[Fanfiction] Kingdom Hearts : Between Light and Darkness

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: [Fanfiction] Kingdom Hearts : Between Light and Darkness

Message  Cora Bandicoot le Dim 16 Sep - 14:32

Aku Uka Arrow C'est vrai que notre prestation, à Sanephar, segOlene et moi n'était pas très flatteuse mais en même temps, si tu nous avais décrites comme nous étions toutes dans la vrai vie le Bonus aurait été un peu différent, non ? Ce n'est pas vraiment ta faute.
Et sache que quand je fais un compliments, c'est toujours parce que je pense qu'il est mérité (et pas qu'à moitié) Wink.
Et aussi, tu ne pouvais pas deviner que je n'étais pas celle que tu as décrites, tu n'est pas télépathe à ce que je sache, à moins que tu ais des talents cachés.

Chétif, timide, apprentie de la Lumière ?
Alors là, ça ne me ressemble pas, je me demande pourquoi Sanephar pensait que j'étais comme ça, qu'est ce qui m'aurait trahis de la sorte ?
Je préfère affronter les mauvaises situations et me battre plutôt que de fuir, je préfère aussi protéger les autres plutôt que d'être protéger et je me permet de rappeler que je ne suis ni tourné vers la Lumière, ni vers les Ténèbres mais un peu des deux.
Vaillant, intrépide, plus d'assurance ?
Ah oui, je préfère, ça me convient parfaitement.

D'ailleurs, je pense que " Grand Aku Uka "va être le surnom que je vais t'attribuer définitivement.

Compris pour le message privé, mais pour répondre à ta question, oui, je me suis fait Kingdom Hearts 1 et 2 sur Youtube ainsi que les résumés de Chain of Memories et 358/2 Days. Quand quelque chose m'intéresse, je vais jusqu’au bout.

Pour les futurs Blabla et le chapitre 2 de ta Fanfiction, surtout prend ton temps, ils seront meilleurs ainsi. En plus tu sais, tu n'est pas le seul à avoir une Fanfiction en cours : Sanephar, segOlene, Fenrir-Lupus et saisa40. Je commente toutes leur histoires et je brûle d'impatience de connaitre la suite, mais je suppose qu'ils sont tous très occupés. Bon, je pense que je ne peux qu'attendre.
avatar
Cora Bandicoot
Vétéran
Vétéran

Messages : 1080
Date d'inscription : 23/01/2012
Age : 21
Localisation : Lille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Kingdom Hearts : Between Light and Darkness

Message  Chronos le Ven 16 Nov - 20:47

Alors tout d'abord je te dis bravo a toi Aku Uka j'ai vraiment l'impression de lire un vrai livre, en tous cas là je suis dans l'histoire a fond d'autant plus que sa parle de Kingdom hearts.

Pour l'interchapitre 1,2 : L'homme avec Larxene, je parierais sur Xaldin. Pourquoi ? Parce que je le trouve plutôt froid avec Larxene et il a l'air de vouloir faire son travail avec beaucoup de sérieux. Il y a aussi : "Le premier inconnu semblait aussi inflexible que les luminaires encerclant l'agora, le vent agitant faiblement les cordons argentés de son lourd vêtement"

Etant donné que Xaldin contrôle le vent je me suis dit que peut être... Et aussi "son lourd vêtement" puisque Xaldin est un des plus costaud de l'Organisation. En espérant avoir trouvé le bon et en attente du chapitre 2 ^^
avatar
Chronos
Titan
Titan

Messages : 747
Date d'inscription : 14/11/2012
Age : 21
Localisation : Saint-Nazaire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Kingdom Hearts : Between Light and Darkness

Message  Aku Uka le Mer 14 Aoû - 21:27

Tous Arrow Au terme d'une dernière semaine d'efforts acharnés et de plusieurs mois d'absence interminables, je vous livre comme promis le très attendu chapitre 2 qui j'ose l'espérer, saura être à la hauteur de vos attentes. Pour ma part, je ne vous remercierais jamais assez du soutien, de l'intérêt, et de la patience que vous portez à ma fanfiction ainsi que vos adorables mots d'encouragement qui n'ont de cesse de me redonner le sourire et l'envie de poursuivre mes chapitres ! Merci à vous, Cora, Sanephar, Chronos et seg0lene ! Vous n'imaginez pas à quel point je vous adore ! I love you 
Mais trêve de palabres incessants : vous avez suffisamment poireauté à mon goût ! Régalez-vous ! Vous le méritez ! Wink 


L'invitation aux Ténèbres

Chapitre 2 : Conspiration

18 Octobre 22 ap.G.K

    Une éprouvante journée de rude besogne était sur le point de s'achever au Conservatoire de la moyenâgeuse Acropole Cabalistique. Mais fort heureusement, cette astreignante épreuve de la vie quotidienne se voyait constamment accorder à l'issue de chaque semaine une brève période de répit que chaque citoyen accueillait à bras ouverts, à savoir le tant convoité week-end.
Il ne restait à présent plus qu'une vingtaine de minutes avant l'ultime détonation de la sonnerie tonitruante, indiquant de ce fait la suspension des enseignements hebdomadaires pour tous les étudiants et professeurs de l'académie.

Du haut du deuxième étage de l'un des bâtiments de l'institut, Dankel fixa d'un regard particulièrement désorienté l'horizon crépusculaire à travers le vitrage d'une des larges fenêtres du laboratoire de sciences dans lequel il se trouvait depuis près d'une heure et demie en compagnie de ses camarades de classe qui, contrairement à lui, trépignaient d'impatience à l'idée de pouvoir savourer dans quelques instants leurs précieux jours de congé.
D'ordinaire, le jeune garçon appréciait tout autant qu'eux guetter l'arrêt des cours du soir mais à l'heure actuelle, aucun moment de l'après-midi n'avait su débarrasser son esprit de l'événement si abracadabrant dont il avait été le seul et unique témoin en fin de matinée.

Plusieurs heures auparavant, un intrigant quidam, tout de noir vêtu, avait fait irruption dans son éternelle solitude avant de s'éclipser en un clin d’œil sous les yeux éberlués de l'adolescent, sans avoir cherché à engager la conversation avec ce dernier.
De qui pouvait-il bien s'agir ? Quelle identité et quelle part de mystère dissimulait cet obscur inconnu sous son long manteau opaque ? Par ailleurs, était-il d'ores et déjà convaincu de l'existence bel et bien réelle de cet anonyme insolite ? Après tout, cette fameuse silhouette aurait très bien pu émaner d'une simple vision de la part de l'élève, désormais complètement perturbé.
A quoi pouvait bien rimer cet acte d'espionnage envers sa propre personne ? Il n'avait pourtant rien à cacher et encore moins à cet énergumène sorti tout droit de l'imaginaire !
Que fallait-il tirer de cette troublante affaire ? Devait-il considérer cette histoire comme authentique ou ne plus songer à ce qui s'apparentait assurément à une pure hallucination des plus sataniques ?

- Youhou, Dankel !! Tu te crois déjà en week-end ?! Active-toi où nous n'aurons jamais terminé notre compte rendu de travaux pratiques à temps ! s'exclama soudainement une jeune voix féminine à proximité du jouvenceau tout en agitant une main devant ses yeux égarés, extirpant ce dernier des diverses divagations qui avaient submergé son esprit.
- Hmm, pardon ? Tu disais Noélenne ? exprima l'adolescent en contenant un léger sursaut de surprise.
- Oh rien, je tenais juste à te souhaiter un bon retour parmi nous ! se permit de chambrer cette dernière, à la fois satisfaite et excédée. Je ne sais pas si tu es au courant mais il ne te reste plus qu'un quart d'heure pour rédiger l'analyse ainsi que la conclusion de nos résultats expérimentaux ! Non pas que je veuille te mettre la pression, ou alors rien qu'un tantinet, mais je ne suis pas intimement convaincue que les dix minutes qui viennent de défiler à l'instant étaient consacrées à une profonde quête d'inspiration de ta part ! Je me trompe ?
- Hé bien, crois ce que tu veux mais depuis tout à l'heure, je n'arrête pas de réfléchir à tout un tas de trucs. C'est dingue, hein ? lui répondit Dankel quelque peu blasé.
- En attendant, ce que je trouve le plus dingue dans cette histoire, c'est de pouvoir contempler deux misérables paragraphes demeurer désespérément vides à la suite de nos protocoles et que l'on espère en vain de voir remplis ! renvoya l'estudiantine avec la ferme intention de secouer son coéquipier afin de le remettre au travail.
- Okay, tu as gagné ! Je m'attelle à la rédaction des raisonnements effectués ainsi qu'aux observations déduites de notre expérimentation. Ca te va ?! ronchonna l'adolescent à l'idée de devoir replonger une fois encore dans cet interminable cercle esclavagiste de labeur et de gavages de cerveau en tous genres.
- A la bonne heure ! Mais gare à toi si je te reprends en flagrant délit de farniente ! avertit sa partenaire avant de retourner à ses activités.

Il fallait se rendre à l'évidence : Dankel ne devait certainement pas être né sous une bonne étoile pour que son destin ait autant croisé la route d'individus si cantonnés au fin fond de cet infime et dédaignable univers qui correspondait à leur monde.
Pourquoi éprouvait-il sans cesse l'impression de se sentir esseulé face à cette fatalité atrocement monotone que son entourage entier paraissait croquer à pleines dents ? Existait-il une raison suffisamment valable susceptible de justifier le caractère si indocile du jeune garçon à l'égard de ces pitoyables lois qu'on lui dictait sur sa propre vie ?

Toutes les pathétiques leçons de morale que sa sœur et ses proches s'efforçaient de lui inculquer suffisaient déjà amplement, à ceci près qu'il ne pouvait s'empêcher de considérer sa civilisation comme un vulgaire forçat ayant juré allégeance au bagne et à l'asservissement cérébral.
Et depuis qu'il avait intégré à son tour ce rythme infernal de servitude excessive, Dankel semblait se distinguer à la fois comme un élève réfractaire mais également avide de découverte, ce que la plupart des enseignants qu'il fréquentait trouvaient assez paradoxal en lui. Mais en vérité, cette éternelle soif d'aventure que convoitait tant l'adolescent rebelle s'avérait être terriblement différente de celle que l'on s'évertuait vainement à étancher...

Sa seule maigre consolation résidait vraisemblablement en une faible poignée de confidents tels que son irremplaçable ami Saphiel, éventuellement son importune et délicate sœur Daphnéa (de temps à autre), ainsi qu'à cette fameuse Noélenne, qui s'était inconsciemment rapprochée de Dankel tout en parvenant, en l'espace de quelques années, à transpercer de manière inouïe la lourde cuirasse en béton armé qui lui servait de barrière émotionnelle, sans doute en raison de son caractère pour le moins singulier et quelque peu analogue au sien !

En effet, derrière ses traits d'étudiante modèle et disciplinée, Noélenne apparaissait comme la plus endiablée des élèves que comptait la classe de Dankel, que cela soit du côté des filles ou de celui des garçons ! A vrai dire, son dynamisme était tel que chaque obstacle qui osait se dresser à n'importe quel moment sur son chemin représentait pour elle un nouveau défi qu'elle n'omettait pas de relever et surtout de remporter avec brio.
D'autre part, malgré les prouesses déconcertantes dont elle savait faire preuve sans ménagement, cette jeune estudiantine de 17 ans avait suscité depuis son arrivée au Conservatoire un certain rejet de la part des autres adolescentes de son groupe vis-à-vis de ses allures inaccoutumées de garçon manqué.
Cette dégaine distinctive se traduisait entre autres par un port d'habits typiquement masculins lui conférant un style vestimentaire pour le moins inhabituel, de par notamment son penchant prononcé pour les jeans seyants et les blousons en cuir noir, qui mettaient ostensiblement en avant son caractère bien trempé de tête brûlée ; ce qui lui avait également valu, soit dit en passant, le surnom peu élogieux de « Grand Méchant Look » !

Aussi longiligne que Dankel, la pétulante Noélenne mesurait quelques centimètres de moins que son acolyte, avec qui la physionomie présentait davantage de similitudes qu'aux côtés de Daphnéa, ayant occasionné bon nombre de fois l'aberration de plusieurs villageois de la cité qui ne cessaient de considérer ces deux jeunes gens comme frère et sœur, uniquement par comparaison à leurs apparences assimilables.
De la même longueur que celle de Dankel, voire légèrement plus courte, la masse capillaire de la fougueuse adolescente paraissait plus lisse que la crinière récalcitrante de son compère bien que la sienne n'en demeurait pas moins désordonnée pour autant.
Un brin ébouriffée au niveau de la voûte crânienne et très désépaissie latéralement, sa chevelure aubergine, davantage fournie autour de la nuque, se démarquait par une frange des plus hirsutes aux mèches carmin qu'elle s'efforçait de rabattre systématiquement derrière l'oreille gauche lorsqu'il lui fallait entreprendre un quelconque exercice pratique, requérant pour cela une attention toute particulière de la part de ses deux iris couleur prune.

En outre, excepté son illustre personnalité d'excentrique exaltée, le cœur de cette apprenante ne semblait pas se révéler, au fond, aussi inhospitalier que celui de Dankel, qui avait fini par devenir pour Noélenne un incontestable admirateur en raison de son aisance si renversante à demeurer impassible quelles que soient les circonstances : c'était peut-être d'ailleurs l'une des seules et rares spécialités dans laquelle le jouvenceau surpassait de très loin le niveau de sa partenaire, qui jalousait d'une telle contenance émotive.

C'est ainsi que depuis leur première rencontre, il y'a de cela quelques années, un duo juvénile s'était graduellement constitué, unissant ironiquement deux adolescents exclus de toute camaraderie, bien que Dankel disposait déjà de Saphiel, alors que Noélenne n'avait encore jamais eu la chance d'entretenir pareille connivence aussi éperdue avec quiconque.
Jusqu'au jour où ce mystérieux garçon au regard sombre vînt débarquer dans sa destinée, subjuguant aussitôt cette dernière rien qu'en contemplant la ribambelle de points communs qui avait fini par rapprocher ces deux jeunes gens l'un de l'autre, ce qui n'était pas pour leur déplaire ; même pour Dankel qui appréciait malgré les apparences la compagnie de l'estudiantine, en dehors de sa nature qu'il estimait légèrement trop volcanique à son goût.

Recouvrant un semblant d'inspiration, Dankel s'empressa de boucler son rapport de travaux pratiques en rassemblant le peu de méninges qui daignaient s'intéresser à son activité, sous les yeux enchantés de Noélenne qui s'affairait entre-temps au nettoyage du plan de travail du binôme.
Une fois sa tâche accomplie, celle-ci revînt près de son compère, qui s'occupait de consigner les dernières notes de leur expérience.

- Pourquoi es-tu si songeur ces derniers temps ? questionna-t-elle d'une voix plus compatissante que précédemment.
- Hmm, je te demande pardon ?
- Enfin Dankel, tu le fais exprès ou quoi ?! Depuis cet après-midi, j'ai l'impression d'être un ectoplasme s'égosillant inutilement à raisonner un être humain, dont seul le corps semble être encore en état de marche dans cette pièce ! Je sais que ça n'est pas la première fois qu'il t'arrive d'être distrait mais à ce point-là ! C'est limite si quelqu'un t'a fait subir une lobotomie pour te transformer en zombie ! Mais qui diable as bien pu te brouiller les ondes comme ça ?!
- Crois-moi, j'aurais aimé pouvoir répondre à tes interrogations ! Mais la vérité... c'est que je n'en ai strictement aucune idée ! révéla Dankel, en achevant son compte-rendu d'un geste brusque de la main gauche dans laquelle était serré son stylo-plume.
- Okaaay... exprima longuement Noélenne, visiblement déçue de la réaction de son complice. Alors admettons que tu dises vrai, ce dont je ne doute... quasiment pas en temps normal, comment se fait-il que ton manque de concentration d'aujourd'hui pulvérise tous les records ? Il doit tout de même bien y avoir une explication à cela, à défaut d'être incapable d'éclaircir le reste !
- On voit bien que tu n'as jamais eu à faire face à ce genre de situation ! Raaah, si seulement je pouvais arriver à me convaincre d'une telle illusion ! grinça Dankel à nouveau turlupiné.
- Quelle illusion ? Mais de quoi tu parles à la fin ?! Vas-tu te décider à me faire part de tes tracas, oui ou non ?! s'impatienta Noélenne qui ne comprenait décidément rien au charabia de son confident.
- Hé !! Mais c'est quoi au juste cet interrogatoire là ?! réagit l'adolescent en détournant soudainement son regard pour le plonger dans celui de son interlocutrice. Tu m'as pris pour un détecteur de mensonges ou quoi ?! Et puis d'abord, qu'est-ce qui m'oblige à te fournir impérativement des renseignements à ce sujet ? Tu n'es en rien mêlée à cette affaire que je sache !
- C'est là que tu te trompes Dankel, reprit Noélenne d'un ton plus sérieux mais compréhensif. Parce que c'est précisément à cause de toutes ces périodes d'inattention que tu mets l'efficacité de notre partenariat en danger. Et à partir du moment où tes soucis personnels viennent interférer avec notre tandem, j'estime qu'il est tout à fait légitime de me sentir impliquée dans cette embûche ! Alors maintenant, tu vas me faire le plaisir de te montrer un peu plus explicite avec moi avant que je me décide à te faire cracher le morceau par mes propres moy...

Mais hélas pour elle, l'opiniâtre Noélenne ne put avoir l'opportunité d'écouter la narration de son condisciple énigmatique, en considération du dispositif d'avertisseur de la sonnerie universitaire qui s'enclencha instantanément, annonçant la libération tant attendue de tous les étudiants du Conservatoire ; ce qui ne manqua pas d'horripiler la jeune élève qui avait omis ce petit détail l'espace d'un instant.

- Ooh, mais entends-tu ce que j'entends ? s'exprima Dankel, réjoui à l'idée de pouvoir tenir sa langue pendant encore quelques temps. J'ai comme l'impression que l'heure est venue pour toi et moi de prendre congé ! Et moi qui me faisais une joie de découvrir tes prétendues méthodes de persuasion ! Comme c'est regrettable !
- Tu es vraiment le comédien le plus pitoyable qu'il m'ait été donné de rencontrer ! pesta Noélenne l'air renfrogné, avant de ranger ses affaires. Nous aurons l'occasion de relancer cette conversation, ça je peux te le certifier mon bonhomme !
- Et moi, je peux te certifier que tu viens officiellement de décrocher la palme d'or du titre tant mérité d'enquiquineuse inquisitrice, en première position devant ma sœur ! Mes plus sincères félicitations : voilà un exploit digne de figurer parmi les challenges les plus insurmontables de ton répertoire !

C'est alors que les deux jeunes taquins se dévisagèrent une dernière fois dans le blanc des yeux, aussi imperturbables l'un que l'autre, malgré la cohue qui régnait à présent en maître dans les couloirs, tel un couple de lionceaux espiègles prêts à bondir à la moindre aubaine.

Musique : Kairi's Theme I
http://youtu.be/qs2kZYVciQo

C'est finalement au terme d'un sourire malicieux, suivi d'un échange de rires inopiné mais tellement complice, que le duo décida d'en rester là concernant cette insignifiante altercation amicale avant d'accepter de se séparer en bons termes.

- Tu sais, en dépit de ce que j'ai pu te dire tout à l'heure, reste comme tu es Dankel, déclara honnêtement Noélenne sur un ton nostalgique. Et surtout, ne t'avise jamais de changer !
- Oh mais rassure-toi, je n'en ai nullement l'intention. Pour rien au monde, je ne me résoudrais à réduire à néant cet attrait si obscur qui ensorcelle certaines demoiselles de cette cité ! indiqua l'adolescent en renvoyant un clin d’œil à son acolyte.
- Allez petit fripon vaniteux, dépêche-toi de détaler avant que je ne t'expédie davantage le fond de ma pensée ! spécifia l'estudiantine avant de souhaiter un relaxant week-end à son compagnon si fabuleux.
- A votre convenance, votre Altesse ! Et à vous pareillement ! plaisanta Dankel en exécutant une minuscule révérence avant de se retirer à son tour.

Empruntant la direction opposée à celle de son ami cabotin, Noélenne regretta intérieurement de ne pouvoir profiter plus longtemps de cette fraternité qu'elle affectionnait tant aux côtés de Dankel, étant donné qu'elle ne résidait pas au Bourg de l'Aube à l'instar de ce dernier mais au cœur même de la prestigieuse Acropole Cabalistique.
En conséquence, la jeune garçonne ignorait absolument tout de l'anorexie maladive de son camarade, vu qu'elle se voyait contrainte de regagner son foyer chaque midi de la semaine, conformément à son statut d'élève externe.

Alors qu'elle s'apprêtait à descendre les escaliers sud de l'étage, une douce chaleur vînt chambarder ses entrailles, telle une lueur incandescente illuminant chaque bribe de son être, qui était en train de se traduire par l'étirement d'un sourire rayonnant et étrangement franc, qu'elle-même ne parvenait à interpréter dans l'immédiat ; probablement parce qu'il s'agissait d'une des rares fois où la force de volonté de son cœur l'emportait sur l'intransigeance de son ego, qui lui exhortait pour l'heure de cesser de reluquer illico son affriolant admirateur s'éloigner de plus en plus d'elle.

Le regard pétillant de jovialité, Noélenne n'eut à peine le temps de savourer ce court moment d'extase que ses muscles s'immobilisèrent net à la vue de cette étrange créature argentée qui était postée devant elle quelques marches plus bas, son corps filiforme se dandinant latéralement d'une façon pour le moins démesurée, à la limite du ridicule.
Aussi silencieuse qu'une tombe, la burlesque silhouette disposait de membres antérieurs affreusement aiguisés à leurs extrémités, telle une paire de longues lames tranchantes que l'on aurait greffé à la place des doigts, et d'un abdomen tout aussi cadavérique, doté de pieds horriblement pointus.
Quant à la tête, elle semblait abritée sous une étroite capuche à fermeture éclair, brodée d'un énigmatique symbole blanc semblable à une croix, et où l'on ne pouvait entrevoir qu'une sinistre et inquiétante figure terne qui toisait à l'instant même les yeux estomaqués de Noélenne, cette dernière se trouvant actuellement dans l'incapacité de réagir face à une telle apparition soudaine.

- « Allons bon, qu'est-ce que c'est encore que cet oiseau-là ?! » s'interrogea-t-elle en fronçant un sourcil de méfiance.

Tandis que l'incrédule estudiantine continuait d'observer d'un œil soupçonneux son espion bizarroïde, tout en se questionnant sur son éventuelle identité, celui-ci tortilla subitement ses bras élastiques avant de prendre la fuite en dévalant les escaliers, à la manière d'un serpent, ondulant son corps de haut en bas dans les airs.

- Hé !! Attends !! Reviens ici !! J'en ai pas fini avec toi !! s'écria Noélenne avant de partir à la poursuite de son épieur, aussi insaisissable qu'une anguille.

Quelle était donc cette sorcellerie démoniaque digne de l'irréalité ? A quel tour de passe-passe était-elle en train d'être victime ce coup-ci ? songea-t-elle en tentant de repérer la caméra cachée.
Qui plus est, quel bougre d'hurluberlu aurait eu l'idée si grotesque de se déguiser de cette façon dans cette école, si tant est qu'il s'agisse bel et bien d'un étudiant ou instituteur, visiblement doué dans l'art de l'illusionnisme et de la contorsion !

Envisageant à présent toutes les hypothèses susceptibles d'être plausibles quant à cette supercherie, l'adolescente s'engagea dans un corridor du premier étage, différent de celui que la créature venait d'emprunter, celle-ci distançant aisément la jouvencelle.
Mais alors qu'elle se croyait enfin tirée d'affaire, la silhouette à la peau grise se retrouva nez à nez avec Noélenne, qui avait amplement rattrapé son retard en passant par un raccourci dont elle connaissait l'existence, causant l'immense stupéfaction de son interlocuteur muet.

- Halte-là ! Navrée de te décevoir l'ami, mais il va falloir faire beaucoup mieux que ça pour pouvoir me semer ! Maintenant, l'heure est venue pour toi de me révéler ton... Hé ! Mais qu'est-ce que tu … ?! Non arrête ! Stop !!

Sous le coup de la frustration provoquée par son intrépide adversaire, l'individu aux membres caoutchouteux se rua brutalement vers une des fenêtres basculantes du couloir, qui se trouvait être à moitié ouverte, avant de s'y faufiler précipitamment et de réussir à s'évader une bonne fois pour toutes, sous le regard effaré d'une Noélenne dépitée.

- Huh ?! Non, c'est impossible ! Il n'a quand même pas... ! balbutia-t-elle une main contre la vitre, fixant impuissante son espion farouche zigzaguer dans le ciel orangé avant de disparaître à l'angle d'un bâtiment voisin.

Elle qui était si proche du but, voilà que sa réputation de conquérante invétérée était sur le point de partir en fumée, tout comme son agile émule ! Elle qui n'avait jamais laissé la moindre entrave lui filer entre les doigts : un tel affront ne pouvait être toléré, si minime soit-il !
Humiliée par autant d'ingéniosité de la part de ce redoutable rival, elle en oublia presque le côté chimérique qui se dégageait de cette péripétie, chose qu'elle ne prit en considération qu'à l'instant même et qui eut l'effet d'un bug psychique dans le système nerveux de l'apprenante.

Alors que son esprit s'efforçait de se persuader d'une simple hallucination rocambolesque, au risque de sombrer indéfiniment dans l'aliénation, Noélenne assimila sans le vouloir cette situation déroutante au comportement désarçonné que Dankel avait adopté tout au long de l'après-midi et qui lui avait paru pour le moins anormal, pour ne pas dire préoccupant.
Avait-il été victime de la même mystification de son côté ? Ou bien ce dernier traversait-il tout simplement une mauvaise passe susceptible de justifier son attitude plus introvertie que d'habitude ? Après tout, rien ou presque ne laissait supposer dans ses paroles qu'il faisait allusion à un événement aussi démentiel. Le cas échéant, quel intérêt pouvait-on bien trouver à faire tourner en bourrique de modestes étudiants comme eux ?

Préférant s'en remettre à sa bonne logique, Noélenne décida d'opter pour l'éventualité d'une prestidigitation de mauvais goût orchestrée à son encontre, et bien que cette alternative ne lui convenait guère, il lui fallait pour le moment s'en contenter, faute de meilleures clarifications. Quoi qu'il en soit, un tel épisode si désaxé ne pouvait qu'incontestablement donner matière à réflexion à l'aventureuse élève en prévision de ce week-end qui, certainement pour la première fois depuis des lustres, ne se révélerait pas aussi long et ennuyeux que les fois précédentes ! songea-t-elle en quittant le couloir la mine déconfite.

***
   
    Au terme de chaque après-midi de la semaine, il était désormais coutume pour les citadins de l'Acropole Cabalistique de prédire avec exactitude la cessation des enseignements quotidiens du Conservatoire, en se basant exclusivement sur le fracassant tremblement de terre que déclenchait en toute délicatesse le troupeau tumultueux d'étudiants aux abords de l'heure de la débauche ; un phénomène s'intensifiant étrangement au fur et à mesure que les congés hebdomadaires approchaient de jour en jour.
Toisant de son regard inexpressif la fourmilière d'adolescents s'éparpiller hors de l'enceinte de l'établissement scolaire, Dankel n'eut à peine le temps d'exécuter plus de trois pas que sa sœur s'était déjà agrippée à ses épaules dans un bond d'euphorie, qui retentissait plutôt, dans l'esprit du jeune garçon, comme un doux clairon militaire sonnant la fin de la trêve fraternelle.

- Aloha ! Comment se porte mon grand frère adoré ? Il a passé une agréable journée mon grand frère adoré ? exprima affectueusement Daphnéa, le sourire aussi radieux que le soleil couchant.

L'effet de surprise produit par l'angélique jouvencelle se traduisit par un simple battement de cils de la part de l'aîné, qui poursuivit sa route sans même accorder une once de considération à sa cadette. Cette dernière continua malgré tout de se cramponner à son avant-bras, bien décidée à lui rappeler qu'un membre de sa famille existait bel et bien physiquement en ce bas monde et qu'elle aurait souhaité un peu plus d'attention venant de son mufle de frère.

- Allô la Terre, j'appelle Dankel ! Vous me recevez ?! Un deux, un deux !! Ici Daphnéa à l'appareil ! Ta sœur !!! aboya-t-elle à ses tympans.
- … Attends oui, ça me dit quelque chose ! répliqua l'estudiantin d'un ton sarcastique en faisant semblant de fouiller dans sa mémoire, sous les yeux écarquillés d'une Daphnéa scandalisée.
- Je le crois pas ! Tu as vraiment fait exprès de m'ignorer dès le début, moi qui m'attendais à te retrouver tout guilleret en cette ravissante fin de semaine ! Comment diable peux-tu être aussi abject ?!
- Veux-tu bien accepter les plus plates excuses de mon humble cerveau. Il a cru à un moment donné que tu t'adressais à un animal de compagnie, en espérant peut-être qu'il allait te donner la patte en échange d'un morceau de sucre !! renvoya Dankel, légèrement froissé d'avoir été comparé l'espace d'un instant à un vulgaire canidé domestique.
- Quand je pense que j'ai fait l'effort de me montrer si prévenante envers toi et voilà que maintenant, tu n'éprouves aucun scrupule à critiquer le moindre de mes gestes alors que je ne cherchais juste qu'à t'apporter un peu de tendresse ! s'indigna Daphnéa aussi remontée qu'un ressort. Tu n'es décidément qu'un ignoble sans-cœur, odieux et méprisable, qui ne mérite rien d'autre que de sombrer au plus profond des enfers et... !
- Merci bien ! coupa vivement Dankel en franchissant le seuil du grand portail académique. Sache que j'apprécie énormément ton nouveau registre de cajoleries, mais si tu tiens à présent à profiter de ton week-end sans dommages collatéraux, je te prierais volontiers d'activer le pas, ou je me ferais un plaisir de t'exposer personnellement mon concept de l'affection fraternelle si je découvre que notre bus est rentré au bercail sans deux de ses passagers !

Ravalant illico sa salive, Daphnéa jugea bon de ne pas envenimer la situation pour la seconde fois de la journée : elle avait déjà suffisamment échauffé les oreilles de son frère en lui endommageant accidentellement l'arrière-train le matin même, sous les yeux de son meilleur ami.
Certes, il y'avait de quoi se sentir irrité à la suite de ce petit incident (ce que Dankel n'avait pas manqué d'extérioriser le reste de la matinée), mais de là à ce que ce dernier nie volontairement toute tentative de pardon de la part de son inoffensive sœurette, n'était-ce pas pousser le bouchon un peu trop loin ?
Qui devait se sentir véritablement coupable dans cette histoire ? Un frère insensible tourmenté par son propre tempérament tumultueux ou bien une sœur débordant d'amour s'efforçant d'attendrir le cœur de pierre de son prochain ?
Etait-ce si terrible que ça d'essayer de faire preuve d'un minimum d'attachement ? Elle n'avait pourtant rien à se reprocher, nom d'une pipe ! protesta mentalement Daphnéa en dévisageant son aîné de biais.

Pendant que le duo fraternel s'affairait désormais à rattraper la cohue d'écoliers en route vers les parkings d'autobus, une drôle de silhouette argentée vînt survoler les deux adolescents à quelques mètres au dessus de leurs têtes, ondulant son corps élastique de façon stupéfiante, tel un invertébré dépourvu de toute rigidité.
L'étrange créature extensible finit par précéder le tandem d'une cinquantaine de mètres avant de redescendre prestement sur la terre ferme, dans un recoin sombre faisant office de local à poubelles, à en juger par le vague relent émanant des vide-ordures, et derrière lesquels trois individus vêtus de noir de la tête aux pieds étaient en train d'observer discrètement tous les apprenants longer le réduit les uns après les autres.
L'identité des membres de ce trio mystérieux s'avérait impossible à discerner, le visage de chacun d'eux se révélant totalement camouflé sous un vaste capuchon cousu au sommet d'un long manteau opaque, orné d'une paire de cordons et d'un maillon argentés. L'un des trois quidams s'attelait à examiner plus attentivement le cortège d'étudiants tandis que ses deux acolytes étaient restés en retrait, entièrement tapis dans l'obscurité.

- Hmph, celui-là non plus, pas assez acariâtre... celui-ci encore moins, trop extraverti... et çuila... pouah ! Une preuve vivante que l'évolution est capable de progresser en sens inverse ! grommela l'inconnu d'une voix éraillée en scrutant chaque adolescent croiser son champ de vision. Mais bon sang de bois, c'est pas Dieu possible ! Comment se fait-il qu'aucun de ces jouvenceaux ne corresponde à la description que l'on nous a fourni ?!
- Va savoir ! Il aura certainement échappé à ta vigilance au milieu de toute cette jungle infantile ! Faut dire que ces gamins ont le sens de la ponctualité quand il s'agit de tirer au flanc ! répondit le second anonyme en émettant un bref ricanement narquois. C'est fou d'ailleurs de constater à quel point ils peuvent te ressembler ! ajouta-t-il en donnant un coup de coude dans les flancs du troisième individu, qui se raidit brusquement.
- Hé ! Je peux savoir de qui tu parles là ?! réagit ce dernier sur un ton juvénile.
- Hmph, rassure-toi, reprit le premier quidam à l'attention de son collègue sans quitter des yeux la foule d'étudiants. Si ce garçon est bien celui que le Supérieur recherche, le savant émérite que je suis n'aurait eu aucun mal à détecter son prétendu potentiel et ce, dès son apparition ! Mais en attendant, même le QI d'un Reflet se révélerait plus fructueux que les encéphales de tous ces anthropomorphes réunis !
- Tiens, quand on parle du loup, regardez un peu qui vient ramener son museau ! exprima le deuxième type en apercevant la créature caoutchouteuse se poster près de lui. Alors mon beau, quelles informations palpitantes es-tu venu nous rapporter concernant notre fameuse cible ?

A ces mots, la sinistre silhouette grise s'approcha de l'oreille de son supérieur avant de lui murmurer son compte rendu dans un langage absolument indéchiffrable, humainement parlant, et semblable à un long sifflement plus ou moins atténué, dépourvu du moindre timbre de voix, que seul son allocutaire paraissait décrypter sans aucune difficulté.

- Hmm hmm... Donc si j'en crois l'intégralité de ton récit, tu as non seulement failli à ta mission d'inspection en espionnant la mauvaise personne mais il a fallu qu'en prime, tu dévoiles au grand jour l'existence de ton espèce face à une élève de cet établissement. Et tu voudrais peut-être que je passe l'éponge pour un acte aussi impardonnable ? Ben voyons ! déclara l'inconnu en matérialisant dans sa main un étrange objet violet teinté de gris similaire à une extravagante arbalète munie de projectiles lasers que son invocateur braqua sur la créature argentée, qui tressaillit violemment de tous ses membres sous l'effet de la stupeur.
- Hé là attends !! Qu'est-ce qui te prend ?! Tu as perdu la tête ?! s'exclama le troisième anonyme aussi surpris que la silhouette. Tu ne vas quand même pas... !
- … le tuer ? termina son partenaire. Ces bestioles défectueuses ne sont même pas censées exister et nous ne pouvons nous permettre de leur accorder une seconde chance pour quelque raison que ce soit ! compléta-t-il avant d'abattre froidement son espion d'un coup de fusil laser, qui s'évapora instantanément sans laisser la moindre trace derrière lui. Bien, espérons maintenant que nous pourrons limiter la casse sans provoquer l'émeute générale dans l'esprit de ces jeunes lardons !
- Mais pourquoi a-t-il obligatoirement fallu que tu l'élimines ?! protesta son subalterne. C'est complètement barbare, et digne de la cruauté de Larxene !
- Tu sais ce qui est désopilant chez toi ? C'est que même dans ton état actuel, tu en arrives encore à éprouver ce genre de sentiments dérisoires comme cette peine absurde ! Et pour ce qui est de ton défunt petit compagnon, sache que je n'aurais pas pris la peine de le vaporiser si j'étais persuadé qu'il n'allait pas récidiver de nouveau ! On ne peut tout simplement pas faire confiance à ces erreurs de la nature pour ce genre de mission de reconnaissance, justifia son coéquipier en faisant disparaître son arme comme par enchantement.
- Saperlipopette !! s'extasia le membre observateur en orientant sa vue sur un nouvel estudiantin qu'il examina de haut en bas. Un regard impassible, une aura puissamment obscure, un tempérament fabuleusement lunatique : c'est lui ! Il est parfait !!

C'est alors que Dankel et Daphnéa se mirent à arpenter à leur tour le local sans lambiner sous l’œil émerveillé du premier individu, que son collègue rejoignit :

- Fais voir un peu la vedette ! Hmm... pas mal, effectivement ! Un beau brun ténébreux en devenir ! On dirait bien que notre cher leader a le don pour dénicher les perles rares ! Tu penses qu'il peut s'agir de ce gosse ?
- Sans l'ombre d'un doute ! Mon iris de scientifique invétéré ne me trompe jamais ! affirma son interlocuteur. Une entité pareille ne peut que convenir en tout point à l'usage de l'Organisation, mais nous devons malgré tout nous en assurer avant de prendre une quelconque décision ! Reste à savoir maintenant de quelle façon il va nous falloir procéder pour exploiter les facultés de ce remarquable spécimen sans éveiller les soupçons... clôtura-t-il en frottant son menton, l'air songeur.
- Hé !! Attendez une seconde, j'ai pas eu le temps de le voir moi ! se plaignit le troisième inconnu avant que ce dernier ne se précipite brutalement sur ses deux associés, qui avaient chacun pris appui sur un couvercle de poubelle afin de continuer à épier Dankel, le regard penché. Allez quoi, soyez sympas ! Faîtes-moi une place ! Poussez-vous ! persista-t-il en tentant de s'encastrer tant bien que mal entre le duo.
- N°9 !! Mais qu'est-ce que tu fabriques ?! Tu vas réussir à tout faire capoter !! Aouch ! s'affola le membre investigateur, qui s'était retrouvé plaqué sur le vide-ordures sous le poids de son acolyte cabochard.

Seulement, la pression qu'exerçait désormais les corps empilés des deux anonymes se révéla beaucoup trop importante pour le récipient à déchets qui, au terme d'un vacillement plus ou moins incontrôlé, bascula jusqu'en dehors du réduit dans un fracas tonitruant, entraînant dans sa chute l'individu chargé de la surveillance de Dankel, qui se rétama de tout son long en proférant tout un arsenal d'injures à l'intention de son confrère maladroit.

- Hnn ! Triple buse !! Bougre de cornichon !! Empoté de première classe !! Si l'on devait se voir décerner un trophée pour chacun de tes actes de gaucherie légendaire, il y'a longtemps que tu croulerais sous les médailles !!!
- Chut !! Moins fort, tu vas nous faire repérer ! avertit son subordonné, qui avait aussitôt cédé à la panique en renversant malencontreusement son partenaire.
- Comme si ça n'était pas déjà fait, sombre crétin !! tempêta celui-ci en se relevant avec peine.
- Et j'ai comme l'impression que les choses ne vont pas aller en s'arrangeant, si vous voulez mon avis ! s'exprima leur complice en s'apercevant que Dankel avait stoppé net sa marche, au grand étonnement de Daphnéa qui ne s'attendait pas à ce qu'un simple raffut de ce genre vienne perturber le stoïcisme de son frère au point de voir ce dernier cesser tout mouvement.
- Qu'y a-t-il ? questionna la chétive adolescente en remarquant que l'aîné avait fait volte-face pour fixer son regard sur la poubelle qui gisait solitairement sur le trottoir une dizaine de mètres plus loin, quelques détritus ayant été régurgités sous la force de l'impact.
- Continue sans moi, j'en ai pour une minute, déclara calmement Dankel avant de revenir sur ses pas, une lueur d'anxiété traversant ses yeux vert acide.

Décidément, cette journée s'avérait être de plus en plus abondante en épisodes aussi étranges qu'imprévus ! Comment pouvait-il justifier ce comportement si inaccoutumé qu'il était en train d'adopter alors qu'habituellement, son premier geste aurait été de passer son chemin sans prêter attention ne serait-ce qu'une seconde à ce tohu-bohu, récurrent en cette veille de congé hebdomadaire ?
S'agissait-il encore de cette bouleversante histoire d'espionnage qui aurait été susceptible de déclencher en lui une certaine paranoïa au point de tendre l'oreille au moindre bruitage suspect ? De toute manière, aucune autre raison n'était à même d'interpréter cette confusion psychique pour le moment et c'est en espérant des réponses à ses questions que Dankel se rapprocha prudemment du local, intensifiant à la fois son agitation et celle qui venait de gagner plus ou moins les membres du trio anonyme.

- Ca s'annonce mal les gars ! J'ai bien peur qu'il ne faille remettre à plus tard votre petite sérénade si vous tenez tant à nous éviter des ennuis supplémentaires ! indiqua l'individu qui avait assisté à la culbute accidentelle de ses acolytes, interrompant par la suite la joute verbale qui s'était enclenchée entre les deux quidams.
- Alors, qu'est-ce qu'on fait maintenant, hein ?! Qu'est-ce qu'on fait ?! s'angoissa son subalterne en trépignant sur place, comme si le sol avait été jonché de charbons ardents.
- On déguerpit d'ici, et en vitesse !! adressa leur complice en invoquant promptement de sa main une mystérieuse sphère obscure semblable à un lugubre portail incorporel à l'aspect nébuleux et à l'intérieur duquel s'engouffrèrent dare-dare les trois inconnus avant que le globe ténébreux ne s'évanouisse magiquement dans un étrange son proche d'un gargouillis que Dankel perçut quelques secondes avant son arrivée sur les lieux.

Ce bruit... il l'avait déjà entendu plusieurs heures auparavant ; au moment précis où son train-train quotidien avait cessé d'exister pour commencer à basculer dans la divagation avec l'apparition de cet énergumène en noir et de sa ribambelle d'énigmes, responsables de tout cet ébranlement occasionné dans son esprit pourtant si imperturbable.
Il ne rêvait donc pas : l'adolescent avait bel et bien suscité la convoitise de quelqu'un ou de quelque chose mais de quoi pouvait-il bien s'agir pour que l'on en vienne à surveiller le moindre de ses gestes, et pour quel motif ?
Le regard vide et abandonné dans de profondes pensées, Dankel ne remarqua même pas qu'une ombre s'était peu à peu dessinée sur le pavé, à proximité de la sienne, et qui s'étalait à mesure que son propriétaire s'avançait près de lui.

- Eh bien, drôle d'endroit que voilà pour se laisser dériver par les songes, tu ne trouves pas ? s'exprima la voix de l'individu, à la fois jeune et adulte.

A nouveau de retour dans le monde réel, le rachitique jouvenceau pivota la tête en direction de son locuteur, dont la phonation lui avait été familière.

- Rayann... émit Dankel dans un souffle, toujours perturbé par ses invraisemblables tribulations.

Face à lui se dressait un auguste estudiantin d'âge mûr et à la silhouette relativement élancée, dont la taille impressionnante avoisinait les deux mètres. Ses cheveux brun sépia, quasi taillés à ras sur les côtés et mi-longs au niveau supérieur, étaient hérissés en hauteur, tout en volume, à grand renfort de cire coiffante bon marché, leur donnant une texture légèrement poisseuse, ajoutée à l'incurie de sa peau mal rasée. Seule une longue natte fine minutieusement tressée venait se démarquer de sa nuque sommairement dépilée, reposant paisiblement sur son épaule droite.
A l'image de son visage négligé, dont seul l'éclat argenté de ses yeux venait rehausser ses attraits, ses modestes vêtements se révélaient usagés et rapiécés à certains endroits, de la façon la plus dissimulatrice qui soit, afin de garantir à leur porteur un minimum de tenue à l'égard de son entourage ; bien qu'un tel dénuement n'eut point l'air de poser problème à Dankel et ce, depuis le jour où le destin de ces deux jeunes gens avait décidé de se croiser pour finalement faire route ensemble jusqu'au prochain embranchement que leur réserverait la providence.

Du haut de ses 19 ans, le dénommé Rayann, également originaire du Bourg de l'Aube, assumait pleinement sa nouvelle vie d'apprenant majeur et responsable, chose que l'on pouvait aisément déceler à travers son chaleureux regard, incorporé à la fois de sérieux et de maturité. Cependant, une toute autre lueur, davantage similaire à un sentiment d'inquiétude, paraissait animer cette fois-ci la prunelle des yeux du jeune homme, en constatant que son compagnon n'avait visiblement pas réagi comme il s'y attendait.

- Tout va bien, Dankel ? demanda-t-il en se penchant près de l'adolescent pour arriver à hauteur de son visage.
- C'est tout bonnement insensé. Pourquoi est-ce si laborieux de se refuser à gober une telle histoire à dormir debout ? marmonna son interlocuteur du bout des lèvres, de plus en plus tourneboulé par l'horrible dilemme qui avait assailli son esprit.

Plissant un sourcil de préoccupation, le pharaonique adulte porta une main à l'épaule du jouvenceau avant de le secouer doucement d'avant en arrière en vue de reconduire son ego à la raison.

- Dankel ? C'est moi, Rayann, ton vieil ami d'enfance, tu te souviens ? Tu n'as pas l'air dans ton assiette dis-moi. Quelque chose ne va pas ?

Non, ça n'allait pas ! Il voulait s'en dissuader ! Mais la clairvoyance de son camarade pouvait le pressentir au fond de lui à travers le regard désorienté du mineur, qu'il reporta sur le trottoir bétonné afin d'éviter de trahir davantage son trouble.
Maudites soient ces émotions risibles ! Elles ne le rendaient que plus fragile et idiot face à cet univers maussadement impitoyable et à cette fatalité toute aussi insipide à laquelle son existence était fermement enchaînée depuis maintenant trop longtemps !

Aussi, après avoir fermé intérieurement le clapet de son satané esprit contrariant, qui l'encourageait à déverser carte sur table ses tourments, Dankel jugea préférable d'éviter de mettre tout de suite son confident dans le secret pour la simple et bonne raison qu'il était encore trop tôt pour pouvoir certifier chacune de ses ahurissantes péripéties jusque dans les moindres détails. Une fois ces preuves rassemblées, alors il songera probablement à lui en toucher un mot ou deux.

Et bien que la confession n'eut jamais été un domaine de son ressort, décelant en cet acte un signe de faiblesse affective, le jeune garçon préférait davantage compter sur le soutien de Rayann que sur celui de Saphiel qui, contrairement à lui, disposait d'une popularité telle qu'il ne pourrait assurément pas accorder autant de considération à l'égard de toutes ses fréquentations, même envers Dankel si celui-ci venait à vider son sac devant son alter-ego : c'est en tout cas ce que sa conscience s'imaginait, peut-être à tort...
Car à l'instar de Noélenne, Rayann se révélait être un homme circonspect, aimable, mais effroyablement délaissé par l'amitié, chose dont il ne semblait guère s'apitoyer, ce dernier tendant une main charitable à chaque âme dans le besoin, y compris Dankel, un de ses rares complices vers qui ses conseils s'avéraient toujours de bon augure. En attendant, il se devait de réagir, et au plus vite !

- Excuse-moi Rayann, se reprit l'adolescent en chassant temporairement ses tracas. Il se trouve que j'ai eu droit à une journée quelque peu mouvementée aujourd'hui. J'espère ne pas t'avoir causé trop de souci.
- Ne t'inquiète pas, je pense pouvoir m'en remettre, répondit son interlocuteur en lui souriant. Mais à ta place, j'aurais quand même cherché à débusquer un endroit un peu plus approprié pour entamer ma méditation, se permit-il d'ajouter en plaisantant.
- C'est vrai, on peut trouver mieux. Je ne sais vraiment plus où donner de la tête en ce moment, avec tout ce boulot abrutissant, se contenta de dire Dankel en rehaussant son sac en bandoulière, perché sur son épaule.
- Dans ce cas, évitons de nous éterniser davantage dans le coin et hâtons-nous de rejoindre le bus si l'on veut espérer profiter pleinement de notre congé, suggéra Rayann en reprenant le chemin du parking poids lourds, suivi de son partenaire solitaire.
- Tu as raison. Nous avons perdu suffisamment de temps comme ça, adressa ce dernier en détachant enfin son regard du local à ordures.

S'il existait bien une qualité que Dankel appréciait par-dessus tout chez Rayann, mais qu'il ne retrouvait malheureusement pas en Noélenne, c'était son éternel respect vis-à-vis de la vie privée d'autrui, où le raisonnable adulte veillait à chaque instant à s'abstenir de fourrer à tout prix son nez dans les affaires des autres en les bombardant de questions indiscrètes ; tout au moins lorsque ses dons de mentor n'étaient pas sollicités dans l'immédiat.
Ce que Dankel n'aperçut pas en revanche, c'était le regard bilieux et alarmé que continuait d'afficher Rayann en repensant au monologue déraillant de son jeune compagnon qui, selon son intime conviction, était loin de s'apparenter à un simple surmenage de fin de semaine.

***

    Quelque part dans un autre univers complètement différent et pour le moins insolite, une vaste salle circulaire d'un blanc immaculé baignait dans un silence assourdissant.
Les murs qui tapissaient ce sanctuaire blafard étaient tels que l'on ne pouvait estimer avec exactitude sa superficie ; comme si la cloison qui encerclait cette antichambre se comportait en un diabolique trompe-l’œil, donnant l'impression d'une interminable étendue qui ne s'avérait être, en fin de compte, qu'une illusion purement démoniaque.

Seulement, il ne s'agissait là que d'un détail anodin comparé à d'autres éléments qui finissaient par rendre l'atmosphère beaucoup plus sinistre et affolante. On pouvait constater entre autres l'absence totale de portes et de fenêtres, qui rendait le lieu tout simplement inaccessible de l'extérieur ; de quoi plonger dans une certaine confusion n'importe quel inconnu venu s'aventurer dans les parages.
De toute évidence, personne ne pouvait être en mesure de se retrouver dans une telle situation car il aurait fallu avant tout pour cela qu'un quelconque mortel puisse parvenir à trouver le moyen de franchir la frontière qui séparait cet endroit extravagant de la réalité !

Au centre de la pièce se trouvait un imposant palier cylindrique blanchâtre d'une épaisseur conséquente sur lequel était représenté un étrange symbole livide similaire à une croix. L'emblème en lui-même était constitué de trois branches semblables à des flèches, l'une orientée vers le haut, et les deux autres opposées l'une de l'autre et perpendiculaires à la première. La base, quant à elle, adoptait vaguement la forme d'une goutte d'eau très échancrée au niveau de la pointe, qui assurait la jonction entre les trois extrémités.

Tout autour de la plate-forme étaient disposés dans un parfait agencement pas moins de treize piliers strictement identiques de par leur architecture mais tous différents quant à leur hauteur.
Chacun de ces pylônes hexagonaux accueillait en son sommet un siège doté de deux accoudoirs taillé à même le marbre, lui conférant un aspect des plus inconfortables. Le dossier, qui constituait en quelque sorte l'appuie-tête du trône, était sculpté en une grande plaque rectangulaire calcaire où l'on pouvait à nouveau observer l'énigmatique symbole du palier incrusté dessus.

Dans tous les cas, aucun élément de ce décor, si insaisissable qu'il soit, n'était en mesure de constituer un quelconque indice susceptible de résoudre le mystère de l'accès invisible à ce lieu.
Mais bizarrement, personne n'avait l'air de s'en soucier pour le moment, pas même les dix étranges silhouettes vêtues de noir qui siégeaient sur leur trône respectif, aussi impassibles que le marbre de leur fauteuil.
Qui pouvaient bien être ces mystérieux individus, que le calme et la flegme dont ils faisaient preuve auraient d'emblée suscité la panique générale du premier quidam venu ? De quel stratagème avaient-ils usé pour parvenir à défier ainsi les lois de l'espace et se retrouver dans cette pièce des plus mornes ?
Visiblement, aucun membre de cette assemblée ici présent ne paraissait détenir la réponse à cette panoplie d'énigmes mais à en juger par leur attitude imperturbable, il semblait plutôt que ces interrogations soient le cadet de leurs soucis.

En faisant brièvement le tour du concile, seul un petit nombre d'individus laissait dévoiler son visage, le reste du groupe dissimulant la moindre parcelle de son identité sous une vaste capuche noire. Celle-ci était reliée aux extrémités par une fine chaîne dotée de maillons argentés, assortie à deux cordons au bout desquels pendait un étrange ornement finement cylindrique qui produisait un infime tintement dès que la personne esquissait un geste.
D'autre part, chacun d'eux revêtait un long manteau noir brodé d'une fermeture éclair grise qui descendait jusqu'au bas du vêtement et en haut duquel était cousu le capuchon ; le tout associé à de longs gants, de hautes bottes, et d'un épais pantalon à la matière inidentifiable.

Cependant, trois anonymes parmi la confrérie manquaient à l'appel, en considérant le nombre de sièges qui demeuraient aussi vides que l'entrain régnant dans l'antichambre. Soudain, surgissant de nulle part, une étrange émanation prenant la forme d'un filet vaporeux sombrement bleuâtre vînt se former au niveau des trônes inoccupés dans un bruit sourd semblable à un vague borborygme.
En moins de temps qu'il ne faut pour le dire, chaque fauteuil disposait à présent de son propriétaire respectif, les trois halos obscurs qui englobaient auparavant les sièges s'étant totalement dissipés dans le néant.
Le clan désormais au complet, l'un des dix individus initialement présents engagea la conversation, d'une voix grave et retentissante, les bras croisés contre son torse bien bâti :

- Où en est l'opération d'infiltration ?

Suite à cette interrogation, l'un des trois membres ayant rejoint l'assemblée retira sans plus tarder son capuchon, laissant dévoiler un visage blême, glacial, et creusé par le temps. D'un blond platine légèrement beige, sa chevelure raide et cassante descendait jusqu'aux omoplates, délaissant deux longues mèches latérales qui encadraient la tête de l'inconnu. Ses grands yeux vert pomme vinrent se fixer sur son interlocuteur avant qu'il ne prenne enfin la parole.

- La mission de reconnaissance des Reflets s'est révélée être un échec pur et simple ! On ne pouvait commettre d'erreur plus monumentale en décidant de les envoyer inspecter la zone de surveillance à notre place, et pour cause ! Leur sens de la discrétion est aussi prononcé que celui d'un éléphant ! A ce train-là, tous les habitants de cette cité auront d'ores et déjà suspecté nos agissements avant même d'avoir mis notre plan à exécution !
- Je partage malheureusement l'avis de notre doyen, poursuivit son adjoint. Leur rapport certifie cependant que cet établissement représente bel et bien le point de rencontre de tous les gamins de la région. Et bien que je ne veuille pas remettre en doute la fiabilité de nos renseignements, à défaut de pouvoir compter sur leur vigilance, je pense qu'il serait souhaitable dès à présent de nous envoyer prendre la relève à tour de rôle afin d'éviter de nouvelles tuiles concernant le succès de cette opération.
- Hmpf ! A condition de désigner judicieusement les membres susceptibles de remplir une telle mission sans espérer de voir un beau jour leurs noms figurer dans les journaux !! acheva son précédent collègue en fusillant du regard le troisième collaborateur du groupe inquisiteur, qui s'était terré au fond de son siège. Oui, c'est de toi dont je parle N°9 !! Et découvre-toi lorsque tes supérieurs hiérarchiques t'adressent la parole !!
- Laisse de côté les formules de courtoisie Vexen. Ton travail d'aujourd'hui ne consistait pas à ça, trancha froidement un autre partisan à la voix monocorde.

Pendant quelques secondes, le silence reprit ses droits à l'intérieur du sanctuaire où l'on pouvait néanmoins percevoir un grognement étouffé du dénommé Vexen quant au manque de civilité de son subordonné, qui jubila intérieurement à l'idée de pouvoir préserver un minimum de gêne sans prendre le risque humiliant de se faire lyncher oculairement par tous ses acolytes.
La plupart d'entre eux n'avaient guère manqué par la suite de reproduire le geste de leur confrère en dévisageant avec sévérité le subalterne du trio, en soupçonnant fortement ce dernier d'être à l'origine d'un éventuel contretemps survenu au cours de leur mission d'espionnage, à en croire les réprobations énoncées par leur aîné.

- Et qu'en est-il du garçon ? reprit un nouvel individu au timbre caverneux, siégeant sur le plus haut trône de la salle.
- Nous avons procédé comme prévu à notre petite enquête sitôt la fin des enseignements, où nous avons laissé à notre érudit le soin de passer au peigne fin chacun des bambins que nous observions patiemment, répondit le coéquipier de Vexen. Et c'est à ce moment-là que la star en herbe a finalement fait son entrée, aux côtés d'une ravissante poupée rousse qui doit manifestement appartenir à un membre proche de son entourage : sans doute une sœur ou une de ces pouliches aguicheuses qui semblent faire le bonheur de tous les blancs-becs de cette école ! ajouta-t-il avec une pointe de raillerie dans sa voix légèrement érodée.
- Quoi qu'il en soit, il s'agit là d'un spécimen pour le moins inédit ! Une chose est sûre, c'est que ce jouvenceau pourra se vanter d'avoir captivé mon attention dès la première seconde où mon œil pénétrant de chercheur s'est braqué sur lui ! indiqua Vexen d'un air hâbleur. Son aura sombre et orageuse dissimule en son entité un potentiel des plus époustouflants qu'il nous faut exploiter coûte que coûte si l'on souhaite l'utiliser à nos fins ! En somme, ce garçon correspond bel et bien au type de sujet que nous ambitionnons ! Mais compte tenu du déplorable incident occasionné par notre godiche de néophyte, je ne peux hélas fournir davantage de données quant à l'évaluation prometteuse de ses capacités ! conclut-il sans omettre une nouvelle fois d'éjecter de son regard perçant de hibou une salve frénétique de poignards entre les deux yeux de son confrère écervelé.
- Mais puisque je vous jure que je ne l'ai pas fait exp... ! tenta d'objecter ledit membre en brassant l'air avec ses bras en signe de protestation.
- Nous nous accommoderons de ces informations maintenant qu'elles viennent d'être approuvées, hacha prestement l'inconnu ayant introduit le conciliabule sans éprouver une miette de sensiblerie aux plaintes de son collègue. Nous allons donc pouvoir mettre en marche la seconde phase du plan et procéder à l'intrusion plus approchée du destin de notre jeune célébrité. Au préalable, il ne nous reste plus qu'à sélectionner les participants susceptibles de seoir convenablement aux objectifs de cette mission.
- Oui ! Il est maintenant temps d'envisager sérieusement à faire les présentations dans les règles ! compléta le partenaire de Vexen en frottant les faces intérieures de ses mains l'une contre l'autre.

A ces mots, un nouvel adhérent, physiquement jeune, svelte, et dont la chevelure étonnamment flamboyante apparaissait comme excessivement hérissée, vînt se manifester en élevant une main, paume vers le haut, en vue d'appuyer sa proposition :

- Si je peux me permettre de glisser un mot, ne pensez-vous pas qu'il serait à la fois plus simple et plus avisé de faire porter cette charge uniquement sur les épaules d'une seule et même personne ? Arrêtez-moi si je dis une bêtise mais depuis quand l'apparition soudaine d'une dizaine d'étrangers curieusement fascinés par un inoffensif adolescent s'est-il vu susciter moins de méfiance que l'irruption d'un seul et unique individu au cœur même de l'intimité de sa vie privée ?

Un nouveau temps de pause vînt taire les échos vocaux résonnant à travers la paroi circulaire de l'antichambre, période durant laquelle plusieurs partisans de l'assemblée s'échangèrent quelques regards suite à la déclaration de leur collaborateur, et dont la suggestion n'eut point l'air de les laisser indifférents.

- Fais-tu allusion à quelqu'un en particulier ? questionna l'anonyme ayant coupé la parole au sous-fifre du trio investigateur.
- Pas spécialement, mais je reste convaincu qu'en désignant l'élite idéale de notre clan, nous pourrions augmenter davantage nos chances de réussite et diminuer ainsi les risques de révéler notre but aux yeux de tous.
- Hmm... Miser tous nos espoirs de succès sur un seul atout quitte à tout perdre dans cet enjeu des plus périlleux ? Ou au contraire, amasser les victoires en s'embarquant dans ce défi de taille tel un joueur audacieusement hardi ? s'exprima un autre inconnu, installé sur le trône situé à droite de son précédent acolyte. Voilà là un challenge pour le moins intéressant, la question étant maintenant : quel compétiteur digne de ce nom sera le plus à même de faire tourner la roue du destin en notre faveur ?
- Hmm... Un agent double suffisamment habile et apte à s'introduire sans encombre au sein de cette cité tout en adoptant une démarche candide et rigoureuse, émit un nouveau quidam aux cheveux roux et courts, à la carrure exagérément athlétique.
- Un mouchard compétent en matière de persuasion et d'acharnement, ce dont certaines personnes ici présentes ont l'air de faire cruellement défaut et qui ne méritent même pas qu'on mentionne leur nom ! proféra une jeune femme blonde répondant au nom de Larxene, qui foudroya du regard le subordonné de Vexen, ce dernier s'étant résigné à ne plus gaspiller sa salive pour exposer sa défense.
- Un espion présentant déjà les prédispositions physiques nécessaires pour percer au mieux les défenses de notre cible tout en faisant preuve d'ingéniosité et de discrétion ; faculté qui nous contraint hélas à évincer dès à présent un premier membre de notre liste ! enchérit le savant en soutenant l'acte oculaire de sa complice.
- En résumé, un allié doté d'une attitude telle que son entité puisse se fondre à la perfection parmi les apprenants de cet établissement tout en procédant subtilement à l'enrôlement d'un de ses estudiantins, clôtura l'individu ayant ouvert le dialogue, consentant finalement à agréer la proposition énoncée par son confrère à la crinière de feu.

Alors qu'une troisième période de réflexion s'apprêtait à envahir silencieusement les murs du sanctuaire ainsi que ses occupants, ledit collègue vînt lentement diriger son regard en direction d'un jeune garçon aux cheveux blonds et ébouriffés, qui n'avait pas pris part un seul instant à la discussion, ce dernier haussant un sourcil, intrigué par le sourire malicieux qui s'était peu à peu dessiné sur le visage de son compagnon à la masse capillaire hirsute.

- Ma foi, je ne sais pas pour vous mais en ce qui me concerne, je pense qu'au vu de tous ces critères de réussite requis, la nomination de notre agent secret me semble d'ores et déjà toute indiquée ! déclara-t-il tout en continuant de fixer de ses yeux émeraude l'adolescent chétif.

Tour à tour, chacun des membres de l'association se mirent à imiter le geste de leur acolyte en dévisageant l'inoffensif jouvenceau qui commençait à y voir de plus en plus clair dans le jeu du rouquin à mesure qu'un nouveau regard venait s'orienter vers lui.
Quelques secondes de cogitation s'écoulèrent à peine dans l'esprit du blondinet avant que celui-ci, au terme d'un déclic cérébral, ne comprenne enfin le complot fomenté par son compère et qui avait tout l'air d'être cautionné par l'ensemble de la confrérie, à en juger par l'expression approbatrice de la plupart d'entre eux ; tout du moins, ceux dont l'identité n'était pas camouflée sous le capuchon de leur manteau.

C'était donc lui que l'on allait assigner à cette mission aussi délicate que cruciale pour l'objectif de ses supérieurs ; cette tâche qui lui était confiée parmi tant d'autres auparavant et à laquelle il ne devra en aucun cas faillir, de la même façon que chacune des précédentes, selon les ordres fondamentaux qui avaient été instaurés par les adeptes du concile et son suprême leader.


Prochainement...

« Depuis mon arrivée dans l'Organisation, je me suis vu confier toutes sortes de missions aussi étranges les unes que les autres mais jusqu'à aujourd'hui, il ne m'avait encore incombé aucune besogne de ce genre ; sans doute parce que je suis le seul à pouvoir la mener à bien ? C'est en tout cas ce que l'on me dit...
J'ignore encore ce qu'il se trame précisément mais pour l'instant, Saïx m'a simplement incité à me concentrer sur la lourde tâche qui m'attendait, car tel était ma raison d'être. J'aimerais juste savoir à quel moment cette existence aura l'occasion de prendre fin... »

~ ??? ~


Notes d'auteur :
- En raison de sa longueur particulièrement conséquente, le chapitre 2 s'est vu retirer deux scènes initialement prévues et qui apparaîtront de ce fait au prochain chapitre. En contrepartie, la scène de la confrontation entre Noélenne et son espion argenté, qui ne figurait pas parmi les idées d'origine, a été écrite dans un intense élan d'inspiration !
- Le premier prénom imaginé pour Noélenne était Océaline mais à l'origine, son personnage n'était censée jouer qu'un rôle mineur dans l'histoire.
- Ce chapitre introduit certes un peu plus de dialogue que le précédent mais je tenais surtout à développer dans cet épisode les troubles émotionnels de Dankel sans trop prendre le temps de décrire certains lieux (hormis la salle de réunion de l'Organisation XIII) notamment le laboratoire de sciences du Conservatoire. Rassurez-vous, je songerai à rattraper ce petit bémol pour les chapitres suivants !
- Saphiel devait faire son apparition mais la taille imposante de l'histoire en a voulu autrement ! Son personnage sera davantage développé au chapitre 3.
- Afin de dénoncer les injustices quant au recrutement abusif de protagonistes droitiers dans les films et autres adaptations, j'ai décidé de rendre Dankel gaucher, comme moi ! *.*
- A l'instar de Sanephar, certaines citations se verront suivies d'un "???" afin de garder un minimum de suspense concernant leurs énonciateurs, bien que je me doute que la plupart d'entre vous auront reconnu ledit anonyme.
- Les fans de l'Organisation XIII pourront à nouveau s'amuser à identifier chacun des membres de la confrérie. Plusieurs éléments ont été disséminés ici et là pour vous mettre sur la piste (Indice : Si vous devinez bien, vous constaterez que trois personnes n'ont pas pris la parole une seule fois lors de la dernière scène)

Avec encore une fois toutes mes excuses les plus sincères pour mon incommensurable retard ! Je m'efforcerai à l'avenir d'accélérer la cadence si l'on veut tous espérer connaître le dénouement de cette aventure avant nos 90 printemps ! Rolling Eyes
avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Kingdom Hearts : Between Light and Darkness

Message  Cora Bandicoot le Jeu 15 Aoû - 11:38

Eh bien, je suis fière d'être la première à commenter ce chapitre au combien attendu que, je crois nous n’espérions plus. Voir un chapitre aussi long et détaillé ne me donne que plus d'espoir pour la suite de l'histoire qui s'annonce palpitante.

Rien que le titre "L'invitation aux Ténèbres" peut signifier que durant se chapitre, l'un des personnage sera amené à s'approcher de l'obscurité ou à être repéré par des êtres de l'obscurité. Nul doute qu'il ne s'agisse de Dankel.

Ce dernier ne sais donc pas qu'il a été repérer par les plus puisant Simili existant dans l'univers de Kingdom Hearts, l'Organisation XIII. Il crois donc qu'il s'agit peut-être d'une simple imagination ? Mon pauvre, il y a tellement à apprendre et toi tu ne comprend rien. Razz Si ce que tu as vu est une hallucination, alors ce que tu verras te feras surement penser que tu es fous.
Nous retrouvons d'ailleurs le Dankel qui nous avait quitter au précédent chapitre, fermer comme une huître, mystérieux et réservé. Pourtant ça ne lui ferai vraiment pas de mal de se confiant de temps en temps, il en viens à presque mépriser les émotions comme les Simili. Comme s'il en avait peur.

Heureusement que quelqu'un est là pour le ramener du Terre, merci Noélenne. Tu viens à peine de faire ton entré en scène que je t'apprécie déjà : impétueuse, fière, différente mais sensé. Par contre, je la trouve un peu voir très orgueilleuse au point qu'elle pense plus au fait qu'elle s'est fait doubler par un Reflet (qui est vraiment bien décris) plutôt qu'à l'étrange apparition dont elle vient d'être témoin. Par ailleurs, j'avoue avoir été un peu déçus que le Reflet ce sois trompé de personne, j'aime bien quand les personnages féminin sont importantes.
Mmm, existerais t-il une petite émotion entre Dankel et Noélenne ?

Ce que je me demande aussi, c'est pourquoi Dankel est aussi insatisfait de sa condition, au point que ça le rend presque maladif. Pourquoi autant de Ténèbres entoure son cœur et son regard ? Il me fait presque pensé à Maitre Xehanort... a quelqu'un.

Oh Dankel ! Ta sœur arrive pour se faire pardonner en montrant une marque d'affection des plus touchantes et toi tu reste de glace. Pauvre Daphnéa... elle n'a pas de chance d'avoir un frère aussi distant et dédaignant. Pourquoi la Lumière de Daphnéa n'arrive pas a éclairer les Ténèbres de Dankel ?

Ah, les trois membres de l'Organisation qui espionnent les élèves, j'ai deviné qui c'était. Je ne pensais pas voir l'Archer, le Savant Glacial et la Mélopée Nocturne former un trio. Et en plus, l'un d'entre eux zigouille un Reflet, encore une preuve qu'ils n'ont pas de cœur.

Rayann ?! Pourquoi ce nom me parait si familier. En tout cas, ce cher Dankel est bien entouré, il y a tellement de Lumière autour de lui.

Ah, la salle de réunion de l'Organisation XIII décrite à la perfection, toutes mes félicitation Aku Uka. Je crois même avoir repéré les trois membres qui ne participent pas à la conversation.
Bien que je ne comprenne pas très bien les plans de l'Organisation vis-à-vis de notre héros, ça ma fait plaisir de tous les revoir vivants, tous réunis. Quand ils ont commencés à faire allusion à de l'infiltration, j'ai tout de suite compris qui il enverrais : un individus capable de se fondre dans la masse de jeune et qui fera se qu'on lui dit. Il ne pouvais s'agir que de la Clé du Destin.

La prochaine rencontre entre la Clé du Destin est Dankel... j'ai si hâte.

Bref, un chapitre bien détaillé avec des personnages qui nous ont manqué, j'ai adoré. Je suis certaine que le reste de l'histoire sera à la hauteur de son auteur !
Excellent travail Grand Aku Uka !
avatar
Cora Bandicoot
Vétéran
Vétéran

Messages : 1080
Date d'inscription : 23/01/2012
Age : 21
Localisation : Lille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Kingdom Hearts : Between Light and Darkness

Message  Chronos le Jeu 15 Aoû - 13:09

WOUAAAAAAAAAAAAAAAH ! Tel à été ma réaction à la vue de ce nouveau chapitre qui à été plaisant à lire !

Que dire face à une description des personnages et lieux si bien fournis et décris, face à une écriture qui me rend jaloux ! Mon dieu je suis estomaqué face à un si grand talent je ne sais que dire !

Le personnage de Noélenne est intéressant, un personnage qui ne ressemble à aucun antagoniste de Kingdom Hearts, un personnage original donc. Elle à d'ailleurs repéré un reflet, reconnus directement d'ailleurs avec l'aide de la parfaite description du perso, une fois encore bravo ! Que va t-il advenir de ce personnage là ?

Hmm Dankel est très froid avec sa soeur, qui, elle veut juste lui dire bonjour et prendre des nouvelles, au lieu de ça Dankel lui répond sarcastiquement ! C'est étrange pour un personnage principal, au moins ça change des perso principaux qui sont gentil avec autrui, se mêlent de tout, ont un physique de rêve... Oh mon dieu que je déteste ce cliché !

Ouah un trio d'observateur ! Quel étrange trio ! J'ai reconnut tout de suite les trois perso, ce ne fût pas bien compliqué avec les indice fournit. Maintenant la question c'est qu'est-ce que l'Organisation XIII veut à Dankel ? L'enrôler dans le clan ?

Très fun les discussions entre Vexen, Demyx et Xigbar, à qui ce dernier avait un parler digne de lui, même chose pour les deux autres mais je trouve que le dialogue de Xigbar est très réussi !

Aku-Uka a écrit:Ce que Dankel n'aperçut pas en revanche, c'était le regard bilieux et alarmé que continuait d'afficher Rayann en repensant au monologue déraillant de son jeune compagnon qui, selon son intime conviction, était loin de s'apparenter à un simple surmenage de fin de semaine.
Rayann cache quelque chose c'est troublant, la grande question est : Quoi ?

Oh la réunion des membres de l'Organisation ! Un rêve de pouvoir voir tous les membres réunis et discutez ! J'ai pus aisément tous les reconnaître et pense qui à parler et qui ne la pas fait ! J'ai A-DO-RER le dialogue du Joueur du destin, que j'ai reconnus sans difficultés, un dialogue une fois de plus digne de lui ! De toute façon tous les dialogues de tous les membre sont reconnaissables étant qu'ils ont été fait avec brio !

Que dire de plus si ce n'est que j'ai hâte de voir la clé du destin conversé et espionnez Dankel, ce sera un régal j'imagine déjà !

Merci une fois de plus Aku-Uka de m'offrir une histoire fantastique ! Vivement la suite mon dieu !
avatar
Chronos
Titan
Titan

Messages : 747
Date d'inscription : 14/11/2012
Age : 21
Localisation : Saint-Nazaire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Kingdom Hearts : Between Light and Darkness

Message  Aku Uka le Ven 16 Aoû - 14:22

Cora & Chronos Arrow Avant toute chose, je tenais à vous témoigner en toute sincérité ma reconnaissance éternelle pour votre patience ainsi que votre dévotion indéfectibles quant à la lecture de mes chapitres et aussi pour vos adorables commentaires gorgés de compliments qui n'ont de cesse d'emplir mon corps de joie et d'encouragement à chaque instant ! Je n'en arrive même plus à trouver les mots adéquats pour vous dire combien je vous vénère ! Aussi, je ne m'en tiendrais qu'à cette formule qui, pour ma part, résume clairement le fond de ma pensée : Merci Infiniment ! Smile

Cora Arrow Je me réjouis de constater qu'avec la publication excessivement tardive de ce chapitre, tes espoirs se sont finalement ranimés d'une traite, motivés plus que jamais à découvrir la suite de cette intrigue visiblement alléchante si j'en juge par ta soif insatiable d'aventure ! J'ai donc tout intérêt à redoubler d'efficacité et de célérité si je veux espérer conserver cette lueur d'excitation pour les épisodes à venir !

Tes intuitions sont des plus pertinentes. Le titre de ce tome en lui-même renseigne effectivement sur le devenir de notre anti-héros (où l'Organisation XIII n'y sera bien évidemment pas étrangère), la question étant maintenant : va-t-il accepter ou rejeter cette fameuse invitation ?

Ce dernier ne sait donc pas qu'il a été repéré par les plus puissants Simili existant dans l'univers de Kingdom Hearts, l'Organisation XIII. Il croit donc qu'il s'agit peut-être d'une simple imagination ? Mon pauvre, il y a tellement à apprendre et toi tu ne comprend rien. Razz Si ce que tu as vu est une hallucination, alors ce que tu verras te feras surement penser que tu es fou.
Mets-toi un peu à sa place : comment aurais-tu réagi si le banal quotidien que tu menais se voyait du jour au lendemain bouleversé par l'apparition de ces mystérieux individus aux objectifs nébuleux, en partant bien sûr du fait que l'univers de Kingdom Hearts te soit totalement inconnu ? De mon point de vue, il a toutes les raisons de se sentir troublé, son esprit ne parvenant pas à opter pour un fait authentique ou pour une divagation de son imagination, et c'est précisément ce que je veux faire ressentir dans cette première partie du scénario à savoir l'introduction progressive du fictif dans la réalité, tout en mentionnant les chamboulements occasionnés au niveau émotionnel et psychique.
En résumé, je m'efforce de faire en sorte que chaque lecteur, initié ou non à la saga, vienne à suivre malgré tout l'histoire et à l'entraîner dans la même atmosphère. Au passage, j'apprécie la petite citation d'Ansem que tu as inséré pour appuyer ta remarque ! Wink 

Les émotions représentent effectivement les pires ennemies de Dankel car il ne peut s'empêcher de les considérer comme des faiblesses le rendant vulnérable (et plus particulièrement les sentiments positifs tels que l'affection, la tendresse, la joie etc...). Maintenant, de là à dire qu'il en a peur... Je pense qu'il appréhende surtout le risque d'exploser et d'infliger du mal à son entourage, ce qui trahirait par conséquent sa capacité quant à dompter ses émotions. Ce qui ne veut aucunement dire qu'il n'éprouve aucun amour fraternel envers sa soeur, bien au contraire ; il préfère juste ne pas l'exposer directement en conservant un air neutre et froid.

Ah oui... Noélenne et son caractère bien trempé ! Je suis ravi de découvrir que son personnage te plaît ! A vrai dire, j'ai opté pour ce caractère afin de bien la distinguer de Daphnéa et je dois reconnaître que les différences se sont accumulées bien plus de fois que je ne le pensais !
Hmm... Elle a beau se montrer remarquablement impulsive, je n'irais pas jusqu'à dire qu'elle est orgueilleuse, tout du moins dans un certain sens. Car si elle était aussi arrogante que tu le prétends, aurait-elle fait l'effort de se montrer attentionnée vis-à-vis des perturbations de Dankel ? Disons qu'elle a mis plus de temps à saisir l'ampleur de la situation, en partant à la poursuite de son espion, ce qui rejoint le côté chimérique de l'histoire et qu'elle se refuse de gober à l'instar de Dankel.
Pour l'instant, on sait juste que les deux comparses entretiennent une profonde connivence amicale. Mais de ce côté, j'ignore moi-même ce qu'il adviendra de cette relation étant donné qu'elle ne figurait pas parmi mes idées d'origine.

L'idée de la médiocrité intellectuelle des Reflets s'inspire du manga de Kingdom Hearts II lorsqu'Axel les envoie chercher Roxas afin de le ramener dans l'Organisation où, au lieu de dénicher la véritable personne, ces derniers rapportent au N°8 des photos de lui qu'ils ont volé à la Cité du Crépuscule. J'ai tenu à conserver cette incompétence pour l'espionnage de Dankel.

La situation insoutenable de Dankel est telle qu'il ne supporte plus de vivre chaque jour la même routine scolaire, monotone et insipide. A l'image de Maître Xehanort (ou tu as finalement bien fait de faire le rapprochement), il éprouve le désir, pour ne pas dire le besoin, de découvrir une existence moins fatidique que celle qu'il parcourt actuellement, ce qui justifie son irritation et son sentiment d'inutilité dans ce monde. Concernant cette insatisfaction, nous sommes hélas les premiers à regretter de ne pas être nés à l'intérieur d'un jeu vidéo comme Crash Bandicoot ou Kingdom Hearts, où le rôle que joue chaque personnage est des plus palpitants et unique ! A côté, notre but existentiel se révèle atrocement fade ! No 

Ah ! Pourquoi donc la Lumière si chaleureuse de Daphnéa n'arrive point à atténuer l'obscurité de son frangin ? Je te laisse y réfléchir patiemment car la réponse arrivera certainement dans les chapitres suivants ! Wink 
Oui, Rayann semble faire preuve d'une grande considération à l'égard de Dankel et pourtant, ce dernier le traite d'une meilleure façon que sa soeur. Comment expliquer un tel phénomène ? La réponse permettra d'élucider ces deux interrogations.

Mille millions de tonnes de Mercis pour tes sublimes éloges concernant la description de la salle de réunion de l'Organisation, j'en suis très charmé ! Avec Chronos, je n'émet aucun doute quant à la réussite de votre identification de chaque membre de la confrérie ainsi que celle de ceux n'ayant pas pris part à la conversation. Et encore une fois, tes affirmations sont correctes au sujet de la désignation de l'infiltré : le titre du prochain chapitre ainsi que la citation de fin ne pouvaient que mettre sur la voie, tout du moins, je l'espère ! Rolling Eyes
Et encore Merci de tout coeur pour m'avoir gratifié de ce commentaire de rêve ! Je pense que si tu en es venue à évoquer mon pseudo version flatteur, c'est que ce chapitre a dû surpasser tes espérances, ce dont je me félicite avec joie ! Razz 

Chronos Arrow A ton tour cette fois-ci de recevoir mes remerciements les plus cordiaux ainsi que mes sincères Félicitations quant à la taille de ton commentaire ô combien plaisant et indéniablement plus long que le précédent ! Comme quoi, il n'y a vraiment que des avantages à écrire des histoires en rapport avec l'Organisation XIII ! xD

Que dire face à une description des personnages et lieux si bien fournis et décris, face à une écriture qui me rend jaloux ! Mon dieu je suis estomaqué face à un si grand talent je ne sais que dire !
Et moi, je ne sais que dire face à un tel discours des plus élogieux ! Cora et toi êtes décidément tout ce qu'il y a de plus chou sur cette planète... avec Sanephar bien sûr ! Razz 

Hé bien... Comme je l'ai spécifié un peu plus haut, le destin de Noélenne s'avère pour le moment flou et indécis, pour la simple et bonne raison qu'il s'agit d'un protagoniste apparu tardivement dans mes idées et qui n'a pas encore eu l'opportunité de voir son personnage aussi approfondi que celui de Dankel. Mais comme je vois que son caractère volcanique a su vous envoûter, je pense pouvoir faire d'elle un élément moins secondaire que prévu !

Je suis enchanté d'apprendre que nous entretenons le même point commun pour ce qui est de la définition d'un personnage remarquable. Dankel est peut-être étrange, sombre et lunatique mais c'est ce qui fait son charme et ça donne surtout envie de découvrir davantage sa personnalité, contrairement aux héros de base dont on connaît d'avance le caractère et la vision des choses. On dira ce qu'on voudra : les anti-héros ont beaucoup plus de classe et de variété ! Twisted Evil 
J'en conclus donc qu'à l'instar de Noélenne, le personnage de Dankel te fascine ? ^^

Maintenant la question c'est qu'est-ce que l'Organisation XIII veut à Dankel ? L'enrôler dans le clan ?
Etant donné que cette révélation fait partie intégrante de l'intrigue principale, tu ne verras pas d'inconvénients à ce que je brandisse ma pancarte No Spoil à la manière de Fenrir-Lupus ? Rolling Eyes 

Je ne m'en cache pas : les répliques de Xigbar sont pour l'instant mes préférées parmi celles des membres de l'Organisation XIII, avec Vexen ! Et je trouve également que ce registre de langue retranscrit à la perfection son caractère, mais ce sont aussi ses expressions qui prennent le plus de temps à imaginer (avec les ripostes injurieuses du Savant Glacial), après celle de Luxord qui à elle seule, m'a sollicité une demi-heure de triturations cérébrales ! x)
Au passage, la tirade du Joueur de Destin t'était destinée, maintenant que je sais qu'il s'agit de ton membre préféré, et je suis comblé d'apprendre qu'il t'a ensorcelé lui aussi ! Au final, je me réjouis de constater que tous les adeptes de l'Organisation t'ont envoûté et que leurs personnalités ont plus ou moins été respectées par rapport à la série d'origine ! Après, n'ayant pas eu l'occasion de découvrir en profondeur le registre linguistique de certains membres (comme Lexaeus), il m'arrive effectivement de calquer difficilement leur caractère conformément à leur personnage initial !

Rayann cache quelque chose c'est troublant, la grande question est : Quoi ?
Disons plutôt pour l'instant que Rayann est troublé et qu'il pense que Dankel cache quelque chose, la grande question étant : Quoi ? ^^
Mais de son côté, le confident dissimule effectivement une certaine part de mystère, que vous découvrirez au fur et à mesure de l'aventure !

Sache en tout cas que tout le plaisir est pour moi et que ton commentaire (ainsi que celui de Cora) a eu l'effet d'un bain de soleil à l'intérieur même de mes entrailles, chaleur qui m'incite davantage à poursuivre mon travail et à vous livrer la suite de mon histoire, pour votre plus grand bonheur !
Merci encore à vous deux et rendez-vous à l'Interchapitre 2.5 ! cheers
avatar
Aku Uka
Vétéran
Vétéran

Messages : 1244
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 23
Localisation : Lot-et-Garonne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Kingdom Hearts : Between Light and Darkness

Message  Cora Bandicoot le Ven 16 Aoû - 16:32

Aku Uka Arrow Je suis ravie que mon commentaire ainsi que celui de Chronos te plaises, ton chapitre fut si bien rédigé avec des descriptions et des raisonnements très réalistes, je me devais de faire un commentaire à la hauteur de ton succès. Pour les compliment de Chronos et moi, à quoi t'attendais-tu de la part de deux fan de Kingdom Hearts qui lisent une Fanfiction parlant de cette série fantastique ? Surtout quand elle est écrite par toi. Wink 

Pour savoir si ce cher Dankel voudra rejoindre l'Organisation XIII, je pencherais pour un oui. Il déteste sa vie si monotone et rêve de voir autre chose, alors rejoindre ces Simili pourraient lui apporter ce qu'il souhaite. Mais cela impliquerait de devenir un Simili, non ?

Je ne voulais pas dire le contraire, je sais que dans ce genre de situation j'aurais eu la même hypothèse que Dankel. Je voulais dire que... ça fait bizarre de ce dire que nous connaissons la vérité et que lui il ne peut même pas l'imaginer. Que sera sa réaction quand il apprendra la vérité ?
La phrase d'Ansem... je savais que tu la repérerais.

Je continue à croire que s'il continue à se restreindre au niveau des émotions, il ressemblera de plus en plus à un Simili.

Ah, combien de fois ais-je rêver d'aller à l'assaut du Château Cortex en compagnie de la fratrie Bandicoot ou de vaincre les membres de l'Organisation XIII avec ma Keyblade : Lueur Obscure. Le rêve !
Il y aura t-il un lien entre Maitre Xehanort et Dankel ?

J'ai si hâte pour la suite, je ne peux m'empêcher d'imaginer des tonnes de scénario au sujet de la rencontre entre la Clé du Destin et Dankel, je me demande même si le N°13 va intéresser à l'entourage de l'objet e sa mission. Mais je suis sur que les réponses viendront en temps et en heure. Pour l'instant, je te félicite une nouvelle fois pour ce chapitre époustouflant !

Rappelles-toi ce qu je pense au sujet des compliments : Je n'en fait que quand je considère qu'ils sont mérités.
avatar
Cora Bandicoot
Vétéran
Vétéran

Messages : 1080
Date d'inscription : 23/01/2012
Age : 21
Localisation : Lille

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Kingdom Hearts : Between Light and Darkness

Message  Chronos le Ven 16 Aoû - 18:26

J'étais en train d'écrire un commentaire assez similaire à celui de Cora mais bon de toute façon je crois que tu à bien compris ma pensée qui est que je suis ravie que mon commentaire sur ta fan-fiction t'est autant plus et t'est fait plaisirs !

Aku-Uka a écrit:Félicitations quant à la taille de ton commentaire ô combien plaisant et indéniablement plus long que le précédent !
Ah en effet j'avoue que j'ai du mal à faire des commentaires long comme toi, je n'arrive pas à structuré mes idée de ce que je vais dire et du coup dés fois me s phrases ne veulent dire. C'est bizarre avant j'arrivais à le faire... Mais comme tu l'a remarqué j'ai fait tout mon possible pour donnez bien mes avis et surtout ne pas faire un commentaire de deux lignes en disant "Trop cool vivement la suite" alors que toi tu à fait un chapitre extrêmement conséquent ! Promis pour le prochain chapitre je m'applique à structure ce que je vais dire, et fais un commentaire plus conséquent !

Aku-Uka a écrit:J'en conclus donc qu'à l'instar de Noélenne, le personnage de Dankel te fascine ?
Bien sur ! Il me rappel moi (un peu) sauf que je suis bien moins "méchant" et vexant que lui, mais son envie de solitude constant me rappel moi ! Et pour une fois que le héro est du côté des ténèbres je ne peut qu'être content ^^

Aku-Uka a écrit:Au passage, la tirade du Joueur de Destin t'était destinée, maintenant que je sais qu'il s'agit de ton membre préféré, et je suis comblé d'apprendre qu'il t'a ensorcelé lui aussi !
Ah quel plaisir de lire ça ! Le dialogue de Luxord à été fait spécialement pour moi ! Et bien je le répète J'A-DO-RE c'est écrit à la perfection et j'insiste ! Le premier mot je l'ai immédiatement identifié ! Et je te rassure pour Lexaeus que j'ai reconnût aussi vite. J'attend avec impatience d'autres dialogue du Joueur du Destin !

Oh en effet Cora ! La joie de s'imaginer dans le monde de Crash Bandicoot ou Kingdom Hearts est immense ! Combien de fois je me suis vue en compagnie des Membres de L'Organisation XIII assis sur un des trônes. Aaah mon dieu le rêve !

Hé pas mal le nom de ta Keyblade Cora elle reflète bien ton côté d'Intermedium j'aime beaucoup ! Alors moi ce sera... Heu... Je chercherais plus tard ^^

J'ai une question pour Roxas va tu lui donner ses magnifiques et très classe keyblades Tendre Promesse et Souvenirs Perdu, ou va tu lui donner juste une des deux ou carrément lui donner la chaîne royale ?

Voilà donc je vais me répété et insister mais : Vivement la suite mon dieu ! ^^
avatar
Chronos
Titan
Titan

Messages : 747
Date d'inscription : 14/11/2012
Age : 21
Localisation : Saint-Nazaire

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fanfiction] Kingdom Hearts : Between Light and Darkness

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum