bien vénéré chef a voulu s’entretenir avec la famille de Rajan. Le prince de l’île Wumpa était furieux. Sa femme avait murmuré le nom d’un autre avant de trépasser. Un outrage à son honneur. Il voulait connaitre l’identité de cet homme que son épouse préférait à lui. Stupide futilité humaine.

Aku Aku était trop accablé pour mesurer l’ampleur du problème, tout comme il était incapable de sonder la beauté du dernier acte d’amour de son aimée avant de rendre l’âme. Oni Oni semblait se trouver dans la même torpeur que lui, ce qui n’arrangeait rien à son état de santé préoccupant. Elle avait régressé dans sa guérison mentale. Seul Uka Uka se réjouissait que son frère jumeau subisse le courroux du prince de l’île voisine. Contentement vite abattu par le chef qui affirma défendre son élève, Aku.

C’est dans ce tourbillon d’émotions qu’Oni Oni regardait le corps de sa meilleure amie disparaitre à jamais en cendre sur un autel dressé à même la plage. Les larmes roulaient à flot sur ses joues amaigries par son mal être avancé. Elle lâcha un soupir douloureux qui fit tourner la tête d'Uka Uka. A côté d’elle, son ainé malveillant la toisa ouvertement comme il le faisait depuis son crime. Aku Aku derrière elle, resserra l’étreinte autour de sa fine taille. Quand elle n’en pouvait plus de regarder la crémation et de sentir le regard perçant de son autre frère sur elle, elle se retourna pour se blottir contre le torse nu d’Aku Aku. Elle tressaillit un bref moment en se souvenant du regard sadique d’Uka Uka au-dessus d’elle alors qu’il s’apprêtait à lui labourer le ventre. Elle se ressaisit, s’imprégna de l’essence magique, de l’aura différente et bienveillante qui émanait de son deuxième frère. Qui aurait cru que son apprentissage secret de la sorcellerie servirait à faire la différence entre la haine et l’amour ? A lui permettre de préserver son frère de sa souffrance psychologique en le détestant parce qu’il partageait le physique de son violeur ?

Aku Aku enfoui son visage dans les cheveux de jais de sa sœur. Il laissa la tristesse s’échapper et pleura contre elle. Oni Oni sentait ses larmes tremper son épaisse chevelure, quelques sanglots sortirent de sa gorge alors qu’il tentait de les contenir. Elle aurait voulu parler, lui dire simplement qu’elle l’aimait et qu’ils s’aideraient dans ce chagrin mutuel mais aucun son ne sortit de sa bouche. Alors elle se blottit plus fort contre lui, seul geste d’amour qu’elle pouvait lui donner en ces temps obscurs.

A la fin de la crémation, les villageois s’activèrent avec Rok-Ko et Py-Ro, venus rendre hommage à la princesse de l’île de Sanidraï, pour la veillée mortuaire. Une fête simple, baignée de chants et de danses, avait lieu pour honorer la mémoire de la fille de leur chef. Oni Oni se décolla de son frère en sentant les gens autour d’elle les quitter petit à petit. Elle essuya les larmes sur les joues d’Aku Aku en esquissant un sourire forcé. Brusquement, il l’enlaça et lui murmura au creux de son oreille son amour fraternel et ses remerciements pour son aide, sa culpabilité de ne pas prendre soin d’elle mieux qu’il ne devrait le faire. Elle se décolla de nouveau et prit sa main pour la poser sur au-dessus de son sein gauche, à l’endroit même où son cœur battait douloureusement. Attendri, il caressa sa joue hâlée en un geste chaste d’affection. C’est avec une amère tristesse qu’il se rendit compte que sa sœur était la seule femme qu’il lui restait. Il n’avait rien pu faire pour empêcher les destinées de sa mère et de celle qu’il aimait s’accomplir. Cette fois, il veillerait à ce que la mort et le malheur ne frappe plus la vie d’Oni Oni.

- C’est toi Aku Aku ?

Un homme bien paré s’avança vers les deux jeunes gens. Il ne fallut pas longtemps pour que frère et soeur devinent qu’il s’agissait du prince de l’île Wumpa. Ses vêtements et son regard haineux parlaient pour lui. Comme si qu’ils n’avaient pas assez de problèmes comme ça…

- Oui, répondit le concerné.

Oni Oni se plaça devant son frère, faible protection qu’elle pouvait lui apporter par son corps chétif. L’homme s’arrêta et lui ordonna de s’écarter. Elle ne bougea pas, son regard vert brillant d’un courage qu’elle croyait avoir perdu. Au fond, elle n’avait plus rien à perdre. Hors de question qu’elle délaisse son frère que cet homme voulait lui arracher pour une futile question d’honneur.

- Dis à ta femme de s’écarter. Je ne serais pas aussi gentil avec elle si je m’exécute.
- Elle est ma sœur, corrigea Aku Aku.
- Tien donc… charmante créature, concéda-t-il en détaillant sous un autre œil et avec plaisir la jouvencelle devant lui.
- Venant du Vénéré Prince de l’île Wumpa, je ne peux qu’être gonflé d’honneur devant pareil compliment. Je vous présente ma promise, Oni Oni, fille de Rajan et d’Isaha, dit un homme avec une courtoisie déstabilisant l’assurance du prince.

Arka prit doucement la main de la jeune fille pour l’éloigner et la placer derrière lui. Aku Aku jeta un regard reconnaissant envers son futur beau-frère. Sans s’en rendre compte, l'apprenti sorcier avait tendu un moyen efficace au prince de se venger : lui prendre sa sœur. Il se serait marié avec elle, l’aurait répudiée pour son impureté et l’aurait peut-être même tué pour cela.

- Bonsoir, Seigneur Devdas. C’est un plaisir pour moi que vous soyez venu rendre hommage à ma défunte fille, salua le chef en s’avançant vers les jeunes personnes.
- C’est tout naturel, répliqua Devdas sur un ton poli et arrogant.
- Je n’ai pas eu la chance de vous présenter Aku Aku, mon élève et maintenant mon fils adoptif.

Tous écarquillèrent les yeux devant cette annonce des plus inattendues. Aku Aku fut le plus surprit, car cette perspective impliquait bien des choses.

- Aku Aku est le jeune homme qui a les meilleures qualités requises pour me remplacer, et je gage même à penser qu’il pourrait veiller sur l’archipel tout entier.
- Avec tout le respect que je vous dois, qu’il pense déjà à respecter les règles et à s’occuper de son île pour commencer.

Et sur ses paroles, Devdas tourna les talons avec sa délégation pour retourner sur son île. Aku Aku se tourna, stupéfait, vers le chef de son village.

- Maitre… vous n’auriez pas dû prendre autant de risques pour me préserver.
- Tu penses cela, Aku Aku ? Mes paroles sont des plus sérieuses.
- Vous voulez dire que… ?!
- Je pense sincèrement ce que j’ai dis, mon enfant. Dès ce soir, j’annonce officiellement notre nouveau lien et demain commencera un nouvel apprentissage en plus de celui de la magie que je te dispense.
- Maitre… je ne me sens pas capable de diriger tout un village !
- C’est justement ce qui me fait penser que tu en ais capable ! rit le chef en lui donnant une accolade amicale dans le dos.

Il esquissa un dernier sourire mélancolique devant la mine encore surprise de son protégé et s’en retourna à ses obligations et à son chagrin qu’il cachait tant bien que mal sur la perte de sa fille bien aimée.

Arka félicita chaleureusement son ami, de même qu’Oni Oni, fière de lui. Seul, Uka Uka qui les épia de loin, ne fut pas satisfait de la nouvelle. La haine contre son frère atteint un nouveau palier, plus puissant et sans retour possible. Il lorgna Aku Aku et Oni Oni de son regard cruel avec la ferme attention de ne pas laisser sa fratrie s’en tirer à si bon compte. A l’occasion qui se présenterait, il leur donnerait le coup fatal. Il lui restait un ultime recours. Dernier moyen qui ne lui plaisait pas dans un sens, mais nécessaire pour arriver à ses fins. Il triompherait, coûte que coûte. Il n’en pouvait pas être autrement…

A suivre dans le chapitre 6 : La force d'avancer

Correction effectuée par Lénie

Notes d’auteur :
- La coutume de couper ses cheveux une fois le mariage proclamé existe. Mais je ne me souviens plus dans quel pays…
- La technique qu’à Arka use pour voir si Uka Uka a couché avec Oni Oni est utilisée dans le film « Geisha » tout comme cette réplique « qui voudrait d’un fruit dans lequel on a déjà mordu ? »
- Devdas, en l’honneur du film « Devdas » qui m’a inspiré une des intrigues du film et pas seulement.


Dernière édition par Sanephar le Ven 29 Juil - 22:51, édité 2 fois
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  Aku Uka le Sam 5 Fév - 16:37

Raaaah! La poisse! J'avais écrit un roman de 30 lignes et tout s'est évaporé!! Mad
J'suis trop dégoûté, à tel point que j'ai la flemme de recommencer. ^^ Bon, je vais essayer de résumer tout ce que je voulais dire:

Que de drames qui s'ensuivent tout au long de ce chapitre! Crying or Very sad
Paro!!!! Moi qui croyais que t'allais rester jusqu'à la fin de la fanfic!! Pourquoi nous quitte-tu déjà si précipitamment? Au fait, petite question: était-elle atteinte elle aussi du cancer des os ou est-ce autre chose?

Qui sera le prochain sur la liste à rendre l'âme?...Arka? C'est fort possible vu qu'il est le futur époux de Oni-Oni: ça sent le machiavélisme d'Uka Uka à plein nez! Serait-ce... ce fameux "ultime secours" dont il fait référence? Après tout, quelle idée pourrait être encore plus maléfique que celle-là? Ah, je sais! Il va vouloir détrôner son père et devenir le souverain de l'Ile Sanidraï!! Mouahahaha. Non, c'est pas ça? ^^ En tout cas, j'ai hâte de découvrir son ultime dessein. Smile

Prends-toi ça dans la tronche Devdas! C'est pas ton nom qu'elle a prononcé avant de s'éteindre, c'est celui de son Véritable amour: Aku Aku! Maintenant, Paro, rejoins Isaha et dormez en paix.
L'incinération en guise de mort? C'est pas assez douloureux de supporter la nouvelle, il faut maintenant que vous l'exhibiez en public devant Aku Aku et Oni-Oni! Monstres, espèces de Sans coeur!!
(*Sors sa Keyblade): Aku, Oni... et Uka tant qu'on y'est! A l'assaut! On va leur montrer notre façon de penser sur leurs traditions!

Justement, viens par là toi (*tire Uka Uka par la manche), t'en as encore beaucoup des idées comme ça? En quoi ça va te servir de violer ta soeur, tu sais très bien qu'elle ne t'aime pas!!
Et toi Aku, tu comptes rester là encore longtemps les bras croisés à rien faire? Il a tué ta mère, violé ta soeur et rien éprouvé à la mort de Paro! Moi, je dis: y'a des coups de poing qui se perdent! Après, si tu tiens à écouter Arka et patienter, tu fais comme tu veux: espérons juste que les dires d'Arka se révèlent vraies.

On se relâche en ortographe? ^^ Deux fautes en une ligne à un moment (j'étais outré xD): la première vient encore du problème des terminaisons en -ais et -er ("elle n'allait quand même pas se laissER prendre facilement") et la deuxième (mais là, je suis plus indulgent ^^): fushia s'écrit sans "c". Mais bon, tu es largement pardonnée. Rolling Eyes

En bref, encore un sublime chapitre plus dramatique que les autres: les pauvres personnages nous lâchent les uns après les autres. Bravo encore.
Je pense avoir oublié quelques remarques, mais si elles me reviennent à l'esprit, je t'en fais part au plus vite. Wink
avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  Sanephar le Dim 6 Fév - 10:24

*Pleure*
Je déteste les bugs informatiques !!! Mad
Mais je te comprends... Ça m'est arrivé plus d'une fois, et c'est lourd de recommencer un com's qu'on avait super bien écris.

Paro devait mourir pour la raison suivante : Aku Aku deviendra immortel, et elle sera condamnée à mourir de vieillesse, dans l'hypothèse où elle n'aurait pas malade. D'autant plus que dans quelques années (par rapport à ma fanfic), Uka Uka combattra son frère. Pour Aku Aku, mais aussi pour la princesse, il vaut mieux pas que le jumeau maléfique ait la mauvaise idée de sacrifier Paro devant Aku Aku (même si je dois avouer que l'idée est restée un p'tit moment dans ma tête...). Bref, dans tous les cas, Aku Aku aurait souffert.
Hum... presque ! Paro est morte d'une maladie du sang (me souvient plus de son nom à cette bêbête là). Le cousin de leucémie pour être plus précise, je ne sais pas si tu connais.
En la mémoire d'une copine qui est atteinte de ce fléau...

MOUAHAHAHAHA ! Tu as deviné un des plans d'Uka Uka, mais je ne te dirais pas lequel c'est Twisted Evil

Ah mais Oni Oni aime Uka Uka, d'un amour purement fraternel. Malgré les atrocités qui lui a fait subir, parce qu'elle se sent responsable de ce qui lui arrive. Elle se dit que si elle n'avait pas fait de favoritisme, Uka Uka n'aurait pas été aussi maléfique qu'il l'ait actuellement.
Mais je peux déjà répondre à ta question : oui, les dires d'Arka se révéleront vraies puisque Uka Uka sera emprisonné trois milles ans, grâce à Aku Aku (et Oni Oni, mais on suppose son rôle plus mineur pour ne pas faire d'incohérence aux jeux).

Ah... j'adore tes commentaires, ils me font toujours rire (celle avec la keyblade est terrible !)

Embarassed Embarassed Embarassed
Je vais de suite corriger les fautes !!!!!!!!!!!!!!!!

Ravie que mon chapitre te plaise une fois de plus.
Le sixième sera le dernier... Il restera ensuite un épilogue qui sera posté plus rapidement, vu qu'il est court et un blabla (le mieux selon moi et mon ancien bêta-lecteur).

Encore merci d'avoir commenté (deux fois si on oublie ton pauvre premier com's qui s'est volatilisé). Quel courage !
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Bla Bla des personnages n°3

Message  Sanephar le Jeu 10 Fév - 18:45

Flûte, j'ai mal prévu mon coup ! M'enfin, on dira que je ramène à la vie un personnage exceptionnellement.

Blabla des personnages n°3 :
Aku (déprime) :…
Paro : Oh mon bon Aku !
Uka (montrant du doigt) : Qu’est-ce que tu fous là toi ?!
Oni : C’est l’un des personnages de cette fanfic !
Uka : Mais pas l’un des principaux. Dégage !
Paro : « si Uka Uka s’en prend à Paro il aura de sérieux ennuis. »
Oni (regardant par-dessus l’épaule de Paro) : C’est une note de l’auteur !
Uka : Merde c’est quoi ce blabla à la noix si on peut même pas s’exprimer comme on veut ! Il est où le libre arbitre ?
Aku (ironique) : Un tyran qui parle de libre arbitre…
Uka : Toi retourne déprimer !
Aku (déprime grave) : …
Uka : Je me casse. Bon vent !
Paro : Il soulève une bonne question tout de même !
Oni : Moi je trouve que ce n’est pas l’écriture de l’auteur…
Aku (tout sourire) : C’est moi qui ai écris la note. Je savais qu’Uka Uka s’en prendrait à Paro.
Paro : Oh Aku ! Tu es trop gentil ! Merci *.*
Oni : T’es aussi fourbe qu’Uka !
Aku : Je préfère le compliment de Paro -_-
avatar
Sanephar
Vétéran
Vétéran

Messages : 1207
Date d'inscription : 09/01/2011
Age : 28
Localisation : Picardie

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Crash Bandicoot : Le berceau du Bien et du Mal (ou Les Liens Eternels)

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum